Aller à…
RSS Feed

Biden est-il prêt à détruire le monde pour ‘affaiblir la Russie’ ?


Site logo image Le Cri des Peuples

lecridespeuples

Jan 14
L’année 2023 sera-t-elle pire que l’année 2022 ?

Par Philip Giraldi

Source : unz.com, le 10 janvier 2023

Traduction : lecridespeuples.fr

Même si l’on s’est habitué à voir le gouvernement des États-Unis se comporter de manière irrationnelle à une échelle épique et sans aucunement se soucier de ce qui pouvait arriver au citoyen moyen qui n’est pas membre de l’une des circonscriptions de la foire aux monstres qu’est le parti démocrate, il est toujours possible d’être surpris ou même choqué. Peu avant la fin de l’année 2022, un article est apparu dans les médias grand public et a été largement diffusé. Le titre sous lequel il était présenté dans la version originale de Business Insider était le suivant : « Une attaque nucléaire viserait très probablement l’une de ces six villes américaines, mais un expert affirme qu’aucune d’entre elles n’est préparée. » Les villes concernées étaient New York, Washington DC, Los Angeles, Chicago, Houston et San Francisco.

L’article cherche à fournir des informations et des conseils qui permettraient de survivre à une attaque nucléaire, reprenant les commentaires de plusieurs « experts » en gestion des urgences et en « santé publique » suggérant qu’une guerre nucléaire serait catastrophique mais pas nécessairement la fin du monde. Il faut s’y préparer. Il observe que « ces villes auraient du mal à fournir des services d’urgence aux blessés. En outre, elles ne disposent plus d’abris antiatomiques désignés pour protéger les gens des radiations. » Il regorge de conseils avisés et d’observations spontanées, notamment : « Pouvez-vous imaginer qu’un responsable conserve des bâtiments intacts pour en faire des abris antiatomiques alors que le marché de l’immobilier est si tendu ? » Ou encore mieux, le conseil tiré du « guide de planification en cas de détonation nucléaire » de l’Agence fédérale de gestion des urgences (FEMA), qui s’adresse aux citoyens ordinaires d’une ville qui a été bombardée : « Rentrez à l’intérieur, restez à l’intérieur, et restez à l’écoute. » Le Dr Ron Paul demande : « Sont-ils fous ? Ils agissent comme si une attaque nucléaire sur les États-Unis n’était qu’un inconvénient de plus à prévoir, comme une tempête de verglas ou un ouragan. »

Voir Une guerre nucléaire ferait 90 millions de victimes en quelques heures et semble de plus en plus probable

L’article affirme que les six villes seraient des cibles privilégiées car elles sont des centres d’infrastructures vitales. Les explosions tueraient des centaines de milliers, voire des millions d’Américains, et de nombreux autres décès suivraient en raison de l’empoisonnement par les radiations, mais l’article ne tente pas d’expliquer pourquoi la Russie, dont les dirigeants sont relativement sains d’esprit, voudrait déclencher une guerre nucléaire qui pourrait potentiellement détruire la planète. En outre, la liste des villes visées fournie par les « experts » est elle-même un peu étrange. Il est certain que la Russie attaquerait en priorité des cibles militaires et gouvernementales afin de limiter les éventuelles représailles tout en paralysant la capacité de la Maison Blanche et du Pentagone à commander et contrôler la situation. Ces cibles comprendraient San Diego et Norfolk, où sont basées les flottes américaines de l’Atlantique et du Pacifique, ainsi que les différentes bases du Strategic Air Command et le site souterrain d’évacuation du gouvernement fédéral à Mount Weather, en Virginie.

En lisant l’article, on se souvient des premières années de la guerre froide, qui visaient à rassurer le public sur le fait que la guerre nucléaire était en quelque sorte gérable. C’était une époque où l’on nous apprenait, à nous enfants de l’école primaire, à nous cacher sous nos bureaux lorsque l’alarme de raid aérien se déclenchait. Herman Kahn était, à l’époque, le plus célèbre défenseur de l’école de pensée selon laquelle les États-Unis pouvaient survivre à « l’impensable », c’est-à-dire à une guerre nucléaire. Physicien américain de formation, Kahn est devenu l’un des membres fondateurs de l’Institut Hudson, un organisme bien au-delà du néoconservatisme nationaliste, qui existe malheureusement toujours. Kahn, qui a servi dans l’armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale en tant que téléphoniste non combattant, a commencé sa carrière en tant que stratège militaire à la RAND Corporation. Kahn était partisan d’une politique de dissuasion et affirmait que si l’Union soviétique croyait que les États-Unis disposaient d’une capacité de deuxième frappe dévastatrice, Moscou n’engagerait pas les hostilités, ce qu’il expliquait dans son article intitulé Nature et faisabilité de la guerre et de la dissuasion. Les Russes devaient croire que même une attaque massive parfaitement coordonnée garantirait une mesure de représailles qui les laisserait également dévastés. Kahn a également avancé son idée d’un échange nucléaire « gagnable » dans son livre de 1960 intitulé Sur la guerre thermonucléaire, pour lequel il est souvent cité comme l’une des inspirations du personnage-titre du film classique de Stanley Kubrick, Dr Folamour.

L’apparition de l’article de Business Insider, qui traite de la possibilité de survivre à une guerre nucléaire, suggère que les cinglés s’échappent à nouveau de l’hôpital psychiatrique américain et obtiennent des postes importants au sein du gouvernement et des médias. Alors que l’on continue d’espérer que quelqu’un se réveillera à la Maison Blanche et réalisera que le profond trou noir dans lequel nous, les Américains, nous trouvons actuellement exige un changement de cap et un véritable « reset », l’horizon parait sombre.

Je suis particulièrement préoccupé par les relations enchevêtrées qui ont maintenu notre pays en permanence en guerre, malgré le fait que depuis la fin de la guerre froide en 1991, aucun adversaire potentiel n’a réellement menacé les États-Unis. Aujourd’hui, le gouvernement fédéral semble vouloir cultiver des relations dangereuses pour justifier les dépenses de défense et placer la nation au bord d’une situation qui pourrait s’avérer catastrophique. La mission actuelle des États-Unis, qui consiste à « affaiblir la Russie » et, à terme, la Chine, afin de maintenir leur propre « ordre international fondé sur des règles », comprend des anomalies aussi hypocrites et totalement illégales au regard du droit international que la poursuite de l’occupation militaire d’une partie de la Syrie afin de priver les dirigeants et habitants de ce pays de l’accès à leurs champs pétrolifères et à leurs meilleures terres agricoles. Une récente enquête de l’agence humanitaire de l’ONU a déterminé que le peuple syrien souffre et même meurt de faim en raison de cette occupation et des sanctions imposées par les États-Unis que l’administration Biden maintient contre toute raison et humanité.

En 1997, Biden s’était moqué de la Russie qui avertissait que l’expansion de l’OTAN l’inciterait à se tourner vers la Chine. « Lol ».

25 ans plus tard, guerre en Europe, la Russie est alignée sur la Chine et (de + en +) sur l’Iran. L’Occident ne cesse de dénoncer cette « menace »… https://t.co/yJnBU1QxbU

— Le Cri des Peuples (@lecridespeuples) January 13, 2023

À l’heure actuelle, cependant, la relation la plus inextricable, plus encore que celle avec Israël, est l’engagement des États-Unis dans la guerre par procuration menée contre la Russie au nom de l’Ukraine, qui est exactement ce qui menace de devenir nucléaire si quelqu’un cligne des yeux au mauvais moment. Des milliards de dollars d’aide directe, ainsi que des milliards supplémentaires sous la forme d’armes retirées des arsenaux européens et américains, ont été versés au régime corrompu du président Volodymyr Zelensky, tandis que ce dernier continue à œuvrer assidûment à exploiter la situation et entraîner Washington dans une guerre plus profonde qui confronte directement Moscou.

En fait, selon certains, la guerre a déjà commencé, les États-Unis et leurs alliés étant clairement déterminés à paralyser l’économie russe tout en se débarrassant du président Vladimir Poutine. La 101e division aéroportée est maintenant en place en Roumanie, à côté de l’Ukraine, pour « avertir » le Kremlin, tandis que le Pentagone a récemment admis que certains militaires américains se trouvent déjà en Ukraine, contrairement aux démentis des porte-parole de la Maison Blanche. Les Britanniques ont également révélé que certains de leurs membres d’élite des opérations spéciales sont sur le terrain. Et selon certaines informations, d’autres soldats américains seront bientôt en route, soi-disant pour « traquer les armes » fournies à Zelensky, notamment des batteries de missiles Patriot de fabrication américaine, dont certaines pourraient même être placées en Pologne, pays membre de l’OTAN, afin d’assurer une couverture aérienne de l’Ukraine occidentale, ce qui constitue un véritable acte de guerre aux yeux de la Russie, qui a averti qu’un tel geste signifierait que les États-Unis et leurs alliés sont « effectivement devenus partie prenante » à la guerre en Ukraine et qu’il y aura des « conséquences ». « Conséquences » signifie escalade.

La mission de « traque » des soldats pourrait être une réponse aux informations selon lesquelles les armes fournies par l’OTAN ont été vendues ou données à des pays tiers par l’Ukraine, où la corruption est endémique. L’ensemble de ces initiatives américaines pourrait déboucher sur une escalade rapide du conflit, avec des Américains rentrant au pays dans des sacs mortuaires et une inévitable implication directe des États-Unis dans des rôles de combat qui pourraient mener n’importe où, mais à ce stade, ce sont les Russes qui agissent avec retenue en ne ciblant pas les « conseillers » de l’OTAN et des États-Unis qui sont déjà actifs en Ukraine.

On soupçonne également de plus en plus les États-Unis d’avoir « donné leur feu vert » aux récentes attaques au missile de croisière menées par l’Ukraine contre des cibles militaires situées au cœur de la Russie. Depuis ces attaques, la Maison Blanche a déclaré que l’Ukraine a la « permission » d’attaquer la Russie et a essentiellement concédé au déséquilibré Zelensky le droit de prendre toutes les décisions et de diriger la guerre que les États-Unis financent en grande partie, ce qui est une formule pour un désastre. On sait déjà que l’Ukraine reçoit des renseignements de haut niveau fournis à la fois par les États-Unis et par d’autres États de l’OTAN. Les attaques de précision contre la Russie suggèrent que l’armée ukrainienne a reçu les coordonnées de cibles actives possibles, ce que les États-Unis seraient capables de fournir mais qui aurait été au-delà des capacités de l’Ukraine, qui ne possède aucune capacité de surveillance par satellite. S’il est vrai que la Maison Blanche est directement impliquée dans l’escalade du conflit, il s’agirait d’un geste très dangereux, invitant à des représailles de la part de Moscou.

C’est la principale chaine d’Etat et un journaliste phare qui interviewe souvent Poutine. Lequel a menacé de revoir la doctrine de non-utilisation en 1er de l’arme nucléaire. Medvedev a menacé les USA de placer un missile nucléaire près de leurs côtes.

L’OTAN joue avec le feu…

— Le Cri des Peuples (@lecridespeuples) January 14, 2023

Il est certain que certains idiots à Washington, pour la plupart des néoconservateurs, continuent de considérer la guerre contre la Russie comme une sorte de croisade pour la liberté du monde. Rick Newman, le principal chroniqueur financier de Yahoo, observe comment « les faucons du budget au Congrès s’inquiètent d’accéder à la demande du président Biden d’une aide supplémentaire de 38 milliards de dollars pour l’Ukraine afin de l’aider à vaincre les envahisseurs russes ». Il conclut : « Ils ont raison. Trente-huit milliards, ce n’est pas assez. Envoyez 50 milliards. Ou même 100 milliards de dollars. Plus c’est, mieux c’est, jusqu’à ce que le travail soit fait. »

Apparemment, le belliqueux Rick ne comprend pas tout à fait que la Russie a clairement fait savoir que si un jour, elle est sur le point d’être vaincue par un cas de force majeure, elle passera au nucléaire. Et le Congrès et la Maison Blanche ne semblent pas le comprendre non plus, les partis républicain et démocrate étant inconscients du réel danger auquel est confronté le peuple américain. Une guerre nucléaire ? Bien sûr ! Cachez-vous dans votre cave, si vous en avez une, et regardez la télévision.

Voir notre dossier sur la situation en Ukraine.

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x