Aller à…
RSS Feed

A Mandali, des manifestants soutenus par les Hachd interdisent la tenue du référendum kurde


Publié par Gilles Munier sur 14 Septembre 2017,
Catégories : #Kurdistan, #Irak, #Mossoul, #Bagdad
A Mandali, des manifestants soutenus par les Hachd interdisent la tenue du référendum kurde

Par Gilles Munier/

Dimanche dernier, à Mandali (environ 160 km de Bagdad, 450 d’Erbil), des manifestants arabes, turkmènes et des kurdes feilis (chiites) – soutenus par des miliciens chiites d’Asaib Ahl al-Haq (Ligue des Vertueux, membre des Hachd al-Chaabi) – ont décroché les drapeaux kurdes des bâtiments officiels et réclamé l’annulation de la décision du conseil municipal du 17 août autorisant le GRK (Gouvernement régional kurde) à organiser dans la ville le référendum pour l’indépendance du Kurdistan, la considérant anticonstitutionnelle. Les forces de sécurité irakiennes ont laissé faire.

Arshad Salihi, chef du Front turkmène irakien, opposé à la tenue du référendum, a rappelé que pour Massoud Barzani : « Kirkouk, Tuz Khurmatu, Tal Afar, le Diyala et une partie de la province de Mossoul sont kurdes… Personne n’acceptera cela », a-t-il martelé.

Muthana al-Timimi, gouverneur de la province, a réagi en démettant de ses fonctions Abdulabbas Hussein Masir, maire de Mandali, l’accusant d’être à l’origine des tensions actuelles et de l’instabilité qui en résulte. Il lui reproche de ne pas l’avoir informé de la décision de participer au référendum du 25 septembre.

Mandali, ville irakienne d’environ 35 000 habitants, majoritairement kurdes, est située près de la frontière iranienne à l’extrême sud-est des territoires revendiqués par les nationalistes kurdes.

Le Comité kurde chargé de l’organisation du scrutin (IHERC) estime à 225 000 le nombre d’électeurs kurdes, ou appartenant à d’autres groupes ethniques et minorités religieuses, susceptibles de voter dans la province de Diyala dont fait partie Mandali.

Massoud Barzani a demandé aux électeurs de Mandali désireux de voter quand même, de le faire à Khanaqin, ville protégée par un contingent de peshmerga, située à 90 km au nord.

Qu’ils votent ou non, quelle importance ? Au Kurdistan irakien les résultats des scrutins sont truqués et chacun sait que la majorité des Kurdes diront « Oui » à l’indépendance, sans réfléchir aux conséquences de leur acte. A moins que le Parlement régional kurde qui doit se réunir prochainement – pour la première fois depuis 2015 – décide de reporter la date du référendum.

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.