Aller à…
RSS Feed

Comment la France s’est fait piéger par les terroristes syriens.


 

par Allain Jules

Publié le27 février 2012

 
Comme c’est drôle !

Les renégats de l’Armée syrienne libre, coincés dans le quartier de Baba Amr désormais encerclé par l’armée régulière syrienne, sont en train de montrer leur vrai visage. Aussi bizarre que cela puisse paraître, les médias occidentaux qui les ont tellement soutenu ne savent plus à quels saints se vouer. Il n’est pas question de prise d’otage des journalistes étrangers dans leurs éditos, alors que c’est de cela qu’il s’agit. Au contraire, alors que la Croix-rouge a tenté de les secourir, les papiers de choux dominants accusent plutôt les….bombardements de l’armée syrienne. 

La journaliste française Edith Bouvier blessée mercredi 22 février à Homs, le photographe français, William Daniels et l’anglais Paul Conroy ont lancé un vibrant appel, pour qu’on leur vienne en aide. Hélas, l’Occident est prisonnière de ses promesses, et commence à douter sérieusement de la capacité de ces soi-disant opposants-plutôt des terroristes -pour “remplacer” Bashar al-Assad. “Remplacer”, un principe qui est illégal parce que ce n’est ni à Obama ni à Sarkozy,  ni à Cameron ni à l’ONU, de décider  “qui” doit gouverner tel ou tel pays.

En sourdine donc, l’Elysée se bat comme un beau diable, pour faire entendre raison aux » galopins » syriens. Mais face à leur intransigeance , Tartempion, du haut de ses talonnettes, rêve de l’arrivée rapide en France d’Edith Bouvier et William Daniels -coup électoraliste oblige- il est contraint de négocier avec le régime de Bashar al-Assad. Mais, chut, personne n’en parle dans nos grands médias.Le pire semble être pour bientôt. Avec son arrogance indescriptible,  la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton, a appelé Pékin et Moscou à “changer de position” sur la Syrie. Mais pour qui se prend-elle ? La Chine a qualifié d’”inacceptable” ces propos tandis que le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a fustigé le “caractère unilatéral” de la conférence des pseudo “Amis de la Syrie”.

L’échec actuel de la libération des journalistes occidentaux, pire, la séquestration de cadavre par les insurgés syriens, des actes morbides qui ne sont pas condamnés par nos grands médias sont des signes qui ne trompent pas. Les journalistes et les politiques se fichent éperdument de la vie de ces gens qui ne peuvent être utilisés que comme caution morale pour des élections. Il y a visiblement un essoufflement de la propagande mortifère faite d’annonces du décompte macabre des morts imaginés par l’usurpateur…l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Il devient de plus en plus dur de ne montrer rien qu’une once de viabilité des renégats syriens. Qu’à cela ne tienne, derrière les plis de l’actualité, avant que la lucidité du grand nombre ne revienne, le complot contre la Syrie est entrain d’accoucher d’une souris. Quelques téméraires prédisent toujours la fin du régime d’Assad. Ce qui n’est pas une mince affaire…