Aller à…
RSS Feed

“Israël n’exclut pas une éventuelle attaque en Irak”


France-Irak Actualité : actualités sur l’Irak, le Proche-Orient, du Golfe à l’Atlantique

Analyses, informations et revue de presse sur la situation en Irak, au Proche-Orient, du Golfe à l’Atlantique. Traduction d’articles parus dans la presse arabe ou anglo-saxonne, enquêtes et informations exclusives.

Mike Pompeo: “Israël n’exclut pas une éventuelle attaque en Irak”

Publié par Gilles Munier sur 9 Février 2019,

Catégories : #irak, #iran, #trump

Un combattant des Unités de Mobilisation Populaire

Par Stefano Mauro (revue de presse : Investig’action – 6/2/19)*

Washington et Tel-Aviv se positionnent contre les Unités de mobilisation populaire (UMP) à majorité chiite, au sein desquelles se trouve Harakat Al Nujaba qui, en plus de combattre le terrorisme djihadiste, souhaite la libération complète du plateau du Golan occupé par Israël.

“En cas d’attaque, Washington n’interviendra en aucune circonstance, car Tel-Aviv a le droit de se défendre contre la menace iranienne”. Lors de sa récente tournée au Moyen-Orient, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a informé le Premier ministre irakien, Adel Abdel Mahdi, d’une possible attaque israélienne contre les bases des Hachd al-Chaabi (Unités de mobilisation populaire ou UMP) dans la province d’Anbar et le long de la frontière avec la Syrie.

Menaces accueillies par le Premier ministre irakien Mahdi avec une vive inquiétude. Des répercussions seraient en effet possibles dans toute la région, compte tenu des mauvaises relations avec les troupes américaines déplacées dans le pays. En effet, la tension entre les UMP et les troupes de Washington est toujours élevée, surtout à cause des accusations persistantes portées aux irakiens de “soutien” aux cellules de Daesh, présentes et actives le long de la zone frontalière entre l’Irak et la Syrie.

En ce qui concerne le progressif retrait américain de l’Irak, annoncé récemment par Trump, l’un des principaux représentants des UMP, Qassem Mosleh, a déclaré à la télévision al Masdar que la présence des troupes de Washington “s’est accrue dans le pays et constitue un obstacle aux actions militaires des UMP contre les milices de Daesh toujours présentes dans la région d’Anbar”. “Les manœuvres des forces américaines, en concomitance avec les menaces israéliennes de nous frapper ont pour objectif de soutenir et de renforcer Daesh dans la région. Cela a pour but de justifier la présence à durée indéterminée de Washington dans notre pays”, a-t-il ajouté.

En réaction aux menaces de Pompeo, le Premier ministre Mahdi a indiqué que les Hachd al-Chaabi constituent “une organisation militaire officielle, soutenue et financée par le parlement irakien”, née avec l’objectif, presque atteint, de libérer et de défendre le pays de la menace djihadiste de Daesh, comme elles l’ont fait dans ces dernières années.

Ce qui contrarie surtout les Etats-Unis et Israël est le fait que les UMP ont été créées et formées en 2014 par la brigade Al Quds du général iranien Suleimani, alors que tout le nord était sous le contrôle des milices djihadistes d’Al Baghdadi. Elles seraient donc une émanation directe de Téhéran. L’une des principales formations au sein des Hachd est, en fait, Harakat Al Nujaba (considéré comme le Hezbollah irakien), dont la mission principale est la lutte contre le terrorisme djihadiste et la libération complète du plateau du Golan de la présence israélienne.

Moin al Kazemi, l’un des principaux commandants des UMP, qui dans une interview accordée à la chaîne kurde Rudaw a qualifié les menaces israéliennes de “tentative de faire pression sur le gouvernement du Premier ministre Mahdi considéré fragile”, a été beaucoup moins diplomate que ce dernier. Il a en effet déclaré que “toute attaque de Tel Aviv aura des conséquences pour toute la région”.

“Israël ne doit pas jouer avec le feu”, a-t-il conclu, “car Tel-Aviv sait bien que nous appartenons à l’axe de la résistance, aux côtés des Syriens, des Libanais et des Palestiniens. Un éventuel conflit conduirait à l’ouverture de plusieurs fronts dans le territoire israélien et le long de tous les territoires occupés illégalement par Tel Aviv, en Palestine, en Syrie et au Liban “.

Traduit de l’italien par Stefano Mauro

Source : Investig’Action

Source originelle: NenaNews

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.