Aller à…
RSS Feed

Daily Mail: 100 combattants britanniques extrémistes rejoignent les rangs des rebelles syriens


IRIB-Des extrémistes britanniques ont été interdits de voyager pour combattre en Syrie,

de peur qu’ils ne rapportent à leur pays des compétences destructives dans la fabrication de bombes et d’armes, a déclaré le quotidien britannique « Daily Mail».

Selon le quotidien, un grand nombre d’extrémistes se sont dirigés au Moyen-Orient. Les unités de police antiterroriste et le MI5, service de renseignement britannique, ont recours aux méthodes anti-terroristes pour saboter leurs plans de voyage.

« Il y a environ 100 combattants britanniques en Syrie. Des combattants d’origine pakistanaise ont été identifiés sur la ligne de front des brigades étrangères », a révélé le journal. Il a ajouté que les gouvernements occidentaux deviennent de plus en plus inquiets, que le soi-disant «soulèvement syrien» soit emporté par des groupes extrémistes qui s’inspirent de l’idéologie d’Al-Qaeda.

Une source sécuritaire a averti qu’un nombre croissant de salafistes et d’extrémistes se rendent en Syrie. « Il est difficile de les surveiller parce qu’ils cachent leur vraie destination finale. Ils se rendent en France premièrement avant de voyager en Turquie et en Jordanie », a-t-elle signalé. « Quand ils rentreront en Grande-Bretagne, vont-ils mener une vie calme, satisfaits d’avoir fait leur part de Jihad, ou bien vont-ils ramener le jihad avec eux en Grande-Bretagne? » s’est interrogé la source sécuritaire. Elle a alerté que certains de ces salafistes seront chargés de mener des attaques, et qu’ils auront aussi la capacité de fabriquer des bombes et des mitrailleuses de leur retour au Royaume-Uni. La source a souligné que c’est une préoccupation qui doit être surveillée.

Le quotidien a souligné dans son rapport que contrairement au conflit libyen, les volontaires syriens ne sont pas des réfugiés dans leur propre pays. Les services antiterroristes craignent qu’une fois la guerre soit terminée, ces combattants préparés chercheront une nouvelle cause djihadiste. Un groupe d’agents MI6 essaient de suivre les combattants britanniques, dont l’un d’eux prétend être un médecin dans un hôpital britannique, a expliqué le journal.

Le quotidien a précisé que cet homme était un membre d’un groupe djihadiste qui a enlevé les journalistes britanniques John Cantlie and Dutchman Jeroen Oerlemans. Tous les deux ont été pris comme captifs pour une semaine avant d’être sauvés. Les journalistes ont affirmé que plusieurs combattants se sont avérés être des britanniques pakistanais avec des accents londoniens, a révélé le Daily Mail. Cantlie a assuré que l’homme qui a soigné ses blessures a prétendu être un médecin du National Health Service (NHS), qui travaille à l’unité d’urgence de l’hôpital de « South-London ». « C’était l’un des hommes qui ont été relativement décents envers nous. Il s’agissait d’un groupe de garçons en vacances de Jihad, et le médecin en faisait partie intégrante », a signalé l’un des journalistes.