Aller à…
RSS Feed

Cheikh Al-Khatib Le Pantin Sunnite Des Frères Musulmans De Leurs Soutiens Arabo Occidentaux Turc.


La France a apporté son « plein soutien » à la « coalition nationale » dirigée par le Cheikh sunnite Ahmad Moaz Al-Khatib exfiltré de Syrie par les forces spéciales françaises. Proche des Frères Musulmans ces derniers montrent désormais leur soif de pouvoir au grand jour. Al Khatib est aussi un grand admirateur d’Erdogan et un fidèle du très controversé théologien extrémiste wahhabite Yusuf al-Qaradawi. Avec un tel «opposant» s’il arrive au pouvoir la Syrie prendra le même chemin extrémiste que la Tunisie l’Egypte et la Libye. Vouloir lutter «contre le terrorisme» en France et faire le lit de celui-ci au Moyen Orient rappelle les heures les plus sombres de l’épopée coloniale française et sa devise : diviser pour mieux régner massacres à l’appui.

 


Cheikh Al-Khatib Le Pantin Sunnite Des Frères Musulmans De Leurs Soutiens Arabo Occidentaux Turc.


Le ministre des affaires étrangères Laurent Fabius a affirmé que le gouvernement Hollande apportait son «plein soutien» à la « coalition nationale » des groupes syriens d’opposition et considéré l’évènement comme une « étape majeure » pour renverser le gouvernement syrien de Bashar al Assad. Fabius a également dit que le gouvernement Hollande aiderait à la reconnaissance de cette coalition par la communauté internationale.

Suite à la réunion de Doha c’est le cheikh sunnite présenté comme un “modéré” Ahmad Moaz Al-Khatib qui a été élu président de la nouvelle coalition, tandis que Riad Seif, un ancien député à l’origine de l’initiative d’unification de l’opposition, et Souheir Atassi, qui a joué un rôle dans la coordination du soulèvement à l’intérieur de la Syrie, ont été élus vice-présidents.

Al Khatib originaire de Damas ancien prêcheur sunnite à la mosquée des Omeyaddes a été exfiltré de Syrie vers le Liban par les forces spéciales françaises il y a environ trois mois après avoir été arrêté à deux reprises depuis le déclenchement du soulèvement contre le régime du président Bachar Al-Assad en mars 2011. Il vit actuellement au Caire en Egypte berceau des Frères Musulmans sous leur protection et la protection du gouvernement à visée théocratique de ces derniers.

Depuis le début du « Printemps Arabe » les Frères Musulmans manipulent en coulisses les manifestations contre les gouvernements qu’ils ont décidé de faire tomber avec le soutien des services de renseignements US et européens. En échange de leur prise de pouvoir en Tunisie en Egypte ils se sont engagés à soumettre leurs pays au dictat de la mondialisation des pétro dollars des dictatures monarchiques du Golfe et à se soumettre à l’extrémisme musulman wahhabite.

La démarche Des Frères Musulmans est la même pour la Syrie contre le gouvernement de Bashar al Assad. Ce n’est pas un hasard si la guerre de propagande médiatique est menée par une soit disant ONG OSDH basée à Londres une création de ces mêmes Frères Musulmans avec l’aide des services de renseignements britanniques.

Si les Frères Musulmans ont main mise sur une partie de la société égyptienne surtout les pauvres analphabètes et ils sont nombreux- la confrérie des Frères Musulmans a été créée en Egypte – par contre ils ont très peu d’influence sur la société syrienne inclus les Sunnites qui la compose. Pourtant ils cherchent à s’emparer du pouvoir en Syrie ce que beaucoup de Syriens redoutent Sunnites compris.

C’est donc par des tractations politiciennes de couloirs avec l’appui des dictatures monarchiques du Golfe que les Frères Musulmans ont réussi à mettre à la tête de cette « coalition d’opposants syriens » ce cheikh sunnite Ahmad Moaz Al-Khatib.

Les Frères Musulmans avaient déjà infiltré le CNS en y faisant admettre des « indépendants ». Le CNS est tombé en disgrâce auprès des puissances occidentales et désormais n’est plus la composante principale de cette « opposition syrienne ». Les Frères Musulmans ont obtenu ce qu’ils voulaient.

Désormais les Loups islamistes FM sont sortis du bois.

Le cheikh sunnite Ahmad Moaz Al Khatib est décrit comme un « modéré » par les Occidentaux y compris le gouvernement Hollande. Mais sous des discours « pacifiques » se cache un fondamentaliste de l’Islam sectaire rigide proche du courant wahhabite.

Al Khatib tient un blog.

Sur ce blog on peut lire un article dans lequel il fait l’éloge de la Turquie d’Erdogan – proche des FM intitulé : « Why Turkey will emerge as the leader of the Muslim World » – Pourquoi la Turquie émergera comme leader du monde musulman.

Cet article date de 2010.Il est donc clair que les intrigues d’Al Khatib pour accéder au pouvoir ne sont pas des improvisations de dernières minutes pour sauver la Syrie et le peuple syrien comme il aimerait qu’on le pense.

Ci dessous quelques extraits traduits qui reflètent précisément les orientations politico religieuses sectaires d’Al Khatib et ce que sont ses projets pour la Syrie.

« La Turquie n’est pas considéré comme un pays arabe par excellence mais c’est peut être le pays le plus musulman. Grâce de sa renaissance après l’effondrement de l’Empire Ottoman comme état façonné exclusivement par et pour des Musulmans par le sang et la guerre, la Turquie est une nation musulmane d’origine, une caractéristique peut être partagée seulement avec le Pakistan.

La sécularisation par Mustafa Kemal Atatürk dans les années 20 a donné au pays son identité Kemaliste, un vernis nationaliste. Cependant une tourmente récente parfaite a miné l’héritage d’Atartürk : bien que les événements du 11 Septembre aient orienté les relations entre les Musulmans et l’Occident vers un conflit perpetuel, l’AKP, le parti pour la Justice et le Développement enraciné dans l’Islamisme à Ankara a aidé le pays à retrouver sa véritable identité…Par conséquent dans le monde post 11 Septembre défaite de son identité Kemaliste la Turquie s’est elle-même attribuée le rôle de dirigeant du « Monde Musulman ». Cette position convient bien en fait à ce pays : c’est la nation musulmane qui a la plus importante économie et l’armée la plus puissante. Après plusieurs années de de-Kemalisation le seul obstacle qui reste c’est de convaincre ses frères musulmans de l’adouber comme leur Sultan du « Monde Musulman » ….

« …Considérant le présent, le monde post 11 Septembre, les états crées exclusivement sur des bases nationales religieuses sont vulnérables à la vision mondiale huntingtonienne de « nous (Musulmans) versus eux ».Jusqu’à l’arrivée au pouvoir de l’AKP la Turquie a été dirigée avec succès par des élites laïques largement pro occidentales et il n’y avait pas trop de problème là-dessus. Cependant l’AKP a remplacé ces élites par ceux sympathisant avec l’escathologie du «nous (Musulmans) versus eux ». Le dirigeant de l’AKP, Recep Tayyip Erdögan de même que son gouvernement croient dans le «Clash des Civilisations» de Samuel Huntington- seulement ils ont choisi de s’opposer à l’Occident. La vision de l’AKP vue sous cet angle est définie par le roi philosophe de Turquie le ministre des affaires étrangères Ahmet Davuto?lu qui a résumé sa position dans on opus «Profondeur Stratégique » où il écrit que : «les bonnes relations de la Turquie avec l’Occident… sont une forme d’aliénation » et que l’AKP corrigera le cours de l’histoire qui a desservi les Musulmans depuis la chute de l’Empire ottoman… »

Le régime d’Erdogan proche des Frères Musulmans qu’Al Khatib encense dans cet article a joué un rôle particulièrement néfaste dans la guerre terroriste de proxis contre la Syrie.

Le président syrien Bashar al Assad a bien compris l’objectif d’Erdogan de main mise sur la Syrie – ses ressources énergétiques pétrole et gaz – en plaçant à la tête de « l’opposition » un admirateur tel Al Khati proche des FM.

Le site d’Al Khatib renvoie par le biais d’hyperliens vers d’autres sites. Hors parmi ces sites on trouve celui de Yusuf al-Qaradawi ce théologien extrémiste d’origine égyptienne et vivant actuellement au Qatar.

Peu avant le Congrés organisé au Bourget par l’UOIF (Union des Organisations Islamiques de France ) du 6 au 9 Avril 2012 Sarkozy avait décidé d’interdire l’entrée sur le territoire français de quatre personnalités étrangères : Akrima Sabri, Ayed Bin Abdallah Al Qarni, Safwat Al Hijazi, Abdallah Basfar .

Averti par la voie diplomatique – le Qatar étant adulé à l’Elysée – qu’il n’était pas le bienvenu Youssef Al Qaradawi a renoncé à venir. Les raisons avancées étaient que les positions et les propos tenus par ces personnes qui appellent à la haine et à la violence portent gravement atteinte aux principes de la République et, dans le contexte actuel, représentent un fort risque de troubles à l’ordre public.

Yusuf al-Qaradawi distille son extrémisme islamiste wahhabite sur Al Jazzeera et sur un site internet Islamonline. Al-Qaradawi est également l’auteur de plusieurs livres. Ses positions extrémistes sont bien connues notamment celles où il décrit les Musulmans shi’ites comme des hérètiques (« mubtadi’oun ») de même que ses positions antisémites.

Que ce cheikh sunnite Ahmad Moaz Al Khatib soit présenté comme “modéré” et soutenu inconditionnellement par les pays occidentaux certains pays arabes et la Turquie qui veulent détruire la Syrie en dit long sur le double jeu des dirigeants de ces pays et leur dangerosité pour la paix mondiale.

La Syrie d’Assad constitue le dernier bastion de la laïcité au Moyen Orient car le régime juif sioniste est lui-même sous emprise de colons extrémistes religieux juifs prêts à tout pour conforter leur vision messianique délirante et leur tentative d’instaurer une théocratie juive en Palestine.

Qu’un pays laïque comme la France tombée aux mains de politiciens cyniques vendus à la mondialisation ait recours pour maintenir un semblant de puissance à des techniques colonialistes de soutien à des extrémistes religieux musulmans et juifs en dit long sur l’état de décrépitude actuelle de notre démocratie dans notre pays.

Actualisation 13/11/2012 23h37

Hollande pire que Sarkozy

AFP 13/11/2012

Le président François Hollande a annoncé que la France reconnaissait la nouvelle coalition de l’opposition syrienne comme « la seule représentante du peuple syrien et donc comme le futur gouvernement provisoire de la Syrie démocratique ». « J’annonce que la France reconnaît la coalition nationale syrienne comme la seule représentante du peuple syrien et donc comme le futur gouvernement provisoire de la Syrie démocratique permettant d’en terminer avec le régime de Bachar al-Assad », a déclaré M. Hollande avant d’ajouter que la question de la livraison d’arme à l’opposition allait être nécessairement reposée.

 

Mireille Delamarre