Aller à…
RSS Feed

L’ingérence d’Israël dans la politique américaine est bien plus lourde que celle de la Russie


France-Irak Actualité : actualités sur l’Irak, le Proche-Orient, du Golfe à l’Atlantique

Analyses, informations et revue de presse sur la situation en Irak, au Proche-Orient, du Golfe à l’Atlantique. Traduction d’articles parus dans la presse arabe ou anglo-saxonne, enquêtes et informations exclusives.

Publié par Gilles Munier sur 8 Septembre 2018,

Catégories : #Poutine, #Trump, #Israël, #Sionisme

Noam Chomsky

Revue de presse : Chronique de Palestine (25/8/18)*

L’ingérence d’Israël dans la politique américaine « dépasse de loin tout ce que » la Russie a pu faire lors de l’élection présidentielle de 2016a déclaré Noam Chomsky, philosophe et commentateur politique juif-américain à l’émission d’information Democracy Now.

« Tout d’abord, si l’ingérence étrangère dans nos élections vous intéresse, tout ce que les Russes ont pu faire pèse ou compte à peine comparé à ce qu’un autre état fait ouvertement, effrontément et avec un soutien énorme, » a dit M. M. Chomsky à la journaliste Amy Goodman au cours d’une interview le mois dernier, qui a refait surface au vu de l’évolution des événements qui entourent l’ingérence présumée de la Russie dans les élections états-uniennes

« L’intervention d’Israël dans les élections américaines dépasse largement tout ce que les Russes ont pu faire. Je veux dire, même au point où le premier ministre d’Israël, Netanyahu, se rend directement au Congrès, sans même en informer le président, et s’adresse au Congrès, largement ovationné, pour tenter de saboter la politique du président – c’est ce qui s’est produit avec Obama et Netanyahu en 2015. »

« Poutine est-il venu s’adresser au Congrès en session conjointe pour essayer d’inciter ses membres à inverser la politique états-unienne, sans même, en informer le président ? »

M. Chomsky faisait référence au lobbying du Premier Ministre israélien Netanyahu contre l’accord sur le nucléaire iranien en 2015. Dans un discours au Congrès états-unien Netanyahu avait imploré les représentants et sénateurs de ne pas adopter le pacte, les prévenant que ce dernier transformerait le Moyen-Orient en une « poudrière nucléaire », et en retour reçut une ovation debout.

Ces déclarations font écho à celles de représentants du gouvernement et des services de renseignement qui ont en février exprimé leurs inquiétudes quant au fait que des gouvernements étrangers, dont Israël, manipulent le conseiller principal et gendre du président états-unien Donald Trump, Jared Kushner.

Selon un reportage du Washington Post, plus tôt cette année, le Conseiller à la Sécurité Nationale états-unienne le général McMaster, « a appris que Kushner avait des contacts avec des représentants étrangers en dehors de toute coordination avec le Conseil de Sécurité Nationale et non déclarés officiellement, » et s’inquiétait de ce que Kushner était « naïf et se faisait piéger » par certains gouvernements y compris Israël.

Kushner, qui a pour mission de « forger la paix » au Moyen-Orient, transportait aussi des éléments diplomatiques des plus sensibles bien qu’il n’ait pas obtenu l’habilitation de sécurité nécessaire à son rôle. Il est bien connu que le gendre du président est proche de plusieurs personnages politiques israéliens et est un ami de la famille de Netanyahu.

Dans cette interview, M. Chomsky a aussi mentionné des groupes de pression et des lobbyistes états-uniens, qui utilisent leurs ressources pour financer des campagnes électorales et « quasiment rédiger des lois pour les bureaux du Congres ».

« L’un des principes les plus élémentaires d’une démocratie qui fonctionne, c’est que les représentants élus soient à l’écoute de ceux qui les ont élus. Nous savons parfaitement que ce n’est tout simplement le cas aux États-Unis, » a conclu M. Chomsky.

Il est connu que des organisations comme l’American-Israeli Public Affairs Committee (AIPAC) font directement pression sur le Congrès de l’État américain, avec l’aide de la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines pour faciliter le contact entre la communauté juive et le pouvoir exécutif du gouvernement états-unien.

*Source et Traduction: Chronique de Palestine – MJB

Version originale: Middle East Monitor

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.