Aller à…
RSS Feed

Législatives 2018 : l’Irak, pays ingouvernable ?


France-Irak Actualité : actualités sur l’Irak, le Proche-Orient, du Golfe à l’Atlantique

Analyses, informations et revue de presse sur la situation en Irak, au Proche-Orient, du Golfe à l’Atlantique. Traduction d’articles parus dans la presse arabe ou anglo-saxonne, enquêtes et informations exclusives.

Publié par Gilles Munier sur 14 Août 2018,

Catégories : #Irak, #Trump, #Iran, #Kurdistan, #Mossoul, #CIA, #Macron, #Bagdad

Le choix du futur Premier ministre irakien se décide-t-il à l’ambassade US?

Par Gilles Munier/

Interdit de rire ! La Commission électorale irakienne a annoncé les résultats officiels des législatives du 12 avril dernier : la coalition En Marche (Sairoun) de Moqtada al-Sadr demeure en tête avec 54 députés et l’Alliance de la Conquête (Fateh- 47 sièges) de Hadi al-Amiri en gagne un. Pour les autres, pas de changement sinon dans la liste de leurs élus. Autrement dit : circulez, il n’y avait rien à voir.

Personne ne s’est offusqué de l’annulation pure et simple des bulletins des 882 urnes du quartier Al-Roussafa à Bagdad (rive gauche du Tigre), incendiées avant le recomptage début juin où, pourtant, 60% des 2 millions d’électeurs de la capitale ont votés.

A Kirkouk, où la fraude est avérée, la Commission a maintenu les résultats. Sur environ 1 140 bureaux de vote où des manipulations ont été constatées, seuls les bulletins de 190 bureaux ont été recomptés. Arshad al-Salihi, président du Front turkmène, affirme que les juges ont subi des pressions. Il va déposer une plainte, sans illusions.

Boycott

En Irak, depuis août 1990, date de la mise en place de l’embargo international, la situation humanitaire n’a fait qu’empirer, mais pas pour la maffia qui dirige le pays depuis la levée des sanctions. Ce n’est pas l’annonce faite par la Banque centrale, fin juillet dernier, que le ministère de Finances a empoché 600 milliards d’euros depuis 2005 qui va calmer la colère des manifestants chiites du sud du pays, ou ceux qui, à Bagdad – toutes ethnies et confessions confondues – réclament des conditions de vie normales. Tous savent qu’en Irak les législatives sont des élections bidons et qu’il n’y a rien à en attendre.

Il n’est pas interdit de penser que l’appel au boycott du scrutin – plus de 55% d’abstention – lancé par le cheikh Jawad al-Khalissi, imam du mausolée Al-Khadhimiya – où sont enterrés Moussa al-Kazim et Muhammad al-Jawad (7e et 9ème imam chiite) – a été en partie entendu.

A la différence du Grand ayatollah Ali al-Sistani – surnommé Bush-stani sous l’occupation – le cheikh Khalissi est connu pour avoir soutenu la résistance contre les troupes américaines (1) et pour son rejet de la constitution imposée au peuple irakien. Pour lui, dont le grand-père était un des leaders de la Révolution de 1920 contre les Anglais, la situation en Irak ne peut être résolue par des « élections factices », des « alliances artificielles » ou « dans les ambassades étrangères, en particulier américaine et britannique ». En juin dernier, il a annoncé la création d’une « Conférence nationale pour sauver l’Irak ».

Recours souverainiste

Les élus de 2018 vont pouvoir choisir le président – kurde – de la République et le président – sunnite – du Parlement ; et Moqtada al-Sadr, vainqueur du scrutin va poursuivre ses contacts pour former un nouveau gouvernement. Mais le veut-il vraiment ?

En posant 40 pré-conditions – très contraignantes – pour recruter un ministre, on a plutôt l’impression qu’il se positionne comme recours souverainiste dans le chaos qui va perdurer.

Si tous les blocs électoraux sont d’accord, du bout des lèvres, pour lutter contre la corruption, appliquer la préférence nationale en ce qui concerne les emplois dans le secteur pétrolier, et remettre en état les infrastructures du pays, on les voit mal interdire à leurs membres dirigeants possédant la double nationalité de postuler pour des fonctions officielles, comme le voudrait Moqtada al-Sadr.

Parmi les personnalités irakiennes jouissant de la double nationalité, on peut citer Fouad Massoum (président de la République) Iyad Allaoui (vice-président de la République), Haïdar al-Abadi (Premier ministre). Ibrahim al-Jaafari (ministre des Affaires étrangères), dont c’est également le cas, a révélé que sur 66 ambassadeurs, plus de 32 avaient un passeport étranger. Au Parlement, ce serait aussi le cas d’une centaine de députés.

La plupart des hommes politiques qui comptent ont la citoyenneté britannique. Rien ne prouve qu’ils l’aient abandonnée en accédant à leur fonction. Rien ne prouve non plus qu’ils soient tous manipulés par les services secrets des pays où ils étaient réfugiés, mais le doute subsiste dans l’esprit des Irakiens, surtout après que des ministres (Défense, Electricité, Transports) et le gouverneur de Bassora, accusés de corruption se sont enfuis d’Irak grâce à un second passeport, leur pays d’adoption refusant de les extrader.

La perspective

d’une Union irako-iranienne

Bien qu’ayant déclaré en juin soutenir Moqtada al-Sadr, Hadi al-Amiri, chef des Haschd al-Chaabi et de la Brigade Badr, dont la coalition est arrivée en seconde position, tente indépendamment de réunir suffisamment de députés pour présenter un gouvernement dont il serait le Premier ministre. Il aurait obtenu le soutien de Nouri al-Maliki, de Massoud Barzani et du clan Talabani, voire de Haïdar al-Abadi qui joue sur tous les tableaux dans l’espoir d’être à nouveau choisi comme Premier ministre de compromis par l’Iran et les Etats-Unis .

Mais, la perspective de l’élection d’Al-Amiri effraie Washington où il est décrit comme un agent du général iranien Soleimani, chef de la Brigade al-Qods, d’autant plus qu’il serait partisan de la création d’une fédération – ou d’une confédération – irako-iranienne…

Renverser un gouvernement

pro-américain dans les deux mois

Réagissant à des informations selon lesquelles l’ambassadeur américain Douglas Silliman et Brett McGurk, envoyé spécial de Donald Trump, se sont entretenu avec des responsables irakiens pour discuter de l’élection du futur Premier ministre, Hadi al-Amiri a assuré qu’il le renversera « dans les deux mois » , si les Américains parviennent à leurs fins. Il les a sommés de ne pas se mêler des affaires politiques irakiennes et a ajouté lors qu’une conférence de presse : « Avons-nous le droit de choisir un policier en Iran, en Turquie, en Arabie saoudite ou en Amérique? … Si la réponse est non, alors pourquoi devrions-nous accepter un Premier ministre choisi par eux? ». A bon entendeur, salut !

De son côté, Moqtada al-Sadr a prévenu que s’il ne parvient pas à constituer un gouvernement, il créera un « Bloc de salut national » dans l’opposition. Lui qui se veut au-dessus des partis, des ethnies et des confessions, n’ira pas jusqu’à déclencher un conflit intra-chiite pur imposer son programme. Il suffit de se souvenir qu’en février 2011, en dépit de son soutien aux manifestants anti-Maliki des « Journées de la colère » (23 morts), il avait changé brusquement de position pour soutenir ce dernier.

(Résultat des courses dans quelques semaines : en 2014, il a fallu attendre 9 mois)

(1) En mai 2004, le cheikh Jawad al-Khalissi avait constitué un Congrès national de 500 membres dont le comité de direction comprenait le cheikh Harith al-Dari, président de l’Association des oulémas musulmans en Irak (sunnite) et des personnalités kurdes. Le congrès appelait au boycott du Conseil de gouvernement irakien et des groupes politiques parrainés par les Etats-Unis, et réclamait le rétablissement de l’armée national.

Elections législatives 2018, lire aussi :

Législatives 2018 : Dégagisme à l’irakienne… Et après?

Formation du prochain gouvernement irakien : on prend les mêmes et on recommence ?

En Irak, le 12 mai, des élections législatives hors normes

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.