Aller à…
RSS Feed

Quand LREM veut réaliser le rêve du CRIF !


Kader Hamiche

Vendredi 21 février 2019
Criminaliser l’antisionisme : une forfaiture !

Surfant sur l’émotion suscitée par l’incident Finkielkraut, des élus macronistes préparent « une résolution ou une proposition de loi afin que l’antisionisme – le fait d’être opposé à la création, l’existence ou l’extension de l’État d’Israël – soit reconnu comme un délit ». En mélangeant tout, on permet le pire. Être « opposé » (comment est-on opposé à quelque chose qui A EU lieu ?) à la création d’Israël est une opinion politique ; être pour ou contre son existence est un sentiment ; refuser l’extension d’Israël est une option. Cette proposition n’a qu’un but : faire passer l’idée de la légitimité du Grand Israël comme vérité première et dont la contestation est justiciable des tribunaux. C’est très exactement ce dont rêve Netanyahou et que le lobby sioniste international tente d’institutionnaliser partout en Europe.

C’est une disposition à caractère totalitaire qui n’étonne pas venant de députés d’un parti qui vote sans sourciller des lois ou couvre des agissements attentatoires aux libertés publiques. On voudrait renvoyer de nouveau Eric Zemmour devant les tribunaux qu’on ne s’y prendrait pas autrement. En effet, comme beaucoup d’autres Juifs français, il considère la création d’Israël comme une aberration de l’Histoire. Blague à part (car ce n’est pas lui la cible ; son obsession islamophobe sert parfaitement les vues du CRIF), c’est une aberration à laquelle j’adhère pleinement.
Sur la création d’Israël

Ne pas considérer la création d’Israël comme légitime est une OPINION car cela s’appuie sur un raisonnement logique. Voici le mien et voici pourquoi je pense que la création d’Israël est une aberration de l’Histoire :

faire reposer des revendications territoriales sur la croyance dans une promesse divine, autrement dit une superstition, est une insulte à l’esprit rationnel, cartésien, républicain et démocratique, donc laïque, qui est censé nous guider et dont les Sionistes se gargarisent… pour les autres ! Cette référence est d’autant plus absurde qu’elle émane de gens qui, pour la plupart, sont athées ;
cette revendication – et le sionisme lui-même – sont récusés par la plupart des théologiens juifs. Ils considèrent que la création d’Israël va à l’encontre des enseignements de la Torah. D’ailleurs, pour eux, Israël est un état sioniste, non un état juif ;

s’appuyer sur une présence hypothétique de ses ancêtres sur un territoire est irrecevable dans l’absolu ; ça l’est encore plus quand il s’agit de populations dont 80% descendent de convertis et n’ont aucun lien avec le territoire revendiqué ;
les Sionistes prennent pour référence la présence en Palestine des tribus abrahamiques sans préciser qu’elles étaient venues de Mésopotamie (Ur) au 2ème millénaire avant JC. On ne voit pas bien pourquoi leur descendance serait plus légitime que celle des populations qui étaient là avant eux[1].

Autrement dit, rien ne permet de dire que la création d’Israël est d’une légitimité telle qu’il serait interdit de la contester. Je suis, de ce point de vue, antisioniste et je considère toute disposition qui m’obligerait à penser autrement. comme une forfaiture et une atteinte à ma liberté d’opinion
Sur l’EXISTENCE d’Israël.

Israël n’est pas seulement une abstraction, un concept ; c’est une réalité de chair et de sang. Beaucoup d’Israéliens doivent de l’être à l’Histoire. Fondé par des idéologues athées russes, ukrainiens, géorgiens, lituaniens, polonais et allemands, dont certains très proches des Nazis, mais aussi palestiniens, Israël a été peuplé par des gens simples et souvent pauvres convaincus, séduits ou trompés par un discours politique qui les dépassait. Beaucoup, parmi eux, ne demandaient et beaucoup de leurs descendants ne demandent qu’à vivre en paix avec leurs voisins. Si les « Juifs » de la diaspora ne votaient pas, la Palestine vivrait en paix depuis quarante ans. Par conséquent, quoiqu’antisioniste, je souhaite qu’Israël survive aux folies de ses dirigeants.

Mais j’y crois de moins en moins car Israël est l’otage des ultra-Sionistes juifs ou d’origine juive, chrétiens ou athées pour qui c’est l’alibi de leurs propres passions idéologiques, religieuses ou simplement racistes. On le voit aux États-Unis où les Juifs sionistes sont minoritaires mais ont le soutien des cinquante millions d’Évangélistes américains qui croient en la prophétie biblique du règne du Messie chrétien… après un intérim des Juifs. Au besoin, au prix d’une guerre contre l’Iran et de la destruction du Levant. Ce sont ces mêmes évangélistes qui ont soutenu la croisade anti-musulmane de Georges Bush, basée sur le projet de Grand Israël censé « rendre » aux Juifs tous leurs territoires de l’Antiquité, qui a déclenché le chaos actuel. Le pendant français de ces ultra-Sionistes non-juifs existe et s’active beaucoup en marge de la politique nationale, notamment sur les réseaux sociaux. Ce sont des néo-conservateurs venus de la gauche autant que de la Droite françaises mais aussi des gens d’extrême-droite raciste et, même antisémite, qui se sont, par islamophobie, découvert une passion pour Israël. Certains d’entre eux allant même jusqu’à rêver pour la France d’un état policier et militarisé à l’exemple d’Israël, oubliant juste qu’il y faudrait multiplier nos forces de sécurité par six. (Lire Facho-sionisme contre islamo-gauchisme. Des accointances des Chrétiens avec le sionisme)

Pour l’heure, ces gens ont pignon sur rue et sont très puissants aux États-Unis, ce qui assure un certain avenir à l’extrême-droite israélienne. Mais ça ne durera pas. En effet, les Évangélistes, représentent au maximum un sixième de la population US. Avant vingt ans, ils ne seront bientôt plus aussi influents du fait de l’augmentation rapide du nombre de Catholiques latinos et de Noirs. La politique américaine sera alors beaucoup moins favorable à Israël. Bref, si les Sionistes veulent vraiment la survie d’Israël, ils ont intérêt à en rabattre sur leurs ambitions. J’espère que c’est ce qui arrivera mais, en voyant le zèle mis par Netanyahou, ses amis et ses soutiens américains et français, à provoquer une guerre totale au Levant, je suis pessimiste.
Sur l’EXTENSION d’Israël.

Je le suis encore plus aujourd’hui où des députés LREM veulent criminaliser l’antisionisme y compris dans ce qu’il a de plus recevable et digne, la lutte contre le projet des Sionistes d’EXTENSION d’Israël. Evidemment, je ne crois pas qu’ils obtiennent à l’Assemblée nationale le vote d’une loi mais une « résolution » suffira à leur bonheur. Le CRIF, ses satellites, ses affidés ses clients et ses nombreux relais médiatiques ne manqueront jamais d’en jouer pour contrecarrer, voire pour faire condamner, toute expression d’opposition à la politique raciste et d’apartheid d’Israël.

Mais cette proposition de criminaliser même les opinions et les options politiques est peut-être l’abus de trop. J’ai bon espoir qu’elle ouvre les yeux de beaucoup de Français qui n’ont pas encore compris que crier à l’antisémitisme n’est qu’une stratégie pour faire passer des choses insupportables pour l’esprit cartésien, rationnel, républicain et laïque qui est la condition de la démocratie.

[1] De nombreux Juifs (dont Shlomo Sand) considèrent que les Palestiniens d’aujourd’hui – que les Sionistes persécutent – sont les descendants des Juifs restés en Palestine après la « dispersion ». Pour beaucoup de théologiens juifs, l’Islam est contemporain du Judaïsme. Une des thèses de mon livre en cours d’écriture « L’Islam par un nul » est que le Coran, écrit par des Juifs nazoréens (Juifs considérant Jésus comme le Messie), l’a été pour rassembler les Judéo-Chrétiens opposés au dévoiement de leur religion autour d’un livre inspiré de la Torah.

Le dossier politique
Les dernières mises à jour

Source : Le site de l’auteur
https://www.kader-hamiche.fr/…

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.