Aller à…
RSS Feed

Raghad Saddam Hussein sur la liste des 60 suspects les plus recherchés par Bagdad



Publié par Gilles Munier sur 5 Février 2018,

Catégories : #Irak, #Jordanie, #EI, #Iran, #Liban
Raghad Saddam Hussein sur la liste des 60 suspects les plus recherchés par Bagdad

Par Gilles Munier

Le nom de Raghad Saddam Hussein est sur la liste des 60 personnes les plus recherchées, adressée à Interpol par le régime de Bagdad.

Outre la fille de l’ancien président irakien, y figurent également : 28 membres de l’Etat islamique (EI), parmi lesquels Fawwaz Mohammad Mutlaq – ancien officier des Feddayin de Saddam devenu membre du Conseil militaire de l’EI -, 12 membres d’Al-Qaïda et 20 baasistes dont Mohammad Younes al-Ahmad qui dirige une des branches dissidentes de ce parti.

Curieusement, les noms de Izzat Ibrahim al-Douri, chef du parti Baas irakien clandestin, et de Abou Bakr al-Baghdadi – calife de l’EI – n’y figurent pas. Un haut responsable irakien des services de sécurité a refusé de dire pourquoi, mais c’est doute parce qu’ils font l’objet d’un avis de recherche plus ancien.

Maan Bashour

Seul étranger recherché : le Libanais Maan Bashour, ancien secrétaire général du Congrès national arabe, militant anti-impérialiste de toujours, connu pour son opposition à l’occupation américaine de l’Irak et pour son antisionisme. Il est accusé d’avoir recruté des combattants qui auraient participé à des « opérations terroristes en Irak », ce qu’il nie.

L’accusation ne l’étonne pas. Il a déclaré à l’AFP : « Cette histoire remonte à l’époque de l’invasion américaine de l’Irak, quand nous étions partisans de la résistance irakienne (…) Oui, nous menions des activités contre l’occupation américaine ».

N’ayant plus de problèmes aujourd’hui avec les autorités irakiennes, il pense être « blacklisté » en raison de son opposition à la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël. Ce qui voudrait dire que des conseillers américains ont participé à l’élaboration de la liste…

Interviewée par téléphone par la chaine Al Arabiya, Raghad Saddam Hussein a déclaré qu’elle ne réside plus actuellement en Jordanie et que l’inclusion de son nom sur la liste ne l’étonne pas, car il l’était aussi sur les précédentes. Les services de sécurité jordaniens l’ont prévenue à plusieurs reprises que ses activités étaient suivies « au microscope » par le régime de Bagdad.

Sur le même sujet, lire aussi :

Jordanie : Raghad, fille aînée de Saddam Hussein, menacée d’expulsion ? (juillet 2014)

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.