Aller à…
RSS Feed

Géostratégie russe en méditerranée orientale : La diagonale Crimée-Syrie


LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY

Lundi 22 octobre 2018


« La Syrie et la Crimée jouissent d’une position stratégique dans la région de la mer Noire et en Méditerranée, ce qui constitue un atout énorme »
– Bachar al Assad (ce 16 oct.).

« En dépit des événements qui ont suivi la chute de l’Union soviétique, cette péninsule a rejoint son pays d’origine, après un référendum. Nous considérons la Crimée comme une partie intégrante de la Russie »
– Hedieh Khalaf Abbas, présidente du Parlement syrien (ce 18 oct.).

Pour la Russie, la Crimée est un pivot de défense géostratégique, depuis Catherine La Grande. Epoque où l’Axe Stratégique Sébastopol-Levant a été défini comme essentiel pour la présence russe en Méditerranée orientale ! Il était impossible de la laisser aller aux mains des ennemis de la Russie mars 2014. Et certainement pas à l’OTAN, avec son vieux projet d’une base américaine à Sébastopol. C’est en effet la clé de l’accès à la Méditerranée orientale pour la Flotte russe. Et c’est un axe géopolitique pour la Russie lié à la Base de Tartous, à côté de Lattaquié en Syrie. Les deux sont essentiels à la puissance russe et à sa sécurité dans la Mer Noire et en Méditerranée …

J’ai longuement analysé dans un précédent quotidien géopolitique le dossier de la Crimée, que je connais bien :

Voir sur LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/
LA QUESTION DE CRIMEE :
AU COEUR DE LA NOUVELLE GUERRE FROIDE 2.0 ET DE LA REMISE EN CAUSE PAR LA RUSSIE DU ‘NOUVEL ORDRE MONDIAL’
Sur http://www.lucmichel.net/2018/03/11/luc-michels-geopolitical-daily-la-question-de-crimee-au-coeur-de-la-nouvelle-guerre-froide-2-0-et-de-la-remise-en-cause-par-la-russie-du-nouvel-ordre-mondial/

RENCONTRE ENTRE LES PRESIDENTS SYRIEN ET CRIMEEN :
LE FRONT RUSSE SE RENFORCE EN MER NOIRE ET EN MEDITERRANEE

Le président de la République autonome de Crimée (sujet de la Fédération de Russie), qui s’est rendu en Syrie, s’est entretenu avec le Président Assad qui l’a félicité d’avoir décidé , lui et sa nation, de revenir dans le giron de la Russie. Selon le président syrien, la rencontre pourra « marquer le début d’une relation profonde » et « promise à la durée ». « La Syrie et la Crimée jouissent d’une position stratégique dans la région de la mer Noire et en Méditerranée, ce qui constitue un atout énorme », a affirmé le président syrien.

Les responsables syriens et de la République autonome de Crimée ont examiné les voies susceptibles de renforcer leurs coopérations, le 15 octobre 2018. Sergueï Aksionov, président de Crimée, est arrivé ce lundi 15 octobre en Syrie, à la tête d’une délégation. La délégation a rencontré les autorités syriennes avec qui il a discuté ,essentiellement, des mesures et des accords économiques. Les deux parties ont convenu de la création d’une Chambre de commerce syrienne en Crimée, d’une société de transport maritime conjointe et de faciliter les opérations financières et bancaires entre les deux pays. « Le tourisme, l’hôtellerie, la culture, le pétrole, l’agriculture, la construction, les mines et les facilités possibles à cet effet ont été examinés lors de cette rencontre », a rapporté l’agence de presse officielle syrienne.

A l’issue de ces négociations, Sergueï Aksionov a fait part des propositions qui ont été faites par la Crimée pour l’importation vers la Syrie dont des équipements ferroviaires, des matériaux de construction et des produits agricoles. Il a espéré que ces négociations aboutiraient au renforcement des relations entre la Crimée et la Syrie. A l’occasion d’un forum organisé hier à Damas, Aksionov s’est déclaré prêt à des échanges commerciaux et à supprimer les obstacles qui entravent ce processus. La Crimée est prête à établir des lignes aériennes avec la Syrie et à offrir des soins médicaux aux enfants syriens.

DAMAS RECONNAIT LE RETOUR DE LA CRIMEE A LA FDERATION RUSSE

Hedieh Khalaf Abbas, présidente du Conseil du peuple de la Syrie (le Parlement), a déclaré que « la Syrie reconnaissait la Crimée comme une partie intégrante de la Russie », son annexion ayant été votée il y a deux ans lors d’un référendum en Mars 2014. Mohamed Samer al-Khalil, ministre syrien de l’Économie, a affirmé pour sa part que la Crimée est le port le plus proche de la mer Noire. « En dépit des événements qui ont suivi la chute de l’Union soviétique, cette péninsule a rejoint son pays d’origine, après un référendum. Nous considérons la Crimée comme une partie intégrante de la Russie », a-t-elle affirmé à Sputnik.

Le 16 mars 2014, ils étaient 97 % ces électeurs de la République autonome de Crimée qui ont voté en faveur du rattachement de la Crimée et de la Ville autonome de Sébastopol à la Russie. Dossier que je connais bien puisque j’en ai été un des acteurs, en organisant avec EODE (1) le monitoring du Référendum d’auto-détermination de la Crimée et de Sébastopol en mars 2014 (2), mettant en échec à la fois l’UE, l’OSCE et l’OTAN (3). Pourtant, l’Ukraine, l’UE et les États-Unis considèrent ce référendum comme étant « illégal ». Les tensions persistent et la Russie est toujours sujette à des sanctions économiques.

En évoquant l’importance de cette rencontre, Samer al-Khalil a souligné « la nécessité de la création d’une Chambre de commerce syrienne qui pourra favoriser les futurs échanges commerciaux avec la Crimée et d’autres pays de la région; car cette région est une zone de libre-échange économique et par conséquent les marchandises syriennes sont exemptes de tarifs douaniers ou d’impôt ».

NOTES ET RENVOIS :

(1) EODE est un Think-Tank (spécialisé dans les analyses géopolitiques et idéologiques) et une Ong présente en UE, CIS, Afrique, qui pratique un « monitoring non-aligné », non liée aux organisations occidentales et opposée à l’idéologie occidentale, avec une expérience de près de 10 ans dans toute l’Europe de l’Est. EODE est aussi spécialisées dans les « républiques auto-proclamées » (Abkhazie, Transdniestrie, Nagorny-Karabagh), où elle a effectué missions et audit, notamment pour le Référendum de 2006 en Pridnestrovie (Transdniestrie ou PMR). EODE procède de façon professionnelle (nous travaillons suivant les standards et protocoles de l’OSCE) et son travail vise à soutenir la démocratie en action …

(2) Sur le Référendum d’auto-détermination de la Crimée et de Sébastopol :
EODE – Observatoire eurasien pour la Démocratie et les Elections – a été directement impliquée dans le référendum de Crimée. EODE était l’ONG en charge de l’organisation de la «Mission internationale de monitoring du référendum » :

* Voir sur EODE-TV:
EODE-TV & AFRIQUE MEDIA/ COMMENT LA CRIMEE EST REDEVENUE RUSSE/ UKRAINE VERSUS NOVOROSSIYA (1)
sur https://vimeo.com/103799370

* Fin février 2014, refusant le nouveau gouvernement pro-occidental arrivé au pouvoir à Kiev par le putsch du 21 février, les élus du parlement de Crimée s’étaient prononcés en faveur du rattachement de la péninsule à la Russie et avaient décidé que cette décision serait soumise à référendum parmi la population, majoritairement russophone, de la région. Les électeurs de la péninsule de deux millions d’habitants à majorité russophone, stratégique pour Moscou, avaient le choix lors du référendum du 16 février 2014 entre un rattachement à la Russie ou une autonomie nettement renforcée. Ce référendum, mécanisme essentiel de la Démocratie Directe, la seule réellement effective, dérangeait beaucoup. Aux grandes opérations diplomatiques des occidentaux pour délégitimer ce référendum correspondait une campagne médiatique de même nature. Ainsi la presse des USA et de l’UE se répandait en articles incendiaires sur le caractère douteux de ce référendum. Notamment écrit Libération (Paris), parce qu’il se ferait « en l’absence d’observateurs internationaux » …
Grossière erreur ! Et désinformation maladroite …
A la demande des autorités de la République autonome de Crimée et du Parlement de Crimée, et en raison de notre non-alignement et de notre expérience, EODE organisait en effet une MISSION INTERNATIONALE DE MONITORING DU REFERENDUM les 14/15/16/17/18 mars 2014.
A noter que invitée l’OSCE avait refusé par la voix de son président. De même que le Parlement Européen. Des instructions et même des interdictions de participer à notre mission ont été données dans de nombreux pays de l’UE. Et des pressions honteuses exercées sur des parlementaires – en Suisse, en France et en Irlande notamment – pour les faire renoncer à leur participation.

* La mission d’EODE était pluraliste et non-alignée :
Elle était composée de députés de différents niveaux et d’experts, de différentes idéologies, de droite comme de gauche ou ne s’inscrivant pas dans la logique du système occidental, y compris des indépendantistes républicains (intéressés au premier chef par le processus) de Catalogne (Espagne) et de Flandre (Belgique). Il y avait notamment des élus et des experts de Belgique, Espagne, Pologne, Hongrie, Italie, Israël, Allemagne, France, Turquie, Russie, Kyrgistan, Belarus, Autriche, Finlande, Lettonie … Plus de 130 représentants (finalement) de pays étrangers avaient observés le déroulement du référendum du 16 mars.

(3) Ce qui m’a valu une vaste campagne de diabolisation, le « Michelbashing », révélateur de la fureur de l’OTAN ! Mon crime : avoir pris une part déterminante dans la validation du Référendum en Crimée en amenant les Observateurs internationaux indispensables à la validation du processus (130 observateurs, dont 120 députés, venus de 23 pays !). Et avoir ainsi damné le pion à la puissante OSCE !
Suite à la Mission internationale de Monitoring pour le Référendum d’auto-détermination de la République de Crimée par l’Ong EODE, j’ai été sous les feux d’une campagne internationale (plus de 1.500 articles violemment diffamatoires dans 17 pays !!!). Au cœur de cette campagne en Belgique, le quotidien flamand DE MORGEN, nid d’anciens trotskystes recyclés dans le journalisme subsidié au service de l’impérialisme américain, de l’OTAN et de la Russophobie galopante. Utilisant la fausse biographie de Luc MICHEL diffusée par Wikipedia – autre officine barbouzarde –, le quotidien de l’OTAN me qualifiait d’ « extrémiste de droite » (sic), mais aussi « d’agent des services spéciaux russes ». Tout cela évidemment sans preuves ni documents …

Autre comparses du MORGEN : les antifascistes alimentaires du régime belgicain de l’officine ‘RESISTANCES’, dont le porte-parole Abramowicz, qui a fait carrière dans un ‘Centre pour l’égalité des chances’ dépendant des services du Premier Ministre belge et est aussi un ancien trotskyste, est au cœur du « Luc Michel bashing » des médias de l’OTAN. En Belgique ou en Tchéquie notamment. Après s’être tu depuis les débuts du ‘Maidan 2014’ sur les néonazis de Svoboda et Praviy Sektor ou la chasse aux juifs en Ukraine orangiste …

(Sources : SANA – Press TV – EODE Think Tank)

Photo :
Le président syrien, Bachar Assad et le président de la République autonome de Crimée (sujet de la Fédération de Russie), Sergueï Aksionov, à Damas ce 16 octobre 2018.
Les responsables syriens et de la République autonome de Crimée ont examiné les voies susceptibles de renforcer leurs coopérations, ce 15 octobre 2018.

LUC MICHEL (??? ??????) & EODE

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire –
Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily
https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/

* Luc MICHEL (??? ??????) :
WEBSITE http://www.lucmichel.net/
PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE
https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel.3.Geopolitique/
TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN
* EODE :
EODE-TV https://vimeo.com/eodetv
WEBSITE http://www.eode.org/

Le sommaire de Luc Michel
Le dossier Russie
Les dernières mises à jour

Source : Luc Michel

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.