Aller à…
RSS Feed

De quoi Babi Yar fut-il le nom ?


.3 Mars 2022

Assurément pas d’une quelconque exaction des russes, de l’armée rouge et des soviétiques, contrairement à ce que suggère la « com » du régime ukrainien.

Danielle Bleitrach qui est très directement concernée (en tant que juive et communiste), nous en donne une assez bonne idée au travers du bel article qu’elle y a consacré hier : https://histoireetsociete.com/2022/03/01/chronique-photo-les-descendants-directs-et-ideologiques-de-bandera-sont-revenus/

et qu’elle aurait pu intituler : La Honte, la honte aux propagandistes impériaux, aux occidentaux comme aux ukrainiens, à nos dirigeants français et européens et à leur appareil idéologique servile, au mieux stupidement, au pire cyniquement … ignorant.

Chroniques photographiques.

Alexandre Petrakov
26-09-2014

Les descendants directs et idéologiques de Bandera
sont revenus.

Sur cette photographie terrible – Kiev, septembre 1941. Bab Yar.
La mère, une seconde avant la mort, presse l’enfant contre elle.
L’homme en uniforme SS qui la tuerait ainsi que le bébé dans une seconde ou deux n’était pas allemand. Il était ukrainien, plus précisément, originaire de l’ouest de l’Ukraine, de Jytomyr.
Il a servi dans la division « Galicia », et depuis 1943, il a participé aux groupes Einsatz.

D’où viennent ces précisions ? Presque de lui-même.

Cette photographie a été confisquée par des partisans avec des documents et une plaque d’identité de l’armée. Ils l’ont saisi lorsqu’ils ont fouillé son corps. La photographie monstrueuse deviendra l’un des témoins les plus éloquents des victimes du nazisme au procès de Nuremberg.

Mais surtout, il est frappant que cette photographie ait été conservée parmi les effets personnels du Banderiste abattu. Avec les photos de famille, les lettres à la maison qui énoncent CECI.

Soigneusement stocké – une photo pour la mémoire. Peut-être même pour un album de famille. À montrer avec fierté aux enfants et petits-enfants : ici, disent-ils, comment j’ai «vaillamment combattu» pour l’Ukraine indépendante …

Les Allemands ont tué des Juifs, des Russes, des Biélorusses, des Ukrainiens. Et les Ukrainiens ont tué des Juifs, des Russes, des Biélorusses, des Ukrainiens. Seuls les premiers l’ont fait avec indifférence ou parfois même avec dégoût (mais pas par pitié pour les victimes, mais parce que c’était « sale », pas digne du surhomme aryen), et les Ukrainiens de Galice et de plusieurs régions d’Ukraine occidentale l’ont fait gaiement, avec plaisir et clin d’œil.

Ni l’une ni l’autre de ces « nuances » ne se justifient. Mais cette différence en dit long sur les Ukrainiens.

Il y a quelques années, j’ai lu un livre sur le massacre de Volhynie et sur le mouvement Banderiste dans une bonne traduction du polonais.

L’un des chapitres – malgré toutes les cruautés inimaginables de ce livre – m’a particulièrement frappé. Ce sont des extraits ou des versions complètes de lettres de Bandera à leurs proches, amis, camarades soldats. Et donc une telle «personne» écrit sur le merveilleux avenir de l’Ukraine (sans Juifs ni Moscovites) et sur des disputes intimes et en rêve avec des camarades soldats, rappelle un verset préféré d’un poète ukrainien sur la nature et la maison, puis, sans transition , décrit dans les mêmes mots, comment il a violé et tué une fillette de dix ans – avec les mêmes émotions, presque sincèrement. Il écrit comment il s’est ensuite allongé sur un cadavre, a fumé et a pensé à l’Ukraine libre. Et puis encore – à propos de rassemblements à l’arrêt, à propos d’une hutte et d’une vieille mère.

Il y avait des lettres encore plus terribles, parfois il n’y avait « presque » pas d’atrocités. Le plus important est autre chose. Les Allemands, bien que pas tous, ont compris qu’ils faisaient le mal. Mais ils se justifiaient par une idée, une nécessité, une guerre, un ordre. Même les nazis purs et durs ont inconsciemment, inconsciemment, cherché des excuses pour eux-mêmes.

Ceux-là jamais.

Le « mal » en tant que concept n’existait pas pour eux. Tuer un Juif, un Polonais et un Russe, c’est toujours bien. Tuer un Ukrainien est mal, mais si l’Ukrainien a « tort » (par exemple, il parle une mauvaise langue ou avec le mauvais accent, aide et a pitié des mêmes Juifs, Russes, Polonais) – encore une fois, bien.

Parfois, même un bon Ukrainien est bon à tuer – si pour la volonté et l’Ukraine (de toutes les armées qui ont combattu dans cette guerre brutale, seule Bandera a massacré ses propres blessés lors de retraites ou même d’offensives – afin de ne pas retarder l’avance des détachements).

Stepan Bandera en 1941, entrant à Lviv et préparant les « garçons » au « travail », les a avertis par ces mots: « Seule l’Ukraine, sa volonté et son image de la matière la plus pure pour nous. Si vous me demandez combien d’Ukrainiens peuvent et doivent être tués au nom de la liberté et de l’Ukraine, je répondrai seulement – combien d’entre eux peuvent et doivent rester.

Tout cela a la relation la plus directe avec la journée d’aujourd’hui. Des gens brûlés vifs à Odessa, Slaviansk transformé en ville fantôme, des femmes et des enfants assassinés, des journalistes abattus, un avion de ligne explosé au-dessus de Lugansk parlent tous d’une chose : ils sont revenus.

Descendants directs et idéologiques de ceux qui ont ensuite suivi Bandera, Shukhevych, Konovalets… et d’autres comme eux. Et nous nous sommes retrouvés dans une situation moche, parce que nous n’avons pas compris l’essentiel – ils sont DIFFÉRENTS.

Hier, j’ai regardé la correspondance de deux utilisateurs (pas sur ma page). Tous deux ont désespérément écrit au troisième que PERSONNE ne ferait exprès de faire exploser un paquebot. Que cela ne peut pas être parce que cela ne peut jamais être !

Que les Ukrainiens ont fait sauter l’avion par erreur. Ils NE POURRAIENT PAS le faire exprès, délibérément, exprès.

Nous ne voulons pas croire qu’il y a des gens qui sont prêts à se tuer volontairement, leur peuple, les gens voisins, le monde entier pour pas même une idée, mais un sentiment. Sentiments de haine pour tout ce qui n’est pas Ukrainien.

Mais les soldats allemands et même les officiers SS qui ont vu les camps de concentration ont parlé de « haine inhumaine » aux yeux de ces Ukrainiens. Aujourd’hui, nous observons à nouveau ces yeux et ce que font leurs propriétaires. On regarde, mais on ne veut pas voir.

Pauvres, ils se sont trompés ! – nous sommes écrasés. – L’hiver viendra et comment les pauvres sauteront et sauteront, courront et tueront ?!

Croyez-moi, ils seront formidables. La haine réchauffera beaucoup mieux que notre gaz. Et s’il ne fait pas chaud, vous pouvez aller mettre le feu chez un voisin et vous réchauffer au feu de sa hutte en feu, violer sa femme et vous amuser à tuer ses enfants.

Vous pouvez exiger ce gaz avec haine, et peut-être qu’ils vous le donneront. Et puis, en prenant le gaz, tuez encore. Par haine.

Nous avons fait une terrible erreur. Et maintenant, nous paierons le prix le plus élevé pour cette erreur. Les Juifs, face au nazisme, chérissent, chérissent et gardent le souvenir de ce mal. Ils emmènent leurs enfants dans des musées, des camps de concentration et montrent TOUT. Ils n’épargnent pas le psychisme de l’enfant. À la douleur, aux larmes imprimées dans la mémoire, dans chaque cellule de votre corps, ce qu’est le nazisme et pourquoi il doit être détruit.

Et à nos côtés, un mal plus terrible est né – les Ukrainiens-Bandera. Plus têtu, cruel, inhumain. Et plus résistant.

Mais on a préféré l’oublier, l’effacer de la mémoire. Pour ne pas « gâcher les relations », nous n’avons pas ouvert de musées et de mémoriaux ; nous n’avons pas écrit de livres, nous n’avons pas sorti de films, nous n’avons pas donné la parole à des personnes âgées qui se souvenaient encore.

Je me souviens qu’un jour mon grand-père est rentré à la maison à la veille des vacances de mai en larmes. C’était fort et inhabituel. Même le jour de la Victoire, il n’a versé qu’une larme en secret, puis à la fois un homme âgé et en train de perdre …

Plus tard, il a déclaré qu’à la ligne de l’école, où il avait été invité en tant que héros militaire, vétéran et grand fêtard, au lieu d’histoires cérémonielles sur d’autres soldats, il avait essayé de raconter aux écoliers ce qu’il avait vu en Ukraine – à Kiev, Lvov, Volyn .. Il n’a pas été autorisé à parler même pendant dix minutes. L’enseignant et le directeur l’ont littéralement poussé hors de la ligne.

– Comment oses-tu! Il pourrait aussi y avoir des Ukrainiens, des enfants ukrainiens ! – lui a crié déjà dans le couloir.

Et le grand-père, en sanglotant, dit alors, à moitié sobre, que nous DEVONS nous en souvenir. Ne vous souvenez pas seulement des crimes commis. N’oubliez pas qu’il s’agissait d’AUTRES personnes. « Ils ne sont pas comme nous », m’a dit mon grand-père et il a ajouté que Dieu préserve la Russie et les Russes … s’ils « reviennent ».

Aujourd’hui, l’Ukraine est sous le règne des Banderistes. Sous nos yeux, ils construisent la société et l’Etat de leurs rêves sauvages.

Mais on ne comprend pas, on ne veut pas comprendre que ces gens sont capables de n’importe quel crime, de n’importe quelle violence. Par pure méchanceté.

Lorsque des personnes ont été brûlées à la Maison des syndicats d’Odessa, il semblait que rien ne pouvait être pire.

Lorsque Slaviansk a été rasé depuis le mont Karachun, il semblait que rien ne pouvait être plus inhumain.

Lorsque l’avion malaisien s’est écrasé à 10 kilomètres jeudi, il semblait que rien ne pouvait être plus mauvais. Mais la logique, la raison, les mots et les souvenirs de mon grand-père me disent que c’est possible. Et sera.

Mon grand-père, depuis longtemps parti avec le vol des oies sauvages, avait raison.

Et moi et nous avions tous tort.

Nous comprendrons tous cela bientôt. L’essentiel est de ne pas être en retard.

Alexandre Petrakov
26-09-2014

5 1 vote
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x