Aller à…
RSS Feed

Une nouvelle ère pour les Turkmènes de Syrie


France-Irak Actualité : actualités sur l’Irak, le Proche-Orient, du Golfe à l’Atlantique

Analyses, informations et revue de presse sur la situation en Irak, au Proche-Orient, du Golfe à l’Atlantique. Traduction d’articles parus dans la presse arabe ou anglo-saxonne, enquêtes et informations exclusives.

Publié par Gilles Munier sur 24 Novembre 2018, 08:37am

Catégories : #Syrie, #Irak, #turquie, #kurdistan

Par Cemil Dogac Ipek (revue de presse : TRT – 22/11/18)*

La « lutte pour l’honneur et la liberté » menée depuis 2011 par les Turkmènes de Syrie, a pris une nouvelle ampleur. En raison du changement des équilibres militaires et de politique intérieure en Syrie ainsi que de l’état actuel de l’équilibre des puissances régionales au Moyen-Orient, les Turkmènes de Syrie sont devenus des acteurs importants du pays. Les Turkmènes de Syrie ainsi que l’Assemblée des Turkmènes de Syrie qui est leur représentant légitime, déploient d’intenses efforts pour prendre part à la table des négociations politiques en vue de protéger les intérêts du peuple turkmène et garantir son avenir.

Le plus grand objectif des Turkmènes de Syrie sur les plateformes régionales et mondiales, est d’assurer dans le cadre du principe de l’intégrité territoriale syrienne, un statut juridique dans la nouvelle constitution pour la reconnaissance, la protection et la garantie de l’existence des Turkmènes en Syrie. A ce stade, je pense que la priorité doit être l’attribution d’un statut fondateur aux Turkmènes de Syrie.

Les Turkmènes de Syrie ont fait savoir récemment être ouverts au dialogue politique avec toutes les parties pouvant contribuer à la stabilité politique en Syrie. La seule ligne rouge des Turkmènes de Syrie dans ce sens, est leur ferme objection à prendre part sur la même plateforme avec les organisations terroristes qui menacent la sécurité de la Syrie et de la Turquie. Dans ce sens, il serait correct de ne pas inviter sur les plateformes déterminant l’avenir de la Syrie, les acteurs religieux/ethniques extrémistes ayant porté atteinte à l’intégrité territoriale syrienne. Les Turkmènes ont déclaré être opposés à toute structure/autorité séparatiste. C’est une bonne position, car nous avons pu voir en Irak les conséquences négatives de l’attribution d’un statut autonome/fédéral à certains groupes ethniques/religieux. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle Daesh est apparu en Irak. Les Turkmènes n’ont aucune revendication fédérale/autonome régionale, car pour eux cela revient à diviser le pays. Les Turkmènes de Syrie soutiennent un modèle d’Etat unitaire où toutes les fractions, y compris eux-mêmes, sont pourvues des mêmes droits et libertés fondamentaux.

De l’autre côté, la vie retourne rapidement à la normale dans les régions épurées du terrorisme avec le soutien de la Turquie. La société civile se renforce au fur et à mesure. Nous en avons vu un exemple quelques jours auparavant. Les Turkmènes de Syrie ont organisé un congrès dans la ville syrienne de Cobanbey sous le leadership de l’Assemblée des Turkmènes. Près de 250 délégués représentants les Turkmènes de diverses villes comme Alep, Idlib, Bayir-Bucak, Raqqa, Hama, Homs, Tartous, Deraa, Golan et Damas, ont participé à ce congrès.

Les Turkmènes au sein de l’opposition syrienne utilisaient depuis quelques temps divers étendards. Le peuple turkmène souhaite être fortement représenté au sein de l’opposition syrienne. L’Assemblée des Turkmènes de Syrie a décidé d’organiser un congrès en vue de répondre de façon démocratique au souhait des Turkmènes de Syrie.

Les membres de l’Assemblée des Turkmènes, les leaders d’opinion de la communauté turkmène, les commandants des groupes militaires turkmènes, les leaders des ONG turkmènes ainsi que les représentants des zones d’habitation turkmènes, ont participé au congrès.

L’étendard recevant la majorité des voix parmi les 9 en lice, a été hissé en tant qu’étendard des Turkmènes de Syrie. Sur l’étendard, la couleur bleue représente l’origine turque, la couleur rouge le sang des martyrs et la couleur blanche, les valeurs humanitaires universelles. Quant au croissant de lune et à l’étoile, ils représentent l’islam. Après ce congrès qui symbolise la paix et la sécurité régionales, le retour des Turkmènes de la Turquie vers la région devrait s’accroître.

Les Turkmènes, un peuple ancien de la géographie syrienne, vivent depuis le 7e siècle dans cette région. Ils se sont répandus sur une large région en Syrie. Ils mènent une sérieuse lutte pour préserver leur identité et les terres sur lesquelles ils vivent depuis des siècles.

Les Turkmènes existent depuis des siècles en Syrie, indépendamment du peuple syrien. Il y a près de 1,5 million de Turkmènes qui parlent le turc en Syrie. Avec les Turkmènes qui ont oublié le turc, ce chiffre s’élève à près de 3 millions.

Les Turkmènes constituent le deuxième plus grand groupe ethnique après les arabes en Syrie et ils sont l’une des plus grandes victimes de la crise syrienne. Ils n’ont jamais eu de lien avec les organisations terroristes ethniques/religieuses, ont toujours défendu l’intégrité territoriale de la Syrie et souhaité défendre leurs propres droits à la table des négociations.

Si les droits sont pleinement accordés aux Turkmènes, ce sera une démarche importante pour l’instauration de la paix durable en Syrie. Par cette occasion, les Turkmènes faciliteront les relations entre la Syrie démocratique qui sera fondée, et la République de Turquie ainsi que le monde turcophone.

Le Dr. Cemil Dogac Ipek est membre du corps académique du département des Relations internationales à l’université Karatekin

*Source : TRT (en français)

A propos des Turkmènes, lire aussi :

Turcomans, peuple oublié ou marginalisé

Turcomans: Interview du Dr. Hassan Aydinli (20/1/05)

Les Turkmènes irakiens ne veulent pas devenir Kurdes

Irak : La tragédie des Turkmènes chiites

Irak : Qui tue qui à Tuz Khurmatu ?

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.