Aller à…
RSS Feed

Ben Griffin, un soldat Britannique: j’abandonne, votre guerre est illégale P


ITRI : Institut Tunisien des Relations Internationales

publié par Candide le 24 septembre 2017 dans Chroniques

par Sean Rayment, Sunday Telegraph, 12 mars 2006.

Original
http://www.telegraph.co.uk/news/main.jhtml?xml=/news/2006/03/12/nsas12.xml&sSheet=/news/2006/03/12/ixhome.html Version arabe : Emir Chebana : http://islamonline.net/Arabic/news/2006-03/12/article02.shtml/
Ben griffin

Traduit de l’arabe par Ahmed Manaï,

Un soldat britannique des forces aériennes spéciales SAS, a refusé de continuer le combat en Irak et a démissionné à cause du comportement inhumain des troupes usaméricaines à l’égard du peuple irakien, ajoutant qu’il n’a pas rejoint l’armée britannique pour exécuter la politique étrangère usaméricaine.
Au bout de 3 mois de présence à Bagdad, le soldat Ben Griffin, 28 ans, a informé ses supérieurs qu’il n’était plus disposé à se battre aux côtés des troupes usaméricaines, selon le journal Sunday Telegraph de ce dimanche 12 mars 2006.
Il dit ne plus pouvoir participer à une guerre qu’il considère illégale, ajoutant qu »il croit que Tony Blair et son gouvernement ont menti plusieurs fois à propos des comportements dans cette guerre.
Il déclare avoir observé des dizaines d’actes illégaux de la part des troupes usaméricaines qui traitent les Irakiens comme des « Untermenschen », le terme nazi pour qualifier les races considérées inférieures comme « sous-hommes ». Il ajoute que de très nombreux Irakiens innocents ont été arrêtés par les troupes usaméricaines au cours de descentes nocturnes, interrogés et embastillés à la prison d’Abou Ghraïb ou remis aux autorités irakiennes et
probablement torturés.
Le soldat britannique qui a passé près de deux ans dans les forces aériennes spéciales, déclare que la mentalité et la politique dominante dans les troupes usaméricaines, ont complètement réduit à néant toute possibilité de séduction de la raison et des coeurs des irakiens.
Il ajoute qu’il venait de prendre la décision la plus difficile de sa vie et que certains ne manqueront pas de le traiter de poltron et qu’il allait affronter le tribunal militaire et la prison.
Ben Griffin est le premier soldat britannique des forces spéciales qui refuse de participer au combat et abandonne l’armée pour des motifs moraux, mettant ainsi fin à des états de service exemplaires de 8 ans au cours desquels il a participé en tant que parachutiste aussi, à des opérations en Irlande du nord, en Macédoine et en Afghanistan. Il est décrit comme quelqu’un de pondéré, d’honnête, loyal et déterminé.
Le Sunday Telegraph a estimé pour sa part que la décision de Griffin allait gêner beaucoup le
gouvernement britannique et il est probable qu’elle ait une grande influence sur les affaires précédentes des soldats qui ont refusé le combat.
Le journal rappelle que le mercredi 15 mars 2006, s’ouvrira la première audience devant le tribunal militaire du lieutenant Malcolm Kendall-Smith, médecin des Forces aériennes royales qui avait refusé d’effectuer son troisième retour en Irak « pays qui subit » selon le journal « une guerre illégale ». Le ministère britannique de la défense a refusé tout commentaire de la décision de Griffin.
Le ministre de l’intérieur du gouvernement de l’ombre (opposition conservatrice), Patrick Mercer, a déclaré pour sa part le samedi 11 mars, que « Griffin était un soldat d’une grande
compétence, ce qui augmente la gêne que cause sa décision et que le gouvernement britannique devait écouter ses points de vue et son opinion ».

L’Irak en pleine anarchie
La décision de Griffin arrive en même temps que la reconnaissance par le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères en charge du Moyen-Orient Kim Howells « que l’Irak vivait un état d’anarchie », ajoutant que Bagdad ne pouvait plus menacer les autres.
Howells a déclaré dans une interview à la BBC que « l’on décrit l’Irak comme étant un pays en anarchie, mais c’est une espèce d’anarchie incapable d’une agression contre l’Iran, incapable d’occuper le Koweït, une anarchie incapable de développer des armes de
destruction massive ».
Howells, qui se trouve actuellement en Irak pour inspecter l’industrie pétrolière a ajouté que ce pays passe par des moments difficiles et a salué au passage la manière dont les Irakiens s’adaptent aux changements dans leur pays.
Il a minimisé cependant les craintes d’une guerre civile en Irak, déclarant que « ce qui se passe dans ce pays n’est pas traduit par les médias ». Ajoutant que « depuis longtemps, j’entends dire que la guerre civile allait éclater ce matin ou ce soir, mais rien de tel ne se passe ».
« Nous devons croire que le peuple Irakien est conscient que ceux qui veulent le pousser à la guerre civile par ces actions kamikazes, les enlèvements et autres procédés terroristes, le font avec préméditation ».

La droite usaméricaine
La décision du soldat britannique arrive 3 jours après que des maîtres à penser et des aigles de
l’administration usaméricaine qui avaient convaincu le président Bush d’occuper l’Irak en mars 2003, ont reconnu leur erreur et précisé que l’Irak était devenu l’alternative à l’Afghanistan et s’est transformé en terre fertile pour les djihadistes avec des cibles usaméricaines facilement disponibles.
Cette reconnaissance a été rendue publique par le journal britannique The Independent le jeudi 9 mars, et est venue de Francis Fukuyama, théoricien de la guerre de civilisations et l’un des plus chauds partisans de la chute de Saddam Hussein, Richard Perle, le plus influent dans la planification de la stratégie usaméricaine sous l’administration Bush, André Sullivan, l’analyste réputé, auteur d’encyclopédies, Georges Weil, analyste de télévision et auteur néo
conservateur dans le Washington Post .
Un sondage d’opinion effectué par la chaîne IBC.news, axé sur un échantillon d’électeurs usaméricains, démocrates et républicains, dont les résultats ont été publiés le mardi 7 mars par le Washington Post, a révélé que 80% des Usaméricains estiment que les violences qui avaient éclaté récemment en Irak, rendaient une guerre civile probable.
Un autre sondage mondial, effectué dans 35 pays et dont les résultats avaient été publiés le 07/03/06, révèle que la majorité des personnes sondées dans 33 pays, estimait que la guerre usaméricaine contre l’Irak a accru le risque d’actes terroristes dans le monde. La majorité des personnes sondées dans 20 pays est très favorable au retrait des troupes usaméricaines d’Irak dans les prochains mois.

Traduit de l’arabe par Ahmed Manaï,
http://www.tunisitri.net/

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.