Aller à…
RSS Feed

Comment les États-Unis veulent contrecarrer les plans d’autosuffisance de la Chine


Il faut analyser cette stratégie des Etats-Unis qui prouve à quel point les arguments “moraux” démocratiques de l’occident ne sont que des foutaises, mais aussi comprendre comment elle entraîne une récession mondiale, en tenant compte de deux faits. Le premier est la manière dont les Etats-Unis veulent en fait développer en concurrence avec Taiwan leur propre secteur (1) et le second est la manière dont les entreprises taiwanaises en fait fabriquent en Chine (2) et comment donc leurs productions n’ont plus de secrets pour la Chine. Il y a en fait entre les mouvements du capital et les jeux de guerre étatiques toute la bête sauvage des intérêts privés et ceci est vrai pour la France. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)

Par Hannah Schwär18/09/2022, 16:09
D-49660743.jpg
La Chine veut, mais ne peut pas encore produire des puces haut de gamme. Les usines ont besoin de machines hautement spécialisées. L’équipement le plus moderne est fourni par le groupe néerlandais ASML. (Photo: picture alliance / dpa)

Tout n’est pas « Made in China ». En ce qui concerne les puces haute performance, par exemple, la République populaire a cinq ans de retard sur Taïwan, leader de l’industrie. Comme beaucoup d’autres pays, le pays est donc suspendu au goutte-à-goutte des chaînes d’approvisionnement. Les États-Unis ont un plan : intimider la Chine.

Lorsque le président américain Joe Biden a signé le « US Chips and Science Act » sur la promotion des puces lors d’une cérémonie festive au début du mois d’août, ce n’était pas seulement un signal de départ pour sa propre économie. C’était aussi un coup de côté calculé pour la Chine, son grand rival. Parce que les entreprises américaines qui veulent bénéficier du programme de financement de 52 milliards de dollars américains ne sont pas autorisées à construire des usines en Chine. Une décision dont Biden était visiblement fier : « Pas étonnant que le Parti communiste chinois ait activement fait pression sur les entreprises américaines contre cette loi », a-t-il déclaré lors de la signature.
eb5238e24d0f4e3149ec6a52caca2140.jpg

Les Américains resserrent les vis à molette depuis des mois pour isoler l’industrie chinoise des puces des chaînes d’approvisionnement mondiales. Pas plus tard que cette semaine, de nouveaux plans ont été annoncés par le gouvernement américain pour limiter l’exportation de technologies de puces d’importance stratégique vers la Chine. Plus précisément, il s’agit de restrictions à l’exportation de machines spéciales et de semi-conducteurs pour les applications d’IA. La raison du gel de l’offre est simple : les puces haute performance sont le talon d’Achille de l’industrie chinoise de haute technologie – et donc un moyen géopolitique d’exercer une pression.
La Chine s’accroche aux puces supérieures au goutte-à-goutte
D-27347372.jpg

ÉCONOMIE16.08.22Ambiance de gueule de bois sur le front de la puce L’industrie en plein essor s’attend au pire revers depuis des années

« La Chine est actuellement incapable de produire les puces les plus avancées avec une taille de structure inférieure à sept nanomètres à l’échelle industrielle », explique Jan Mohr, expert en semi-conducteurs au sein du cabinet de conseil Boston Consulting Group. Cependant, ces puces dites supérieures avec les plus petites tailles de structure sont essentielles pour le secteur de la haute technologie. Elles sont nécessaires partout où des capacités de calcul élevées jouent un rôle. Par exemple, dans la conduite autonome, les superordinateurs ou les derniers smartphones.

Actuellement, la République populaire importe la majorité des meilleures puces de l’étranger, en particulier de Taïwan et de Corée du Sud. En d’autres termes, le pays dépend du goutte-à-goutte des chaînes d’approvisionnement internationales pour une technologie clé stratégique. « Surtout dans le domaine de l’intelligence artificielle, la dépendance pourrait devenir un problème pour la Chine », explique Mohr, expert en puces.
CAPITAL_Logo_290x358px.jpg

« L’économie, c’est la société ». Sous cette devise, le magazine économique met en lumière les entreprises et les organisations ainsi que les personnes qui travaillent pour elles. Et crée ainsi de nouvelles perspectives. Nous pensons que l’approche est bonne. C’est pourquoi ntv.de coopère avec « Capital ».Suivre:

Les dirigeants de Pékin ont donc commencé à rattraper leur retard. Dès 2015, ils ont présenté l’initiative « Made in China », qui vise à augmenter la part d’autosuffisance avec des puces normales à 70% d’ici 2025. Actuellement, elle est d’un peu moins de 16%.

« La Chine a beaucoup investi dans sa propre industrie des semi-conducteurs ces dernières années », explique Julia Hess, experte en technologie et géopolitique à la Stiftung Neue Verantwortung. Cela se reflète également dans les capacités de production. Selon la société d’analyse Trendforce, les fabricants sous contrat chinois ont maintenant une part de marché mondiale de 7%. Le plus grand fabricant de puces du pays, SMIC, est le numéro cinq mondial avec des ventes de 5,4 milliards de dollars.
L’industrie – de l’industrie de la maintenance aux constructeurs automobiles – a besoin de beaucoup plus de puces. Le fabricant taïwanais de semi-conducteurs est sur la bonne voie.

ÉCONOMIE11.12.21Nouveau projet de semi-conducteurs de TSMCLe géant taïwanais des puces veut prendre pied en Allemagne

Malgré ces avancées, la Chine a technologiquement « encore environ cinq ans » de retard sur le leader de l’industrie Taiwan, selon l’expert en technologie Hess. Parce que le rattrapage n’est pas seulement une question de capacités, mais aussi de qualité. Et quand il s’agit de puces de pointe, la République populaire n’a toujours pas les capacités décisives.

Les États-Unis ont reconnu cette faiblesse et font actuellement beaucoup pour arrêter la course au rattrapage. Avec les restrictions à l’exportation, le gouvernement américain cible non seulement les puces elles-mêmes, mais surtout les moyens de production nécessaires à la construction d’usines modernes. « Les plans de la Chine pour un approvisionnement en puces autosuffisant sont donc considérablement plus difficiles », a déclaré Jan Mohr.
La production dépend d’un seul fournisseur des Pays-Bas

Le fait que la Chine ne puisse pas simplement construire seule les usines pour les meilleures puces a à voir avec les particularités de l’industrie. La production de semi-conducteurs est extrêmement exigeante: une puce moderne implique parfois jusqu’à 1500 étapes de travail. Des machines hautement spécialisées sont utilisées, comparables à la complexité de la technologie des fusées. Il y a très peu de fournisseurs dans le monde qui peuvent construire ces machines. Avec la génération la plus moderne de machines d’exposition, la lithographie EUV, il n’existe qu’un seul fournisseur dans le monde : le groupe néerlandais ASML.EN SAVOIR PLUS SUR CE SUJETPloss, PDG d’Infineon« Sont devenus une industrie stratégique »

Les États-Unis bloquent la distribution de la dernière technologie ASML à la Chine, c’est pourquoi il y a un manque de machines pour la production de la génération de puces la plus moderne. Et: le président Biden veut apparemment augmenter la pression encore plus bientôt, rapporte le portail américain Bloomberg. Fin mai, il a envoyé son ministre du Commerce Don Graves aux Pays-Bas pour négocier avec le gouvernement de La Haye sur les exportations vers la Chine. La demande des Américains: Le moratoire existant sur les systèmes ASML les plus modernes devrait également être étendu aux anciennes versions. Si les Américains l’emportent, cela pourrait faire reculer davantage les plans d’autosuffisance de la Chine.

L’article a été publié pour la première fois le Capital.de

Source : ntv.deSUJETS

(1) Nous avions vu dans un récent article que Nancy Pelosi et son époux étaient soupçonnés de conflit d’intérêt pour avoir investi dans ce secteur qui bénéficie des largesses du gouvernement des Etats-Unis.ÉCONOMIE10.09.22Question de sécurité nationaleBiden s’appuie sur des puces informatiques « made in America »

(2) ­­Les investissements taïwanais en Chine remontent aux premières heures de la politique de réforme et d’ouverture lancée en 1979 par Deng Xiaoping. Les Taïwanais sont aujourd’hui à la tête de plus de 4 200 entreprises dans les zones très dynamiques du delta de la rivière des perles et des environs de Shanghai. Entre 1991 et 2021, les investissements taïwanais en Chine ont atteint 193,51 milliards de dollars. Mais la tendance est au déclin, et cela ne date ni des récentes tensions militaires entre la Chine et Taïwan, ni même de la pandémie de Covid-19 : depuis 2015 en effet, ils ne cessent de reculer, passant de près de 11 milliards de dollars en 2015 à environ 4,2 milliards en 2019, selon les chiffres officiels. Ces investissements ont connu un rebond en 2020 et 2021, atteignant 5,9 milliards de dollars chacune de ces deux années, les mesures de contrôle de l’épidémie ayant facilité les investissement en Chine. De plus en plus, les entrepreneurs taïwanais cherchent à faire croitre leurs affaires ailleurs en Asie, particulièrement en Indonésie, au Japon, en Malaisie et au Vietnam, mais également aux États-Unis et au Mexique. En dépit des difficultés grandissantes causées par une relation bilatérale fortement dégradée, nombre d’investisseurs taïwanais affirment vouloir conserver leurs implantations en Chine intactes. Désinvestir signifierait en effet se priver des équipements – notamment des infrastructures de très bonne qualité – des capitaux, des ressources humaines peu chères et du marché chinois tout à la fois. Or le continent reste la destination la plus plébiscitée par les investisseurs taïwanais, en raison de sa proximité, de la langue partagée et du très vaste potentiel du marché local. On assiste donc plus vraisemblablement à une diversification qu’à une bascule, pour le moment.
Print Friendly, PDF & Email

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x