Aller à…
RSS Feed

Compte rendu de lecture du « Je vous écris d’Alep »de Filiu


compte rendu de lecture du « Je vous écris d’Alep »de Filiu

simone lafleuriel-zakri
26/06/2014

TITRE : De ce qu’ on lit quand on lit d’Alep en zone libérée » quand on lit :  » Je vous écris d’Alep ,Ed Denoêl ! : L’auteur en visite guidée à Alep : quartier de la Vielle Ville : octobre 2014 .

Depuis en plus le bel hôtel Carlton derrière lequel il devait passer souvent , a été explosé par ses interlocuteurs vantards vaniteux en plus, et …tout le quartier recouvert par le nuage de poussière levé par la dizaine de tonnes d’explosifs entassé sous le parking et la piscine de ce bâtiment, dans la partie arrière en sous sol et des équipements et installations techniques !

Filiu parle des maisons occupées par ces takfiris et déjà tous proches de Al Qaïda et des studios vidéos et presse qui y fleurissent !Un proche nous avait dit que notre maison pillée mais encore debout servait de bureau de presse à ASL puis Al Nosra ! Depuis plus personne n’ose aller dans la Veille Ville et personne n’est en mesure de nous dire qui a pu survivre de nos proches et de nos voisins dans la zone !

J.P. Pierre Filiu raconte donc sa dernière visite sous grande surveillance de la Vieille Ville et des quartiers informels ….mais il raconte aussi comment il a dû finalement prendre la fuite en douce tant il y était en danger, le chaos régnait terrible et le plus gratuit dans cette partie qui devait -toujours ses dires et ceux de « ses amis des amis du peuple syrien » servir d’exemple à l’ensemble du pays et de la région !

Ce qu’on ressent après avoir parcouru ce témoignage de ces complices de barbares abjects : du mépris !

compte rendu :

Je viens de re-parcourir, bien installée à la Fnac, le récit de Filiu sur son passage à Alep il y a déjà presque un an – il y avait un exemplaire de son oeuvre (lol) en rayon, après de semaines de disparition…

La maison d’édition qui, sans doute, est tout à fait inculte sur ce qui se passe à Alep a en effet accepté de publier son  » je vous écris d’Alep » et ce qu’il a rédigé après son passage chez cette vermine occupante qui tenait, encore en fin 2013, une bonne partie de la Vieille Ville d’Alep ! Elle n’en tient plus qu’une partie est sud-est, et encore sévissant dans le sud de la citadelle à l ‘arrière et près du bel l’hôtel Carlton qu’ils ont soufflé, et en partie dans les quartiers informels que je connaissais bien : de Bab Hadid ou Cheik Maqsoud ou Cheikh Najjar (aujourd’hui débarrassés en partie ) et vers l’est de la citadelle et les quartiers face à la porte du fort, vers le sud, puis Bab Amar, Salaheddin, Sukkari, Bustan al Qasr, Khallaseh et, en revenant vers l’ouest les abords du garage des minibus et les halles aux légumes au pied des remparts, au nord de l’hôtel Mirage…

Il ne s’est pas aventuré au-delà en zone ouest d’Alep restée elle, sous protection de l’armée syrienne, et partiellement mais seulement, ces jours, hors des méfaits de cette meute, sauf qu’ils y ont bien pillé rançonné, détruit et mis le chaos…ce que l’auteur a bien vu quand même,. C’est aussi ce que racontent les graffitis des Alépins dont il relève le message sur les murs, et qui dénoncent es exactions de l’ASl surtout, puis des takfiris variés et comme voleurs, pilleurs, rançonneurs, voyous notoires, assassins et bourreaux ‘Filiu quand même déplore leurs atrocités qu’il estime inutiles (sisc) ! Il raconte aussi et comme en passant, comment ils délestent les passants sans défense de leurs biens : voiture, vêtements ou portables ; (ils s’emparent aussi des filles et femmes au volant de leur voiture ou marchant au côté des leurs proches ce qu’il ne raconte pas mais que l’on sait aussi ).

Pour ces vols violents, constants, de jour comme en tout temps, les Alépins ont même inventé un nom, hélas, j’ai oublié, et que ces voyous considèrent comme un sport qui les amusent (et amuse aussi l’auteur) !

A longueur de chapitres celui-ci témoigne aussi – mais sans que cela ne le dérange – de l’incurie d’une administration pseudo » libérée » qui en fait se laisse doublée par des gangs mafieux tout puissants, ou par des cheikhs avides dans des tribunaux « chariatiques » brutaux, et tous qui terrorisent les gens excédés mais impuissants et venus essayer se plaindre de leurs exactions !
En fait, et ça c’est curieux mais déjà bien raconté y compris par Kodmani (tout aussi contradictoire et dont j’avais relevé, à l’époque, les incohérences ) dans un article rendant compte de son passage dans un village syrien proche de la frontière turque, Fili trouve tout à fait normal que les fonctionnaires, y compris ceux considérés contre le régime, continuent de percevoir du gouvernement leurs salaires. Ils vont le recevoir en ville, et c’est, dit encore l’auteur, ce qui les fait vivre et maintient une certaine organisation, et un semblant d’entretien dans ces quartiers désorganisés, sous contrôle  » takfir » et en chaos, : voirie et réparation des infrastructures : par exemple Filiu dit, lui aussi, que les instituteurs et profs y assurent enseignement et examens car ils ne reçoivent rien des voyous qu’ils servent ou doivent servir de force et sous peur de dénonciation et exécution comme « pro-régime » ! . Les salaires ont même été augmentés comme tous les salaires de fonctionnaires du pays ! Et il raconte aussi que ses amis et les chefs « rebelles » qu’il côtoie et visite d’ailleurs dans les demeures volées et pillées qu’ils disent  » leurs palais » , se fichent pas mal de l’organisation mais bien plutôt d’assurer leur prise de pouvoir de katiba sur katiba et de zones de quartier à autre zone !

Ce auteur si complaisant pourtant et qui semble ne pas se désoler de ce qu’il voit , regrette par contre de ne pas avoir été « autorisé » à sortir de la zone sous contrôle de « katibas diverses, pour se rendre en quartier chrétien et vers Azizié où il reconnait qu’il n’aurait pas été le bienvenu ! Et il dit bien que tout  » visiteur-ami  » est encadré et surveillé, et comme ces « pseudos reporters’ de mois passés avant d’être pris vendus et pris en otage ou avant de craindre de se rendre en Syrie – tout journaliste était étroitement piloté et enrôlé. Et que même, il raconte, dans le chapitre dévolu à la presse et communication de Al Nosra qui déjà a éliminé les ASL en partie à cette époque, que contrôler et guider ces agents de presse est une bataille à mort entre chéfaillons qui tiennent à l’image qu’ils veulent trans mettre ! Et l’on apprend que pour lui, (comme pour Florence Aubenas et photographes dans mon quartier, ou pour d’autres) c’est un Liwa al tawa’id qui se colle à la surveillance de ces partenaires et donc complices et que les bureaux de presse fourmillent à Alep (comme ailleurs ) tant est important le rôle de ces vidéos et textes expédiés hors Syrie ! C’est sans doute un de ces bureaux de presse bien équipés en matériel qui, en dernier, et d’après le dernier contact avec un proche, occupait notre maison avant l’explosion de Carlton tout près!

Filiu témoigne donc de ce qu’il faisait quand il se baladait dans la Vieille Ville d’Alep, en aout 2013, piloté par un de ses copains qui l’avait introduit dans le milieu de ces petits caïds qualifiés ici de « rebelles modérés « et soutenus par les « Obama et autres clones » ) surtout d’origine alépine, mais de plus en plus débordés par des takfiris étrangers et dangereux y compris pour » l’ami du peule syrien et l’ amoureux d’ Alep  » qu’il se dit être !

Donc, au delà du boulevard qui, en double sens, longe le haut rempart de la Vielle ville à l’ouest, il est resté bien embedded et sous la protection de ces innombrables petits gangs et de voyous, armés d’après lui un peu de bric et de broc faute de recevoir de l’aide de leurs représentants patentés et adoubés par les « amis du peule syrien » eux dans les hôtels de luxe en Turquie et ailleurs. D’ailleurs ses contacts ne veulent pas de leurs représentants les Ghalioun ou Jarba et autres ! Filiu, ailleurs, parle d ‘une cinquantaine et plus de pays « amis », quand ils ne sont même plus une dizaine déjà et mous ces temps derniers… « amis » qui finalement ont surtout contribué à enrichir ces agents laquais acetés et vendus et recrutés à grand frais et pour rien !

Ces groupes de katibas diverses se veulent, en fait, indépendants de l’extérieur, se payant sur le peuple, et indépendants les uns les autres ! Souvent jeunes, ces « incultes profonds  » -l’auteur i raconte qu’ils ne savent rien ni de leurs culture, ni de leur religion ni de leur pays – se la jouent  » bravache » quand il s’agit bien plutôt pour eux de faire des coups sur la population de l’ouest, et d’envoyer des projectiles qui tombent au hasard sur leurs voisins. Il raconte la rencontre avec cette femme mère d’une dizaine de gamins et qui, à la tête d’un groupe de mégères entièrement voilées et excitées, se fait un plaisir d’apprendre à tirer sur les quartiers de l »ouest mais, trop court, en fait et sans autre grand succès que de’ faire des dégâts dans son quartier à peu près vidé de sa population qu’elle terrorise ! …Les pseudos tribunaux ou pseudo instances de justice où essaient de se rendre mais apeurés ,les habitants des quartiers sous leurs contrôles n’enregistrent que des plaintes amères contre ces occupants et leurs chefaillons sans aucune moralité !

Dans un sens, je le redis , c’est bien que l’on ait l’un de ces témoignages ou écrits de ces complices de cette vermine occupante et où, sous cette plume qui se voulait enthousiaste et totalement complice, semble totalement inconsciente…de l’aspect insoutenable de ce témoignage sans cesse présenté et exalté comme modèle de ce que doit devenir la Syrie ! !

Ailleurs il reconnait l’importance de ces voyous étrangers qu’il dit être comme on le sait tunisiens saoudiens soudanais et européens etc, même si il en minimise énormément le nombre, à peine pour lui une centaine de français (sic) et dont la majorité a été tuée (resic) Il dénie aussi qu’il y ait des femmes enrôlées. Mais – car son témoignage est sans cesse très contradictoire mais sans qu’il semble sen rendre compte que cela se retourne contre ce qu’il veut démontre,r il nous apprend aussi qu’il y a un de « ces vaillants guerriers « qui, en fait, est tenancier d’un bordel dont il a voilé les filles lol, et qu’un autre assez jeune voyou soit plus enclin à s’occuper de filles que d’aller se battre…

Bon en bref il raconte, en définitive, comment Alep, de la Vieille Ville et des quartiers les plus pauvres, est sous la coupe de ces ASL et d’une myriade de groupes organisés en Liwa, mais tous, sanguinaires, tueurs et heureux de tuer, tantôt imbéciles et vantards complets, tantôt mafieux, tous occupés à piller les maisons ou les entreprises pour se donner des salaires, tous absolument incapables de s’organiser ‘sauf ce nunuche autoproclamé maire et qui essaie de créer une municipalité « libre » mais finalement que personne n’écoute, à qui personne ne veut obéir (‘c’est la liberté nouvelle !) et qui se fait déborder par les groupes de ces écervelés. Le filiu reconnait que c’est la pagaille complète.

A la fin il semble abasourdi de se balader dans une ville naufragée, qu’il ne reconnait plus, et que, à la fin, il doit fuir en vitesse et en catimini , car très apeuré et à son tour menacé ! Lui même, n’ y est plus le bienvenu, et idem pour son copain « démocrate lol », qui l’a conduit dans les rues de l’Alep Nord est et sud est pour lui montrer le modèle …mais un an à près, encore plus détruite et encore plus dévastée….LUI chassé d’Alep, obligé de squatter une maison marquée du signe d’al Qaîda pour faire comme si il en était avant de raconter une histoire pour filer en douce en Turquie ou le douanier d’ailleurs l’accueille en se moquant de l ui ! Lui Filiu : « l’ami fidèle des ASL ‘en déroute, et qui fait l’éloge de la politique de Hollande comparable à son grand homme Mitterrand : socialiste et bienfaiteur des Palestiniens (c’est ecrit oui en pages de conclusion) ….. !

Mais je ne relis pas cet compte rendu …d’un vrai torchon minable mais dans lesquels comme l dans ces autres, il faut quand même jeter un oeil ! Et par ce témoignage prendre l’exacte mesure du martyre imposé quotidiennement, et depuis tous ces mois à Alep avec l’aval et la bénédiction de ces « spécialistes arabisants  » et bien attendus des medias aux ordres !