Aller à…
RSS Feed

Un entretien avec Abou Mahdi al-Mohandes, leader adjoint des Hachd al-Chaabi



Publié par Gilles Munier sur 17 Novembre 2017,
Catégories : #Irak, #Kurdistan, #Iran, #Syrie
Abou Mahdi al-Mohandes

Abou Mahdi al-Mohandes

Par Pepe Escobar (revue de presse : Réseau international – 17/11/17)*

En direct de Bagdad : le secret de la renaissance irakienne (titre original)

Lors d’une matinée balayée par une tempête de sable à Bagdad au début de la semaine dernière à Bagdad, Abou Mahdi al-Mohandes, le légendaire leader adjoint de Hashd al-Shaabi, alias « People Mobilization Units » (PMUs) et véritable cerveau de nombreuses batailles au sol contre Daech, a rencontré un petit nombre de journalistes et d’analystes étrangers indépendants.

Ce fut un moment de changement de jeu à plus d’un titre. C’était la première interview détaillée accordée par Mohandes depuis la fatwa émise par le Grand Ayatollah Sistani – le marja immensément respecté (source d’émulation) et la plus haute autorité cléricale en Irak – en juin 2014, lorsque Daesh avait traversé la frontière syrienne. La fatwa, traduite librement, se lit comme suit: « Il est du devoir de chaque Irakien capable de porter des armes de se porter volontaire avec les forces armées irakiennes pour défendre les sanctuaires du pays ».

Mohandes a consacré du temps pour les combats spécialement pour la rencontre, et est ensuite parti directement pour al-Qaim. Il était sûr que « al-Qaim serait pris en quelques jours » – une référence à la ville frontalière irakienne tenue par Daesh et reliée au bastion de Daech Abu Kamal en Syrie.

C’est exactement ce qui s’est passé, seulement quatre jours plus tard; les forces irakiennes ont immédiatement lancé une opération de nettoyage et se sont préparées à rencontrer les forces syriennes avancées à la frontière – preuve supplémentaire que la recomposition de l’intégrité territoriale de l’Irak et de la Syrie est un travail en cours (rapide).

La rencontre avec Mohandes a eu lieu dans un complexe à l’intérieur de la Zone Verte massivement fortifiée – une bulle américaine entièrement isolée de la zone rouge ultra-volatile de Bagdad avec de multiples checkpoints et des chiens renifleurs tenus par des sous-traitants américains.

Pour corser le tout, le département d’État américain qualifie Mohandes de « terroriste ». Cela équivaut dans la pratique à criminaliser le gouvernement irakien à Bagdad – qui a dûment publié une déclaration officielle réfutant avec fureur cette qualification.

Les Hashd al-Shaabi sont un organe officiel regroupant des dizaines de milliers de volontaires liés au bureau du commandant en chef des forces armées irakiennes. Le Parlement irakien a pleinement légalisé les PMU en novembre 2016 via la résolution 91 (le point numéro 4, par exemple, stipule que «les Hashd al-Shaabi et leurs affiliés sont soumis à des réglementations militaires qui sont appliquées sous tous les angles».)

Ses 25 brigades de combat – comprenant chiites, sunnites, chrétiens, Yézidis, Turkmènes, Shabak et Kurdes – ont joué un rôle absolument crucial dans la lutte contre Daech à Samarra, Amerli, Jalawla, Balad, Salahuddin, Falloujah (35 batailles différentes), Shirqat et Mossoul (surtout sur l’axe ouest de la base de Qayarah à la frontière irako-syrienne, coupant les chaînes d’approvisionnement et bouclant Mossoul pour empêcher une tentative d’évasion de Daech en Syrie).

Reprise de Kirkuk « en quelques heures »

Mohandes décrit Hashd al-Shaabi comme «une force militaire officielle» qui joue un «rôle complémentaire» à l’armée irakienne. Le plan initial était que Hashd al-Shaabi devienne une garde nationale – ce qui est le cas actuellement; « Nous avons des drones de reconnaissance et des unités d’ingénierie que l’armée n’a pas. Cela ne nous dérange pas si nous sommes appelés des gendarmes.» Il est fier que Hashd al-Shaabi mène une « guerre non conventionnelle », tenant le haut du pavé « militairement et moralement » avec « des victoires remportées en un temps record ». Et « contrairement à la Syrie », sans soutien russe direct.

Mohandes est clair dans le fait que l’Iran était le seul pays à soutenir la lutte de l’Irak contre Daesh. L’Irak a rendu la pareille en aidant la Syrie en «facilitant les vols des avions iraniens». Sans accord sur le statut des forces (SOFA) entre Washington et Bagdad, «les Américains avaient retiré les compagnies qui entretenaient les chars Abrams.» En 2014, nous n’avions même pas d’AK -47. L’Iran nous les a donnés. L’ambassade américaine avait 12 hélicoptères Apache prêts à transporter des diplomates si Bagdad tombait entre les mains de Daesh« .

Un an plus tard, « Bagdad aurait été occupé » s’il n’y avait pas eu Hashd al-Shaabi «C’est comme si tu étais dans un hôpital et que tu avais besoin de sang. Les Américains se présentent avec la transfusion quand il est trop tard ». Il est catégorique : « les Etats-Unis n’ont pas fourni une seule balle » dans la lutte globale contre Daech. Et pourtant, Mohandes précise que les « États-Unis peuvent rester en Irak si le gouvernement irakien le décide. Mon opinion personnelle est bien connue ».

Mohandes considère la «guerre médiatique» [occidentale] menée contre Hashd al-Shaabi comme «normale depuis le début»; «Les pays qui soutenaient le terrorisme ne pouvaient pas percevoir l’émergence d’une force populaire et ne reconnaissent pas le nouveau système politique en Irak.» Sur cette note, il ajouta avec regret: «Vous pouvez sentir le pétrole».

Mohandes a été personnellement blessé à Halabja et également à Anfal, dans les opérations anti-kurdes de Saddam Hussein. Il était « heureux de voir le Kurdistan sauvé après 1991»; il souligne : « nous avions des martyrs qui sont tombés au Kurdistan en le défendant »; et il se considère comme un ami des Kurdes, entretenant de bonnes relations avec leurs dirigeants. Les conseillers iraniens, aux côtés de l’armée irakienne et Hashd al-Shaabi ont également «empêché Daech de conquérir Erbil».

Pourtant, après un « référendum unilatéral, l’Irak a dû affirmer l’autorité de l’Etat ». La reprise de Kirkuk – en grande partie une opération de Hashd al-Shaabi – était «une question d’heures»; les Hashd al-Shaabi « ont évité les combats et sont restés seulement dans la banlieue de Kirkouk ». Mohandes a discuté auparavant des détails opérationnels avec les peshmergas, et il y avait une coordination complète avec l’Iran et la Turquie; « C’est une idée fausse selon laquelle les dirigeants kurdes pourraient compter sur la Turquie ».

Falloujah, enfin sécurisée

Les Hashd al-Shaabi insistent absolument sur leur protection des minorités ethniques, se référant à des milliers de Sabak, Yazidi et Turkmènes – parmi au moins 120 000 familles – contraints par Daech à devenir des déplacées. Après la victoire des batailles de libération, les Hashd al-Shaabi ont fourni à ces familles de la nourriture, des vêtements, des jouets, des générateurs et du carburant. J’ai confirmé que bon nombre de ces dons provenaient de familles de combattants de Hashd al-Shaabi dans tout le pays. Les priorités de Hashd al-Shaabi comprennent des équipes d’ingénierie de combat ramenant les familles dans leurs zones après avoir nettoyé les mines et les explosifs, puis rouvrir les hôpitaux et les écoles. Par exemple, 67 000 familles ont été réinstallées chez elles à Salahuddin et 35 000 familles à Diyala.

Mohandes souligne que « dans la lutte contre Daech à Salahuddin et à Hawija, les commandants de brigade étaient sunnites ». Les Hashd al-Shaabi comprennent une brigade chrétienne de Babylone, une brigade yézidie et une brigade turkmène; « Quand les Yazidis étaient assiégés à Sinjar, nous avons libéré au moins 300 000 personnes. »

Dans l’ensemble, les Hashd al-Shaabi comprennent plus de 20 000 combattants sunnites. Comparez-le au fait que 50% des kamikazes de Daech en Irak sont des ressortissants saoudiens. J’ai confirmé avec Sheikh Muhammad al-Nouri, dirigeant des érudits sunnites à Falloujah : «C’est une bataille idéologique contre l’idéologie wahhabite. Nous devons quitter l’école wahhabite et rediriger nos connaissances vers d’autres écoles sunnites. » Il a expliqué comment cela fonctionnait sur le terrain à Haditha (« nous étions capables de contrôler les mosquées ») et nous motivions les gens à Falloujah durant 30 minutes; « Fallujah est une ville irakienne. Nous croyons en la coexistence».

Après 14 années au cours desquelles Falloujah n’était pas sécurisée, et avec l’expansion rapide de l’expérience Haditha, Sheikh Muhammad est convaincu que « l’Irak déclarera une guerre différente contre la terreur ».

L’approche inclusive a également été confirmée par Yezen Meshaan al-Jebouri, chef de la brigade Salahuddin de Hashd al-Shaabi. Ceci est crucial parce qu’il est membre de la très importante famille sunnite Jebouri, historiquement hostile à Saddam Hussein; son père est l’actuel gouverneur de Tikrit. Al-Jebouri dénonce «la corruption de l’État dans les régions sunnites», une «impression d’injustice» et le fait que pour Daech, «les sunnites qui ne les ont pas suivis devraient aussi être tués». Il s’inquiète de «l’accumulation d’armes développées saoudiennes. Qui garantit qu’elles ne seront pas utilisées contre la région?» Et il refuse l’idée que «nous sommes considérés par l’Occident comme faisant partie du projet iranien» .

La victoire militaire rencontre la victoire politique

Loin du «terroriste» stéréotypé, Mohandes est d’une intelligence désarmante, spirituelle et candide. Et un patriote irakien pur-sang; « L’Irak rétablit maintenant sa position à cause du sang de ses fils. Nous avions besoin d’une force militaire capable de combattre une menace interne. Nous accomplissons un devoir religieux national et humanitaire. » Soldats à part, des milliers de bénévoles supplémentaires de Hashd al-Shaabi ne reçoivent pas de salaire. Les députés et même les ministres étaient actifs sur le champ de bataille. Mohandes est fier que « nous avons une chaîne de commandement comme l’armée »; que les Hashd al-Shaabi hébergent «des milliers de personnes ayant des diplômes universitaires»; qu’ils dirigent « des douzaines d’hôpitaux de campagne, des unités de soins intensifs » et ont « le corps de renseignement le plus fort en Irak ».

À Bagdad, j’ai personnellement confirmé que le récit accusant Hashd al-Shaabi d’être l’armée privée du Premier ministre Nouri al-Maliki est un non-sens. Si tel était le cas, le Grand Ayatollah Sistani devrait être pointé du doigt, puisqu’il est conceptuellement le père de Hashd al-Shaabi. Hadi al-Amiri, le secrétaire général de la puissante organisation Badr, également très active dans la lutte contre Daech, m’a souligné que les Hashd al-Shaabi « font partie du système de sécurité intégré au ministère de la Défense ». Mais maintenant « nous avons besoin d’universités et voulons promouvoir l’éducation ».

Le professeur pakistanais Hassan Abbas, du Collège des affaires de sécurité internationale de l’Université de la Défense nationale à Washington, est allé encore plus loin, car nous avons longuement discuté non seulement de l’Irak et de la Syrie mais aussi de l’Afghanistan et du Pakistan; « L’Irak est maintenant dans une position unique vers une société démocratique et pluraliste », prouvant que « la meilleure réponse au sectarisme est l’harmonie religieuse ». Cette « inclusion contre le Takfirisme » doit maintenant se connecter dans la rue « avec la loi et un système de justice équitable » . Abbas souligne que la base que l’Irak doit mettre en place est l’application de la loi par le biais d’une enquête scientifique; « Le maintien de l’ordre est la première ligne de défense ».

Bagdad a pu, presque simultanément, remporter deux atouts majeurs; une victoire militaire à Mossoul et une victoire politique à Kirkouk. Si l’Irak se stabilise, effaçant le culte de la mort de Daesh, la Syrie le fera aussi. Comme le note al-Jebouri, «maintenant chaque communauté doit avoir une part du gâteau». Au moins 7 millions d’emplois et de retraites sont payés par Bagdad. Les gens veulent le retour des salaires payés régulièrement. Cela commence par une sécurité décente dans tout le pays. Mohandes était l’ingénieur – sa véritable profession – des batailles clés contre Daech. Il y a un large consensus à Bagdad que sans lui, Daesh serait fermement installé dans la zone verte.

Hashd al-Shaabi est déjà un phénomène pop irakien, reflété dans cet énorme coup de la superstar Ali al-Delfi. De la pop à la politique c’est tout autre chose. Mohandes est catégorique sur le fait que les Hashd al-Shaabi ne s’impliqueront pas dans la politique « , et ne contesteront pas directement les élections. Si quelqu’un le fait, et de nombreuses personnes sont maintenant très populaires, ils doivent quitter Hashd.»

De la guerre hybride au renouveau national

Après plusieurs jours passés à discuter avec le personnel de Hashd al-Shaabi et à observer comment ils opèrent sur un champ de bataille de guerre hybride complexe associé à un processus de recrutement actif et une forte présence dans les médias sociaux, il est clair que les Hashd al-Shaabi sont maintenant solidement établis comme une colonne vertébrale qui sous-tend la sécurité de l’État irakien, une série de programmes de stabilisation – y compris des services médicaux indispensables – et, surtout, l’introduction d’une mesure d’efficacité que l’Irak n’avait pas connue depuis près de trois décennies.

C’est une sorte de mécanisme de construction de l’État issu d’une éthique de la résistance. Comme si la menace inquiétante de Daech, qui a pu conduire jusqu’à 3,1 millions de personnes déplacées, a secoué le subconscient collectif irakien, éveillé le prolétariat chiite irakien / les masses privées de leurs droits et accéléré la décolonisation culturelle. Et ce développement complexe ne pouvait pas être plus éloigné du fanatisme religieux.

Au milieu des panégyriques wilsoniens et des références au plan Marshall, le ministre des Affaires étrangères Ebrahim al-Jaafari est également un fervent défenseur des Hashd al-Shaabi, le désignant comme «une expérience à étudier», un «nouveau phénomène à base humaine opérant sur un cadre légal», et « capable de briser le siège de la solitude dont l’Irak a souffert pendant des années ».

Se référant à l’offensive de Daech, Jaafari a insisté sur le fait que « l’Irak n’a pas commis de crime » en premier lieu, mais heureusement il y a «une nouvelle génération de jeunes capables de renforcer l’expérience ». Après la réconciliation, l’accent est maintenant mis sur « une ère de participation nationale ». Il affirme catégoriquement que «les familles des membres de Daech ne devraient pas payer pour leurs erreurs». Les informateurs de Daesh seront dûment jugés.

J’ai demandé au ministre des Affaires étrangères si Bagdad ne craignait pas d’être pris dans un tir croisé mortel entre Washington et Téhéran. Sa réponse a été soigneusement mesurée. Il a dit qu’il avait assez d’expérience dans le traitement des néo-conservateurs « radicaux » de Washington. En même temps, il était pleinement conscient du rôle des Hashd al-Shaabi ainsi que de l’Iran dans la réaffirmation de la souveraineté de l’Irak. Son sourire chaleureux a mis en évidence la conviction que la renaissance irakienne à partir des cendres de la fatalité était pleinement en vigueur.

Version originale : Counterpunch

*Source : Réseau International

Traduction : Avic

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.