Aller à…
RSS Feed

Des combattants d’Al-Qaida en Syrie


Des combattants d’Al-Qaida en Syrie

Sous le titre « Al-Qaida s’exporte aussi en Syrie », l’hebdomadaire français Le Canard enchainé révèle l’existence d’un rapport des services français et étasuniens qui établit la présence de plus d’une centaine de combattants de l’organisation terroriste sur le territoire syrien.

Par Clovis Casadue
 

 

L’hebdomadaire cite des échanges entre des officiers français de la Direction du renseignement militaire (DRM) et leurs homologues américains, qui ont eu lieu le 6 juillet dernier et qui peuvent se résumer ainsi : La présence d’Al-Qaida en Syrie est en nette progression. Un analyste de la DGSE le confirme : « Le phénomène va en s’amplifiant. »

Venu notamment d’Irak, des combattants du mouvement de feu Ben Laden lancent des attaques contre les troupes du président Bachar El Assad et, parfois, prennent « l’avantage sur le chaos syrien ».

Autre commentaire désabusé de la DRM : « Cela ne permet pas d’espérer une stabilisation des affrontement après seize mois de guerre civile. »

Al-Qaida, que certains croyaient disparue depuis l’exécution de Ben Laden n’est d’ailleurs pas la seule à exporter des combattantes vers le front anti-Bachar. Plusieurs centaines de djiadhistes, certains formées au Kossovo (selon les services de renseignements russes) et d’autres salafistes arrivés de Lybie, d’Egypte, de Jordanie ou de Tripoli (Liban) seraient aussi présent sur le territoire.

Le Canard enchainé cite un diplomate français qui confesse : « Ce renfort, politiquement et militairement gênant, est passé sous silence par les médias, à des rares exceptions près. »

L’hebdomadaire explique également que, pour compliquer encore la situation, les monarchies pétrolières sunnites participent indirectement à cette guerre civile. Avec l’accord des Etats-Unis, le Qatar et l’Arabie Saoudite, par exemple, alimentent en armes et en dollars leurs frères sunnites syriens (majoritaire dans le pays) en lutte contre Bachar et sa minorité alaouite-chiite.

Pour l’heure, une intervention de l’OTAN n’est envisagée que « sur le papier, comme c’est la règle », affirme un officier français. A la Maison-Blanche Obama n’est toujours pas prêt à se lancer dans un nouveau conflit, tandis que ses généraux, à tout hasard, ont des plans d’opérations aériennes et terrestres en Syrie. A tout hasard ?

http://swisecurity.ch/?p=55 http://swisecurity