Aller à…
RSS Feed

ALEP : Les terroristes ont deux choix : se rendre ou mourir. Et Fabius ?


Publié le20 Août 2012

par Allain Jules

 

Assad, hier, à DamasAh, n’a-t-on pas dit dans les médias “mainstream” que ces clowns, que dis-je, un clown c’est respectable, avec son nez rouge et ça fait rire adultes et petits. Laissons donc les clowns, beaucoup plus respectables que ces terroristes qui sévissent en Syrie, et que cette presse morbide, dont chaque article est une crème d’imbécillité,  de férocité et de mensonge éhonté.  Donc, nos chers terroristes-violeurs-égorgeurs et félons, qui risquent de ne pas jouir des promesses des gazo-dollars promis par le petit état terroriste nommé Qatar, propriétaire de l’ex Paris St-Germain (PSG), devenu Qatar Football Club pour les uns, Al Qaïda FC pour les autres, qui a encore fait nul, hier, à Ajaccio. Et pourtant, ils nous avaient garanti que ces tueurs à gages étaient les nouveaux maîtres d’Alep ?

Comment est-ce possible de contrôler une ville, alors qu’effectivement, on n’est que le maître d’une ruelle, juste parce que l’armée syrienne n’est pas encore arrivée sur place ? Pourquoi ces médias ne disent-ils pas que les populations s’organisent pour chasser ces terroristes de leurs villes à travers tout le pays ? Ah, l’infidèle ! N’a-t-on pas entendu ça hier à la télévision hier à l’encontre du président syrien Bachar al-Assad, de la bouche même de ses soi-disant opposants ? Mais bien sûr, puisque ses ennemis occidentaux ont décidé de son sort -de vrais démocrates- autoproclamés, ainsi soit-il ?

L'émir d'Al QaïdaL’émir d’Al Qaïda

Je marcherai, sans aucun doute, sur l’asphalte d’Alep, le regard altier, la tête haute, mes J.M. Weston au pied, en pensant au ministre du sang contaminé, peu enclin à descendre aussi bas que lui. Et lui, du Quai d’Orsay tel un psittacidé perdant son pelage, déclamera-t-il une fable de la Fontaine ou récitera-t-il le refrain suranné américain ? Au juste, qu’est-ce qu’un dictateur, puisque c’est le sobriquet accolé et affublé à Bachar al-Assad jusqu’à ce que certains appellent sans vergogne à son assassinat ? Un dictateur n’est-il pas une personne qui a les pleins pouvoirs, jusqu’à celui d’ordonner la mort des autres ? En violant la résolution 1973 en Libye, jusqu’à pousser à l’assassinat d’un président en exercice, ces gens n’ont-ils pas fait preuve de dictature ? Ne veulent-ils pas rééditer leur exploit en Syrie en soutenant des groupes armés ? Quand le seul mot d’ordre est le diktat: “Assad doit partir”, de quoi s’agit-il ? De la dictature. N’est-il pas ? 

Ils avaient annoncé urbi et orbi, le carnage qui allait se dérouler à Alep. A-t-il eu lieu ? Non. Encerclés, affamés, en manque de munitions, le moral dans les chaussettes et la tête toujours dans le guidon, ces gens sont-ils prêts à mourir pour satisfaire la fameuse prime de mille vierges au paradis ?  Les promesses alors du Qatar et de l’Arabie saoudite, ces grandes démocraties ? “Allah Akbar” crient-t-ils, comme des gens possédés, des macchabées sortis du tombeau. Si, si, la foi soulève des montagnes mais, de quelle foi parle-t-on ? Celle de tuer ou celle de mourir ? Mais, toujours est-il que les choses sont claires. A Alep, il ne reste plus aux protégés de Paris, Washington, Londres, Berlin, Doha ou Riyad, que deux solutions: se rendre ou crever. L’armée a averti:

“il est encore temps de vous rendre, c’est votre dernière chance. Toute personne hébergeant des terroristes sera responsable de ce qu’il adviendra”

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, a encore réitéré son refus de l’établissement d’une “no-fly-zone” pour soi-disant des raisons humanitaires, dans une interview qu’il accordait à la chaîne de télévision Sky News Arabia : 

« La communauté internationale doit régler les problèmes des réfugiés syriens par des méthodes éprouvées au lieu de créer de zones d’exclusion aérienne en Syrie »

Sans faire allusion au nain politique Laurent Fabius, qui patauge telle une mouche dans la bouse,  il a précisé que la Russie condamne la violence de part et d’autre, à la différence des Occidentaux qui ne condamnent que seul le Gouvernement syrien. Il a fustigé cette façon de faire. Visiblement, la Chine et la Russie n’accepteront plus de se faire rouler dans la farine une nouvelle fois. Ceux qui ont fait du mensonge leur spécialité, ne pourront plus vraiment sévir en toute impunité. Le temps des cerises est terminé. D’un côté, leurs protégés semblent être condamnés à commettre essentiellement des attentats, de l’autre, eux, les instigateurs, poursuivre leurs oeuvres macabres de désinformation, de falsification et surtout de terrorisme international. Et dire que notre président Hollande déclarait, toute honte bue, être à la «recherche obstinée d’une solution politique en Syrie ». Hélas, sur ce dossier, lui, c’est Dupont, et Sarkozy c’est Dupond, alliés d’Al Qaïda, dont le nouvel émir Barack Hussein Obama vient d’ordonner secrètement à sa branche américaine nommée CIA, d’aider les terroristes syriens. Chut, ils veulent la paix…Les terroristes ont deux choix : se rendre ou mourir. Et Fabius ? Il ferait mieux de se suicider.

 

 

Évaluez ceci :