Aller à…
RSS Feed

ARMES CHIMIQUES. Syrie: l’ONU désavoue Paris et Londres


ARMES CHIMIQUES. Syrie: l’ONU désavoue Paris et Londres tout en ignorant le journal « Le Monde »

Publié le 4 juin 2013

logo_ONU-893e1

NATIONS UNIES, New York (USA) – L’ONU a rendu, tôt ce matin, un rapport sur l’utilisation des armes chimiques en Syrie. Celui-ci déclare qu’il existe des «motifs raisonnables» de croire que des quantités limitées de produits chimiques toxiques ont été utilisés comme armes dans au moins quatre attaques dans la guerre contre la Syrie mais  indique qu’il faut plus de preuves pour déterminer  quels agents chimiques ont été utilisées ou les qui les ont utilisés. Le rapport affirme aussi que, chaque jour, il y a des crimes de guerre et contre l’humanité qui sont commis. On sait de quel côté…Nous attendons de voir l’exploitation que fera la presse « mainstream » de ce rapport qui la désavoue…

La Commission d’enquête de l’ONU a déclaré que des résultats concluants ne peuvent être atteints seulement après que les échantillons de test aient été pris directement sur les victimes ou sur le site des attaques présumées. Elle a demandé à Damas de permettre à une équipe d’experts d’entrer dans le pays,ce que Damas réclame depuis l’usage de ces gaz par les terroristes . Néanmoins, on peut légitemement se poser des questions sur un volet manquant du rapport, avec l’arrestation de terroristes possédant du gaz sarin en Turquie. Ce sont ces derniers qui combattent contre le Gouvernement syrien et les Syriens.

Le rapport de la commission du Conseil des droits de l’homme sur les violations dans ce conflit  a accusé les deux parties d’avoir commis des crimes de guerre. Taclant les pays européens qui envisagent d’armer les terroristes, le rapport avertit que le transfert d’armes renforcerait le risque de violations, conduisant à des morts et des blessés civils supplémentaires. Les oreilles des dirigeants qui veulent aggraver la situation en Syrie siffleront, tout particulièrement à Paris et Londres. Le rapport accuse les groupes armés contre le Gouvernement syrien de mener des actions de condamnations illégales ,des exécutions sommaires sans procès, ainsi que des actes de torture,des prises d’otages et des pillages.

Sur les armes chimiques, l’intox du journal « Le Monde » a visiblement essuyé une fin de non-recevoir car, selon le rapport, « Il est possible que les groupes armés anti-gouvernementaux peuvent accéder et utiliser des armes chimiques « . Or Le Monde, en accusant essentiellement le Gouvernement syrien dans une partialité qui frise le militantisme béat et abscons, a failli. Les va-t-en-guerre en sont pour leurs frais .