Aller à…
RSS Feed

Affaire Khashoggi: les preuves des SR américains


France-Irak Actualité : actualités sur l’Irak, le Proche-Orient, du Golfe à l’Atlantique

Analyses, informations et revue de presse sur la situation en Irak, au Proche-Orient, du Golfe à l’Atlantique. Traduction d’articles parus dans la presse arabe ou anglo-saxonne, enquêtes et informations exclusives.

Publié par Gilles Munier sur 13 Octobre 2018,

Catégories : #Arabie, #MBS, #Trump, #Islam, #Yémen, #Egypte

Les services secrets américains ont la preuve

que les Saoudiens ont cherché à capturer

le journaliste porté disparu

Par Joseph Fitsanakis (revue de presse : Intelnews.org – 12/10/18)*

Selon certaines sources, il semblerait que les services secrets américains aient la preuve que la famille royale saoudienne ait cherché à inciter le journaliste Kamal Khashoggi du Washington Post à rentrer en Arabie saoudite dans le but de le capturer. Khashoggi, 59 ans, était un conseiller du gouvernement saoudien qui, en 2015, s’est mis à critiquer la gouvernance du royaume. Il a déménagé aux Etats-Unis, où il s’en est pris à la participation du royaume dans la guerre au Yémen, à son soutien à la répression des libertés politiques en Egypte, et autres faits. Il a aussi rejoint l’équipe du Washington Post et a rédigé des articles dans lesquels il critiquait vivement la politique saoudienne. Il est porté disparu depuis mardi, alors qu’il se trouvait au consulat saoudien à Istanbul. Il s’était rendu à un rendez-vous au cours duquel on devait lui remettre un document certifiant de son divorce d’avec son ex-femme vivant en Arabie saoudite.

Dimanche dernier, des représentants du gouvernement turc déclaraient que Khashoggi avait été brutalement assassiné au consulat saoudien lors de ce fameux rendez-vous, vraisemblablement sur ordre du gouvernement saoudien. Les médias turcs ont révélé qu’un groupe de 15 Saoudiens était arrivé à Istanbul peu avant la visite de Khashoggi au consulat. Ces personnes, munies de passeports diplomatiques, ont torturé puis assassiné Khashoggi, déclarent ces mêmes sources turques. Ils l’ont alors démembré et ont fait sortir son corps du consulat en le cachant dans une voiture diplomatique. L’Arabie saoudite dément toutes les accusations en expliquant que Khashoggi a quitté le consulat moins d’une heure après y être entré mardi après-midi.

Mercredi, le Washington Post, citant des sources anonymes au sein du gouvernement américain, affirmait que la famille royale saoudienne avait élaboré un plan méticuleux pour attirer Khashoggi sur le sol saoudien afin de le capturer. L’article indiquait que les services secrets américains avaient intercepté des communications échangées entre des officiels saoudiens dans lesquels ils discutent de ce plan. Le Post a aussi mentionné « plusieurs amis de Khashoggi » qui affirment qu’il recevait depuis plusieurs mois des appels de représentants du gouvernement saoudien proches du très controversé prince Mohammed bin Salman.

Ils lui offraient l’immunité politique en échange de son retour en Arabie saoudite, ainsi que des postes de haut rang au sein du gouvernement, déclare The Post. Mais, selon ses amis, Khashoggi était sceptique et les avait rejetés. L’article cite aussi une source anonyme – un ancien représentant des services secrets américains – qui déclare que les détails du voyage de ce groupe de 15 diplomates saoudiens qui se sont déplacés à Istanbul s’apparentent à une extradition extra-judiciaire, c’est-à-dire l’enlèvement illégal d’une personne d’un pays vers un autre en vue de sa détention et interrogation. La Turquie a précisé que les 15 Saoudiens étaient arrivés à Istanbul en deux groupes séparés sur un vol privé, et avaient quitté le pays à des moments différents et vers des destinations différentes, juste quelques heures après la disparition de Khashoggi.

*Source : Intelnews.org

Traduction et Synthèse : Z.E pour France-Irak Actualité

Sur le même sujet, lire aussi :

Un assassinat commandité par l’Arabie saoudite à Istanbul ?

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.