Aller à…
RSS Feed

Bagdad aurait donné aux Peshmergas 48h pour se retirer de Kirkouk


France-Irak Actualité

Publié par Gilles Munier sur 14 Octobre 2017, 10:15am

Catégories : #Irak, #Kurdistan, #Iran, #Turquie


Gigantesque statue d’un peshmerga érigée à l’entrée de Kirkouk

Revue de presse : Sputnik (14/10/17)*

Alors que plusieurs milliers d’hommes ont été envoyés dans la région de Kirkouk pour faire face à la «menace» de l’armée irakienne, Bagdad exige du gouvernement du Kurdistan de retirer ses troupes…

Les autorités irakiennes ont donné aux combattants kurdes Peshmergas 48 heures pour quitter la région de Kirkouk et laisser la place à l’armée de Bagdad, a indiqué à Sputnik, sous le sceau de l’anonymat, une source au sein des Peshmergas. Selon l’interlocuteur de l’agence, les combattants des forces armées du Kurdistan irakien ont reçu du renfort et se trouvent en état d’alerte, mais n’envisagent pas d’attaquer, car leur objectif consiste à assurer la sécurité.

L’armée irakienne a de son côté indiqué sur son compte Facebook que ses détachements «continuaient à nettoyer les régions libérées des terroristes», demandant à ne pas diffuser d’informations non-vérifiées et ne pas alerter la population.

Le gouvernement irakien a interdit les vols à destination des aéroports kurdes d’Erbil et de Souleimanieh après la tenue du référendum d’autodétermination organisé fin septembre en dépit de ses mises en garde et de celles de Téhéran et d’Ankara. Le Premier ministre Haïdar al Abadi a nié à plusieurs reprises toute intention de recourir à la force dans la crise avec le Kurdistan.

Le Conseil de sécurité de la région a fait état jeudi soir d’un important déploiement de forces gouvernementales au sud de Kirkouk, ville pétrolière où se cristallisent toutes les tensions entre Erbil et Bagdad.

Selon une source proche des services de sécurité kurdes citée par Reuters, les peshmergas se sont ensuite repliés de trois kilomètres pour éviter une confrontation avec l’armée irakienne, qui en a profité pour combler le vide.

Source : Sputnik

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.