Aller à…
RSS Feed

Communiqué du collectif communiste Polex


Non au consensus pro-impérialiste

samedi 11 février 2012, par Comité Valmy

Solidarité avec le peuple syrien qui résiste à une agression impérialiste ! Le Comité Valmy qui partage la stupéfaction et l’indignation du collectif communiste Polex se déclare solidaire de sa prise de position à laquelle il s’associe. Le Comité Valmy invite les anti impérialistes qui demeurant fidèles à leurs principes, s’opposent à l’ingérence extérieure, à appuyer la marche de soutien à la Syrie indépendante et laïque ainsi qu’à l’unité du peuple syrien qui aura lieu le dimanche 12 février.
Rendez vous 14h à la place Saint Michel ( Metro : ligne 4, saint michel ).

 

Communiqué du Collectif communiste Polex

Non au consensus pro-impérialiste

Depuis maintenant plusieurs mois, l’impérialisme occidental, États-Unis en tête, avec Sarkozy-Juppé et l’émir du Qatar en brillants seconds, cherche à renverser au profit de ses protégés le gouvernement de la Syrie, selon le procédé qui a été mis en œuvre en Libye (insurrection armée, intervention étrangère à prétexte humanitaire, et conquête).

Ceux d’entre nous qui combattent l’impérialisme depuis longtemps, et qui restent fidèles aux idéaux de paix et d’égalité entre les peuples, répètent que toute intervention extérieure dans la guerre civile en Syrie est inacceptable et irresponsable.

C’est pourquoi nous avons été choqués de voir un appel à manifester à Paris en faveur des opposants syriens, et contre le seul gouvernement syrien, qualifié de criminel et sommé de laisser la place à ses adversaires. Mais notre étonnement a fait place à l’indignation en voyant l’incroyable panel unanime des signataires : aux côtés d’opposants syriens, le Parti Socialiste, en toute logique puisqu’il a approuvé la guerre de l’OTAN en Libye, mais aussi le NPA, le Mouvement de la Paix, la CGT, la FSU et le PCF !

Il ne manque à ce consensus pro-impérialiste, alors qu’Obama et Juppé-Sarkozy envisagent une intervention « humanitaire », que la signature de l’UMP, que les précédents n’ont pas voulue.

Camarades et amis, qui pensez être progressistes, interrogez-vous !

Quand on ne fait que répéter ce que disent nos adversaires politiques, n’est-il pas temps de se poser des questions ?