Aller à…
RSS Feed

La décision israélienne de voler le pétrole du Golan syrien passe sous silence international


IRIB-En nouvelle violation du droit international et des accords internationaux, l’entité sioniste a décidé la reprise des opérations de prospection du pétrole au Golan syrien occupé,

alors que le Conseil de Sécurité et les Nations Unies avaient pris des dizaines de résolutions considérant toute mesure prise par Israël pour changer l’aspect ou le statut juridique du Golan comme nulle et non avenue. La décision prise par le ministre sioniste de l’Energie et dévoilée par le journal Yediot Ahronot, intervient vingt ans après l’arrêt de la prospection du pétrole au Golan et pour confirmer que l’entité sioniste méconnaît l’unanimité internationale, surtout la résolution onusienne N° /497/ stipulant que la décision d’Israël d’imposer ses lois et sa gestion sur le Golan syrien est nulle.

La nouvelle décision sioniste d’extraire des ressources naturelles d’une région sous occupation entre dans le cadre des tentatives d’exploiter les événements en cours dans la région et le mutisme international sur les violations israéliennes visant à changer la situation démographique dans les territoires arabes occupés ce qui est en contradiction avec toutes les résolutions internationales.

A noter que la violation israélienne flagrante des décisions internationales par le vol du pétrole du Golan occupé s’ajoute à une série de crimes de l’entité sioniste depuis des dizaines d’années, dont le vol de l’eau du Golan, surtout l’eau du lac de Mas’adeh pour le transformer en des colonies et des bassins artificiels, ce qui forme une grave catastrophe économique et écologique pour les Golanais.

En fait, l’Assemblée générale de l’ONU et la communauté internationale assument leur responsabilité d’empêcher l’entité sioniste de poursuivre ses violations et de l’obliger à mettre en application les résolutions de l’Onu et les clauses de l’accord de Genève concernant la protection des civils lors des guerres.