Aller à…
RSS Feed

Ahmadinejad et Brahimi prônent la paix, en Syrie


lundi, 15 octobre 2012

Ahmadinejad et Brahimi prônent la paix, en Syrie
IRIB- Le Président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, et l’émissaire de l’ONU, en Syrie, Lakhdar Brahimi, ont insisté sur l’impératif de l’établissement de la paix, en Syrie, sur la base de l’entente nationale.

Dimanche soir, lors d’une rencontre avec Lakhdar Brahimi, le Président Ahmadinejad a vu le mécanisme de règlement de crise, en Syrie, dans l’entente nationale. « La RII, voyant, dans le choix de dirigeants, de la liberté, du respect et de l’équité, le droit des peuples, a la ferme conviction que personne ne pourrait déterminer leur sort », a souligné le Président Ahmadinejad.

« Le conflit syrien risque d’engendrer un débordement de l’insécurité, dans toute la région, et la tentative de démembrement de ce pays, en tenant compte de sa structure clanique, signifierait de l’insécurité, pour des décennies consécutives, en Syrie », a fait remarquer le président iranien.

L’émissaire de l’ONU, en Syrie, Lakhdar Brahimi, a, pour sa part, présenté, lors de cette rencontre, un compte rendu de ses dernières démarches entreprises, à propos de la Syrie. Il a, ensuite, appelé à la coopération et à l’assistance de l’Iran, pour stabiliser et sécuriser la Syrie, sur la base de l’entente nationale.

Syrie: M. Brahimi reçoit une proposition iranienne de sortie de crise
Salehi et Brahimi           Le ministre iranien des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi a remis dimanche au médiateur international Lakhdar Brahimi une « proposition informelle » visant à mettre fin à la crise en Syrie.

L’Iran a remis à M. Brahimi, ainsi qu’à l’Égypte, à l’Arabie saoudite et à la Turquie, « une proposition informelle détaillée visant à résoudre la crise syrienne », a indiqué M. Salehi à la chaîne de télévision en langue arabe Al-Alam.

Le chef de la diplomatie iranienne n’a pas détaillé le contenu de cette proposition, ajoutant simplement que Téhéran soutiendrait les efforts de l’émissaire international.

L’envoyé spécial de l’ONU et de la Ligue arabe, arrivé à Téhéran après un déplacement en Turquie et une rencontre avec des responsables saoudiens, a salué l’initiative iranienne.

« Je vous remercie pour vos propositions, et comme je vous l’ai dit, il y a certaines idées dans vos propositions qui peuvent aider en complétant celles déjà faites par d’autres États, qui sont également importants au regard de la situation syrienne », a déclaré M. Brahimi lors d’une conférence de presse commune.

« Nous espérons que toutes ces idées s’organiseront au sein d’un projet, capable de mettre fin au cauchemar du peuple syrien », a ajouté M. Brahimi.

« Je répète l’appel du secrétaire général des Nations unies (Ban Ki-moon) concernant la mise en œuvre par le gouvernement syrien d’un cessez-le-feu unilatéral et demande à l’opposition de le respecter, une fois qu’il aura été initié par les autorités », a-t-il poursuivi.

Les tentatives de casser la Syrie vont entraîner des décennies d’insécurité dans la région

Brahimi et AhmadinejadDimanche soir M. Brahimi a eu un entretien avec le président iranien Mahmoud Ahmadinejad au cours duquel le dirigeant iranien a réitéré la proposition du gouvernement iranien pour aider à résoudre la crise syrienne.

L’Iran « est prêt à coopérer et à fournir une aide pour que le peuple syrien puisse connaître le calme et la sécurité » a ajouté le président iranien selon le site de la présidence iranienne.

« La terreur en Syrie répand l’insécurité dans toute la région et les tentatives de casser la Syrie vont entraîner des décennies d’insécurité dans la région du fait de la structure ethnique du pays » a déclaré, selon la même source, M. Ahmadinejad au diplomate algérien.

« La solution pour améliorer la situation en Syrie est, pour toutes les parties, de s’orienter vers une issue dans le calme et la sécurité, ce qui permettra de sortir de la crise », a souligné le président iranien.

« Personne ne doit essayer d’imposer son opinion aux autres et le peuple syrien doit pouvoir s’exprimer dans des élections complètement libres. Tout le monde doit respecter les choix du peuple syrien » a-t-il ajouté.

M. Brahimi, qui a entamé mercredi une nouvelle tournée régionale, doit rencontrer lundi le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale iranien, Saïd Jalili, avant de s’envoler le jour même pour Bagdad, a indiqué le site internet de la télévision officielle.

Revizor – ???????