Aller à…
RSS Feed

Syrie: L’armée syrienne détient 300 militaires français


Yandex

Publié le 22/05/2018 par danyinfos

Les médias sont muets! Des tentatives pour libérer les militaires prisonniers! Pas moyen mon gars!

Sputnik News
Interview de Akram al Shalli

Lors d’une réunion à Sotchi avec son homologue syrien Bachar Assad, le président russe Vladimir Poutine a déclaré qu’il est nécessaire que les forces armées étrangères se retirent du pays, car l’armée syrienne a réussi à lutter contre le terrorisme et lance le processus politique.

L’Agence de Presse Sputnik a discuté de la présence militaire étrangère en Syrie avec Akram al Shalli, un expert du Bureau syrien de gestion des crises et des guerres de prévention.

« La déclaration de Vladimir Poutine lors d’une réunion avec Bachar Assad sur la nécessité de retirer les contingents étrangers de Syrie brise les rêves des agresseurs, comme s’ils pouvaient encore essayer d’atteindre leurs objectifs dans la région par l’intermédiaire de mercenaires criminels « , a dit Shalli à Sputnik.

Al Shalli a ajouté que l’armée syrienne détient des centaines d’agents de renseignement étrangers, notamment des États-Unis, du Royaume-Uni, des États arabes et d’Israël.

« Par exemple, il y a 300 soldats français de différents rangs. Nous voyons des tentatives de pression sur le gouvernement syrien pour libérer les soldats étrangers arrêtés. Mais ces rêves sont voués à l’échec , parce que maintenant les chances sont en faveur des forces du gouvernement et de ses alliés « , a-t-il souligné.

L’analyste a également évoqué les dernières frappes de missiles des Etats-Unis, de la France et du Royaume-Uni contre la Syrie en réponse à l’utilisation présumée d’armes chimiques par les forces gouvernementales dans la ville de Douma le mois dernier.

« Même la dernière frappe de missiles sur la Syrie n’a pas causé de dégâts importants ; les agresseurs avaient signalé à l’avance les cibles de l’attaque. Cela a été fait pour que les dirigeants occidentaux puissent sauver la face à leur peuple », a déclaré l’analyste.

Selon Shalli, la détention d’officiers militaires étrangers donne un double avantage au gouvernement syrien : premièrement, ils n’ont pas réussi à atteindre leurs objectifs et, deuxièmement, c’est un atout supplémentaire à la table de négociation avec les forces étrangères.

« Le règlement de paix syrien dépend directement de la situation sur le champ de bataille. Et maintenant les agresseurs reculent constamment, ils sont incapables de lancer une offensive sur la position de l’armée. Par conséquent, le gouvernement syrien peut définir ses conditions « , a conclu l’analyste.

La coalition internationale dirigée par les États-Unis mène des frappes aériennes contre les cibles de Daesh* en Syrie depuis 2014 sans mandat de l’ONU ou autorisation du gouvernement de Damas.

Les Etats-Unis et la France auraient renforcé leur présence militaire dans ce pays ravagé par la guerre, Paris ayant à son tour promis de soutenir la milice kurde, sous la pression des forces turques. Le gouvernement syrien a déclaré à plusieurs reprises que la coalition et les forces turques dans le pays sont « illégitimes » et a exigé que « les forces d’invasion se retirent immédiatement des terres syriennes qu’elles ont occupées ».

Au lieu de cela, début mai, le président Recep Tayyip Erdogan a annoncé de nouvelles opérations à venir, en plus du Bouclier de l’Euphrate, sa première intervention militaire directe en Syrie pour repousser Daesh de la frontière turque, ainsi que pour empêcher l’avancée des groupes kurdes locaux, et l’opération Olive Branch dans la ville d’Afrin pour nettoyer la frontière syrienne de la Turquie des groupes kurdes, qui, selon lui, sont liés au Parti des travailleurs du Kurdistan PKK, inscrit comme organisation terroriste par Ankara.

Le 20 mai, l’agence de presse Anadolu a rapporté que les forces spéciales françaises avaient installé six batteries d’artillerie au nord du village de Baguz dans la province de Deir ez-Zor, détenues par des milices kurdes, conformément à la promesse antérieure du président Emmanuel Macron de soutenir les unités kurdes syriennes.

Les États-Unis auraient également à plusieurs reprises envoyé des colonnes militaires et installé de nouvelles bases en Syrie peu après que le président Donald Trump a déclaré que les forces américaines quitteraient la Syrie « très bientôt » et « laisseraient d’autres forces s’en occuper » à la place. Ses remarques contredisaient les propos tenus précédemment par de hauts responsables du Pentagone et du Département d’État, affirmant que les troupes américaines maintiendraient une présence illimitée en Syrie.

sputniknews.com

Adaptation Yandex

Daesh*, également connu sous le nom de ISIL/ISISIS/ISIS/IS, est un groupe terroriste interdit en Russie et dans de nombreux autres pays.

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.