Aller à…
RSS Feed

Michel RAIMBAUD « Ces années syriennes où se dessine un nouvel ordre mondial ».


ITRI : Institut Tunisien des Relations Internationales

Publié par Candide le 29 janvier 2019 dans Chroniques

Le nouveau livre de Michel RAIMBAUD « Ces années syriennes où se dessine un nouvel ordre mondial ».
Prochainement aux Editions de l ITRI
Préface Par Zohra Credy

Ce livre se propose de présenter vingt trois articles de Michel RAIMBAUD qui sont des conférences données dans le cadre de colloques et de rencontres organisés autour de la crise syrienne. On peut penser que ce thème a été largement traité depuis 2011, en réalité, il a été galvaudé. Quand Michel RAIMBAUD a décidé de prendre la parole, c’était pour faire entendre la voix de la vérité face à ce qu’on peut appeler la plus grande campagne mensongère médiatique du siècle. Le lecteur tunisien serait étonné d’apprendre à quel point les puissances occidentales, connues pour être les chantres de la démocratie et de la liberté d’agir et de penser, ont pu imposer une chape de plomb et museler la liberté d’expression sur ce sujet.

En France, pays des Lumières et des libertés, aucune version différente des faits se rapportant à la crise syrienne ne fut tolérée.
On ne compte pas le nombre de manifestations en faveur de la Syrie, interdites en France tout au long de ces nombreuses années. Citons au moins le cas scandaleux de ce colloque « La Syrie en guerre » qui devait avoir lieu le 26 novembre 2016 au Mémorial de Caen, sous l’égide du Collectif pour la Syrie, avec la participation d’une vingtaine de personnalités (écrivains, journalistes, chercheurs, ambassadeurs, anciens directeurs des services de Renseignements ainsi que de nombreux responsables de centres de recherches). Cet événement, après avoir été programmé par la Direction du Mémorial, est annulé au dernier moment sur de simples rumeurs dues aux mauvaises langues et sous une pression politique sans précédent, à la grande stupéfaction de tous les intervenants !

Reporté par ses organisateurs au 28 janvier 2017 à l’Université Paris Sorbonne, ce colloque a été de nouveau annulé sur décision du Président de cette institution phare alors qu’il avait donné son accord quelques semaines auparavant.

Seul, le discours dominant vendu à une presse au service du Pouvoir faisait office de loi. Pourquoi a-t-on tué la vérité ? Pourquoi la France a-t-elle imposé le silence ? C’est ce que Michel RAIMBAUD va s’atteler à démontrer sans répit, notamment depuis la parution de son livre référence « Tempête sur le Grand Moyen-Orient ».

Contrairement à ce que nous pouvons penser, pour avoir appris tout petit dans nos écoles que la France est un grand pays démocratique, l’engagement de Michel RAIMBAUD dans cette bataille n’a pas été aisé car les rares voix de la dissidence ont été mises à la vindicte et taxées de complotistes par les médias-mensonges et une élite de charlatans, comme l’a qualifiée dans un de ses brillants articles, Bruno GUIGUE, une autre voix rebelle de la France.1
1-Bruno Guigue, Lettre ouverte aux charlatans de la révolution syrienne, Ouma, 17 mai 2016

Cette voix courageuse a été et reste encore d’un grand soutien pour le peuple syrien et pour tous les peuples du Levant car c’est en Syrie que se joue peut-être le devenir du monde, sinon assurément le devenir et l’avenir des peuples du Levant.

La guerre contre la Syrie, n’est pas une guerre classique, elle ne vise pas la conquête d’un territoire mais ce que ce pays représente comme positionnement idéologique et politique. L’agression contre la Syrie est une violente et brutale punition administrée à ceux qui refusent la soumission et l’assujettissement à la domination sionisto-atlantiste. Les interventions de Michel RAIMBAUD participent à consolider le projet de libération et de résistance aux velléités impérialistes à l’instar de la production de nos intellectuels organiques arabes engagés avec dévotion dans ce combat. Cette voix juste et morale, qui s’élève de l’intérieur de l’Occident dominateur, a beaucoup de mérite, elle émane d’un sursaut de conscience faisant échos aux nombreuses voix levantines, qui par devoir moral et historique, cherchent à s’approprier leur Histoire et défendre leur devenir en s’opposant au démantèlement de leur pays et à leur recomposition selon le plan sioniste de 1982 relayé par les néoconservateurs, des israélo-étasuniens pour la plupart, comme le précise Michel RAIMBAUD dans l’un de ses articles publié dans ce livre.

En raison des contentieux historiques Orient/Occident, et plus récemment du fourvoiement de l’élite française de gauche, certains levantins mettent en cause l’utilité des travaux des intervenants et analystes français. En réalité, ces voix françaises réfractaires au discours dominant et de la politique française, totalement alignée sur les positions atlantistes, sont productives bien que rares. Elles ont un impact notable auprès de l’opinion française. Sinon comment expliquer l’inquiétude du pouvoir politique devant la décrédibilisation des médias officiels et la montée en puissance de la presse alternative, relais de ces voix dissidentes ? L’embarras est réel à tel point que le président Macron a proposé une loi censure sous couvert de loi anti-fake news !

Sans conteste, les écrits de Michel RAIMBAUD ont aidé une partie de l’opinion à décoder la manipulation médiatique et à saisir les véritables enjeux et jeux de la guerre fomentée contre la Syrie et à lever le voile sur le cynisme politique de la diplomatie française.
En effet, ce matin, la presse syrienne a annoncé que la France a fourni des batteries antichars aux terroristes du Front-al-Nosra et aux autres factions djihadistes de la région d’Idlib. Ces terroristes sanguinaires qui ont décapité, égorgé, violé des femmes, kidnappé des enfants et gazé des populations civiles à Alep, à la Ghouta et ailleurs et que la France nous vend depuis 2011 comme rebelles et combattants pour la liberté. La déclaration de Laurent Fabius, ministre français des affaires étrangères, du 13 décembre 2012, sur « le bon boulot fait sur le terrain par Jabhat-al-Nosra », fraction d’Al-Qaïda, en dit long sur le fourvoiement de la diplomatie française. 1

1- Les Crises.fr, Enquête sur le Djihadisme en Syrie, retour sur « le bon boulot d’Al Nosra » (5/5) 16.3.2018
La presse mainstream a essayé de défendre Laurent Fabius face aux accusations de soutien au terrorisme lancées par certains, en arguant que le ministre n’a fait que rapporter la position de ses alliés arabes et notamment celle de la Coalition nationale syrienne. Toutefois, cette argumentation est peu convaincante pour deux raisons essentielles. La première c’est que la France n’a pas soutenu la décision américaine de placer Jabhat-al-Nosra sur la liste des organisations terroristes. Elle ne le fera que le 29 mai 2013. La deuxième est que la France s’est appropriée la position du Conseil national syrien qu’elle était la première à reconnaître bien qu’il ait à sa tête Moez KHATIB, un frère musulman et fervent défenseur du groupe terroriste d’Al-Qaïda. Farouk TAYFOUR, secrétaire général du mouvement de l’opposition, ainsi que Georges SABRA, adjoint du président de la Coalition nationale syrienne, partageaient le même discours. Ils se sont étonnés de la décision américaine du fait que le Front-al-Nosra soit une composante de l’armée libre syrienne, or l’ALS agit sous la coordination de l’occident et par conséquent de la France. Et tous ces défenseurs de ce groupe terroriste djihadiste étaient les protégés et les vis-à-vis de la république laïque française !
Et ce cri de conscience de l’auteur est le bienvenu parce qu’il fait écho au nôtre face aux dogmatismes politiques, économiques et religieux qui nous menacent.
La vérité sur la crise syrienne ou plus exactement le complot contre la Syrie n’a pas été que tue, elle a aussi tué. Elle a tué ceux qui ont osé élever la voix pour la dire.
En Tunisie, on doit s’interroger sur les véritables raisons qui sont derrière les assassinats politiques perpétrés dans notre pays. Les martyrs Chokri BELAID et Mohamed BRAHMI étaient-ils si menaçants pour leurs adversaires sur l’échiquier politique tunisien ? Leur élimination n’était-elle pas davantage liée à des enjeux plus importants ? On est en droit de se poser ces questions. Chokri BELAID comme Mohamed BRAHMI ont été les fers de lance de la dénonciation du complot fomenté contre la Syrie par les sionisto-impérialistes. Tous deux n’ont cessé de proclamer l’implication de la confrérie des frères musulmans via le Qatar et la Turquie et des salafistes wahhabites dans le projet sioniste de démantèlement de la Syrie en raison de leur engagement dans la coalition des « Amis de la Syrie ».
Est-ce un hasard que Mohammed Brahmi ait été assassiné le lendemain de son exposé à la télévision, documents à l’appui, du plan Oded Yinon de décomposition des Etats arabes du Levant et de sa diatribe contre les dogmatiques de la démocratie en Tunisie qui ne voulaient voir dans les évènements qui secouaient la Syrie qu’une révolution contre la dictature ? Est-ce un hasard que les deux assassinats politiques aient concerné deux militants de la mouvance nationaliste arabiste progressiste proche de l’idéologie baathiste de l’Etat syrien que la coalition islamo-sionisto-atlantiste cherchait à abattre !
Ce n’est pas un hasard non plus si le rapport de la MISSION d’observation chargée par la Ligue arabe de vérifier l’application des termes de l’accord de résolution de la crise syrienne conclu avec l’Etat syrien fut classé sans suite par le Qatar, bien qu’il ait été adopté par 4 pays sur 5 membres du Conseil désigné pour le suivi du travail de ladite Mission. Les conclusions de ce rapport, faisant suite à une vaste et rigoureuse enquête menée par 160 observateurs durant un mois dans toutes les régions syriennes et auprès de tous les acteurs sociaux, ont apporté les clarifications nécessaires sur les événements qui traversent la Syrie. Pour la vérité historique, nous devons souligner que la Mission des observateurs a été la première instance officielle à dénoncer la désinformation et la propagande mensongère des médias, elle a attiré l’attention sur la manipulation et la fabrication de fausses nouvelles ou parfois l’exagération des faits en vue de diaboliser à tort les forces de sécurité syriennes tout en ignorant les violences perpétrées par les groupes armés.1
On comprend pourquoi cette Mission mandatée par la Ligue arabe a été traitée de mascarade, de vaine et d’imposture par la presse française ! Personne ne voulait entendre la vérité. Les voix des observateurs intègres et honnêtes intellectuellement ont été couvertes par le vacarme des tambours de la guerre dont le peuple syrien fut la principale victime.
Le combat pour la vérité est une quête légitime et honorable, c’est pourquoi il nous a paru important de publier les écrits de Michel RAIMBAUD qui lèvent le voile sur beaucoup de mensonges et nous livrent des éléments de connaissance permettant de saisir les véritables raisons de la guerre qui a bouleversé la Syrie, berceau de l’Humanité.

Le rapport de la mission des observateurs arabes en Syrie

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.