Aller à…
RSS Feed

Des enregistrements secrets aggravent la crise politique en Irak


Publié par Gilles Munier sur 17 Juillet 2022, 08:43am

Catégories : #Irak

Par Pierre Ayad (revue de presse : France 24 – 16/7/22)*

La scène politique irakienne est en feu depuis 72 heures en raison de l’émergence d’enregistrements attribués à Nouri al-Maliki, l’ex-Premier ministre irakien, dans lesquels il semble critiquer et insulter Moqtada al-Sadr, l’une des personnalités politiques chiites les plus fortes d’Irak dont la faction a remporté de grandes victoires aux élections législatives générales de 2021.

« Le problème est qu’il y a un projet britannique visant à mettre Moqtada au contrôle des chiites et de l’Irak, puis ils le tueraient et donneraient l’Irak aux sunnites. Le problème n’est pas al-Maliki [moi-même], je peux juste partir et me réfugier dans la maison de Malek et avoir 2000 combattants qui me protègent, personne ne pourra m’atteindre. Ce projet existe, mais je le combat, et il doit être combattu politiquement et militairement », a déclaré Nouri al-Maliki à propos de son rival politique de longue date, Moqtada al-Sadr, dans un enregistrement divulgué.

« L’Iran a aidé al-Sadr, à faire de lui un nouveau Nasrallah [chef du Hezbollah libanais] en Irak », a-t-il poursuivi dans sa tirade contre le dirigeant chiite. « Moqtada est un meurtrier, combien en a-t-il tué à Bagdad ? Les enlèvements, les voitures piégées, ce n’est pas un maître, c’est un lâche, un traître, un ignorant qui ne sait rien (…) Je connais les sadristes, je les ai combattus à Bassorah, Karbala et Bagdad, nous n’avions pas d’armes et les Iraniens leur avaient donné des missiles avancés et nous avons quand même gagné », a-t-il déclaré à propos d’al-Sadr et de ses partisans.

Nouri al-Maliki, chef du parti chiite connu sous le nom de Coalition pour l’État de droit et l’un des dirigeants du Cadre de coordination, une coalition chiite détenant actuellement la majorité parlementaire, a nié la véracité des enregistrements via Twitter. Il a déclaré que les enregistrements, publiés sur les réseaux sociaux par le journaliste Ali Fadel, étaient faux. Moqtada al-Sadr, pour sa part, a déclaré que les enregistrements ne signifiaient rien.

Les fuites en elles-mêmes ne sont guère dignes d’intérêt. La position hostile de Nouri al-Maliki à l’égard d’al-Sadr et de ses partisans, connus sous le nom de Sadristes, a toujours été bien documentée; les deux dirigeants ont eu du mauvais sang depuis les premiers jours du gouvernement d’al-Maliki.

Selon de nombreux observateurs de la politique irakienne, les fuites sont un symptôme des profondes fractures de la société et de la politique irakiennes.

Une promenade dans la voie de la mémoire

Le face-à-face entre al-Maliki et al-Sadr a commencé en 2003 après l’invasion américaine de l’Irak. Après que les États-Unis ont dissous l’armée irakienne, les différentes factions du pays ont dû se débrouiller seules. Des milices ont été formées dans des régions individuelles pour se protéger et combattre les Américains. Les milices se répartissaient en grande partie en deux catégories selon qu’elles étaient composées de musulmans sunnites ou chiites. Certains sunnites étaient affiliés à al-Qaïda en Irak (AQI), et les chiites étaient en grande partie organisés par al-Moqtada en une milice appelée l’Armée du Mahdi.

L’armée du Mahdi était populaire dans le sud et le centre de l’Irak et a eu un très grand impact dans la guerre contre les Américains jusqu’en 2006, quand al-Maliki est devenu Premier ministre de l’Irak. Il était entendu que, si al-Maliki devait prendre les rênes, il lancerait une vaste opération militaire contre AQI ainsi que l’armée du Mahdi pour tenter de les désarmer, ce qu’il a fait en 2007 et 2008.

Après d’intenses combats, al-Sadr a demandé à ses milices de déposer les armes et de faire du travail communautaire à la place. En fait, en 2010, lors des élections législatives, al-Sadr a soutenu al-Maliki dans sa tentative de réélection, prétendument après un intense lobbying de l’Iran. L’armée du Mahdi a commis plusieurs crimes de guerre, mais al-Sadr et les dirigeants de la milice ont reconnu et condamné ces actions et ont expliqué que leur objectif était de combattre les Américains, pas de tuer d’autres Irakiens.

En 2014, après l’arrivée de l’État islamique (EI), l’Armée du Mahdi a repris ses activités militaires contre le groupe sous un nouveau nom, les Brigades de la paix, car les combattre était considéré comme un devoir religieux. La milice est considérée comme active et contrôlant plusieurs zones en Irak depuis. Al-Sadr est devenu un leader très puissant et populaire dans la politique du pays. Son influence est en effet la plus forte en Irak à ce stade, et le mouvement politique qui porte son nom est la plus grande puissance politique en Irak et bénéficie d’un large soutien populaire.

Les relations du dirigeant chiite avec l’Iran ont été pour le moins turbulentes et compliquées. Maintenant, cependant, le dirigeant politique est un farouche opposant à la République islamique d’Iran et est considéré comme l’un de ses adversaires dans le pays, du moins politiquement.

Paralysie politique

En 2021, les sadristes ont remporté la majorité au parlement avec une coalition comprenant le parti de Massoud Barzani, connu sous le nom de Parti démocratique du Kurdistan, et la Coalition sunnite pour la souveraineté.

Al-Sadr et ses alliés contrôlaient effectivement la majorité du parlement. Le reste était contrôlé par le Cadre de coordination, qui s’oppose à al-Sadr et à son mouvement. La Coordination, formée après les élections, est composée du parti d’al-Maliki et d’autres dirigeants chiites qui ont perdu leur influence lors du vote de 2021, ainsi que de certains députés sunnites.

Après diverses tentatives, la majorité d’al-Sadr n’a pas réussi à établir un gouvernement en raison du droit de veto détenu par l’opposition dans les procédures parlementaires irakiennes. Al-Sadr a décidé de quitter le parlement avec tous ses députés élus. Officiellement, il est parti pour aider le processus politique; officieusement, il s’agissait de faire pression sur la Coordination.

C’était une décision intelligente, car la décision d’al-Sadr l’a placé dans une situation gagnant-gagnant et la Coordination dans une position difficile. Ce dernier avait besoin d’un autre gouvernement qui plaise à tout le monde, en particulier à al-Moqtada, car il menaçait de manifestations massives si sa vision de la façon dont le gouvernement devrait être constitué n’était pas respectée. De plus, le gouvernement intérimaire actuel dirigé par Moustafa al-Kazimi est proche d’al-Moqtada. Cela signifie qu’il peut de toute façon garder son influence au gouvernement.

« Je pense que M. al-Sadr a quitté le gouvernement et l’opposition politique pour rejoindre l’opposition populaire, qui est plus forte. Il s’est donné une marge de liberté après avoir été critiqué pour avoir critiqué le gouvernement tout en en faisant partie », a déclaré Najm Al-Qassab, analyste politique et commentateur irakien. « Il est le seul dirigeant politique en Irak capable de déplacer sa base à tout moment », a-t-il ajouté. En fait, après avoir menacé d’appeler à des manifestations après la prière du vendredi 15 juillet, plusieurs manifestations pro-Sadr ont été enregistrées dans le pays.

Cette manœuvre a effectivement mis le pays dans la paralysie politique. Les fractures sont profondes dans le tissu politique irakien. La division chiite irakienne a été préjudiciable à la politique du pays pendant des années, et les enregistrements n’en sont qu’un symptôme. Beaucoup se demandent si le moment choisi pour ces enregistrements est destiné à arrêter le processus politique. Cette question elle-même passe à côté de l’essentiel, car le processus politique a été interrompu depuis les élections de 2021 et aucun nouveau gouvernement n’a encore été formé.

Un détachement politique des réalités économiques

Malgré les revenus pétroliers capables de sortir le pays de la ruine financière, l’Irak continue de souffrir d’un manque stupéfiant de services, d’infrastructures en décomposition, d’un chômage endémique et de la corruption. La population s’est engagée dans des manifestations massives ces dernières années pour tenter de changer la situation, citant la corruption politique comme source des difficultés économiques de l’Irak. En fait, c’est le mouvement de protestation 2019-2021 dans le pays qui a conduit aux élections de 2021, ce qui a conduit à l’impasse actuelle.

En Irak, les factions qui se chamaillent semblent simplement se battre pour le pouvoir plutôt que d’agir pour changer le statu quo économique ou politique. En fait, après neuf mois d’impasse politique, le parlement irakien est loin de nommer un nouveau gouvernement et le gouvernement intérimaire actuel n’a utilisé aucune solution aux problèmes économiques du pays.

« Les personnes nommées sur la liste divulguée par le gouvernement pour remplacer Kazimi au poste de Premier ministre seraient difficiles à faire élire par les députés. La Coordination peut former un gouvernement, puisqu’elle a la majorité au Parlement. La poursuite de ce gouvernement est une toute autre histoire, car aucun gouvernement ne peut continuer sans le soutien d’al-Sadr », a déclaré Qassab.

*Source : France 24 (en anglais)

(Traduction automatique : France 24)
P

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x