Aller à…
RSS Feed

Le régime syrien accusé d’avoir tué des dizaines de personnes dans une attaque aux « gaz toxiques » Surtout des femmes et des enfants. Le régime et Moscou parlent d’une « farce ».


Qui Veut faire accuser Bachar ?

The Huffington Post
08/04/2018

HuffPost avec AFP

Anadolu Agency via Getty Images
Le régime syrien accusé d’avoir tué des dizaines de personnes dans une attaque aux « gaz toxiques ».

SYRIE – Une (nouvelle) attaque chimique meurtrière présumée du régime syrien sur la ville rebelle de Douma a suscité ce dimanche 8 avril l’indignation des Etats-Unis et du pape François, malgré les démentis du pouvoir de Bachar al-Assad et de son allié russe.

Douma est le dernier secteur sous contrôle des rebelles dans la vaste région de la Ghouta orientale, située aux portes de Damas et que le régime est déterminé à reprendre totalement coûte que coûte, avec l’aide de Moscou.

Samedi, les Casques Blancs, des secouristes en zones rebelles, un groupe insurgé ainsi que l’opposition en exil ont accusé le régime d’avoir mené une attaque chimique à Douma.

Une vision d’horreur absolue

Dans un communiqué commun avec l’ONG médicale Syrian American Medical Society, les Casques Blancs ont affirmé que 48 personnes avaient péri dans cette attaque aux « gaz toxiques ».

Ils ont également fait état de « plus de 500 cas, la plupart des femmes et des enfants », qui présentent « les symptômes d’une exposition à un agent chimique ». Les patients souffrent de « difficultés respiratoires », de « brûlures de la cornée » et dégagent « une odeur semblable à celle du chlore ».

Une vidéo postée par les Casques blancs sur leur compte Twitter et présentée comme tournée après l’attaque chimique présumée montre un enchevêtrement de corps sans vie, dont ceux de femmes et d’enfants, allongés à même le sol, les yeux parfois écarquillés et de la mousse blanche s’échappant de leur bouche.

Getty Images

Sur une autre, tournée dans un hôpital, des enfants en bas âge sont déshabillés et respirent grâce à des masques à oxygène.

Firas al-Doumi, un secouriste de Douma a évoqué « des scènes effroyables ». « Il y avait de nombreuses personnes en train de suffoquer, certaines sont mortes immédiatement », a-t-il dit à l’AFP. « C’était un massacre. Il y avait une très forte odeur sur les lieux qui a entraîné des difficultés respiratoires chez les secouristes ».

Il n’était pas possible de confirmer ces informations de source indépendante. Le régime a qualifié ces accusations de « farce » et de « fabrications ». Moscou a « démenti fermement cette information ».

« Rien ne peut justifier l’usage de tels instruments d’extermination »

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), qui dispose d’un réseau de sources dans le pays en guerre, a lui indiqué ne pas être en mesure de confirmer une attaque chimique du régime. Néanmoins, plusieurs voix se sont élevées pour condamner le recours présumé à des substances chimiques.

« Des nouvelles terribles nous parviennent de la Syrie avec des dizaines de victimes, dont beaucoup de femmes et d’enfants. Tant de personnes sont frappées par les effets des substances chimiques contenues dans les bombes », a déclaré le pape devant des milliers de fidèles rassemblés place Saint-Pierre. « Il n’y a pas une bonne guerre et une mauvaise, et rien, rien ne peut justifier l’usage de tels instruments d’extermination contre des personnes et des populations sans défense », a-t-il ajouté.

Donald Trump a réagi sur Twitter, dénonçant une « attaque chimique insensée » et annonçant que ‘le prix fort sera payé ».

« Beaucoup de morts, dont des femmes et des enfants, dans une attaque CHIMIQUE insensée en Syrie. La zone des atrocités est bouclée et encerclée par l’armée syrienne, ce qui la rend inaccessible au monde extérieur. Le président Poutine, la Russie et l’Iran sont responsables de leur soutien à l’animal Assad. Le prix fort sera payé. »

« Ces informations, si elles sont confirmées, sont effroyables et exigent une réponse immédiate de la communauté internationale », a indiqué le département d’Etat américain. « La Russie, avec son soutien sans faille au régime, porte la responsabilité finale de ces attaques brutales ».

La Grande-Bretagne a appelé « à une enquête urgente ». « Si ces informations sont correctes, elles seraient une preuve supplémentaire de la brutalité d’Assad contre des civils innocents et du mépris de ses soutiens pour le droit international », ont estimé les Affaires étrangères.

Getty Images

Le régime Assad a été maintes fois accusé de lancer des attaque au gaz sur des régions rebelles, ce qu’il a toujours nié.

Déterminé à faire plier le dernier groupe rebelle de Jaich al-Islam retranché à Douma, le pouvoir syrien avait repris vendredi son pilonnage de la cité, tuant une centaine de civils selon l’OSDH.

Après des raids aériens ce dimanche matin, le régime a suspendu ses bombardements et ses représentants ont tenu une réunion avec ceux de Jaich al-Islam, selon les médias officiels syriens. L’objectif: l’évacuation des rebelles de Douma vers des zones aux mains des insurgés dans le nord syrien.

Selon les médias, les autorités ont accepté ces négociations pour obtenir « la sortie des terroristes de Jaich al-Islam vers Jarablos (nord) ». Le régime qualifie les rebelles de « terroristes ». Jaich al-Islam est miné par des divisions internes, son aile radicale refusant d’évacuer Douma, selon l’OSDH.

350.000 morts en sept ans

Le 18 février, le régime a lancé pendant plusieurs semaines une offensive dévastatrice sur l’enclave rebelle dans la Ghouta orientale, qui a coûté la vie à plus de 1.600 civils selon l’OSDH.

Le pouvoir a ensuite laissé la place aux négociations sous l’égide de la Russie, qui ont permis d’évacuer plus de 46.000 combattants de deux autres groupes rebelles et civils, contraints de rejoindre Idleb (nord-ouest), une des provinces échappant au contrôle du régime.

Grâce à l’appui militaire de Moscou, le régime contrôle déjà plus de la moitié de la Syrie, ravagée par une guerre qui a fait plus de 350.000 morts en sept ans.

À voir également sur Le HuffPost:

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.