Aller à…
RSS Feed

Amazon livre gratuitement ses colis dans les colonies, et contraint les Palestiniens à se définir comme résidents d’Israël


Boîte de réception
x
Le Cri des Peuples Se désabonner

Nouvel article sur Le Cri des Peuples

Amazon livre gratuitement ses colis dans les colonies, et contraint les Palestiniens à se définir comme résidents d’Israël
par lecridespeuples

Amazon est accusé de partialité dans les colonies de Cisjordanie : la livraison gratuite pour toute personne qui indique son adresse comme étant Israël a été attaquée comme discriminatoire. Les clients qui indiquent leur adresse comme ‘Territoires palestiniens’ sont soumis à des frais d’expédition et de manutention de plus de 24 dollars.

Par Ilan Ben Zion à Jérusalem et Max Harlow à Londres

Source : Financial Times, 14 février 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

Amazon propose la livraison gratuite aux colonies israéliennes très controversées en Cisjordanie occupée, mais ne fait de même pour leurs voisins palestiniens que s’ils répertorient leur pays comme Israël, selon une enquête du FT (Financial Times).

Le géant du commerce électronique a commencé à vendre en Israël en novembre 2019 et propose la livraison gratuite pour les commandes de plus de 49 dollars.

Le FT a vérifié toutes les adresses de Cisjordanie répertoriées comme israéliennes par l’organisation militante Peace Now, et a constaté que l’offre d’Amazon s’étend à presque toutes les colonies israéliennes de la région contestée, qui sont considérées comme illégales par le droit international.

Mais les clients palestiniens qui indiquent leur adresse comme ‘Territoires palestiniens’ sont soumis à des frais d’expédition et de manutention pouvant aller jusqu’à 24 dollars.

Nick Caplin, un porte-parole d’Amazon, a déclaré que « si un client dans les Territoires palestiniens entre son adresse et choisit Israël comme pays, il peut bénéficier de la livraison gratuite grâce à la même promotion ».

Territoire occupé

Israël a occupé la Cisjordanie depuis qu’il a arraché la région au contrôle jordanien pendant la guerre de 1967. Aujourd’hui, elle abrite quelque 460 000 Israéliens, qui vivent dans des colonies considérées comme illégales par la communauté internationale (à l’exception des Etats-Unis). Les Palestiniens ont dénoncé la normalisation croissante de ces colonies, qui sont gardées par l’armée israélienne, comme un obstacle à une éventuelle paix négociée avec Israël.

Le mois dernier, l’administration Trump a déployé son plan de paix israélo-palestinien, attendu depuis longtemps, qui en fait appelait à la création d’un croupion d’État palestinien déchiré et morcelé, entouré par Israël de toutes parts. Les Palestiniens ont été scandalisés, le Président Mahmoud Abbas affirmant que le plan « porte atteinte aux droits des Palestiniens et nie tous les accords et résolutions de la communauté internationale ».
http___com.ft.imagepublish.upp-prod-eu.s3.amazonaws

Carte montrant la livraison gratuite d’Amazon en Cisjordanie. Dans le zoom sur Ramallah, on voit qu’à droite, la zone occupée par Israël en bénéficie automatiquement. A gauche, la zone palestinienne en est exclue, à moins d’indiquer son adresse comme située en Israël.

Les livraisons de courrier vers la Cisjordanie occupée doivent obligatoirement passer par Israël avant d’atteindre le territoire palestinien et sont souvent soumises à de longs retards.

Les militants des droits de l’homme ont déclaré qu’en offrant la remise exclusivement aux adresses répertoriées comme colonies de peuplement israéliennes en Cisjordanie, et non aux territoires palestiniens, Amazon cautionne les desiderata israéliens dans un différend géopolitique qui crée de plus en plus deux ensembles de règles pour deux populations de plus en plus entrelacées [soit la définition même de l’Apartheid, un gros mot que n’ose pas utiliser le FT].

Michael Sfard, un avocat israélien international des droits de l’homme, a déclaré que la politique d’Amazon est « une discrimination flagrante entre les clients potentiels sur la base de leur nationalité » dans une même zone géopolitique.

Peace Now a déclaré que la disparité des services d’Amazon entre Israéliens et Palestiniens « ajoute à l’image globale d’un groupe de personnes jouissant des privilèges de la citoyenneté tandis qu’un autre peuple vivant sur le même territoire n’en bénéficie pas ».

« 100 ou 200 paquets par jour »

Jusqu’à l’année dernière, Amazon n’existait en Israël que comme moyen d’acheter auprès de vendeurs internationaux, une limitation qui signifiait des prix élevés et de longs délais de livraison. Cela a changé en 2019, la société ayant courtisé des vendeurs locaux pour qu’ils utilisent la plate-forme pour vendre localement et mondialement, et lancé une version en hébreu de son site Web en août.

Avec des prix de détail en Israël notoirement élevés par rapport aux revenus et une faible concurrence intérieure pour les biens de consommation, l’arrivée d’Amazon a été une bonne nouvelle pour de nombreux Israéliens.

Dans la colonie d’Efrat, en Cisjordanie, qui abrite environ 10 000 Israéliens, le nombre de colis a tellement augmenté ces derniers mois que le bureau de poste débordé a poussé la boucherie voisine à livrer des colis aux clients.

« Chaque jour, on reçoit 100 ou 200 colis d’Amazon », a déclaré Meir Cohen, un employé du bureau de poste d’Efrat, qualifiant le récent afflux de « folie ».

À peine à trois kilomètres au sud d’Efrat, la ville palestinienne de taille comparable de Beit Fajjar n’a même pas de service postal. Le résident local Yazeed Odah a déclaré qu’il devait se rendre à Bethléem, soit un trajet de 45 minutes, pour récupérer le courrier, le service postal palestinien étant largement dysfonctionnel et les délais de livraison estimés dépassant un mois.

Amazon n’est pas la première entreprise technologique à rencontrer des complications lorsqu’elle opère dans les colonies de Cisjordanie. En 2018, le site Web de location de maisons Airbnb a supprimé des annonces dans la région à la suite de l’indignation des responsables palestiniens et des groupes de défense des droits de l’homme, pour revenir sur cette décision moins d’un an plus tard après la montée des pressions pro-israéliennes.

Cette semaine, l’ONU a publié une liste de 112 entreprises identifiées comme ayant des liens commerciaux avec les colonies israéliennes de Cisjordanie qui « ont soulevé des préoccupations particulières en matière de droits humains ». Parmi les entreprises nommés en plus d’Airbnb figuraient TripAdvisor, Motorola et Expedia. Amazon n’était pas inclus, [ce qui indique que la liste a été largement diluée, probablement du fait des pressions américano-israéliennes qui ont déjà retardé la publication de cette liste de plusieurs années ; le fait qu’il n’y ait que 18 entreprises non-israéliennes indique assez clairement l’imposture].

Diana Buttu, ancienne porte-parole de l’OLP et conseillère juridique dans les pourparlers de paix entre Israël et la Palestine, a déclaré que la politique d’Amazon permet en fait de « permettre à l’activité de colonisation d’être considérée comme légale alors que ce n’est pas le cas ».

« La question est de savoir à quel point les colonies sont devenues normalisées, non seulement aux yeux israéliens, mais aux yeux internationaux, a ajouté Buttu. Et c’est tout le problème : si on ne les traite pas comme illégales, alors il devient si aisé et naturel pour elles de se normaliser. »

Après la publication de cet article, pour lequel le FT a contacté Amazon à plusieurs reprises pour commentaires, la société a ajouté que l’exclusion des Territoires palestiniens de la remise sur les frais de port était « un problème de logistique et non un signe de toute autre considération ».

***

Liste des 112 entreprises œuvrant dans les colonies illégales répertoriées comme l’ONU (les françaises sont indiquées en rouge, les américano-britanniques en vert et les autres nationalités non-israéliennes en bleu)

Middle East Eye note que « de nombreuses entreprises et banques impliquées, directement ou indirectement, dans des activités commerciales dans ou avec les colonies, ne sont pas encore incluses dans la base de données », souligne le BDS.

« G4S, les compagnies Hewlett Packard, Elbit Systems, Caterpillar, Hyundai Heavy Industries, Volvo, Heidelberg Cement et Cemex font partie des nombreuses autres compagnies de premier plan qui sont irréfutablement impliquées dans l’entreprise de colonisation illégale d’Israël, comme cela a été méticuleusement documenté par des groupes de défense des droits humains, le groupe de recherche israélien WhoProfits et le projet américain de l’American Friends Service Committee [quaker] Investigate. »

Entreprises impliquées dans les activités listées
1 – Afikim Public Transportation Ltd. Israel
2 – Airbnb Inc. United States
3 – American Israeli Gas Corporation Ltd. Israel
4 – Amir Marketing and Investments in Agriculture Ltd. Israel
5 – Amos Hadar Properties and Investments Ltd. Israel
6 – Angel Bakeries Israel
7 – Archivists Ltd. Israel
8 – Ariel Properties Group Israel
9 – Ashtrom Industries Ltd. Israel
10 – Ashtrom Properties Ltd. Israel
11 – Avgol Industries 1953 Ltd. Israel
12 – Bank Hapoalim B.M. Israel
13 – Bank Leumi Le-Israel B.M. Israel
14 – Bank of Jerusalem Ltd. Israel
15 – Beit Haarchiv Ltd. Israel
16 – Bezeq, the Israel Telecommunication Corp Israel
17 – Booking.com B.V. Netherlands
18 – C Mer Industries Ltd. Israel
19 – Café Café Israel Ltd. Israel
20 – Caliber 3 Israel
21 – Cellcom Israel Ltd. Israel
22 – Cherriessa Ltd. Israel
23 – Chish Nofei Israel Ltd. Israel
24 – Citadis Israel Ltd. Israel
25 – Comasco Ltd. Israel
26 – Darban Investments Ltd. Israel
27 – Delek Group Ltd. Israel
28 – Delta Israel Israel
29 – Dor Alon Energy in Israel 1988 Ltd. Israel
30 – Egis Rail France
31 – Egged, Israel Transportation Cooperative Society Ltd. Israel
32 – Energix Renewable Energies Ltd. Israel
33 – EPR Systems Ltd. Israel
34 – Extal Ltd. Israel
35 – Expedia Group Inc. United States
36 – Field Produce Ltd. Israel
37 – Field Produce Marketing Ltd. Israel
38 – First International Bank of Israel Ltd. Israel
39 – Galshan Shvakim Ltd. Israel
40 – General Mills Israel Ltd. Israel
41 – Hadiklaim Israel Date Growers Cooperative Ltd. Israel
42 – Hot Mobile Ltd. Israel
43 – Hot Telecommunications Systems Ltd. Israel
44 – Industrial Buildings Corporation Ltd. Israel
45 – Israel Discount Bank Ltd. Israel
46 – Israel Railways Corporation Ltd. Israel
47 – Italek Ltd. Israel
48 – JC Bamford Excavators Ltd. United Kingdom
49 – Jerusalem Economy Ltd. Israel
50 – Kavim Public Transportation Ltd. Israel
51 – Lipski Installation and Sanitation Ltd. Israel
52 – Matrix IT Ltd. Israel
53 – Mayer Davidov Garages Ltd. Israel
54 – Mekorot Water Company Ltd. Israel
55 – Mercantile Discount Bank Ltd. Israel
56 – Merkavim Transportation Technologies Ltd. Israel
57 – Mizrahi Tefahot Bank Ltd. Israel
58 – Modi’in Ezrachi Group Ltd. Israel
59 – Mordechai Aviv Taasiot Beniyah 1973 Ltd. Israel
60 – Motorola Solutions Israel Ltd. Israel
61 – Municipal Bank Ltd. Israel
62 – Naaman Group Ltd. Israel
63 – Nof Yam Security Ltd. Israel
64 – Ofertex Industries 1997 Ltd. Israel
65 – Opodo Ltd. United Kingdom
66 – Bank Otsar Ha-Hayal Ltd. Israel
67 – Partner Communications Company Ltd. Israel
68 – Paz Oil Company Ltd. Israel
69 – P legas Ltd. Israel
70 – Pelephone Communications Ltd. Israel
71 – Proffimat S.R. Ltd. Israel
72 – Rami Levy Chain Stores Hashikma Marketing 2006 Ltd. Israel
73 – Rami Levy Hashikma Marketing Communication Ltd. Israel
74 – Re/Max Israel Israel
75 – Shalgal Food Ltd. Israel
76 – Shapir Engineering and Industry Ltd. Israel
77 – Shufersal Ltd. Israel
78 – Sonol Israel Ltd. Israel
79 – Superbus Ltd. Israel
80 – Supergum Industries 1969 Ltd. Israel
81 – Tahal Group International B.V. Netherlands
82 – TripAdvisor Inc. United States
83 – Twitoplast Ltd. Israel
84 – Unikowsky Maoz Ltd. Israel
85 – YES Israel
86 – Zakai Agricultural Know-how and inputs Ltd. Israel
87 – ZF Development and Construction Israel
88 – ZMH Hammermand Ltd. Israel
89 – Zorganika Ltd. Israel
90 – Zriha Hlavin Industries Ltd. Israel

Entreprises impliquées en tant que sociétés mères
91 – Alon Blue Square Israel Ltd.Israel
92 Alstom S.A. France
93 – Altice Europe N.V. Netherlands
94 – Amnon Mesilot Ltd. Israel
95 – Ashtrom Group Ltd. Israel
96 – Booking Holdings Inc. United States
97 – Brand Industries Ltd. Israel
98 – Delta Galil Industries Ltd. Israel
99 – eDreams ODIGEO S.A. Luxembourg
100 – Egis S.A. France
101 – Electra Ltd. Israel
102 – Export Investment Company Ltd. Israel
103 – General Mills Inc. United States
104 – Hadar Group Israel
105 – Hamat Group Ltd. Israel
106 – Indorama Ventures P.C.L. Thailand
107 – Kardan N.V. Netherlands
108 – Mayer’s Cars and Trucks Co. Ltd. Israel
109 – Motorola Solutions Inc. United States
110 – Natoon Group Israel
111 – Villar International Ltd. Israel

Entreprises impliquées en tant que concédants de licence ou franchiseurs
112 Greenkote P.L.C. United Kingdom

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.