Aller à…
RSS Feed

Quand on rassemble les morceaux du puzzle…



par  ctim
Sat, 25 Aug 2012
Quand on rassemble les morceaux du puzzle…

   Je me souviens que lorsque j’ai secoué le cocotier des Pussy Riot et que j’ai pointé du doigt le rôle évident de tentative juive de déstabilisation de la Russie, certains correspondants s’étaient étonné de l’importance que je donnais à  cette lamentable histoire de féministes hystériques…

Ceci jusqu’à ce que l’article de Shamir, traduit par Maria Poumier, vienne confirmer ce contexte…

Et grâce à Jssnews, les morceaux du puzzle se rassemblent et le centre névralgique de la crispation sioniste apparaît clairement:l’Egypte!

En faisant fomenter une guerre civile en Syrie, Israël comptait bien balayer :

– le meilleur allié de l’Iran – avant l’offensive israélienne sur Téhéran…
– le meilleur allié du Hezbollah qui y a ses bases arrière – permettant aunsi à Israël de reprendre pied au Liban pour y achever sa déstabilisation (rappelons que l’accord islamo-chrétien établi à l’initiative du Hezbollah avait permis la fin de la crise politique libanaise, l’élection d’un président de la république, d’ailleurs chrétien, et…l’éviction de facto d’Israël du Liban…

Actuellement, la guerre civile syrienne déborde largement sur le Liban pour les plus grandes espérances sioniste…

– l’influence russe croissante dans le bassin méditerrannéen – qui s’appuie sur une importante base militaire en Syrie – où le lobbying juif n’a plus l’impact qu’il avait du temps du régime soviétique (créé par des juifs) mais devenu soit disant « anti-sémite » trente ans plus tard…

Ce qu’il y a de sûr aujourd’hui c’est que Poutine ne se laisse pas impressionner par les menées atlanto-sionistes et qu’après l’invasion de l’Irak, la scandaleuse affaire lybienne a confirmé ses craintes…

Il a donc su convaincre la Chine – pourtant assez favorable à Israël quoiqu’on en dise – du danger de l’hégémonie atlanti-sioniste en méditerrannée…
D’où le véto sino-russe réitéré, au Conseil de sécurité de l’ONU – devenu aujourd’hui une chambre d’enregistrement des desiderata de l’OTAN – à une intervention militaire en Syrie…

La Russie de Poutine apparaît ainsi – à tort ou à raison – le seul état susceptible de constituer un rempart face au déferlement atlanto-sioniste au Moyen Orient, qui a su noyauter les monarchies « arabes »  fantoches de la pénisule arabique…

D’où le premier mot d’ordre sioniste actuel: « Sus à Poutine! »

On a vu, après les campagnes de dénigrement politique médiatique systématiques, l’essai de mobilisation de déstabilisation Pussy Riot à travers les médias israélien, le monde judéo-médiatique, l’appel médiatique de BHL et numéro d’anthropophagie auriculaire de Vanstein dit Kasparov…

Mais à l’inverse, les états méditerrannéens, de plus en plus concernés, comprennent que la Russie – qui n’est plus l’URSS – pourrait bien être leur meilleur allié pour leur conserver leur indépendance face à la volonté hégémonique sioniste…

C’est précisément le constat fait par le nouveau régime égyptien, confronté aussi à la menace israélienne avouée de détournement du trafic du canal de Suez (nous allons en parler!)

D’où le fait que Mosri…se rapproche très clairement de Poutine…

D’où le déchaînement immédiat des analystes israéliens qui comparent maintenant sans rire Mosri à…Nasser!!!
Ceci, afin évidemment de laisser croire que l’éventuel changement de cap diplomatique égyptien serait indubitablement lié… à la remise en cause de l’accord de paix israélo-égyptien!
Autrement dit: toute présence russe sera la marque de la diminution de l’influence américaine, et DONC, mettra Israël en péril!
Ficelle un peu grosse mais aussitôt exploitée!

La preuve sur jssnews:

Analyse: Morsi sur les pas de Nasser
– vers un changement d’influence en Egypte: bienvenue à la Russie !

Le nouveau président de l’Egypte, Mohammed Morsi, a surpris tous les experts la semaine dernière en changeant tous les hauts responsables de la sécurité, y compris le ministre de la Défense, qui avait été jusque là, la personne la plus puissante du pays. Les services de renseignements israéliens et américains étaient parmi les premiers surpris.
Dans le même temps, Al-Masry Al-Youm citait le conseiller juridique de Morsi qui affirmait que la présidence « envisage d’amender les accords de Camp David sur la présence militaire égyptienne dans le Sinaï ». Il a expliqué que la situation actuelle ne garantit pas la pleine souveraineté de l’Egypte dans la péninsule.

…/….

En 1955, le président égyptien d’alors Gamal Abdel Nasser a surpris tous les analystes quand il a signé l’accord tchéco-égyptien, le déplacement de l’influence occidentale en Égypte, à l’influence soviétique. Le président a ensuite reçu des armes de l’Union soviétique, qui ont bouleversé tous les pouvoirs. Sans parler des constructions embêtantes, comme celle du barrage d’Assouan.

Le président russe Vladimir Poutine est très intéressé à établir des bases militaires au Moyen-Orient, similaires à la base qu’il devrait perdre très bientôt en Syrie. Est-ce qu’il y a quelqu’un prêt à parier qu’il n’y a pas déjà des pourparlers entre Morsi et Poutine qui mèneront à une surprise semblable à celle de Nasser ?

Affaiblir Israël est dans l’intérêt de la Russie en raison des réserves de gaz naturel trouvées au large des côtes de Haïfa. Ces réserves menacent le monopole de la Russie sur la fourniture du combustible à l’Europe et réduit son pouvoir d’influencer leurs politiques.

Et nous n’avons même pas touché à la Chine, avec sa politique de prise en charge par les pays du Tiers-Monde en renforçant leurs économies.

Israël doit se préparer, en plus de la menace iranienne, à la menace égyptienne. Après son travail préparatoire, Morsi va annoncer la couleur. Cela peut prendre du temps, mais ne nous laissons pas berner par une douce illusion qui ne saurait que trop bien nous bercer.

Isa Berda – JSSNews
http://jssnews.com/2012/08/23/morsinasser/ <http://jssnews.com/2012/08/23/morsinasser/>

La menace, bien réelle, est évidemment sioniste et elle est, comme toujours, clairement annoncée!

Mais cet article met le doigt sur une autre question qui va bien entendu se trouver inextricablement liée au potentiel nouveau conflit israélo- égyptien qui coule donc dans les cartons du Mossad: le canal de Suez…
Une petite phrase d’apparence anodine qui n’est pas là par hasard:
« 
Et nous n’avons même pas touché à la Chine, avec sa politique de prise en charge par les pays du Tiers-Monde en renforçant leurs économies. »

Quel rapport avec le canal de Suez?
Un vieux rêve: la volonté délibérée d’Israel de le neutraliser et de s’approprier le contrôle du transit des marchandises du canal par voie terrestre ferrovière!
Un projet déjà en cours aujourd’hui et qui sera réalisé par la Chine, qui, dans un premier temps, a du obtenir suffisamment d’assurances israéliennes pour accepter de jouer ainis avec le feu…
Ce qui n’aura évidemment qu’un temps, mais on y est…
Certains me diront que de toutes façons le canal de Suez est une structure obsolète, que les droits de passage sont onéreux, et que tout le trafic pondéreux (essentiellement surtout le pétrole) passe depuis des lustres par le cap de Bonne Espérance…
Certes, mais tout le trafic de produits finis d’origine chinoise et extrême orientale, à destination de l’Europe surtout méditérranéenne  passe toujours par Suez (ce qui économise tout de même trois semaines de voyage!)

Couper Suez et doubler le canal constituera un moyen de contrôle économique majeur, sur le plan politique et financier, de toute l’économie de la fameuse « Union pour la Méditerranée » devenue « mare nostrum judeis » et des flux d’exportations d’Asie sur l’Europe…

Fiction?
Pas du tout sinon pourquoi réaliser des travaux aussi pharaoniques!
La preuve:

http://www.juif.org/blogs/40332,la-chine-va-construire-le-reseau-ferroviaire-d-israel-a-eilat.php

« The main project on the agenda is construction of a cargo rail line that will link Israel’s Mediterranean ports in Ashdod and Haifa with the Eilat Port…
There are also plans to extend the line to Jordan’s Aqaba Port »
[Le projet essentiel est la construction d’une ligne ferroviaire (de trafic) marchandises qui relira les ports méditerrannéens d’Ashod et d’Haïfa au port d’Elath…
Il y aussi un projet d’extension de la ligne vers le port jordanien d’Akaba]
(Autrement dit « on » prévoit aussi de controler dans l’autre sens l’approvisionnement européen de la Jordanie!)
http://philosemitismeblog.blogspot.fr/2012/07/accord-historique-entre-israel-et-la.html

Les lecteurs voudront bien me croire sur parole car la censure est bien faite: il a existé au moins trois articles de jssnews sur la question montrant notamment la carte de cette nouvelle ligne et exposant très clairement que son but avoué était de « doubler » le canal de Suez…
Tous ces articles ont opportunément apparemment « disparu » du net, cet été…
On trouve d’ailleurs trace de demande de ces retraits (via google par exemple)
On ne trouve plus donc que les articles lénifiants comme ceux ci dessus référencés qui font état de la liaison ferrovière pour « développer le tourisme » de la région d’Elath qualifié uniquement de « station balnéaire »!
Malheureusement certains détails ne trompent pas!
Outre que la création d’une voie ferrée de plus de 180 km constitue un chantier énorme dont la justification « touristique » maintenant officielle, semble totalement irréaliste, les lecteurs auront bien noté que le descriptif reconnaît qu’il s’agit d’une « ligne ferrovière de marchandises »!
Les touristes sont donc devenus des « marchandises » en Israel ???
Soit!…

Mais « on » ne parvient pas (encore) à tout effacer sur le net!
La preuve?

http://www.ideolog.fr/economie/international/israel-veut-doubler-le-canal-de-suez-nom-de-code-med-red-0244.html <http://www.ideolog.fr/economie/international/israel-veut-doubler-le-canal-de-suez-nom-de-code-med-red-0244.html>

Israël veut doubler le canal de Suez :
nom de code, « Med-Red »
Israël donne le coup d’envoi à un projet de voie ferrée reliant la Méditerranée à la Mer rouge. Soutenu techniquement et financièrement par la Chine, l’état hébreu pourrait offrir une alternative au canal de Suez pour les échanges entre l’Europe et l’Asie. Un projet stratégique, qu’aiguillonne la crise égyptienne…

Le projet. Benjamin Netanyahu a annoncé dimanche 5 février l’intention du gouvernement <http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/auto-transport/actu/0201881488359-israel-decider-de-lancer-med-red-un-chemin-de-fer-doublant-le-canal-de-suez-284687.php>  israélien de lancer la construction d’un lien ferroviaire, reliant le port d’Ashdod sur la Méditerranée à Eilat sur la Mer rouge. La ligne “passagers” serait doublée d’une voie réservée au transports de marchandises, créant un nouveau passage entre entre l’Europe et l’Asie, a déclaré <http://www.lantenne.com/Med-Red-une-alternative-au-canal-de-Suez_a2048.html>  le Premier ministre israélien.

Concrètement, il s’agit de prolonger et doubler la ligne existante entre Ashdod et Dimona. Cela revient à construire 200 kilomètres de voies supplémentaires entre Dimona et Eilat. Au final, Med-Red ferait donc 350 kilomètres à travers le désert du Néguev.

Canal de Suez. Il est emprunté, chaque année, par plus de 34 000 navires, dont 2 700 pétroliers. La crise égyptienne fait se focaliser le regard des acteurs du commerce mondial sur ce point névralgique <http://international.blogs.ouest-france.fr/archive/2011/02/11/canal-de-suez-le-poids-de-la-crise-egyptienne.html> . Le canal fait d’ailleurs l’objet de mesures de sécurité particulières : une autorité militaire spécifique vient d’être créée par le gouvernement égyptien.

Un projet stratégique pour Israël

Géopolitique. Les bouleversements à l’œuvre en Egypte, avec la montée en puissance des islamistes, pousse Israël à vouloir sécuriser ses voies commerciales en les ramenant sur son territoire. L’Etat hébreu n’a pas oublié le blocus du détroit de Tiran par l’Egypte : les navires israéliens n’avaient plus accès au sud d’Israël. Un blocus qui avait conduit à la guerre de 1967.

Business. Avec ce projet, le gouvernement israélien propose une alternative au canal de Suez, non seulement pour son propre commerce mais aussi pour les échanges mondiaux. Cette idée a « suscité un vif intérêt parmi les puissances émergentes, la Chine, l’Inde et d’autres », selon Netanyahou.
L’intérêt de la Chine
Co-financement. Ce n’est pas la première fois que l’état hébreu envisage de rallonger la ligne Ashdod-Dimona jusqu’à Eilat. Mais le coût de ce chantier l’avait fait jusque-là reculer : 2,6 milliards de dollars pour la pose des rails, selon un premier calcul en 2007.

Cette fois, les choses sont différentes puisque la Chine est pressentie pour participer à la construction et au financement du projet. « La capacité professionnelle des sociétés chinoises dans la construction de voies ferrées et de réseaux de transports est l’une des meilleures au monde », affirme le ministre des Transports. Yisraël Katz, qui a rencontré son homologue chinois en septembre dernier. Une délégation doit être accueillie prochainement en Israël.

Israël se tourne de plus en plus vers l’Asie. Ce continent représente désormais 20% des exportations israéliennes, dont 5 % vers la Chine, contre 15 % début 2009. Cette ligne ferroviaire pourrait de surcroît être utilisée pour des exportations de gaz israélien vers l’Inde voire la Chine. D’importants gisements de gaz, Tamar et Léviathan, ont été découverts en 2009 et 2010 à 130km au large du port de Haïfa sur la Mediterranée.

http://www.ideolog.fr/economie/international/israel-veut-doubler-le-canal-de-suez-nom-de-code-med-red-0244.html <http://www.ideolog.fr/economie/international/israel-veut-doubler-le-canal-de-suez-nom-de-code-med-red-0244.html>

On n’est pas plus clair!

Saint – Plaix