Aller à…
RSS Feed

ARNAQUE & SCANDALE. Syrie: comment le Quai d’Orsay sous-traite le journal Le Monde


ARNAQUE & SCANDALE. Syrie: comment le Quai d’Orsay sous-traite le journal Le Monde

Publié le 19 août 2013

Allain Jules

Wladimir Gasman alias Ignace Leverrier,
Toute honte bue, avec la mauvaise foi qui va avec, le Quai d’Orsay sous-traite le dossier syrien via la complicité abyssale du journal Le Monde. La référence ? Ah, ça, c’était avant ! Si on parlait encore de vrai journalisme, ce serait acceptable. Il s’agit de journalisme de barbouzes. Oui, mettre en ligne un blog tenu par un obscur conseiller toxique du ministère des Affaires étrangères, comme lui-même le mentionne sur sa fiche LinkedIn, estampillé « diplomate » -une usurpation de titre-, et prenant qui plus est un pseudo, Ignace Leverrier, c’est, à part de la désinformation, mais aussi un mépris caractéristique de leurs lecteurs. Bienvenus dans les méandres de la connerie humaine, entre falsification, désinformation et haine chevillée au corps, où, le mensonge est roi, légal aussi, mais la vérité devenant un délit. Ambiance.

« Un œil sur la Syrie » est un blog de combat pro-terroriste(capture d’écran ci-dessus), tenu par un certain Wladimir Gasman alias Ignace Leverrier. Ce vieillard ou plutôt rassasié d’âges -comme moi par ailleurs-, qui se perd en conjectures dans chaque billet, d’autant plus que, malgré le prestige dont jouit le journal du soir, ce blog est un véritable bug, pour ne pas dire bide, est un imposteur. Oui, son blog ne marche pas car, les lecteurs ne sont pas dupes. Mais, au-delà de cette tentative d’escroquerie, de voir cette collusion incestueuse du Quai d’Orsay et du journal Le Monde sur le dossier syrien est bien la preuve que, les menteries de ses journalistes ou plutôt espions dits journalistes d’investigation, qui se sont déplacés en Syrie en rapportant de soi-disant preuves d’utilisation d’armes chimiques par le Gouvernement syrien est un leurre. Il n’y a pas de surprise ensuite, quand le régime français s’empare du dossier comme un mort de faim, prêt à dévorer sa proie, la Syrie.
Ce blog pousse-au-crime très journalisme-fiction et désormais muet, du moins, depuis le 04 août dernier, est, me semble-t-il, victime de son fiasco. Il affiche fièrement le drapeau de l’opposition terroriste surmonté d’un poing rouge-sang, sans honte. Tout d’abord, qui se cache vraiment derrière ce pseudonyme Ignace Leverrier ? Un papy flingueur mythomane, qui comme par enchantement est devenu diplomate. Mon 3e cycle en relations internationales en poche, qui plus est, spécialiste de l’Asie, je suis plus à même de parler de la Syrie qu’il prétend connaître parce qu’il fut bibliothécaire à l’Institut français des études arabes de Damas, puis archiviste à l’ambassade de France. Vous avez bien lu, bibliothécaire puis archiviste. Il y a de quoi porter un pseudo après les mensonges sur son cursus. Rassurez-vous, les diplômes ne sont pas mon dada et pas besoin d’afficher sur mon CV les Docteur ès…et tutti quanti. Parlons donc de « bibliothécaire-diplomate-archiviste », une catégorie hybride à créer. En réalité, cet homme est un ex espion des services secrets français, qui travaillait comme agent de liaison de la France avec les Frères musulmans syriens pour déstabiliser la Syrie, et pour les intérêts d’Israël. Cherchez l’erreur. Vivement qu’ils portent tous plainte contre moi, le Quai d’Orsay, le journal Le Monde et Wladimir Gasman, pour ces révélations documentées en notre possession. Ainsi, il y aura une belle partie de blagues et de franches rigolades dans les prétoires.
Ce Wladimir Gasman, petit télégraphiste du ministre, n’est qu’un petit salarié du Quai d’Orsay ou plutôt de Laurent Fabius le ministre des Affaires étrangères. Ceci montre donc, de la façon la plus claire qui soit, cette connivence crasse entre des intérêts autres que ceux de la France et les actions de certains hommes politiques d’influence. Dans ces rapports incestueux en matière de politique étrangère française, le tout s’est accentué avec l’arrivée de cet homme qui est actuellement installé au Quai d’Orsay. Son incompétence est à la mesure de son cynisme qu’il décline en aboiements ridicules. Faut-il vraiment s’étendre sur les jappements de cet homme inconsistant qui devrait se concentrer sur les déboires de son fraudeur de fils et partir du Quai d’Orsay en catimini ? Passons. Quant à Wladimir Gasman, l’espion au passeport français et au service de la soi-disant opposition syrienne et/ou Frères musulmans terroriste, il devrait désormais rabattre son caquet, il voit, enfin, une embellie pour ses vieux jours, après avoir roulé sa bosse de barbouze essentiellement dans les pays arabes : Liban comme faux étudiant à l’université de Beyrouth puis en Syrie.
Le journal Le Monde est donc juge et parti, complice de l’imposture puisqu’il ose présenter cet homme comme ex diplomate. En agissant ainsi, il montre bien ses limites et prouve en même temps son incompétence, en voulant par tous les moyens noircir le tableau syrien. Évidement, quand on sait les « qui » tiennent ce papier, ce n’est pas étonnant. Les diplomates sont très souvent des espions mais les espions ne sont pas des diplomates. L’inverse n’est pas possible. On ne devient diplomate que si on a fait des études pour ou à défaut à la suite d’une nomination présidentielle ou ministérielle, par exemple comme ambassadeur, consul, chargé d’affaires, etc. Un employé d’ambassade n’est pas un diplomate. Wladimir Gasman aka Ignace Leverrier n’a jamais été diplomate et ne le sera donc jamais. Il est désormais un papy flingueur aigri, qui ne se remet sans doute pas d’un échec amoureux avec une alaouite -c’est une boutade, je ne connais pas sa vie privée-, mais, c’est un faussaire. Ensuite, aucun passeport de service ne peut avoir la mention « diplomate ».
Donc, encore une fois, quand le journal Le Monde le présente comme ancien diplomate, il participe à la mascarade pour donner du crédit au barbouillage informationnel. Ce n’est pas de l’information ni du journalisme. Dans ce grand capharnaüm où gravitent opportunistes et contrefacteurs, tous les chats sont gris. Il est donc important de dénoncer les falsificateurs habillés par de savants mélanges de mensonges et d’oripeaux élogieux pour faire croire qu’on a en face de nous, un informateur compétent et dénué de tout soupçon de favoritisme, donc, sans parti pris. Hélas, avec ce magouilleur , c’est un leurre. Le journal Le Monde ferait mieux de fermer cette daube dit blog de Wladimir Gasman aka Ignace Leverrier, qui le déshonore encore un peu plus…
Et que dire de cet homme qui attaque tous ceux qui ne sont pas d’accord avec lui, les assimilant à des nazis ? J’en ai fait les frais, ainsi que l’anti-guerre, le pacifiste qui ne soutient pas pourtant Bachar al-Assad, l’illustre Bassam Tahhan. Une méthode surannée, utilisée par les faibles. Mais, aussi, procédé de disqualification particulièrement malhonnête et honteux.