Aller à…
RSS Feed

Le plan « révolutionnaire » d’un ancien chef du Mossad pour vaincre le Hezbollah…


France-Irak Actualité : actualités sur l’Irak, le Proche-Orient, du Golfe à l’Atlantique

Analyses, informations et revue de presse sur la situation en Irak, au Proche-Orient, du Golfe à l’Atlantique. Traduction d’articles parus dans la presse arabe ou anglo-saxonne, enquêtes et informations exclusives.

Publié par Gilles Munier sur 19 Août 2018,

Catégories : #Liban, #Hezbollah, #Syrie, #Palestine, #Israël, #Sionisme, #Trump

Revue de presse : L’Orient-Le Jour (17/8/18)*

« Si Trump annonce des sanctions contre le Liban, l’économie libanaise ne pourra pas tenir plus de trois ou quatre mois », estime l’ex numéro 1 des services de renseignements israéliens.

Il n’est plus possible de vaincre militairement le Hezbollah… Ce qu’il faut faire, c’est imposer des sanctions au Liban, comme les États-Unis le font avec l’Iran. C’est ce qu’affirme un ancien chef du Mossad, Tamir Pardo, dans une rare interview publiée par le quotidien israélien « The Jerusalem Post » ce vendredi**.

Pour cet ancien haut gradé du renseignement israélien, qui était en poste de 2011 à 2016, « il serait dix fois plus facile de limiter la menace que représente le Hezbollah en appliquant des sanctions, que cela ne l’est avec l’Iran. Et si le président Trump (imposait de telles sanctions) maintenant, l’impact serait plus important qu’il ne l’est actuellement sur la question du nucléaire iranien ».

« Le Liban est le seul État du monde qui dispose d’une entité terroriste ayant plus de pouvoir que l’armée nationale. Le Hezbollah est le Liban: il siège au gouvernement et au Parlement, il a un pouvoir de décision sur tous les dossiers politiques », affirme Tamir Pardo, qui souligne que le parti de Dieu « a énormément d’expérience en matière de combat, ce qui ne doit pas être pris à la légère ». Il ajoute que le Hezbollah, selon un modèle qui n’a pas d’équivalent ailleurs dans le monde, « fait inextricablement partie de l’Iran ».

Tamir Pardo, ancien chef du Mossad (2011-2016)

Ayant planté le décor, M. Pardo estime que la stratégie consistant à « attaquer le Hezbollah sans attaquer tout le Liban, comme lors de la guerre de juillet-août 2006 (12 juillet – 14 août, NDLR) est un concept obsolète ». « Israël peut toujours faire la guerre au parti chiite… Théoriquement, nous pouvons résoudre ce problème avec une guerre. Mais pour vaincre définitivement le Hezbollah, il faudrait envahir le Liban du Sud jusqu’au Nord, à cause de leurs missiles à longue portée », ajoute l’ancien numéro 1 du Mossad. Selon ses estimations, l’envoi de troupes jusqu’à l’extrême nord du pays du Cèdre « augmenterait considérablement les pertes, qu’il s’agisse de civils libanais ou de soldats de l’armée israélienne ». Le Hezbollah répliquerait, en outre, en frappant le territoire israélien avec toute sa puissance de feu « qui s’élève à près de 130 000 missiles ».

Dans ce contexte, l’ancien maître espion souligne que le « problème libanais » pourrait être résolu d’une manière « différente et plus appropriée ». Un plan qualifié de « révolutionnaire » par le Jerusalem Post.

« Que l’Iran retire entièrement ses tentacules »

« Si Trump annonce des sanctions contre le Liban, comme il l’a fait contre l’Iran, l’économie libanaise ne pourra pas tenir plus de trois ou quatre mois. Le Liban n’est pas l’Iran, c’est un pays minuscule qui dépend de l’Occident et des pays sunnites modérés », affirme-t-il. « Même s’il n’impose au Liban que certains aspects des sanctions imposées à l’Iran, cela reste un moyen beaucoup plus efficace que la guerre » pour vaincre le Hezbollah, ajoute Tamir Pardo. Il précise que, pour une efficacité optimale, les Occidentaux devront clairement indiquer que ces sanctions seront levées à deux conditions : « Si le Hezbollah abandonne ses armes ou est entièrement incorporé à l’armée libanaise et si l’Iran retire entièrement ses tentacules du Liban ».

« Si cette stratégie combine les capacités de Donald Trump, de la France et des États modérés du Golfe, elle pourra réellement changer la donner », insiste M. Pardo, qui relève « les intérêts similaires qu’ont ces pays à neutraliser le Hezbollah qui leur donne du fil à retordre notamment au Yémen ».

« Évidemment, admet l’ancien agent du Mossad, à court terme ces sanctions nuiront aux communautés sunnite et chrétienne du Liban. Mais les dommages qu’elles subiront seront minimes en comparaison à ceux engendrés par une guerre générale entre Israël et le Hezbollah ».

Dans un discours prononcé mardi, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait déclaré que « l’axe de la résistance est plus fort qu’il ne l’a jamais été » et que lors de la guerre de juillet 2006, le Hezbollah était « plus puissant que l’armée israélienne ». Il avait souligné que « l’Etat hébreu se reconstruit à la lumière des revers qu’il a subis en 2006. Il prépare des plans concernant ses centrales électriques et ses extractions de gaz parce qu’il sait que nous pouvons les atteindre ».

Fin juillet, le quotidien israélien Haaretz avait annoncé que l’armée israélienne avait évoqué avec le gouvernement une éventuelle nouvelle guerre avec le Hezbollah et présenté trois scénarios possibles. Selon le quotidien, l’armée israélienne prévoit qu’en cas de guerre, des centaines de milliers de roquettes pourraient être tirées du Liban-Sud et un bon nombre d’entre elles risqueraient de ne pas pouvoir être interceptées par le système de défense aérien israélien.

*Source : L’Orient-Le Jour

**L’interview de Tamir Pardo : Jerusalem Post

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.