Aller à…
RSS Feed

« Le retrait définitif des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien est incontestablement une victoire diplomatique, politique et stratégique du Premier ministre Nétanyahou »


C MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY
Le parti de la guerre américano-israélien (II) :
Comment la presse de Tel-Aviv évoque ouvertement
la guerre contre l’Iran, la Syrie et le Liban
Luc Michel

Lundi 28 mai 2018

LUC MICHEL (??? ??????) & EODE/
Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/
2018 05 25/

– CAPE (Tel-Aviv, ce 9 mai).

Dans les deux premières parties de cette analyse, qui synthétise mes positions sur la crise dite « iranienne » provoquée par Trump, j’expliquais comment un « parti de la guerre israélo-américain » a mené un combat de longue haleine depuis 2015 pour le retrait américain des Accords de Genève sur le Nucléaire civil iranien.

* Voir les Parties I et II sur :
PROCHE-ORIENT. LE PARTI DE LA GUERRE AMERICANO-ISRAELIEN (I) : COMMENT CHANGER LE REGIME EN IRAN
sur http://www.lucmichel.net/2018/05/24/luc-michels-geopolitical-daily-proche-orient-le-parti-de-la-guerre-americano-israelien-i-comment-changer-le-regime-en-iran/

# PARTIE III-
LE NOYAU DUR ORIGINEL ISRAELIEN DU « PARTI DE LA GUERRE »

Première frappe opérationnelle du F-35, par Israël ce 24 mai ! Et passage à une nouvelle phase de la guerre Israël-Iran en Syrie, selon la presse israélienne, mais aussi les autorités syriennes …

« Des missiles, probablement tirés par l’aviation israélienne, ont frappé jeudi des dépôts d’armes appartenant au mouvement libanais Hezbollah près de l’aéroport militaire de Dabaa (…) Six missiles ont été tirés contre l’aéroport militaire de Dabaa et ses environs dans le secteur ouest de la province de Homs, et ont frappé des entrepôts d’armes appartenant au Hezbollah. Les missiles auraient été tirés par Israël » (source britannique). Des sources proches de la frontières libano-syrienne ont encore indiqué à l’AFP que « des avions avaient survolé auparavant l’espace aérien libanais ». Les avions israéliens empruntent souvent, en totale violation des lois internationales, l’espace aérien libanais pour mener des raids en Syrie. L’agence officielle Sana a pour sa part indiqué que « l’aéroport militaire avait été la cible de missiles jeudi ». « Un de nos aéroports militaires a été la cible de missiles interceptés par notre défense anti-aérienne », a rapporté Sana, citant une source militaire. Selon l’agence, qui a fait état d' »explosions dans les environs de l’aéroport de Dabaa », l’objectif de « l’agression » n’a pas été atteint.
Aucune source n’a fait état de pertes humaines dans l’immédiat.

Le Hezbollah, allié de Téhéran, combat en Syrie au côté du gouvernement de Bachar al-Assad. Ses infrastructures militaires dans le pays, ainsi que celles des forces iraniennes présentes au sol, ont déjà été frappées par des raids israéliens ces dernières semaines.

« SYRIE: LES FRAPPES ISRAÉLIENNES MARQUENT UNE NOUVELLE PHASE DANS LA GUERRE » (TIMES OF ISRAEL)

Les dernières frappes israéliennes sur le territoire syrien constituent une « nouvelle phase » dans la guerre en Syrie, a dit le ministère syrien des Affaires étrangères : « L’entité sioniste et ceux qui la soutiennent se sont impliqués de manière directe dans la confrontation. (…) Cela est un indicateur (du début) d’une nouvelle phase dans la guerre », a affirmé la diplomatie syrienne, citée par l’agence officielle Sana. « Cette attitude belliqueuse de l’entité sioniste ne fera qu’exacerber les tensions dans la région et menacer, par conséquent, la paix et la sécurité internationales », a poursuivi le ministère syrien.

RETRAIT DE TRUMP :
COMMENT LES RADICAUX ISRAELIENS SALUENT A LA FOIS LA DECISION US COMME UNE « VICTOIRE » ET « LE MERVEILLEUX TANDEM TRUMP-NETANAYUH » …

« Le retrait définitif des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien est incontestablement une victoire diplomatique, politique et stratégique du Premier ministre Nétanyahou.
Depuis deux décennies, il alerte le monde libre contre (…) l’Iran et ses intentions d’acquérir l’arme atomique. Depuis 1996, il a mis en priorité le dossier iranien malgré toutes les critiques tous azimuts et cyniques à son égard. Il a prononcé des discours contre la conduite d’Obama et de Kerry et n’a pas hésité à leur dire les quatre vérités au sein même du Congrès américain. Il a condamné avec force la supercherie et la ruse des Iraniens et surtout le mauvais accord signé le 14 juillet 2015 à Vienne. Durant de nombreuses années, il n’a pu avoir de convergences avec Obama et Clinton, ni sur le dossier iranien et ni sur la question palestinienne », commente le CAPE israélien (1).

Plus encore, l’éditorialiste du CAPE salue ce que j’appelle moi depuis longtemps « la likoudisation » de l’administration américaine : « Depuis un an et demi, ils forment avec le Président Trump un merveilleux tandem. Ils se parlent fréquemment, échangent des avis et coordonnent minutieusement la marche à suivre. Jamais dans l’Histoire des deux pays l’entente a été si satisfaisante sur tous les plans.
D’autant plus que le président Trump tient ses promesses contrairement à tous ses prédécesseurs.
Aujourd’hui les efforts diplomatiques portent leurs fruits ». S’en suit un sentiment de puissance qui conduira à toutes les avantures : « Désormais, le « minuscule » Etat d’Israël se range dans le peloton des Grands de la planète. Il n’est plus isolé. On suit sa diplomatie, on admire son économie et ses inventions et on respecte son armée et ses services secrets. Nétanyahou et Rivlin seront reçus avec tous les égards à Washington, à Moscou, à Pékin, à Buenos-Aires ou à New-Delhi ».

LA VISION ISRAELIENNE DE L’EVOLUTION GEOPOLITIQUE DU MONDE : UN TRUMP GAGNANT ET UNE UNION EUROPEENNE EN ECHEC COMPLET

Plus intéressante encore, est la vision de l’évolution de la Géopolitique mondiale qui prévaut dans les milieux radicaux israélien. Et que tout porte à croire que cette vision prévaut aussi à la Maison Blanche ou au Congrès US. Loin d’un Trump chaotique, chimérique, allant d’échecs en échecs, qui prévaut dans les médias russes, iraniens ou alternatifs, c’est la vision d’une Amérique gagnante, en route vers un « nouveau XXIe siècle américain ». Vision qui était déjà celle des géopolitologues US de ‘Stratfor’, de ‘Geopolitical Futures’ (George Friedman), ou encore des idéologues neocons du PINAC.

Parce que je n’ai pas de mépris pour l’ennemi, parce que je lis quotidiennement les think tank US et israélien, je pronostique depuis plusieurs années la tentation pour ces milieux, étroitement liés au Pentagone et au Lobby militaro-industriel US, d’un « banco géopolitique », profitant de la « fenêtre d’opportunité » ouverte aux USA par leur domination des nouveaux marchés du pétrole et du gaz (2) (qui invalide les thèses « déclinistes » – Todd et cie – sur la superpuissance US). C’est pour cela aussi que je parle de « parti de la guerre » !

* L’Amérique à nouveau « en position de force » ?

C’est la thèse du CAPE : « Le retrait américain de l’accord a brouillé toutes les cartes et a remis en ordre une nouvelle stratégie mondiale. Le lien qu’a fait le président Trump avec la Corée du Nord et ses contacts fructueux avec la Chine prouvent que l’Amérique se retrouve en position de force. Elle revient en effet à sa grandeur et à sa puissance réelle, sur le plan diplomatique, militaire et économique ».

* Une UE qui sort de l’Histoire ?

C’est ce que pronostique aussi le CAPE : « Les Européens se trouvent loin en arrière et perdent tout rôle d’influence. Trump a infligé un véritable camouflet à leur prestige et a donné un coup dur à leurs affaires commerciales. Après le choc, ils devront se réveiller et se ranger du côté américain et non choisir obstinément le camp islamiste des ayatollahs, surtout pour essayer de récupérer des contrats faramineux et éviter le risque qu’ils s’envolent en fumée. Soulignons que depuis l’accord de Vienne, la France a multiplié par trois son excédent commercial avec l’Iran. Il s’agit donc pour elle d’une affaire d’argent et non un souci sécuritaire et stratégique comme le perçoit et le souligne le gouvernement israélien. Un CAPE qui annonce l’échec de l’UE : « Les tentatives désespérées de Macron de sauvegarder l’accord seront probablement vouées à l’échec, et les cris alarmants sur les risques de guerre mondiale sont bien exagérés. Seul un nouveau traité robuste mené et orchestré par Trump en coordination avec Israël pourra écarter les intentions belliqueuses de l’Iran et sortir de la crise actuelle. »

* Comme à Washington, le « changement de régime » en ligne de mire de la guerre économique et diplomatique contre Téhéran !

Dans ce contexte, pronostique le CAPE, « le retrait américain aura aussi des conséquences certaines sur l’avenir du régime islamiste et sur la reprise de la contestation populaire. La présence iranienne en Syrie et l’avenir du dossier palestinien sont aussi liés (…) Des frappes ponctuelles contre des positions et bases iraniennes et syriennes se poursuivront jusqu’au départ du sol syrien de tous les militaires iraniens et de leurs milices chiites.

* Deux crises provoquées en même temps : Jérusalem et l’Iran !

La question de Jérusalem liée au dossier du Nucléaire iranien, avec connexion des temps et des procédés, avoue le CAPE : « Sur le dossier palestinien, l’entente avec le président Trump est totale et Mahmoud Abbas ne pourra plus compter sur le soutien inconditionnel des Européens, puisque l’Europe vient de perdre tout rôle d’influence politique. L’inauguration de l’ambassade à Jérusalem prouve que c’est bien le tandem Trump-Nétanyahou qui dictera l’ordre du jour sur ce dossier. Un règlement ne se fera plus sous les auspices des Européens mais qu’avec le soutien et la coordination des Saoudiens et des Egyptiens qui ne cachent pas aujourd’hui leur forte satisfaction de la politique israélo-américaine à l’égard de l’Iran ».

LES SCÉNARIOS DE L’AFFRONTEMENT IRAN-ISRAËL EVOQUES OUVERTEMENT PAR LES MEDIAS ISRAELIENS :

Et maintenant que pourrait-il se passer ? Selon la rédaction de l’hebdo ‘Haguesher Actualité’, dont on notera les certitudes arrogantes sur la « supériorité militaire » de Tel-Aviv, voici les scénarios israéliens (qui ne sont qu’escalade vers une guerre totale, impliqua nt des frappes massives contre les populations et les infrastructures civiles iraniennes et libanaises, ici aussi c’est bien un « parti de la guerre ») :

* Une « guerre d’usure » aux missiles :

« Même si les Iraniens (…) disposent en Syrie d’un arsenal assez considérable (plusieurs centaines voire plusieurs milliers ?) d’autres types de missiles plus puissants et surtout plus précis dont ils pourraient faire usage de manière sporadique mais répétée contre l’Etat hébreu. Ce qui donnerait à cet affrontement les contours d’une « guerre d’usure » destructrice, prolongée et coûteuse : une hypothèse qu’Israël exclut (Jérusalem a prévenu à plusieurs reprises que si l’Iran l’agressait depuis le territoire syrien, ce serait la fin du régime Assad – sic) et comme l’Iran exclura de s’en tenir là et de plier bagage, tout cela pourrait donc déboucher assez vite sur un second scénario impliquant la Syrie… et le Liban. »

* Un élargissement du conflit par l’entrée en jeu du Hezbollah :

« Volontairement tenu à l’écart de ce 1er round par les Iraniens qui voulaient « montrer leurs dents » directement face à Israël, le Hezbollah chiite – devenu le « bras avancé » de Téhéran à la frontière-nord de l’Etat hébreu avec ses 80 000 roquettes et missiles accumulés depuis 2006 au Liban et en Syrie – pourrait seconder l’Iran en entrant lui-même en jeu par des tirs soutenus contre l’ensemble du territoire israélien, notamment en visant (comme son chef, le Sheikh Nasrallah, en a souvent fait la menace) des objectifs stratégiques tels l’aéroport Ben Gourion ou même le centre nucléaire de Dimona. Gros inconvénient pour les Iraniens : ce cas de figure provoquerait une réplique encore plus foudroyante de Tsahal qui a déjà annoncé aux dirigeants libanais et chiites que si le Hezbollah relevait la tête en attaquant Israël, les jours de la milice chiite seraient comptés… Sans parler du rasage probable par l’aviation israélienne – bien plus que lors de la 2e Guerre du Liban – des quartiers chiites de Beyrouth, ainsi que des localités et infrastructures libanaises… attendu qu’Israël tiendrait, comme il l’a prévenu, le gouvernement du pays du Cèdre pour responsable de cette escalade. Ce qui déboucherait sur un 3e scénario.

* Une « guerre totale » entre l’Iran et Israël :

« Que le Hezbollah s’en mêle ou pas, cet affrontement direct entre l’Iran et Israël pourrait aussi déboucher sur une « guerre totale » entre les deux pays. Laquelle serait encore plus destructrice et meurtrière que l’hypothèse n°1 de la guerre d’usure dont Israël ne veut pas.
Malgré le déséquilibre des forces en présence (l’Iran a un territoire de 1,65 million de km2 – 2 fois la France ! – et une population de 80 millions d’habitants, alors qu’Israël s’étend sur 21 000 km2 avec 8,5 millions d’habitants), Tsahal dispose d’un atout dont est privée l’armée iranienne : une aviation au « bras long » qui pourrait aisément détruire des objectifs stratégiques de 1er plan et très vulnérables en Iran même, tels le grand port sud-iranien de Bandar Abbas (où transite 90 % du commerce extérieur par containers) et les installations gazo-pétrolières et de l’île de Kharg par lesquelles l’Iran exporte 90 % de ces ressources énergétiques, capitales pour son économie. Israël pourrait aussi attaquer des aéroports irakiens pour empêcher des mouvements d’armes et de troupes iraniennes qui seraient envoyées sur son front-nord. »

Dans ces scénarios de guerre totale, il y a cependant une grande inconnue, Moscou (3) !
« Reste une inconnue de taille concernant ces trois scénarios : quelle sera l’attitude de la Russie envers l’Iran, surtout en cas de guerre totale ? » interroge ‘Haguesher Actualité’ …

NOTES DE LA PARTIE III :

(1) Cfr. CAPE (Israël), « Israël mène le jeu international avec vigilance et brio », 9 mai 2018, sur

Israël mène le jeu international avec vigilance et brio

(2) Tout le monde connait la chute du baril de pétrole, qui frappe durement non seulement la Russie, mais bon nombre d’état latino-américains et africains. Le Géopoliticien Luc MICHEL va donc parler de GEO-ECONOMIE. Il va notamment nous résumer les plus récentes analyses des spécialistes économistes et pétroliers, ceux du ‘Groupe Forbes’ notamment, qu’il partage.
Ou va le marché mondial du pétrole aujourd’hui ?
La maîtrise de ce marché qui semble être passée dans les mains américaines va-t-elle se maintenir ?
Et dans l’optique du géopoliticien, qui ne perd jamais de vue la Géopolitique mondiale, il va non seulement nous expliquer la « chute du prix du baril » et l’émergence d’un « nouveau marché mondial du pétrole », mais en anticiper les conséquences géopolitiques … Géopolitique et géo-économie sont étroitement liées .
Quelle vont être les conséquences pour la Géopolitique mondiale de ce « nouveau marché du pétrole », encore impensable il y a cinq ans, dominé par les hydocarbures de schiste américain ?
* Voir sur PCN-TV/
GEOECONOMIE & GEOPOLITIQUE:
LUC MICHEL DECRYPTE LA CRISE DU PETROLE ET LES MUTATIONS DE SON ‘NOUVEAU MARCHE MONDIAL’
sur https://vimeo.com/208195737

(3) Cfr. sur LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY :
* OU VA ISRAEL ? (I) : LA DEGRADATION IRREVERSIBLE DES RAPPORTS ENTRE MOSCOU ET TEL-AVIV …
sur http://www.lucmichel.net/2018/02/23/luc-michels-geopolitical-daily-ou-va-israel-i-la-degradation-irreversible-des-rapports-entre-moscou-et-tel-aviv/
* SEEN FROM THE USA:
‘ISRAEL’S RUSSIA GAMBIT’ (GEORGE FRIEDMAN’ S GEOPOLITICAL FUTURES)
sur http://www.eode.org/luc-michels-geopolitical-daily-seen-from-the-usa-israels-russia-gambit-george-friedman-s-geopolitical-futures/
* COMMENT MOSCOU S’ELOIGNE CHAQUE JOUR DAVANTAGE DE TEL-AVIV !?
sur http://www.syria-committees.org/luc-michels-geopolitical-daily-comment-moscou-seloigne-chaque-jour-davantage-de-tel-aviv/

(Source : Fars – SANA – Presse israélienne – PCN-TV – EODE Think Tank)

LUC MICHEL (??? ??????) & EODE

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique : Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire – Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily
https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/

* Luc MICHEL (??? ??????) :
WEBSITE http://www.lucmichel.net/
PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE
https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel.3.Geopolitique/
TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN
* EODE :
EODE-TV https://vimeo.com/eodetv
WEBSITE http://www.eode.org/

Source : Luc Michel

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.