Aller à…
RSS Feed

BRIEFING AU CONSEIL DE SÉCURITÉ ON CONNAIT CE DISCOURS


5ff1b678-c900-4828-96f6-ca48442b9447oct 7 2016
Staffan de Mistura

ENVOYÉ SPÉCIAL POUR SYRIA
———–
BRIEFING AU CONSEIL DE SÉCURITÉ
LA SITUATION EN SYRIE

Vendredi, 7 Octobre 2016
Monsieur le Président,
1. Permettez – moi tout d’abord de vous donner un peu de contexte, et je vais certainement se référer à la proposition. Depuis que je vous dernier exposé au cours de la session d’urgence du Conseil le 27 Septembre la situation à Alep a continué de se détériorer en face de nos propres yeux. Dans l’ est d’ Alep, 275.000 civils, dont 100.000 enfants, sont soumis à tous les jours, souvent des bombardements aveugles, y compris apparemment par cluster munitions et des armes de soute-busting. Depuis le 19 Septembre, ce qui a été exacerbée par un rez- de -offensive des forces armées syriennes et alliées. Les gens ont nulle part où se cacher. Et tandis que certaines sources sur le terrain nous disent que le bombardement a quelque peu diminué au cours des 3 derniers jours après que le gouvernement a annoncé qu’il allait évoluer en arrière, nous ne pouvons pas simplement accueillir une réduction fragmentaire simple. Pourquoi? Parce que depuis le 23 Septembre à 5 Octobre 376 personnes ont été tuées, dont un tiers d’entre eux en fait des enfants. Et encore 1266 civils, dont de nombreux enfants, ont été blessés.

2. Bien que pas quelque chose comme de la même échelle, la population civile des parties contrôlées par le gouvernement d’Alep est également affectée par la poursuite du conflit dans la ville d’ Alep. Il y a eu des bombardements par les groupes d’ opposition armés dans l’ est d’ Alep, y compris en faisant pleuvoir des roquettes enfer feu faits maison, est de faire des victimes dans l’ ouest d’ Alep sur une base régulière – y compris plusieurs obus de mortier qui ont été frappent le quartier d’ al-Jamiliah hier, aurait tuant 11 personnes et en laissant 70 blessés. En d’ autres termes, les deux parties ont été touchés, mais soyons franc, aucune comparaison avec l’ est d’ Alep. Donc , revenons à l’ est d’ Alep.

3. Alep Orient est maintenant assiégé -pas de facto, formally-, et dernier atteint par l’ONU le 7 Juillet, il y a longtemps que nous sommes maintenant en Octobre, et la nourriture est épuise rapidement. Comme les deux usines d’eau et d’ électricité sont endommagés, l’accès à l’ énergie et de l’ eau courante est profondément insécurité, ce qui crée un risque de maladies d’ origine hydrique. Un manque de soins médicaux adéquats est une condamnation à mort pour un grand nombre des blessés. Voilà pourquoi nous sommes dans une telle hâte pour essayer de trouver un certain type d’évacuation médicale. Tous les hôpitaux de l’ Est d’ Alep ont été frappés par des bombes au moins deux fois, ce qui rend difficile de faire valoir que cela n’a pas été délibérée. Juste dans la seule semaine dernière, il y a eu sept attaques, et deux hôpitaux ont été presque entièrement détruite. Le personnel médical travaillent autour de l’horloge, pour soigner les blessés avec les ressources limitées dont ils disposent. Chaque jour, ils doivent choisir comment utiliser leurs moyens limités. Qui traiter, et à qui laisser mourir. On estime qu’au moins 200 patients ont besoin d’ évacuation médicale d’ urgence. Ils le font à grands risques personnels. La semaine dernière, trois seulement 35 médecins restants dans l’ est d’ Alep ont été tués, ainsi que deux infirmières.

4. Une pause humanitaire, composé d’au moins deux jours consécutifs de calme quand les 5ff1b678-c900-4828-96f6-ca48442b9447armes se tairont, nous permettrait certainement d’évacuer les cas les plus urgents parmi les malades et les blessés, et de livrer l’ aide humanitaire si nécessaire à l’ est d’ Alep. Bien sûr, la crainte est que cela pourrait devenir juste un pansement pour une blessure et trois jours plus tard , le bombardement commencerait à nouveau. L’ONU et ses partenaires ont travaillé sur un plan d’évacuation médicale, ainsi que le soutien de l’UE, afin d’agir chaque fois que nous le pouvons. Je voudrais souligner que ces jours de calme ne seront pas utilisées à d’autres fins à ce moment – que l’ évacuation médicale. Toutefois, permettez -moi d’ être clair, l’Organisation des Nations Unies et ses partenaires humanitaires seront incapables d’entreprendre ces évacuations médicales seul, à moins que nous recevons un accord et un engagement ferme du gouvernement de la Syrie, la Fédération de Russie, les Etats-Unis et de l’ opposition syrienne et groupes armés pendant au moins deux jours consécutifs de calme et de tranquillité tandis que les travailleurs humanitaires / médicaux évacuer en toute sécurité les personnes dans le besoin. Je le répète, si cela arrive , il serait extrêmement bienvenu , mais ce serait une aide de bande, cela ne résoudrait pas la situation, ils garderaient certaines personnes qui sont blessés en vie et il serait donner un bref répit à la ville, mais la prochaine chose qui serait arriver serait un bombardement ànouveau jusqu’à ce qu’il soit détruit. L’ONU désigner des points focaux spécifiques pour coordonner les détails opérationnels du plan d’évacuation médicale avec les parties concernées sur le terrain, si cela se déplace vers l’ avant.

5. A Alep, des centaines de milliers de civils ont besoin de protection. Le Secrétaire général a exprimé à plusieurs reprises son indignation face à ce qui se passe dans les termes les plus forts possibles, y compris dans ce très Conseil. Le lourd bombardement aérien et aveugle est une menace majeure pour la population civile dans l’ est d’ Alep. Il doit cesser , il doit cesser. Le même est vrai pour le bombardement aveugle de l’ ouest d’Alep, il doit cesser. Et il doit être immédiat, l’ accès humanitaire sans entrave à l’ est d’Alep et de toutes les zones assiégées. Ouest Alep en ce sens, n’a pas de problème, il est pas assiégée, l’ aide peut venir et vient, et est donc la nourriture. Les civils doivent être protégés et la cessation des hostilités doit être rétablie dans toute la Syrie.

6. Donc , laissez – moi être clair: J’espère que ce Conseil prendra des mesures décisives sur Alep. J’espère que la cessation des hostilités peut être rétablie, et le bombardement de zones civiles cesserai.

7. Malheureusement, les combats ont continué et se poursuit sans relâche. Si le, lebombardement constant cruel ne cesse pas, dans l’ est d’ Alep pourrait être totalement détruite par Noël, et nous le savons déjà aujourd’hui – à ce rythme il n’y aura pas d’ Alep orientale Noël. Lors de ma dernière vous briefé, j’averti d’un, le broyage, la lutte lente rue par rue – et cela est exactement ce que nous voyons transpirant.

8. L’ampleur de la tragédie est déjà massive et la profondeur de la détresse chez les civils est profonde, mais la situation peut même empirer si les activités militaires ne continuent à ce rythme. Des milliers de 275.000 personnes, dont 100.000 enfants, qui sont pris au piège dans la ville peuvent obtenir tués ou blessés, et beaucoup peuvent chercher à quitter la ville et de devenir déplacés ou réfugiés à l’ intérieur. Cela ne peut pas être une option et le monde ne peut pas attendre passivement que cela se produise. Il y a une nécessité d’ uneaction urgente pour éviter une autre Srebrenica, un autre Rwanda. Nous avons le devoir moral d’agir, au nom de tous ceux qui sont indignés, choqué et frustré par ce qu’ils voient et incapable de faire quelque chose.

Monsieur le Président, les membres du Conseil,
9. Beaucoup a été dit au sujet de la présence d’al-Nusra dans l’ est d’ Alep. Une parenthèse: J’espère que nous sommes tous d’ accord al-Nusra est une organisation terroriste inscrite par le Conseil de sécurité des Nations Unies, donc nous parlons d’eux, al-Nusra une organisation terrorsit et identifié avec Al – Qaïda en dépit des changements cosmétiques à leur nom. Selon nos estimations, le groupe dispose d’ un maximum de 900 combattants dans la ville de l’ est d’ Alep. J’entends des chiffres inférieurs de certaines sources.J’entends des nombres plus élevés provenant d’ autres sources. L’ONU est en mesure de faire une estimation plus précise chaque jour, et en fait, nous avons aussi des moyens de lefaire, et il n’y aura pas de jeu de chiffres ici – au maximum 900 sans question, sans doute moins que cela, certains d’entre eux ont déjà quitté, parce qu’ils sont des lâches, ils ont tendance à le faire normalement que, voilà ce qu’ils ont fait dans le passé. Et ils sont, comme nous le savons, tous répertoriés.

10. Comme je l’ ai déclaré à plusieurs reprises, leur présence ne devrait pas être utilisée comme un alibi -I utilisé ce mot avec soin, mais avec calculée soins- la présence de peut -être au maximum à 900 al-Nusra combattants terroristes -Ils sont les seuls combattants quenous identifions comme des terroristes , vous identifiez comme des terroristes à tout cinétiquement ne devraient pas être utilisés comme un alibi pour l’agression continue, bombardements, pour lesquels il ne peut y avoir aucune justification.

11. Hier, au cours de la stakeout de presse suivant la réunion du Groupe de travail humanitaire GSEE à Genève, je flottais une idée composée des éléments suivants:
– Un arrêt immédiat et total du bombardement de l’est d’Alep.
– L’évacuation des combattants d’Al-Nusra de l’est d’Alep – dans la dignité et avec leurs armes – à Idlib ou à tout autre endroit en Syrie;
– Garder l’administration locale intacte et veiller à ce qu’elle puisse continuer à faire son travail sans entrave; et
– Une certaine forme de présence internationale.

12. De toute évidence, les garanties officielles seront nécessaires pour assurer la sortie sûre des combattants d’ Al-Nusra, y compris de la Fédération de Russie. Comme je l’ ai déjà dit, je suis personnellement prêt physiquement pour les accompagner, si cela aide à les convaincre d’accepter ma proposition et pas garder toute la ville et la population de l’ est d’Alep comme leur otage.

13. Les garanties, y compris également de la Fédération de Russie, seront également nécessaires pour assurer la capacité de l’administration locale, y compris la sécurité locale, de continuer à fonctionner sans ingérence du gouvernement – sans aucune ingérence du gouvernement. Pour cette raison, une présence internationale serait la bienvenue et nécessaire, en tirant sur des idées déjà discutées dans le cadre de la cessation des hostilités.Et ces garanties doivent être données par écrit.

14. Le plan détaillé de l’évacuation des combattants d’ Al-Nusra, avec des garanties russes pour le passage en toute sécurité et le potentiel présence appropriée des Nations Unies, doit être élaboré. Nous devrions aussi bien sûr continuer à consulter les parties syriennes concernées et les États membres concernés qui ont une influence sur les côtés, pour convaincre al-Nusra de quitter les lieux. À cet égard , je prends note de la déclaration de la Coalition nationale syrienne qu’ils discuteront de la proposition avec AOGs à Alep et sur la base de l’ ONU fournissant des garanties. D’ autres hauts représentants de l’opposition sont restés ouverts à divertir favorablement les aspects de cette proposition, compte tenu du fait qu’ils ne peuvent pas être en mesure de le dire , mais ils se sentent trop que al-Nusra de manière devient un alibi pour un bombardement aveugle et cela ne devrait pas être laissé intact.

15. Permettez – moi d’ être clair sur quelques points: Premièrement , cela est séparé et distinct des efforts pour les évacuations médicales d’ urgence et l’ accès humanitaire. Si cela se produit, nous serons ravis, vous pouvez l’ imaginer, et nous ne voulons pas les deux choses à être contaminés.
16. Deuxièmement , rien de ce que je l’ ai décrit peut se produire sans arrêt préalable du bombardement des zones civiles et un cessez- le . Par exemple, nous devons nous préparer cela pour faire en sorte que les civils sont atteints, dans un environnement sûr, et ceux d’al-Nusra, qui nous l’ espérons, décider de quitter, peut le faire en toute sécurité. Et troisième , rien ici est un substitut pour toute action que vous, que le Conseil pourrait prendre. Les deux choses sont déconnectés, le mien est un cri du cœur , comme on dit en français, il est un appel et une proposition pour tenter de débloquer ce qui autrement va être une destruction complète en cours de la ville.

17. Quatrièmement , ce n’est pas un appel, comme certains l’ ont dit, pour l’évacuation des groupes d’ opposition armés de l’ est d’ Alep. Il est pas un appel à l’évacuation des groupes d’ opposition armés de l’ est d’ Alep. Il est pour l’évacuation volontaire de al-Nusra, l’organisation terroriste inscrite par vous – mêmes. Et il est donc nettement différente des accords locaux existants. Il ne fait pas partie des accords locaux que vous êtes célèbre aucourant de – et nous sommes aussi. Il est une idée lancée par moi qu’un groupe identifié par le Conseil comme un groupe terroriste doit quitter en toute sécurité dans la dignité, endépit de la façon dont ils nous traitent, afin de sauver une grande ville, pour sauver 275.000 personnes à partir d’ un sort épouvantable, et retirer un alibi pour un bombardement aveugle en cours. Si al-Nusra sont 900 personnes, puis 900 devront quitter.Si elles sont moins, alors moins partiront. Nous serons effectivement impliqué dans cela.Le point est que chaque combattant Nusra va quitter la ville et le reste va rester si elles veulent.

18. Cinquième , il est pas un appel à l’évacuation de la population civile de l’ est d’ Alep, tout au contraire, et cela a été mal interprété par certains dans les médias. Il ne constitue pas une évacuation de la population, aucun nettoyage ethnique, tout le contraire. Il est le contraire de ce que, en fait , il est un appel pour eux d’être en mesure de rester là où ils sont, sans terroristes Nusra ou bombardement aveugle utilisé comme argument pour détruire al Nusra – et avec des garanties et de l’ aide humanitaire, ainsi que leur propre courant indépendante administration.

19. Sixième , les administrations locales devraient être autorisés à exercer toutes lesfonctions, y compris les fonctions judiciaires et publiques de sécurité, -aussi dans l’ auto-protection contre spoilers- avec le soutien de la non-Nusra AOGs in situ. Ce serait naturellement, comme tout dans ce contexte, être un arrangement temporaire jusqu’à ce qu’une solution politique à la crise convenue par toutes les parties. Nous serons toujours en faveur d’une Syrie, cela est cependant, pour le moment, une situation d’urgence.

20. Septième , tout arrangement aurait pour effacer ces armes appropriées seraient autorisés à rester avec des éléments de l’opposition armée (non-Nusra) groupes qui fournirait la sécurité publique à l’ intérieur de l’ est d’ Alep.

21. Huit , l’ accès humanitaire sans entrave à l’ est d’ Alep et de la circulation civile et commerciale devrait également être autorisée, à condition qu’aucune arme sont transportés, en mettant dans des arrangements de surveillance place le long des lignes déjà discutées par rapport à l’ est d’ Alep dans l’accord Septembre 9 parmi les Etats – Unis et la Fédération de Russie, qui reste inappliquée.

22. Last but not least , tout cela est un appel à arrêt immédiat de toutes les opérations militaires à travers toute la ville d’Alep, avec les lignes de front restent comme ils sont à la date d’entrée en vigueur de cet accord possible, il NE diminuer notre appel pour un retour immédiat à une cessation des hostilités à l’ échelle nationale, qui restera toujours notre objectif majeur. Il ne devrait pas fournir une justification pour l’ intensification descombats ailleurs dans le pays. Permettez – moi de souligner que l’Organisation des Nations Unies, nous mettons toutes les idées que nous avons dans le contexte de revenir d’ urgence à un processus politique.

Monsieur le Président,

23. Nous sommes dans une situation d’urgence, qui est la raison pour laquelle nous sommes réunis aujourd’hui, et il exige des efforts d’urgence. Cela peut être un moyen de sauver 275.000 personnes de plus d’ horreur et de la mort, et sauver l’ une des grandes villes de la Syrie, le monde arabe et le monde de tous les autres conséquences, et permettre un minimum de co-existence et le renforcement de confiance, peut-être en Syrie et parmi et entre les principaux acteurs extérieurs si cela a lieu, et de prendre un bond en avant vers une réduction des combats et un véritable processus politique. Je suis plein de respect pour toute décision que le Conseil voudra prendre, et je ne vais pas interférer avec cela, et je suis toujours ouvert à de meilleures idées – mais des idées concrètes s’il vous plaît, pour sauver Alep. . Mais je ne suis pas ouvert à aucune idée L’écriture sur le mur je l’ ai dit hier , est là – si cela continue, et l’alibi d’al-Nusra reste là, et le bombardement continue d’avoir lieu, par Décembre vous et nous surveillera la destruction de l’ est d’ Alep, descentaines de milliers de réfugiés qui se déplacent vers la Turquie, notre conscience endisant:. en Octobre nous aurait pu arrêter, et un autre Srebrenica ou au Rwanda d’ être sur nos consciences Je suis passé par cette période, je ne veux pas faire partie de celui – ci.Voilà pourquoi avec vous , je l’ espère , nous pouvons trouver une formule de béton.
Je vous remercie.