Aller à…
RSS Feed

Les résultats du scrutin chaotique de l’Irak


France-Irak Actualité : actualités sur l’Irak, le Proche-Orient, du Golfe à l’Atlantique

Analyses, informations et revue de presse sur la situation en Irak, au Proche-Orient, du Golfe à l’Atlantique. Traduction d’articles parus dans la presse arabe ou anglo-saxonne, enquêtes et informations exclusives.

Publié par Gilles Munier sur 18 Mai 2018, 10:41am

Catégories : #Irak, #Kurdistan, #Mossoul, #Bagdad

Victoire de Moqtada al-Sadr aux élections législatives

Par Serhat Erkmen (revue de presse : Actualite-news.com – 18/5/18)*

L’élaboration du prochain gouvernement irakien ne sera pas une tâche facile, selon les premiers résultats des élections de samedi.

Avec des résultats surprenants, les élections législatives irakiennes de samedi ont conduit à des accusations de truquage de votes. Mais en dépit des allégations de fraude et des « irrégularités » associées aux bulletins de vote déposés par le personnel de sécurité irakien, des résultats officieux ont plus ou moins été rendus publics.

La répartition suivante fournit les informations nécessaires pour suivre la formation prévue du prochain gouvernement du pays.

La coalition Sairoon menée par le religieux chiite Muqtada al-Sadr est arrivée en tête, suivie par la coalition de la victoire du Premier ministre Haider al-Abadi et le bloc Al-Fatih, ce dernier étant associé au Hachd al-Shaabi irakien.

Ces trois leaders, qui ont tous remporté entre 50 et 55 sièges au parlement irakien de 328 membres, ont été suivis par la Coalition d’Etat de droit de Nouri al-Maliki, la Coalition Al-Wataniya d’Ayad Allaoui et le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) de Massoud Barzani.

Pendant ce temps, la coalition d’Al-Qarar dirigée par Osama al-Nujaifi, l’Union patriotique du Kurdistan (UPK) et le mouvement national de la sagesse d’Ammar al-Hakim ont tous recueilli moins de 20 sièges chacun à l’assemblée.

Les autres partis et listes ont recueilli moins de dix sièges chacun.

En résumé, les premiers résultats suggèrent l’émergence de trois grandes coalitions chiites arabes relativement proches les unes des autres.

Faible taux de participation

Le vote a toutefois été entaché par un taux de participation relativement faible de seulement 44,5%. Lors des élections de 2014, en revanche, ce chiffre était de 63%.

La plupart des observateurs attribuent le faible taux de participation à la baisse de la confiance publique envers les politiciens; l’utilisation de cartes de vote électronique qui ont été distribuées à seulement 70% des votants; campagnes électorales peu convaincantes; et la grande population déplacée à l’intérieur du pays.

Les turbulences financières dans la région kurde irakienne à la suite du référendum du gouvernement régional à la fin de l’année dernière ont probablement aussi eu un impact sur le taux de participation.

Le faible taux de participation peut aussi être dû au fait que de nombreux Irakiens sont fatigués de voir les mêmes personnalités et partis politiques au cours des 15 dernières années. Depuis l’invasion menée par les États-Unis en 2003, ces politiciens ont largement échoué à résoudre les problèmes chroniques du pays.

Quel que soit le parti ou la coalition qui finira par former le prochain gouvernement, il devra inévitablement faire face à de nombreux défis, en partie à cause du soutien public insuffisant.

Le premier point mis en évidence par les résultats du sondage est que de nombreux Irakiens votent toujours selon des lignes ethniques et religieuses. Le deuxième point à tirer des résultats du sondage est que l’Irak a peu de chances de voir une stabilité politique à court terme.

Dans un parlement où aucun parti ne détient plus d’un sixième des sièges, le prochain gouvernement ne sera probablement pas assez fort pour mettre en œuvre des politiques permanentes.

Que les trois leaders sont tous Arabes chiites est le troisième problème. Cela signifie que le futur agenda politique sera en grande partie façonné par les finasseries entre les partis arabes chiites rivaux.

Le quatrième point concerne le prétendu truquage des votes, avec des rapports d’irrégularités à Kirkouk, Sulaymaniyah, Mossoul et Erbil.

Les Turkmènes de Kirkouk sont descendus dans les rues pour demander un recomptage. L’UPK, pour sa part, a exprimé sa volonté d’accepter les résultats de Sulaymaniyah, alors que d’autres partis kurdes – y compris le PDK – accusent l’UPK de fraude électorale.

Gagnants, perdants

Selon les résultats préliminaires, le mouvement sadriste, le Hachd al-Shaabi et le PDK ont été les grands gagnants, tandis que le Parti Al-Dawa et les Arabes sunnites en général – avec ceux qui s’opposaient à l’ordre actuel dans la région kurde – étaient parmi les perdants.

Le mouvement sadriste, par exemple, a remporté un peu plus d’un million de voix, contre 1,4 million en 2014. Mais étant donné le taux de participation relativement faible, cela signifiait encore une victoire pour le bloc d’Al-Sadr, qui a mené une campagne bien organisée dans la période précédant le vote.

La coalition Al-Fatih, soutenue par le Hachd al-Shaabi, est arrivée en deuxième position, grâce également à une bonne campagne électorale, qui a permis au bloc d’al-Sadr de gagner de l’argent.

Le PDK arrive en troisième position, conservant le même nombre de sièges au parlement malgré les retombées du référendum régional illégitime de l’an dernier. Compte tenu des querelles intestines entre ses opposants, le parti semble désormais prêt à jouer un rôle crucial à Bagdad.

Parmi les perdants, le parti Al-Dawa a perdu des sièges à l’assemblée en raison des différences entre les camps pro-Abadi et les camps pro-Maliki.

Al-Abadi a également subi un coup dur aux élections, n’arrivant à entrer en premier dans aucune province excepté Mossoul. Perdre son influence sur Al-Dawa – avec son soutien aux milices non étatiques – semble avoir coûté des voix au Premier ministre.

Les Arabes sunnites en général ont également perdu, leur liste la plus importante ne représentant que 20 sièges. Dans trois des cinq provinces à majorité sunnite, les partis chiites arabes sont arrivés en tête.

Certains observateurs attribuent ce fait au déclin de la confiance parmi les Arabes sunnites dans leurs dirigeants politiques, qui, selon plusieurs, n’ont pas réussi à les protéger du groupe terroriste de Daech après que ce dernier avait envahi une grande partie du pays en 2014.

L’UPK, pour sa part, a largement ignoré les électeurs turkmènes et arabes, en particulier ceux de Kirkouk, entraînant une perte de voix. Cette perte de sièges au parlement – et de prestige – peut entraîner l’exclusion de l’UPK du prochain gouvernement.

Former un gouvernement

La formation du gouvernement en Irak dépend de deux facteurs: les dynamiques internes et le rôle des acteurs externes.

En termes de dynamique interne, al-Sadr peut s’attendre à jouer un rôle de premier plan. Selon ses commentaires post-électoraux, al-Sadr est prêt à traiter avec tous les partis, à l’exception des coalitions PUK, Al-Fatih et État de Droit – autrement dit, tous ceux qui ne sont pas liés à l’Iran.

En ce qui concerne les acteurs extérieurs, ni les États-Unis ni l’Iran ne veulent voir un gouvernement dirigé par Al-Sadr.

Et il ne faut pas oublier que les États-Unis ont toujours le pouvoir d’empêcher les candidats qu’ils ne soutiennent pas d’assumer le poste de Premier ministre irakien.

Al-Maliki, par exemple, n’a pas réussi à protéger son poste de Premier ministre en 2014 après que les États-Unis et l’Iran ont soulevé leurs objections. Le rôle politique d’Al-Sadr peut donc être limité pour la même raison.

La politique irakienne est profondément affectée par l’impasse de longue date entre les États-Unis et l’Iran, qui maintiennent une influence considérable sur le pays.

Puisque l’Iran veut maintenir un front militaro-politique viable contre les États-Unis en Irak, il est peu probable qu’il approuve un gouvernement qui exclut à la fois les Hachd al-Shaabi et les Al-Maliki.

Le prochain gouvernement irakien sera donc largement façonné par la rivalité américano-iranienne. Alors que Téhéran ne soutiendra pas un gouvernement qui n’inclut pas les partis pro-iraniens, on peut s’attendre à ce que les États-Unis suivent une politique similaire.

Le processus d’élaboration du prochain cabinet du pays prendra vraisemblablement plusieurs mois, au cours desquels l’Irak pourrait très bien être affecté par des facteurs imprévus échappant à son contrôle.

Serhat Erkmen est professeur associé et membre du Département de la sécurité internationale et du terrorisme de la JSGA

*Source : Actualite-news.com

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.