Aller à…
RSS Feed

C’est S. Nasrallah qui décide quand il faut parler…


Al Manar
Cancer… crise cardiaque… mort…
Leila Mazboudi

Mardi 15 janvier 2019

Depuis quelques temps, les provocations médiatiques évoquant l’état de santé du numéro un du Hezbollah pullulent. Certains médias libanais et arabes tournant dans la mouvance pro saoudienne font volontairement partie de la valse. De concert avec des médias israéliens. Surtout ceux qui sont proches de ??enjamin Netanyahu. Des médias moins hostiles aussi y ont pris part, par notoriété et pour faire lire. Il est vrai que sayed Hassan Nasrallah fait lire !

Rumeurs, fake news, fabrications, spéculations, exagérations, fausses sources. Les ingrédients ne manquent pas au festin d’intoxication.

La plus récente de ces rumeurs date du 14 décembre et marque une hausse dans son intensité: elle fait état de sa mort dans un hôpital de Beyrouth. Israel Youm, le média israélien proche du Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est réjoui de la répandre le 14 décembre, en indiquant l’avoir relayé à partir de médias libanais.

Auparavant, des médias avaient argué que S. Nasrallah est atteint d’un cancer et qu’il a été hospitalisé pour une crise cardiaque qui en aurait découlé. La rumeur n’est pas nouvelle. D’aucuns avançaient qu’il se faisait soigner dans les hôpitaux iraniens. Ce à quoi le porte-parole iranien Hussein Abdullahiane a rétorqué. Accusant les Israéliens d’abord, et assurant que Sayed Nasrallah priera à Al-Aqsa. Un discours qui sait bien comment les irriter en leur insinuant que le Hezbollah aura auparavant libéré la Palestine.

Des médias se sont mêmes mis à évoquer un soi-disant enregistrement sonore, fake également, disséminé sur la Toile, attribué à sayed Nasrallah, dans lequel il dément les informations sur sa maladie et son hospitalisation. Ce qui n’a pas manqué d’être présenté comme une preuve de plus qui étaye leurs soi-disant doutes, parce que sayed Nasrallah ne bronche toujours pas.

La diffusion de cet enregistrement a été l’occasion pour le dénommé tweeter libanais Jerry Maher de vertement défier « le Hezbollah et l’Iran de sortir Hassan Nasrallah dans un discours direct et sur le terrain et non pas via écran pour confirmer qu’il va bien et qu’il n’est pas soumis à la résidence surveillée dans un hôpital dans lequel il subit des soins ».
Sa véritable identité étant Daniel Ahmad al-Ghosh, Jerry Maher qui se présente comme étant un journaliste n’a jamais été pris au sérieux comme tel au Liban. Mais plutôt comme une mauvaise langue sur les réseaux sociaux. Dans l’une de ses interventions biscornues, il avait propagé que sayed Nasrallah a épousé une star libanaise.

Vivant en Suède et de nationalité suédoise, il semble être connecté à des lobbies pro israéliens en Europe et n’a de mots que pour fabriquer des mensonges contre le Hezbollah, la Résistance et ses commandants, dévoile l’enquête du site d’informations libanais al-Hadath news. Le Yediot Ahronot préfère lui attribuer des liens avec des services de renseignements occidentaux.

Originaire de la région libanaise d’Iqlim al-Kharroub, contrôlée par le courant du Futur, il affiche un soutien inconditionnel à l’Arabie saoudite, et se meuve dans des positions politiques qui balisent le terrain à la normalisation avec l’ennemi sioniste, en diabolisant l’Iran et le Hezbollah.

Dans le cadre de la nouvelle campagne, c’est de son compte que le journaliste israélien Simon Arann a relayé une anecdote aussi farfelue que ridicule. «Le Hezbollah refuse de transporter Nasrallah en Syrie pour subir des soins de la part de médecins russes, et l’Iran a envoyé trois médecins à Beyrouth dont l’un d’entre eux réside en Europe, pour surveiller son état de santé ».

La plupart des observateurs libanais sont unanimes qu’il est derrière cette campagne infeste, qu’il a jeté le premier caillou dans la mare, afin que les ondes soient repêchés par les israéliens…

Curieusement, celle-ci a éclaté lorsque le parti de la résistance et son chef en particulier ont observé le plus grand silence dans l’affaire des tunnels soi-disant découverts par les israéliens, entre le sud Liban et les colonies israéliennes au nord de la Palestine occupée.

Un silence qui semble avoir outragé les dirigeants israéliens. Surtout dans les milieux proches du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Ce dernier se trouve dans une mauvaise posture sur le plan interne, en raison des accusations de corruption qui semblent cette fois-ci s’être beaucoup trop approchées de lui. Et en raison aussi de l’échec de l’opération commando dans la bande de Gaza et du revers militaire qui s’en est suivi. D’autant que cela a fait éclater son gouvernement.
Aussi bien l’affaire des tunnels que la campagne contre S. Nasrallah semblent donc être adressées au public israélien, en couvrant les déboires de Netanyahu, pour favoriser ses chances dans le prochain scrutin électoral prévu pour le printemps prochain.
Selon la chaine 12 israélienne, ce que les israéliens ont recherché le plus sur Google ces derniers jours a été le mot Nasrallah.

Le Hezbollah, parfaitement conscient de l’enjeu fait la sourde oreille. Pour les médias libanais dignes de ce nom, des sources du Hezbollah ont assuré que la plus proche apparition le SG aura lieu le 11 février prochain. Puis le 16. Deux dates fixes, chaque année, pour commémorer la révolution islamique en Iran et les commandants martyrs du Hezbollah. Et rien sur toute la valse qui tempête autour de lui.

S. Nasrallah ne manquera pas d’expliquer cela cette date-là. En attendant, il aura fait passer le message que c’est lui qui décide quand il faut parler…

Source : Divers

Le sommaire de Leila Mazboudi
Le dossier Hezbollah
Les dernières mises à jour

Source : Al Manar
http://french.almanar.com.lb/…

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.