Aller à…
RSS Feed

Dr. Jack Rasmus : « Le capital est par nature cannibale »


Interview
Mohsen Abdelmoumen

Dr. Jack Rasmus. DR.

Dimanche 9 juin 2019

Mohsen Abdelmoumen : Dans votre livre très intéressant Epic Recession: Prelude to Global Depression, vous faites un constat judicieux et vous apportez des solutions. Pourquoi la crise est-elle inévitable ?

Dr. Jack Rasmus : Parce que les solutions appliquées à la dernière crise conduiront inévitablement à une crise plus généralisée, potentiellement plus profonde et plus grave la prochaine fois. Voici comment : l’excédent de liquidités injecté par les banques centrales pour stabiliser les marchés financiers après 2008-2009 a engendré encore plus de dette et d’investissements par emprunt. Cela a créé aujourd’hui des bulles d’actifs financiers dans les réserves mondiales, les obligations de pacotille, les prêts à effet de levier, les obligations notées triple BBB (de pacotille), des bulles dans les produits dérivés et autres marchés d’actifs, les biens immobiliers commerciaux, etc. Les niveaux d’endettement ont atteint un niveau tel que, une fois que les prix du marché des actifs commenceront à se stabiliser et à se contracter (certains d’entre eux se produisent maintenant), l’entretien de la dette excédentaire échouera. Ce dénouement entraînera une nouvelle contraction des prix des actifs, provoquera des défaillances et des faillites, ainsi qu’un krach du crédit. La contagion se propage ensuite à l’économie réelle. Les secteurs non financiers de l’économie commencent alors à se contracter à leur tour, à mesure que le crédit disponible disparaît. Les réductions de production, les réductions de coûts et les licenciements suivent. Les ménages déjà lourdement endettés (13,5 billions de dollars rien qu’aux États-Unis) ne remboursent pas leurs prêts. Les banques qui ont déjà des prêts non performants (plus de 10 billions de dollars à l’échelle mondiale, centrés sur l’Europe, le Japon et l’Inde) devront les annuler en masse. Les défaillances des entreprises et des ménages entraînent l’effondrement des prêts bancaires. La confiance des entreprises s’effondre, les investissements réels diminuent encore et les prix des actifs, des biens et des intrants se dégonflent, entraînant une nouvelle détérioration. En d’autres termes, l’excès de liquidité injecté dans l’économie mondiale par les banques centrales après 2008 (plus de 25 000 milliards de dollars) a temporairement stabilisé le système financier. Mais, ce faisant, il a généré davantage de crédits et de dettes encore moins chers, qui se sont traduits par des investissements très endettés en actifs financiers et en actifs réels. La solution, c’est-à-dire l’excès de liquidités et l’accroissement de l’endettement et de l’effet de levier, devient alors la base d’un renouvellement des bulles et d’une crise financière. L’endettement et l’effet de levier encore plus importants intensifient les effets de contagion, augmentent la portée et l’ampleur de la prochaine crise et accélèrent sa propagation sur les marchés et les économies. La solution à la dernière crise devient la cause fondamentale de la suivante. C’est pourquoi elle est inévitable. Encore une fois, observez les marchés financiers les plus fragiles associés aux obligations à haut rendement, aux emprunts à effet de levier, aux obligations de sociétés BBB, aux marchés boursiers, aux prêts déjà non performants en Europe et en Asie et aux obligations d’État des économies comme l’Argentine, la Turquie et d’autres. J’ajouterais dans les fonds négociés en bourse, une forme de dérivés, probablement aussi une fois que les marchés boursiers auront corrigé plus de 20% la prochaine fois. Un autre problème est que les banques centrales en Europe et au Japon ont déjà des taux d’intérêt négatifs. Une fois que la prochaine crise apparaîtra, ils seront limités quant à ce qu’ils peuvent faire. Ils vont probablement doubler le montant de l’assouplissement quantitatif, des prêts sans intérêt aux entreprises et à d’autres banques, et des mesures encore plus draconiennes comme les recapitalisations internes avec l’argent des déposants, obligeant ces derniers à convertir leurs liquidités en actions bancaires presque sans valeur.

Dans votre livre Systemic Fragility in the Global Economy, vous expliquez que les politiques économiques traditionnelles ont échoué et que la prochaine crise pourrait s’avérer pire que celle de 2008-09. Le système capitaliste n’est-il pas à bout de souffle et incapable de se régénérer ?

Jusqu’à présent, il a pu se régénérer, mais seulement temporairement. Alors que l’économie se restructure après une crise majeure – comme en 1909-1914, 1944-1953 et 1979-1988 -, la restructuration régénère l’économie capitaliste dominante (par exemple les États-Unis), mais aux dépens des classes populaires et de certains concurrents capitalistes. La reprise se dissipe ensuite et la crise réapparaît sous une forme plus grave. C’est notamment le cas depuis le début des années 1970. La restructuration de Reagan a réussi à générer une reprise – aux dépens de l’Europe, du Japon et de la classe ouvrière américaine – mais la même restructuration a entraîné une instabilité financière et des crises dans les trois secteurs du capitalisme mondial et a abouti au crash de 2008-09. La reprise américaine a ensuite été rapide pour les revenus du capital, mais lente et tiède pour les revenus salariaux. Et la reprise ne s’est jamais vraiment installée dans les maillons faibles de l’Europe et du Japon où les récessions qui ont suivi se sont produites après 2008-09, dans une sorte de reprise lente et peu profonde, ponctuée de récessions – ce que j’ai appelé une « récession épique » classique.

Vous avez aussi écrit Central Bankers at the End of Their Rope?: Monetary Policy and the Coming Depression. Vos analyses et vos travaux ne cessent d’alerter sur une crise économique majeure à venir. Pourquoi, d’après vous, le système capitaliste ne peut-il pas retenir les leçons des crises précédentes ?

Après une crise, les capitalistes trouvent un moyen de rétablir leur rentabilité et d’accroître leur capital. Cependant, la restauration n’est que temporaire, comme je l’ai dit. Mais c’est acceptable pour eux. Ils auront besoin d’une reprise temporaire pour tous tant qu’il s’agit d’une reprise temporaire importante pour les revenus du capital. Une solution de rechange à plus long terme à la crise ne rétablirait pas aussi rapidement la rentabilité et la croissance, de sorte qu’ils ne s’y engagent pas. Une restauration plus large et à plus long terme risque aussi de renforcer les forces d’opposition (au capitalisme) et ils ne veulent pas « y aller », comme ils disent. Par exemple, après 2008-09, les décideurs politiques américains se sont lancés dans une injection massive de fonds par la banque centrale pour renflouer les banques et les grandes entreprises à hauteur de plus de 10 000 milliards de dollars, dont la moitié sous forme de subventions directes de la Fed pour l’achat de mauvais titres. Des dizaines de milliards de réductions d’impôts pour les entreprises et les investisseurs ont également suivi. Les bénéfices et les revenus du capital se sont accélérés, le renflouement de la Fed (monétaire) et le Congrès (allègements fiscaux) ayant été redistribués par les entreprises aux actionnaires. Plus d’un billion de dollars par an ont ainsi été redistribués sous la forme de rachats d’actions et de paiements de dividendes uniquement à partir des seules sociétés de Fortune 500. En 2018, il s’élevait à 1,4 billion de dollars. En 2019, il s’élève à plus de 1,5 billion de dollars. Pendant ce temps, les revenus salariaux stagnent pour les 90% de la population active des 162 millions de travailleurs aux États-Unis, en raison de la restructuration des marchés du travail au détriment des gens de la classe ouvrière. La « leçon » que les capitalistes ont apprise est donc de savoir s’assurer rapidement de leur sortie de crise en utilisant des politiques monétaires et fiscales pour subventionner directement leurs revenus. Au XXIe siècle, ces politiques visent davantage à subventionner les revenus du capital par l’État qu’à stabiliser l’économie instable et sujette aux crises.

Vous avez écrit The Scourge of Neoliberalism: US Economic Policy from Reagan to Trump. Pourquoi, d’après vous, le système capitaliste ne peut-il générer que des crises ?

La génération de crises est ancrée dans l’ « ADN économique » même du capitalisme du XXIe siècle. Il se développe constamment de manière excessive (externe, géographique, interne et technologique). La surexpansion se dissipe et se traduit par de graves déséquilibres mondiaux de divers types : investissement financier par rapport à l’investissement réel ; excès de sorties de capitaux des économies centrales capitalistes avancées (États-Unis, Europe, Japon) vers les économies de marché émergentes ; afflux de main-d’œuvre des économies périphériques vers le noyau avancé ; déséquilibres commerciaux ou déséquilibres des flux de marchandises ; déséquilibres technologiques au sein des économies avancées ; déséquilibres dans les systèmes de prix, les bulles d’actifs se développant plus rapidement que les prix des biens ou des facteurs de production ; déséquilibres de l’emploi en raison du besoin de main-d’œuvre qualifiée qui n’est pas comblé, car une main-d’œuvre non qualifiée s’accumule en marge des travailleurs sans emploi, sous-employés et des services auxiliaires. Tous ces déséquilibres liés génèrent les crises. Mais le capitalisme se nourrit des crises qu’il crée. Il se nourrit de sa destruction « morte et pourrie » qu’il crée. Il crée une sorte de « capitalisme charognard » pendant la crise qu’il dévore ensuite pour relancer un processus de ré-expansion. Le capital est par nature cannibale. Il a besoin de destructions périodiques pour ressusciter. Le problème est que la destruction prend de l’ampleur et de la gravité et entraîne des conséquences de plus en plus graves pour la classe ouvrière, tout en entraînant une concurrence plus intense entre les secteurs capitalistes à l’échelle mondiale. Pour utiliser une métaphore, le capitalisme est comme les requins. Il renaît après une crise comme les requins fœtaux dans le ventre de la maman requin. Les plus grands dévorent leurs frères plus petits tout en restant dans l’utérus. Ceux qui restent émergent et renaissent encore plus forts, plus grands et plus voraces qu’avant.

Permettez-moi maintenant de vous fournir une réponse plus générale et plus longue à vos questions et au sujet des crises capitalistes.

L’excédent de dette est le « marqueur » de la « fragilité » économique et financière générale. La fragilité est la condition dans laquelle les marchés et les économies sont les plus exposés, c’est-à-dire plus sensibles et susceptibles de réagir à l’instabilité et aux contractions. La fragilité signifie également que l’instabilité est plus sensible à l’amplification et à la propagation plus rapide sur les marchés d’actifs financiers de toutes sortes en cas de crise, ainsi que des marchés d’actifs financiers vers l’économie réelle de production de biens et services.

Depuis les années 1970, l’économie capitaliste mondiale a connu six changements majeurs qui augmentent le potentiel de fragilité, l’instabilité ainsi que l’amplification et le taux de propagation des événements de fragilité-instabilité :

Une plus grande intégration des anciennes élites coloniales dans l’économie mondiale capitaliste en tant que partenaires

Cela a commencé dans les années 1970, alors que le capitalisme mondial intégrait les économies pétrolières, leur permettant de nationaliser la production de pétrole et de ressources connexes et de partager de manière significative les revenus de cette production – à condition qu’il soit entendu que ces élites recycleraient une grande partie de leurs revenus vers les économies capitalistes par le biais d’achats directs ou par le système bancaire mondial. Dans les années 1980, les États-Unis ont ajouté le Japon à cet accord de recyclage des richesses avec les accords du Plaza de 1986. Dans une moindre mesure, l’Europe a été également intégrée par le biais des accords du Louvre de cette décennie. Dans les années 1990, c’était l’Europe de l’Est et, dans une moindre mesure, l’Asie du Sud. Dans les années 2000, c’était en partie la Chine. Le recyclage a grandement profité aux capitaux américains. Des institutions dominées par les États-Unis, telles que le FMI et la banque mondiale, ont été mises au service de l’intégration. Le recyclage s’est accompagné d’une forte accélération des investissements directs étrangers américains dans les économies des nouveaux partenaires. Les dollars revenant aux États-Unis sous forme d’obligations du Trésor et d’achats de bons du Trésor américain ont permis aux États-Unis d’enregistrer des déficits budgétaires chroniques et massifs, causés par l’accélération des dépenses consacrées à la guerre de défense et par la réduction simultanée de l’impôt des investisseurs commerciaux à hauteur de plusieurs dizaines de milliards de dollars. Le recyclage a permis aux États-Unis de renforcer leurs forces militaires en une force mondiale sur presque tous les continents, avec un budget de 1 billion de dollars par an, la technologie la plus avancée et plus de 900 bases dans le monde entier. L’intégration économique avec les États-Unis a permis à ces derniers d’appliquer plus efficacement une politique « de la carotte et du bâton » au sein de leur empire mondial afin de garantir que leurs partenaires adhèrent à leurs intérêts politiques fondamentaux.

Mais l’intégration financière et économique mondiale signifie aussi que les crises qui se développent et éclatent aux États-Unis ou au sein des principaux partenaires de l’empire économique américain (le Canada et le Mexique, le Japon et l’Europe) se propagent maintenant plus rapidement dans les marchés et économies intégrés. L’intégration augmente l’amplification des magnitudes et les taux de propagation des crises.

Restructuration financière de l’économie mondiale et évolution relative vers l’investissement dans les actifs financiers

J’ai argumenté en détail dans « Systemic Fragility in the Global Economy » que ce qui s’est produit depuis le début des années 1980 est un changement relatif vers l’investissement d’actifs financiers. Ce changement est structurel et n’a pas diminué. En fait, la technologie l’accélère. La possibilité d’accroître les bénéfices des marchés financiers est également un facteur clé. La réorientation de l’investissement dans les actifs financiers, comme je l’appelle, a eu pour effet de fausser l’investissement réel dans les usines, les équipements, etc. Ces derniers continuent et peuvent également croître au cours des périodes, mais en termes relatifs, ils ralentissent et même diminuent par rapport aux investissements en actifs financiers. L’explosion de l’argent gratuit fourni par les banques centrales, rendue possible par l’effondrement du système monétaire international de Bretton Woods dans les années 1970, est au cœur de cette évolution. La technologie et les nouvelles formes de monnaie ont également contribué, et de plus en plus après 2000, à l’explosion du crédit rendue possible par la monnaie et les formes monétaires proches. L’excédent de crédit entraîne un excédent de dette, à tous les niveaux : gouvernement, banque, entreprises non bancaires, ménages, « l’extérieur », etc.

L’ampleur de la dette n’est pas en soi le problème. C’est l’incapacité à assurer le service de cette dette (c.-à-d. à payer les intérêts et le principal) qui pose problème, et cela se produit lorsque les prix s’effondrent (prix des actifs, des biens et des intrants). La déflation des prix survient lorsque des bulles d’actifs financiers implosent. Les actifs sont tous des substituts les uns des autres, et lorsqu’un actif clé s’effondre, cela a un effet de contagion sur les autres. Le système de prix est donc le mécanisme de transmission. Cette idée va tout à fait à l’encontre de l’économie traditionnelle qui prétend que le système de prix stabilise l’économie et les marchés grâce à l’offre et à la demande. Mais c’est un mythe. Le système de prix est un déstabilisateur. Et il n’y a pas qu’un « système de prix unique », une autre erreur courante. Il existe trois systèmes de prix clés liés entre eux, mais se comportant différemment. Il s’agit des prix des actifs financiers, des prix des biens et services et des intrants, par exemple, des salaires. Le passage relatif à l’investissement d’actifs financiers tend à faire monter les prix des actifs financiers dans la fourchette des bulles, ce qui fait chuter les prix des biens et des intrants, entraînant une aggravation de la récession et une lente reprise. Mais le transfert d’actifs financiers et l’inflation ont un autre effet négatif : cela réduit la productivité alors que l’investissement réel ralentit. Cela ralentit les salaires (prix de la main-d’œuvre) tout en augmentant le chômage ou le sous-emploi (surtout ce dernier).

La financiarisation se mesure non pas à la part des bénéfices ou des emplois allant au secteur bancaire. Elle se définit par l’explosion des titres d’actifs financiers (en particulier les produits dérivés), les nouveaux marchés très liquides créés à l’échelle mondiale pour négocier ces titres, et les nouvelles institutions financières qui dominent ce commerce, c’est-à-dire ce que l’on appelle le système bancaire parallèle. Autour de ce nouveau cadre de valeurs, de marchés et d’institutions (qui fonctionnent à l’échelle mondiale grâce à la technologie), une nouvelle élite mondiale du capital financier a émergé comme « agents humains » de cette nouvelle structure financière mondiale que je qualifie de « financialisation ». Cette élite mondiale du capitalisme financier gère maintenant plus d’actifs investissables que ne le fait le système bancaire commercial traditionnel (qui, soit dit en passant, est de plus en plus intégré au système bancaire parallèle). Mais les banques parallèles ne sont pratiquement pas réglementées et sont donc enclines à s’engager dans des investissements financiers excessifs et risqués, ce qui explique le passage chronique à l’investissement financier et à l’instabilité financière qu’il crée dans le monde.

Restructuration mondiale des marchés du travail et effondrement des syndicats

Tout le capitalisme contemporain n’est bien sûr pas financiarisé. Il y a encore beaucoup de production non financière en cours et, dans le secteur des services (non financiers), elle est en pleine croissance. C’est juste que ce n’est pas aussi rentable que l’investissement financier et qu’elle reçoit donc relativement moins de capital financier qu’elle ne le ferait autrement à des fins d’expansion. La financiarisation détourne plus de capital monétaire vers elle-même que l’investissement non financier, c’est-à-dire que les entreprises réduisent leurs coûts pour compenser le ralentissement de la productivité et la hausse des coûts d’investissement dans des actifs réels.

Nous assistons donc aujourd’hui à des transformations majeures sur les marchés du travail dans le monde entier, qui se traduisent par une baisse des gains de revenus salariaux. Le processus d’ « intégration mondiale » décrit au point 1 ci-dessus s’accompagne d’une « délocalisation » de l’industrie manufacturière à salaires plus élevés et d’autres emplois sectoriels vers les marchés émergents, à la suite des sorties de capitaux du noyau capitaliste (États-Unis, Europe, Japon) vers la périphérie des EME (ndlr : économies de marché émergentes). Simultanément, les entreprises qui continuent de produire dans le noyau dur intensifient leurs réductions de coûts pour concurrencer les producteurs des EME. Cela signifie l’augmentation de la main-d’œuvre occasionnelle (temps partiel, emploi temporaire, intérimaire, etc.) qui est moins bien payée et moins indemnisée. L’augmentation des mesures d’urgence et des délocalisations réduit le nombre de syndiqués et, par conséquent, le pouvoir de négociation. Par le passé, les syndicats ont récupéré une partie du revenu perdu pendant la récession et les ralentissements pendant la reprise du cycle économique, mais cela ne se produit plus, car la syndicalisation s’est effondrée. La délocalisation des emplois accroît également l’insécurité des travailleurs et diminue leur résistance à la compression des salaires par les grèves et la négociation collective. Au fur et à mesure que les syndicats perdent de leur influence politique, leur capacité d’améliorer les salaires et les avantages sociaux par le biais de l’action politique diminue également. La législation sur le salaire minimum en souffre particulièrement.

La restructuration du marché du travail devient ainsi un projet populaire des élites du monde des affaires et de leurs politiciens. Elle prend la forme d’une délocalisation de l’emploi, l’État subventionnant de plus en plus les investissements directs étrangers. Elle prend la forme d’une création d’emplois qui est maintenant presque totalement conditionnée par le caractère du noyau capitaliste avancé des États-Unis-Japon-Europe (60 à 80 % d’emplois créés en Europe au cours des dernières décennies ont été des emplois à temps partiel, temporaires, etc.). Lorsque les syndicats s’affaiblissent sur le plan économique, cela signifie restreindre ce que les travailleurs syndiqués peuvent légalement négocier. Lorsque les syndicats s’affaiblissent politiquement, cela signifie des ajustements salariaux légaux plus lents (salaires minimums) et des réductions des « salaires sociaux » comme les pensions, l’assurance maladie nationale, etc. Au fur et à mesure que l’efficacité syndicale s’affaiblit, les syndicats sont attaqués et éliminés par l’action des entreprises ou abandonnés par les travailleurs qui les voient inefficaces dans la défense de leurs intérêts. Les partis politiques dirigés par les entreprises proposent ensuite une législation nationale pour, d’une part, codifier les changements et, d’autre part, les approfondir.

Tout comme la restructuration financière de l’économie capitaliste conduit à l’accélération de l’accumulation de revenus et de richesses par l’élite financière et la classe des affaires, la restructuration des marchés du travail a eu pour effet de comprimer et de stagner (ou même de réduire pour certains secteurs de la classe ouvrière) les salaires. La restructuration financière précédente entraîne une accélération encore plus rapide de l’inégalité des revenus et de la richesse que la restructuration du marché du travail, qui entraîne la stagnation et le déclin des salaires de la classe ouvrière et des revenus. Ces deux restructurations ont pour effet d’accélérer l’inégalité des revenus que nous connaissons aujourd’hui. Et avec l’inégalité des revenus, la richesse (c.-à-d. les actifs) augmente à son tour. Inversement, une plus grande accumulation d’actifs produit encore plus d’inégalités de revenus non liés à l’actif. Ainsi, les deux, revenu et richesse, inégalité en faveur de la classe financière et de la classe affaires se nourrissent l’une de l’autre pour s’étendre encore plus. Pendant ce temps, les revenus salariaux stagnent.

Ainsi, la désyndicalisation, la compression des salaires, la réduction des prestations sociales, la délocalisation de l’emploi, le déclin de la négociation collective et de la grève, la législation sur la « réforme » du marché du travail, etc. sont toutes les conséquences (et objectifs) de la restructuration du marché du travail. La restructuration du marché du travail profite en grande partie aux secteurs du capital qui font encore essentiellement des affaires dans l’économie nationale.

La financiarisation, le subventionnement par l’État de l’investissement étranger direct et les accords de libre-échange profitent en grande partie au secteur des entreprises multinationales. Les accords de libre-échange subventionnent les sociétés multinationales de deux façons principales : il s’agit principalement de légaliser les conditions générales de la pénétration des entreprises multinationales et des banques américaines dans d’autres économies à des conditions favorables. Les accords de libre-échange servent également d’aide à la réduction des coûts pour les multinationales, car les entreprises sont en mesure de ramener leurs biens et services et de ne pas payer les droits (taxes) pour les réimporter aux États-Unis. Par exemple, 49 %, soit plus de 500 milliards de dollars par an de déficit commercial des États-Unis avec la Chine concernent des marchandises fabriquées par des entreprises américaines en Chine.

Destruction des anciens partis et mouvements sociaux-démocrates

Partout dans le monde, nous assistons à l’effondrement des partis sociaux-démocrates qui dominaient autrefois les gouvernements. Cela a été vrai même dans le « cœur » de la social-démocratie, en Europe, mais aussi aux États-Unis, en Amérique du Sud, en Israël et dans certaines économies d’Asie où des « formes faibles » de social-démocratie ont participé précédemment. La montée du « populisme » de droite doit être considérée comme une conséquence directe du vide politique créé par la disparition de la social-démocratie. C’en est la conséquence. Alors pourquoi ont-ils décliné ? Et comment ce déclin a-t-il alimenté la mondialisation, la restructuration financière, la restructuration des marchés du travail, la réorientation des investissements financiers et l’accélération des inégalités de revenus et de richesse ? Ce sont là des questions clés qui restent encore aujourd’hui largement sans réponse parmi les mouvements dits « de gauche » ou « progressistes » partout dans le monde. Parmi les causes probables de l’effondrement de la social-démocratie au niveau politique, on peut citer la destruction de leur base politique, les syndicats, et leur perte significative d’influence politique. C’est dans une certaine mesure le résultat d’erreurs stratégiques commises par ces partis, qui se sont permis de s’associer trop étroitement à l’offensive néolibérale qui a débuté vers 1980. Mais quelle qu’en soit la cause, leur déclin a ouvert la voie à des initiatives législatives et capitalistes visant à restructurer le système financier et les marchés du travail capitalistes à l’échelle mondiale, dans le sens indiqué ci-dessus. Le capitalisme n’a jamais été aussi puissant par rapport au travail qu’aujourd’hui. C’est pourquoi, en désespoir de cause, la classe ouvrière vote en protestation, sans pouvoir proposer ni promouvoir de solutions dans l’intérêt de chacun. C’est ainsi que nous obtenons le Brexit. L’appui aux partis d’extrême droite qui promettent de changer le système et soutiennent à tort que le changement améliorera les conditions des travailleurs. C’est pourquoi nous avons Donald Trump. Bolsonaro et Macri en Amérique du Sud. Salvini et Orban en Europe. Duterte en Asie. Etc. Dans le monde entier, les classes ouvrières ont été « désorganisées » tant sur le plan économique que politique. Dans le vide, les mouvements d’extrême droite, les idéologues et leurs partis prennent le pouvoir souvent par défaut. Les classes ouvrières se retrouvent avec de simples votes périodiques de protestation et votent pour des partis et des mouvements qui disent qu’ils vont « s’en prendre aux capitalistes » qui ont créé leurs conditions de travail et leur niveau de vie en déclin – même s’ils savent que cette promesse ne sera pas tenue.

Transformation des partis politiques capitalistes dominants

Le changement politique a pris la forme non seulement de la disparition ou de la montée de certains mouvements et partis politiques, mais également du changement de partis autrefois au pouvoir. Aux États-Unis, le parti républicain a endossé le manteau du populisme d’extrême droite. Son ancien challenger de la dernière décennie, le Tea Party, a été intégré et a fondamentalement transformé ce parti. Son idéologie, sa composition politique et sa volonté de saper les normes démocratiques et même les institutions ont entraîné un changement fondamental dans la composition et la stratégie (et la tactique) du parti républicain. Une transformation similaire à la « gauche du centre » en est à ses débuts avec le parti démocrate américain. Ce processus ne se produit pas seulement aux États-Unis. Au Royaume-Uni, les anciens partis dominants sont en crise et perdent le soutien populaire. Un parti populiste de droite « Brexit » est en train d’émerger au sein du parti conservateur, tandis que le parti travailliste continue de perdre le soutien des nationalistes et des écologistes dans ses rangs également. À un stade plus précoce, une évolution similaire se produit en France et même en Allemagne, où le Front National et l’AfD sont de plus en plus soutenus. Et bien sûr, l’Italie est bien en tête dans le changement de direction vers la droite. Les partis du « centre » s’effondrent en plusieurs étapes partout.

Ces changements de partis politiques sont la conséquence de l’aggravation de l’inégalité des revenus et de la richesse, et des forces motrices associées à l’intégration économique capitaliste mondiale, la restructuration financière et la restructuration du marché du travail. À la périphérie du système politique se trouvent la fin de la social-démocratie et la montée des partis populistes de droite ; mais aussi « au milieu », les partis capitalistes traditionnels deviennent fluides et connaissent une instabilité interne.

Augmentation de la subvention des revenus du capital par les États capitalistes

Les capitalistes ont totalement capturé l’orientation de la politique fiscale et monétaire et l’ont mise au service de leurs intérêts directs. Au cours des périodes passées, la politique budgétaire et monétaire avait pour principale mission de stabiliser les économies capitalistes en cas de récession ou d’inflation. La politique monétaire et fiscale était également utilisée de manière à partager les avantages d’une telle politique avec la classe ouvrière et d’autres secteurs. Mais la politique fiscale-budgétaire capitaliste du XXIe siècle (fiscalité, dépenses publiques, gestion de la dette budgétaire-nationale, taux d’intérêt, ciblage de l’inflation, emploi, etc.) s’est transformée. Aujourd’hui, la mission première d’une telle politique est de subventionner directement les revenus du capital, à la fois en période de contraction économique et en période de reprise. Le maintien chronique des taux d’intérêt bas permet un crédit bon marché constant et l’émission de plusieurs billions de dollars de dettes des sociétés et des ménages. L’excédent de liquidité alimente le marché des actifs financiers (actions, obligations, produits dérivés, etc.), provoquant des bulles qui font exploser les revenus du capital provenant des placements financiers. Des réductions d’impôt de plusieurs milliards de dollars pour les entreprises et les investisseurs, les banquiers, se traduisent aux États-Unis, par plus de 1 billion de dollars par an en redistribution aux actionnaires à partir de rachats d’actions et de dividendes, s’élevant, en 2018, à 1,4 billion de dollars aux États-Unis seulement. De plus en plus de fonds sont alloués simultanément à la défense et à la production de guerre.

La subvention directe alimente le déplacement de l’investissement d’actifs financiers et, à son tour, les bulles d’actifs financiers, le surendettement des entreprises et des ménages, et génère la fragilité financière et l’instabilité sous la forme de la prochaine crise. Il en résulte également une escalade de la dette du secteur public et une augmentation des coûts du service de la dette.

Ainsi, les trois principaux secteurs de l’économie capitaliste – les entreprises, les ménages, le gouvernement – continuent de s’endetter et d’utiliser l’effet de levier. Aux États-Unis, la dette publique (nationale et locale, banque centrale et agence gouvernementale) dépasse largement les 30 000 milliards de dollars. On pourrait facilement ajouter 20 000 milliards de dollars d’ici 2030. Les obligations et les emprunts de sociétés et d’entreprises peuvent atteindre 20 000 milliards de dollars aujourd’hui. Et la dette des ménages s’élève à près de 14 billions de dollars et augmente rapidement. Le problème de la dette est multiplié par deux dans l’économie capitaliste mondiale, avec des zones de forte concentration de la dette des entreprises et/ou de la dette publique. Le montant est facilement supérieur à 75 billions de dollars. Il convient toutefois de répéter que l’ampleur de la dette n’est pas en soi le problème. Le problème, c’est quand les revenus du service de la dette ne peuvent pas suivre. Et cet écart se creuse rapidement lorsque les prix des actifs financiers, et d’autres prix, s’effondrent rapidement et que la contagion s’étend tout aussi rapidement de l’économie financière à l’économie réelle. L’effondrement des prix, à commencer par les marchés financiers, est le principal additif chimique qui fait exploser le problème de la dette. Et lorsque cette explosion se produit, l’accumulation massive de dette au niveau des gouvernements empêche la politique budgétaire et monétaire traditionnelle de jouer un rôle de stabilisation économique. Il ne sert ensuite qu’à subventionner les pertes subies par les propriétaires de revenus du capital.

Une digression sur l’échec de la théorie économique

Mon point de vue n’est pas celui de l’analyse économique classique (par exemple, bourgeoise) de ce qui cause une crise (c’est-à-dire que « cause » signifie ici faire la distinction entre ce qui permet, ou précipite, ou conduit fondamentalement). Il existe différentes « formes » de causalité que les économistes traditionnels ne distinguent pas entre elles, mais que j’estime nécessaires. Je ne qualifierais pas mon point de vue comme étant celui d’un économiste keynésien, Schumpeter, Fisher ou même autrichien (Von Mises-Hayek). Aucune de ces approches classiques de l’analyse de la crise économique ne comprend le capital financier ou la façon dont il détermine et est déterminé par le capital réel (non financier). Ils ne comprennent pas comment les marchés financier et du travail ont fondamentalement changé depuis les années 1980. Leur cadre conceptuel est insuffisant pour expliquer le capitalisme du XXIe siècle et ses crises. Mon point de vue n’est pas non plus ce que l’on pourrait appeler une approche marxiste traditionnelle. Elle ne comprend pas non plus le capital financier. Elle tente également d’utiliser un cadre conceptuel encore plus ancien, issu de l’économie classique du XIXe siècle, pour expliquer le capital et les crises du XXIe siècle.

L’économie dominante se concentre uniquement sur les cycles économiques à court terme et les mesures de politique budgétaire et monétaire comme solutions. Mais les fluctuations conjoncturelles à court terme ne sont pas vraiment des « crises ». Une crise suggère qu’un point crucial ou un carrefour fondamental a été atteint, nécessitant des changements fondamentaux dans le système. L’économie dominante ne soulève même pas la question comme sujet d’enquête. La réalité n’est qu’une séquence d’événements à court terme reliés entre eux. Ou encore, elle tente d’appliquer l’analyse du cycle économique et les solutions budgétaires et monétaires connexes à ce qui constitue une instabilité chronique plus fondamentale et à plus long terme. Par conséquent, elle ne parvient pas à prédire les points de basculement des crises ni à y apporter des solutions efficaces. Les deux tendances principales de l’économie dominante – ce que j’appelle les keynésiens hybrides (qui ne sont pas vraiment des keynésiens) et les monétaristes avec leurs nombreuses ramifications théoriques au cours des dernières décennies – sont incapables d’expliquer les crises à long terme endémiques dans le capitalisme qui ont nécessité la restructuration périodique du système capitaliste lui-même au cours du siècle dernier. C’est-à-dire en 1908-17, 1944-53 et 1979-88.

Les économistes marxistes n’ont guère mieux compris ni prédit le capitalisme du XXIe siècle. C’est particulièrement vrai pour les économistes marxistes anglo-américains, alors que les Européens et d’autres hors d’Europe se sont montrés plus ouverts d’esprit. Les économistes marxistes considèrent le problème des tendances des crises à plus long terme mais tentent de l’expliquer en se basant sur le cadre conceptuel de l’économie classique des XVIIIe et XIXe siècles, qui est insuffisant pour analyser le capital du XXIe siècle. Ils postulent que le capital industriel domine le capital financier, que seuls les travailleurs qui produisent des biens réels expliquent l’exploitation, et que les marchés des capitaux et des actifs financiers sont « fictifs ». Hobson-Lenin-Hilferding et d’autres ont tenté de mieux comprendre et d’intégrer la relation entre le capital industriel et le capital financier au tournant du XXe siècle. Cela a conduit à une analyse de ce que l’on appelle parfois le « Capitalisme monopoliste », dont une école existe encore aujourd’hui. Mais les restructurations capitalistes de 1944-1953 et 1979-1988 en particulier ont rendu cette vision et cette analyse inexactes. Un siècle plus tard, aujourd’hui, au début du XXIe siècle, les relations entre le capital financier et le capital industriel ont considérablement changé par rapport à la façon dont Marx les voyait au XIXe siècle et dont Hobson-Hilferding-Lenin les envisageaient au début du XXe. En d’autres termes, les économistes marxistes contemporains ne comprennent pas mieux le capital financier moderne que les économistes du courant dominant contemporain. De plus, ils insistent toujours sur l’utilisation de concepts économiques classiques comme la baisse du taux de profit sur le travail productif par rapport au travail improductif, et expliquent l’argent et la banque à partir des structures financières du XIXème siècle. Ils n’accordent pas non plus beaucoup d’attention aux nouvelles formes d’exploitation du travail aujourd’hui et n’expliquent pas pourquoi les syndicats et les partis politiques sociaux-démocrates ont connu un déclin aussi spectaculaire au XXIe siècle.

Ma critique de toutes ces « écoles d’analyse » économiques marxistes et dominantes, ainsi que de leurs nombreuses retombées et ramifications, se trouve dans la partie 3 de mon livre de 2016 « Systemic Fragility in the Global Economy ». Ce livre présente également l’analyse que j’avais initialement commencé à développer dans le livre de 2010 « Epic Recession: Prelude to Global Depression ». Mes livres publiés par la suite, 2017-2019, à la suite de « Systemic Fragility », développent les thèmes clés présentés dans « Systemic Fragility ». « Looting Greece: A New Financial Imperialism Emerges », août 2016, approfondit l’analyse des chapitres 11 et 12 de « Systemic Fragility », abordant la restructuration financière du capitalisme de la fin du XXème siècle. Central Bankers at the End of Their Ropes (août 2017) développe le chapitre 14 de « Systemic Fragility », sur les contributions monétaires et les solutions aux crises. Il en va de même pour « Alexander Hamilton and the Origins of the Fed » (mars 2019), qui est un prélude à « Central Bankers », une analyse historique des banques américaines des XVIIIe et XIXe siècles. Et mon prochain, prévu en septembre 2019, « The Scourge of Neoliberalism », s’étendra sur le chapitre 15 de « Systemic Fragility », qui traite de la politique budgétaire, des déficits et de la dette.

Tout mon travail est donc une tentative d’analyse plus poussée de l’économie capitaliste du XXIe siècle, de ses contradictions, de son instabilité financière et donc économique générale croissante, l’évolution profonde des relations entre le capitalisme financier et le capitalisme industriel, ses changements fondamentaux dans les processus de production et les marchés des produits et du travail, l’échec croissant des politiques budgétaires et monétaires traditionnelles à stabiliser le système, et la probabilité croissante d’une crise dans les cinq prochaines années, ou même plus tôt, qui pourrait s’avérer beaucoup plus insoluble et profonde que celle des années 1920-1930.

Les trois restructurations du capitalisme américain et mondial, 1909-2019

Jusqu’à présent, le capital américain, forme dominante et hégémonique du capital mondial au cours du siècle dernier, s’est restructuré avec succès à trois reprises : la première dans la période qui a précédé la Première Guerre mondiale (1909-1918) et au cours de cette guerre, quand le capital américain s’est élevé dans les années 1920 comme un acteur mondial plus ou moins égal au capital britannique. Le capital britannique de cette période a dû partager l’hégémonie avec le capital américain. Dans le sillage de la Seconde Guerre mondiale, à partir de 1944, le capital britannique a été délogé par les Américains de sa position hégémonique avec le système monétaire international de Bretton Woods créé par les capitalistes américains, pour le capitalisme américain, et dans l’intérêt du capitalisme des États-Unis. Cette seconde restructuration (1944-1953) a commencé à s’effondrer au début des années 1970, alors que la stagnation capitaliste mondiale se réinstallait. Cette décennie des années 1970 a été témoin d’une crise générale du capitalisme mondial, en particulier aux États-Unis et dans tout l’empire britannique (ou du moins ce qu’il en restait). Mais également ailleurs parmi les économies capitalistes avancées en Europe et au Japon.

Une troisième restructuration a été lancée à la fin des années 1970 par Thatcher et Reagan. C’est ce qu’on appelle parfois le néolibéralisme (un terme que je n’aime pas mais que j’utilise car il est généralement accepté, mais il est quelque peu idéologique). La troisième, la restructuration néolibérale a permis de stabiliser le capitalisme américain et mondial et d’accroître le capitalisme américain, de 1979 à 2008 environ. Il y a eu une crise avec le grand krach financier et économique de 2008-2009 aux États-Unis, puis de multiples récessions en Europe et au Japon et une stagnation générale après 2010 dans la « périphérie économique capitaliste avancée » de l’Europe et du Japon, qui constitue désormais le maillon faible du capitalisme mondial. Le régime de Trump doit être compris comme une tentative de restaurer et de ressusciter le néolibéralisme – à la fois comme une restructuration et un nouveau mélange de politiques – bien que sous une forme de néolibéralisme plus violent, agressif et méchant (2.0? Peut-être).

Je ne crois pas que Trump réussira à long terme avec cette restauration. Il a eu beaucoup de succès avec la restructuration fiscale qui favorise le capital, mais il lutte toujours pour rétablir le système monétaire aux principes néolibéraux (c.-à-d. l’argent gratuit, des taux d’intérêt peu élevés et une faible valeur monétaire) et est au milieu d’un conflit majeur et d’une résistance pour restaurer l’hégémonie américaine dans les affaires commerciales et monétaires internationales, en particulier de la Chine. Si Trump échoue à restaurer un néolibéralisme 2.0 plus dur et plus agressif, cela signifiera presque certainement une « quatrième » restructuration capitaliste majeure dans les années 2020. Cette quatrième restructuration sera encore plus exploitante et oppressive que le néolibéralisme, en particulier pour les classes ouvrières ainsi que pour les concurrents capitalistes des Américains dans la périphérie économique capitaliste avancée et les économies de marché émergentes.

Ma thèse de base sur les crises capitalistes

Le capitalisme connaît des crises périodiques toutes les quelques décennies (et non des « cycles économiques » qui peuvent se produire entre les crises mais qui ne sont pas des crises en soi) et il doit se restructurer périodiquement pour survivre, ce qu’il fait. Il crée de multiples déséquilibres à l’intérieur de lui-même chaque fois que ses solutions à court terme en matière de politique budgétaire et monétaire ne sont plus en mesure de stabiliser un système qui devient de plus en plus instable avec le temps, c’est-à-dire un système qui tend intrinsèquement et de façon endogène vers la crise périodiquement. Cependant, chaque restructuration s’avère avoir des limites. Son effet sur la résurrection du capitalisme se dissipe inévitablement avec le temps, généralement au bout de deux à trois décennies. En conséquence, des restructurations périodiques, la stabilité et la croissance sont restaurées pendant une vingtaine d’années, mais les contradictions fondamentales qui conduisent à une nouvelle crise apparaissent et s’intensifient encore une fois pendant les périodes de croissance et de stabilité apparentes. Ainsi, même les restructurations économiques de base en tant que solution sont temporaires. Pensez à la politique budgétaire-monétaire comme solution à très court terme uniquement dans le cas de cycles conjoncturels dus à des erreurs politiques ou à d’autres facteurs non financiers qui provoquent des récessions « normales ». Considérez les restructurations périodiques comme des solutions à moyen terme (2-3 décennies). Mais la crise à plus long terme du système capitaliste est que même des restructurations périodiques n’empêchent pas les crises inévitables de réapparaître.

Vous êtes un brillant économiste et un auteur prolifique. Contrairement à la plupart des économistes liés à l’establishment qui ne voient rien, vous ne cessez d’alerter avec des arguments très solides et un travail minutieux, sur le fait que nous allons droit vers un autre cycle de crises plus graves que les précédentes. À votre avis, le système capitaliste est-il réformable ou ne doit-on pas chercher une alternative le plus tôt possible ?

Cela dépend de ce que vous entendez par « réformes ». Il y a évidemment des réformes mineures qui, bien qu’importantes pour protéger le revenu moyen des gens, leur niveau de vie, leurs droits fondamentaux et leurs libertés civiles, etc., ne remettent pas en question ou n’arrêtent pas la dérive fondamentale du capitalisme américain et mondial, y compris sa tendance croissante aux crises, comme je l’ai déjà mentionné. Il convient de les distinguer des « réformes » structurelles qui tentent de changer fondamentalement l’orientation du capitalisme mondial du XXIe siècle. Les capitalistes et leurs représentants politiques s’opposent fermement à ces réformes fondamentales. Quelles sont donc ces « réformes » transformables ?

Il s’agirait de changements qui stopperaient et feraient reculer la financiarisation et les multiples forces qui accélèrent actuellement l’économie du revenu et de la richesse, l’accent étant mis ici sur le « retour en arrière ». Ces réformes inverseraient les changements intervenus sur les marchés du travail au cours des dernières décennies en interdisant, par exemple, l’embauche excessive de main-d’œuvre à temps partiel, intérimaire ou autrement « occasionnelle ». Elles rétabliraient l’équilibre dans le domaine de la reprise des syndicats et de la négociation collective. Elles démocratiseraient les banques centrales et leur donneraient une nouvelle mission au service non seulement des banques, mais aussi du reste de la société ; les banques centrales feraient partie d’un système bancaire public élargi et leurs décisions seraient prises par des représentants élus responsables devant l’ensemble de la société (mon livre récent contient des propositions de loi à cet effet). Le remaniement fiscal des dernières décennies qui a donné de plus en plus de revenus aux entreprises, aux investisseurs et aux riches du 1% serait renversé, peut-être par le biais d’un système d’imposition des transactions financières et ferait de la fraude fiscale et des paradis fiscaux offshore une infraction criminelle avec une peine de prison garantie. Et, bien sûr, le budget de guerre gigantesque, qui s’élève à un billion de dollars par an, serait considérablement réduit par des réformes fondamentales. Toutes ces réformes fondamentales remettent en question la trajectoire et la dynamique du capitalisme du XXIe siècle. Les capitalistes et les politiciens s’y opposeraient vigoureusement. En ce sens, le système n’est pas « réformable ». Des réformes mineures sont parfois autorisées et des concessions sont accordées, surtout en période de crise systémique. Mais ces deux types de réformes doivent être poursuivis avec détermination.

Le capitalisme mondial dominé par les États-Unis au XXIe siècle est confronté à quatre grands défis. On peut se demander si le système peut les surmonter. Si tel n’est pas le cas, il sera perçu par la population, non capitaliste, comme un échec et qu’il ne pourra plus améliorer les conditions de vie ni même maintenir les niveaux de vie antérieurs. Si cela se produit, cela change la donne. Voici les quatre grands défis auxquels il est confronté :

Le capitalisme sera-t-il capable de résoudre la crise du changement climatique dans les deux prochaines décennies ?

S’il n’y parvient pas, les impacts économiques négatifs du changement climatique d’ici 2040 auront atteint un niveau tel qu’ils deviendront économiquement impossibles à résoudre. Le système sera critiqué à juste titre pour ne pas avoir résolu le problème. Reste à voir si le système d’expansion du profit et du capital privé peut coexister avec la crise climatique. Peut-on maintenir les profits et résoudre simultanément la crise climatique ? Nous verrons, mais je ne suis pas optimiste sur le fait que les deux puissent coexister.

Le système peut-il contrôler les énormes impacts négatifs à venir du changement technologique?

Nous avons vu comment la technologie a transformé les marchés financiers et du travail, au grand détriment de 80 à 90 % de la classe ouvrière. Elle a donné naissance à de nouveaux modèles d’entreprise comme Amazon, Uber et d’autres qui ont saccagé les emplois et les revenus salariaux. Aux États-Unis, plus de 50 millions de personnes font déjà partie de la main-d’œuvre « occasionnelle » (en Europe et au Japon encore plus) et ce n’est que le début. La véritable crise commencera lorsque les effets technologiques de l’intelligence artificielle et des logiciels d’apprentissage automatique auront un impact encore plus grand au cours de la prochaine décennie. Une étude récente de Mckinsey Consultant prévoit qu’un minimum de 30 % de toutes les professions et emplois seront remplacés ou réduits. Comment ces gens vont-ils gagner décemment leur vie, fonder une famille, se payer un logement, etc.? Certains disent qu’un revenu de base garanti devra être la solution. Je ne vois pas les capitalistes accepter cela. C’est une « réforme structurelle » à laquelle ils résisteront bec et ongles. Quelles sont les conséquences économiques et politiques de l’AI (ndlr : intelligence artificielle) si elle entraîne une baisse du niveau de vie de centaines de millions de travailleurs dans le monde ? Là encore, je ne vois pas le système capitaliste, qui poursuit les profits par le biais de l’intelligence artificielle, être capable ou désireux d’atténuer ses effets négatifs massifs sur l’emploi, le revenu et le niveau de vie.

Feront-ils quelque chose concernant l’accélération de l’inégalité des revenus ?

Les capitalistes et les politiciens en parlent, mais jusqu’à présent, ils n’ont proposé aucune solution. Et la notion de « eux contre nous » commence à s’approfondir dans la conscience d’un plus grand nombre de travailleurs. Ce ressentiment alimente le populisme de droite à l’échelle mondiale. Il incite également les jeunes travailleurs, les jeunes de la génération Y et la prochaine « génération Z » à se retourner en masse contre le système. Les sondages aux États-Unis montrent qu’une majorité de jeunes de moins de 30 ans rejettent aujourd’hui le système capitaliste tel qu’il est et préfèrent une sorte de « socialisme ». Nous ne devrions pas en faire trop pour le moment, mais « socialisme » signifie pour eux « rien de tout ce qui précède » pour le moment.

Les capitalistes peuvent-ils « gérer » la vague populiste de droite radicale en cours ?

Ils pensent pouvoir le faire mais sont en train de perdre cet effort jusqu’à présent. Ils pensaient pouvoir contrôler Trump, mais il est en train de transformer le parti républicain en évinçant son représentant capitaliste traditionnel et en le chassant de son poste initial dans son administration. Il terrorise l’opposition de l’intérieur. Ce n’est pas sans rappeler ce qui se passe ailleurs en Europe et dans les pays d’Asie du Sud où des idéologues de droite autoritaires comme Trump et ses néoconservateurs ralentissent le changement des règles politiques du jeu en leur faveur, au détriment des traditionalistes, parfois appelés « mondialistes ». Mais il s’agit en réalité d’une lutte de classe intra-capitaliste interne qui se déroule aux États-Unis et ailleurs. Une aile plus agressive et violente considère la crise des niveaux de vie comme une occasion de s’affirmer, de prendre le contrôle des institutions gouvernementales, de transformer l’appareil étatique et la bureaucratie pour la servir et non les traditionalistes, et de gouverner de manière plus directe en exerçant une sorte de dictature sur les institutions officielles du gouvernement et de l’État. Bref, je ne vois pas comment les capitalistes ont réussi jusqu’à présent à contenir cette évolution, ce virage vers une droite plus radicale. Il y a bien sûr des parallèles historiques. C’est ce qu’Hitler a été capable de faire au début des années 1930. Il existe de nombreux parallèles historiques troublants entre Trump et son mouvement et les premières stratégies d’Hitler. Bien sûr, le processus s’accélérait en Allemagne, car la crise économique et sociale y était plus intense et plus concentrée sur une période plus courte dans les années 1920. La crise n’est pas encore aussi intense aux États-Unis et le processus de prise de contrôle du système politique par Trump est plus long et prolongé. Mais il y a quand même des similitudes dans le processus. L’aile traditionaliste capitaliste et les mondialistes sont clairement « perdants » aux États-Unis. Et si Trump remporte un autre mandat en 2020, ce qui pourrait être le cas s’il n’y a pas de récession aux États-Unis dans l’intervalle, cette transformation de la démocratie américaine et des institutions politiques et culturelles américaines deviendra alors tout à fait évidente. Pendant ce temps, nous voyons une dérive vers la droite et une transformation similaire des systèmes politiques capitalistes se produire au Royaume-Uni, en Europe centrale, peut-être même en France bientôt, aux Philippines, en Inde, au Brésil-Argentine, en certains endroits en Afrique et ailleurs. Je pense que les traditionalistes n’ont aucune idée ou stratégie pour arrêter ce processus.

Votre article Financial Imperialism: The case of Venezuela (Impérialisme financier : le cas du Venezuela) daté de mars dernier a attiré mon attention, comme tous vos travaux que je conseille à notre lectorat de lire. Vous dites que « le Venezuela est un exemple classique de la manière dont l’impérialisme américain du XXIe siècle a recours à des mesures financières pour écraser un État et un pays qui ose rompre avec l’empire économique mondial et se lancer dans une voie indépendante hors du réseau de relations économiques et financières ». Comment, selon vous, le Venezuela peut-il résister à la guerre impérialiste que mènent les États-Unis contre lui ?

Il est important de comprendre comment, dans le capitalisme du XXIe siècle, où les États-Unis sont clairement la puissance hégémonique, comment les États-Unis se développent, maintiennent et interviennent pour préserver leur empire économique. Si le capitalisme mondial du XXIe siècle est de plus en plus un capitalisme financier et dépend davantage des moyens financiers pour se développer, alors son impérialisme est plus financier que jamais auparavant. Malheureusement, la « gauche » et les progressistes, y compris les marxistes, regardent l’impérialisme dans le rétroviseur. Ils le voient encore dans le prisme du XIXe siècle, ou du début du XXe siècle, sous ses diverses formes. Un de mes projets est d’analyser et d’expliquer comment les mesures financières sont utilisées par les États-Unis pour maintenir leur empire économique. Il est très différent de l’impérialisme britannique classique, qui s’est complètement effondré après la Seconde Guerre mondiale et a été remplacé par l’empire américain. Dans mon article « Financial Imperialism: The Case of Venezuela », J’ai expliqué comment certaines de ces mesures financières fonctionnent, et continuent de fonctionner, pour déstabiliser l’économie vénézuélienne et la préparer à un changement politique violent, que ce soit de l’intérieur ou de l’extérieur par une invasion quelconque organisée et gérée par les États-Unis. Mon livre de 2016 « Looting Greece: A New Financial Imperialism Emerges » a également examiné son fonctionnement dans la zone euro, la Grèce étant un exemple de microcosme qui a des implications ailleurs.

Que peut faire le Venezuela pour résister à la guerre impérialiste menée contre lui par les États-Unis est votre question. Premièrement, il est essentiel que le Venezuela organise, mobilise et arme sa base de soutien populaire. Je crois que c’est ce qui a été fait. Mais je ne suis pas sûr qu’il y ait une stratégie pour utiliser cette base mobilisée contre ses adversaires, internes et externes. Je peux me tromper, car je n’ai aucun moyen de savoir ce qui peut être fait en interne à cet égard. Deuxièmement, le régime Maduro doit conserver le soutien de l’armée vénézuélienne. Jusqu’à présent, il semble que ce soit réussi à cet égard. La récente tentative de soulèvement de la marionnette américaine Gaido a échoué lamentablement dans sa tentative de récupérer et de « retourner » l’armée contre le gouvernement. Troisièmement, il est important que les forces populaires trouvent un moyen de se débarrasser de Bolsonaro au Brésil et de Macri en Argentine. Ces deux gouvernements aidés par les États-Unis enverraient probablement des forces militaires si une invasion militaire se produisait au Venezuela. Les États-Unis utiliseront l’OEA (ndlr : Organisation des États américains) et leurs forces armées comme mandataires. Mais s’ils sont hors-jeu ou préoccupés par de graves problèmes intérieurs, il est peu probable qu’ils puissent être utilisés. Les peuples brésilien et argentin peuvent donc jouer un rôle à cet égard également. Les alliés de l’État vénézuélien pourraient également apporter une aide importante par le biais du commerce et des prêts au Venezuela. Et en achetant son pétrole et en restaurant sa production de raffinerie pour compenser le sabotage et les sanctions américains. Notamment la Chine, la Russie, Cuba et d’autres pays d’Amérique du Sud qui ne sont pas déjà clients de Washington comme le Brésil, l’Argentine, et peut-être maintenant l’Equateur. Enfin, aux États-Unis mêmes, les forces progressistes peuvent travailler plus agressivement et mieux coordonner leurs efforts pour révéler au peuple américain ce qui se passe réellement au Venezuela, comment les néoconservateurs américains intensifient l’attaque en préparation de l’invasion, ce qui se cache vraiment derrière les problèmes économiques du pays, etc. Il faut quelque chose de similaire au mouvement de défense latino-américain né dans les années 1970 après le coup d’État chilien organisé par les États-Unis et la défense des forces progressistes d’Amérique centrale dans les années 1980.

Comment expliquez-vous que l’influence des néoconservateurs aux États-Unis se poursuive malgré les changements de présidents et d’administrations ?

Les néoconservateurs représentent une base sociale et politique de droite radicale en Amérique qui existe depuis un certain temps. En fait, cela a toujours été là, depuis au moins le maccarthysme du début des années 1950, et même avant. Il s’agit d’une base idéologique radicale de droite, et même pro ou proto-fasciste aux États-Unis. Elle a été freinée par la grande dépression et la Seconde Guerre mondiale, mais elle est rapidement réapparue à la fin des années 1940 avec l’avènement de la guerre froide et le succès de la guerre d’indépendance de la Chine. Elle s’est formée autour de Barry Goldwater dans les années 1960 et est réapparue dans les années 1970 avec Nixon. Quand Nixon a été mis à la porte, elle s’est réorganisée et a présenté un plan pour prendre le contrôle du gouvernement et des institutions politiques américaines. Elle a même élaboré des documents de synthèse et des propositions internes sur la manière dont cette prise de contrôle pourrait être réalisée. Des idéologues comme Dick Cheney, Donald Rumsfeld et d’autres ont assumé des postes de pouvoir dans l’administration Reagan. Leur mouvement s’est emparé de la Chambre des Représentants des États-Unis en 1994 et s’est engagé à créer un gouvernement dysfonctionnel qui serait blâmé pour l’impasse et donnerait à leurs propositions plus radicales une audition sur la façon de briser l’impasse et de gouverner à nouveau dans leur intérêt. Nous les avons vus réaffirmer leur influence lorsque Cheney a été nommé vice-président en 2000. Il était en fait un coprésident, et peut-être plus, George W. Bush étant le président médiatisé, mais en réalité un playboy d’avant-plan. Cheney et son extrême droite dirigeaient la politique étrangère, nous donnant l’Irak et mettant le feu au Moyen-Orient tout entier dans son sillage. Cette droite radicale est également à l’origine du déclin des droits démocratiques et civils depuis 2000, utilisant les événements du 11 septembre comme excuse pour faire avancer leur programme antidémocratique. Les frères Koch, les familles Adelman et Mercer, et des dizaines d’autres sont les sacs d’argent dans leurs rangs. Ils ont financé le mouvement du Tea Party qui est depuis entré dans le parti républicain, a terrorisé les modérés et les a chassés du pouvoir et du parti lui-même. Sans eux, sans leur argent, sans leurs organisations de base, sans le contrôle qu’ils exercent aujourd’hui sur des dizaines d’assemblées législatives d’États, sans leur cumul de postes de juges dans tout le pays, le phénomène Trump n’aurait pas été possible en 2016. Des idéologues comme Steve Bannon, John Bolton, Navarro, Abrams, Miller et d’autres dirigent maintenant l’administration Trump et ses politiques intérieures (immigration) et étrangères (lutte commerciale, Israël, Corée du Nord, Venezuela, Iran).

Le fait est qu’ils ont toujours été présents, un courant sous-jacent dans la politique américaine, mais depuis 1994, ils s’affirment de manière agressive et pénètrent dans les institutions américaines avec un succès croissant, aidés par des médias comme Fox News et leurs analogues à la radio et sur Internet. Le problème, c’est qu’ils n’ont jamais été aussi puissants.

Trump a fait des promesses d’emploi au cours de sa campagne électorale et s’est fait élire sur le slogan « America first » par les classes défavorisées, notamment des zones rurales. D’après vous, Donald Trump n’est-il pas le président des riches aux États-Unis ? Quel bilan faites-vous de la gouvernance de Trump ?

Cette évaluation doit d’abord déterminer pour quels intérêts travaille la gouvernance. Ce fut un désastre pour la classe ouvrière de l’Amérique. Toutes les promesses de Trump de rétablir des emplois ne sont qu’une manipulation des préoccupations des travailleurs concernant les pertes massives d’emplois et la stagnation des salaires due à la délocalisation des emplois américains et au libre-échange. Tandis que Trump parle de ramener des emplois, il ouvre les portes à des ingénieurs et travailleurs étrangers qualifiés qui occupent davantage d’emplois basés sur les visas H1-B et L-1, masqués par des réductions de personnel non qualifié arrivant d’Amérique centrale.

Trump est un libre-échangiste, juste un libre-échangiste bilatéral et non multilatéral. L’offensive commerciale de Trump consiste à réaffirmer l’hégémonie des États-Unis sur les marchés et le commerce mondiaux pendant une autre décennie à mesure que l’économie mondiale s’affaiblit. C’est une fausse guerre commerciale contre les alliés des États-Unis. Il suffit de regarder les accords passés avec la Corée du Sud, les exemptions accordées pour les droits de douane sur l’acier et l’aluminium, le ralentissement et la régression avec le Japon et l’Europe. Comparez cela à l’attaque de plus en plus agressive dans les relations commerciales avec la Chine – il s’agit en réalité pour les États-Unis de tenter d’arrêter le développement technologique chinois de la prochaine génération en matière d’intelligence artificielle, de cyber sécurité et du 5G sans fil. Ce sont aussi les technologies militaires des années 2020. Les néocons et le complexe militaro-industriel américain, ainsi que le Pentagone et les principaux représentants pro-militaires au Congrès, veulent arrêter le développement technologique de la Chine. C’est vraiment une course entre deux pays dans le domaine de la technologie maintenant, avec presque tous les brevets délivrés à peu près également par la Chine et les États-Unis et tous les autres pays loin derrière. La guerre commerciale n’a donc rien apporté aux classes ouvrières, si ce n’est une hausse des prix aujourd’hui, et même aux agriculteurs qui sont les perdants (mais ils reçoivent des subventions directes pour compenser leurs pertes, contrairement aux familles de travailleurs qui doivent supporter le poids des effets des tarifs douaniers).

Regardez la législation fiscale de 2018 et les mesures de déréglementation de 2017 de Trump. Qui en a bénéficié ? Les entreprises ont eu de grosses réductions de coûts. Le reste d’entre nous a vu ses impôts augmenter pour compenser les réductions d’impôt de 4 billions de dollars consenties par Trump pour les entreprises, les investisseurs et les ménages aisés. Le corps multinational américain a obtenu 2 billions de dollars de ces 4 billions de dollars. Et les ménages devront payer 1,5 billion de dollars de plus en impôts, à partir de cette année et jusqu’en 2025. Lors de la déréglementation, l’Obamacare s’est effondré et les primes ont augmenté, tandis que les règlements financiers de 2008-2010 des banquiers ont été abrogés. En ce qui concerne la « gouvernance » politique, ce que nous avons vu sous Trump est un étouffement généralisé des électeurs, des remaniements arbitraires de ses « États rouges » pour l’aider à se faire réélire la prochaine fois, l’approbation de deux juges conservateurs à la Cour suprême des États-Unis manigancée par le toutou de Trump au Sénat, McConnell. Ensuite, il y a les récentes agressions contre les immigrants, y compris l’emprisonnement de leurs enfants, et les atteintes aux droits des femmes qui étaient par le passé inconcevables.

Politiquement, Trump a créé une véritable crise constitutionnelle. Il semble s’en être tiré avec l’enquête Mueller qui aurait dû mener à sa destitution mais qui ne l’a pas fait. Il fragilise continuellement les institutions politiques américaines verbalement. Il s’oriente clairement vers le contournement du Congrès et gouverne directement par des déclarations « d’urgence nationale », refusant de permettre aux employés du pouvoir exécutif de témoigner devant le Congrès malgré les assignations à comparaître, ordonnant le lancement d’un nouveau maccarthysme en ordonnant à son département de la Justice de commencer à enquêter sur ses opposants, etc., c’est-à-dire tout ce qui a été la base de la destitution de Nixon.

Bref, la gouvernance de Trump a été un désastre pour la classe ouvrière américaine, les immigrants de couleur, les petits agriculteurs et même les entreprises manufacturières, mais une aubaine pour les nationalistes d’extrême droite et blancs qu’il soutient publiquement. En outre, cela a été particulièrement bénéfique pour les ménages, les entreprises et les investisseurs fortunés. Et c’est peut-être la raison la plus importante pour laquelle les capitalistes le tolèrent encore et le laissent rester en fonction. S’ils voulaient vraiment le destituer et le congédier, ils pourraient trouver un moyen. Mais il agit pour eux sur les plans financier et économique. Il est « bon pour les affaires », en d’autres termes. Mais Hitler l’était aussi.

Vous avez travaillé sur les questions syndicales et vous avez été vous-même syndicaliste. Face à l’offensive néolibérale féroce, n’avons-nous pas un besoin vital d’un mouvement syndical très fort pour défendre la classe ouvrière ?

Tout à fait d’accord. L’une des grandes tragédies des dernières décennies est la destruction et la collaboration de ce qui reste de ce mouvement syndical. La destruction a été planifiée dans les années 1970 et la mise en œuvre d’une stratégie de destruction syndicale a commencé sérieusement sous Reagan et n’a jamais cessé depuis. L’une des vagues de grève syndicales les plus importantes et les plus réussies a eu lieu en 1969-1971. Les travailleurs ont obtenu des gains salariaux et des avantages sociaux de 25% la première année des contrats à ce moment-là. D’abord les métiers de la construction, puis les routiers, puis l’automobile et l’acier, puis les dockers. Les employeurs ne pouvaient pas les arrêter. Ils étaient trop bien organisés et se rappelaient comment se battre dans la tradition des années 30 et 40. C’est à ce moment-là qu’un plan a fait son apparition pour détruire les métiers de la construction. Cela a été mis en œuvre à la fin des années 1970, avant même l’arrivée de Reagan. Sous Reagan, l’attaque visait les syndicats du secteur manufacturier et des transports. À la base, la délocalisation de leurs emplois et la déréglementation de leurs industries pour intensifier la concurrence afin de faire baisser les salaires. Le début de la transformation du travail « occasionnel » a également commencé dans les années 1980, puis s’est accéléré. Le libre-échange a détruit davantage d’emplois, surtout sous Clinton dans les années 1990. Les pensions ont été détruites dans le secteur privé dans les années 80 et 90. Le salaire minimum a été laissé à la traîne. Les coûts des soins de santé ont été privatisés et transférés aux travailleurs. Certains travailleurs ont riposté, dans une action d’arrière-garde.

Mais l’explication de la disparition de la syndicalisation dans le secteur privé en Amérique ne peut pas être comprise comme résultant uniquement des offensives capitalistes. C’était très important mais le manque de leadership au sommet des syndicats était tout aussi important. Ils pensaient que ce serait temporaire sous Reagan, et qu’ils pourraient récupérer par la suite les pertes d’adhésions, de salaires et d’avantages. Mais ce n’était pas temporaire. Cela a continué sous les démocrates dans les années 1990. Le problème, c’est que les syndicats affaiblis se sont tournés vers le Parti démocrate pour les sauver. Celui-ci ne l’a pas fait. Au fur et à mesure qu’ils s’affaiblissaient, ils ont encore plus imploré les démocrates, mais ces derniers ont simplement fait comme si leur soutien était acquis et n’ont pas fait grand-chose en retour. Le parti démocrate a insisté pour que les syndicats ne les embarrassent pas par des grèves, surtout sous Clinton. La direction des syndicats s’est conformée à la demande du parti. Et ils se sont encore affaiblis, perdant plus de membres. Viennent ensuite l’ALENA, la Chine et les visas H1-B qui donnent des centaines de milliers d’emplois à la main-d’œuvre qualifiée qui arrive aux États-Unis. Des millions d’emplois ont été perdus après 1997 à cause des échanges commerciaux. Puis sont venues les réductions d’impôt pour les entreprises qui ont subventionné le remplacement de la main-d’œuvre par du capital et de la machinerie. Cela a détruit au moins autant d’emplois que les accords de libre-échange. Puis, il y a eu l’effondrement des marchés de l’habitation et la perte irréversible de millions d’emplois dans le secteur de la construction. Pour combler le manque d’emplois, il y a eu plus d’emplois peu rémunérés dans les services et plus de travail à temps partiel occasionnel, de travail temporaire, à salaire moins élevé et sans avantages sociaux. Tout ce temps, les dirigeants syndicaux ont supplié les démocrates de les aider. Obama a promis des réformes pour aider les syndicats à recruter de nouveaux membres en 2008, puis il a enterré sa promesse une fois élu et après avoir reçu des millions de contributions des affiliés des syndicats pour sa campagne.

Le problème du déclin des syndicats est un problème de restructuration et de changement capitaliste, d’offensives capitalistes pour désyndiquer et affaiblir la négociation collective. Mais c’est aussi une conséquence de mauvaises stratégies syndicales, en particulier le fait de devenir plus dépendant des dirigeants des partis démocrates qui abandonnent les syndicats une fois qu’ils ont récolté leurs contributions électorales. Pour que les syndicats ressuscitent, et je crois qu’ils le feront, il faudra que ce soit un mouvement syndical indépendant, ne dépendant d’aucune des ailes du parti des entreprises américain – alias les ailes démocrates et républicaines de ce parti unique, essentiellement capitaliste. Il devra probablement adopter une nouvelle forme d’organisation. Non pas en s’organisant selon le principe des « cheminées » pour telle ou telle industrie, et ne pas faire des contrats son objectif principal, mais former des alliances et de nouvelles organisations qui incluent des alliés en dehors du travail et qui poursuivent des objectifs politiques et législatifs comme stratégies tout aussi importantes.

Pour avoir personnellement vécu et travaillé dans des syndicats lorsqu’ils étaient à leur apogée, puis vécu et été témoin du déclin, de l’intérieur et de l’extérieur, il est clair que le mouvement syndical devra subir une restructuration organisationnelle et stratégique majeure s’il veut devenir la force qu’il a été jadis. Mais ce n’est pas la première fois qu’il subit historiquement une telle transformation et qu’il reprend son rôle économique et politique crucial. Je suis convaincu qu’il le refera. Mais seulement si cette tentative de résurrection est faite indépendamment et qu’il refuse d’être une annexe de l’une des ailes du parti d’entreprise américain.

D’après vous, la classe ouvrière n’a-t-elle pas besoin de médias alternatifs pour défendre ses intérêts sachant que les médias dominants sont entre les mains d’une poignée de capitalistes ? À votre avis, la presse alternative n’est-elle pas un rempart contre la désinformation de masse qui sert les intérêts de l’impérialisme et du grand capital ?

Encore une fois, la réponse est oui, absolument. Je pense cependant que cela devra provenir principalement de sources de communications numériques qui sont encore plus « ouvertes » que les sources traditionnelles de la télévision, de la presse écrite et de la radio. Du côté négatif, il devient également clair que les sources capitalistes font de leur mieux pour contrôler l’Internet et le réguler à leur avantage. Les entreprises de technologie comme Facebook, Google, etc. sont, peu à peu, « rappelées à l’ordre », comme on dit. Ils ont déjà réclamé la pleine indépendance par rapport au gouvernement en tant que modèle économique, mais cela change à mesure que les problèmes croissants de violation de la vie privée, de chantage, de blanchiment d’argent, de création d’argent non réglementée (via des crypto-monnaies) et de manipulation politique étrangère (qui, d’ailleurs, est maintenant le lot de tous les pays, y compris les États-Unis). Le capitalisme de surveillance, comme on l’appelle, deviendra un élément important de la transmission et du contrôle de l’idéologie capitaliste. Cela augure mal de l’avenir. Mais je ne sous-estime pas le potentiel qu’ont les gens intelligents de contourner la surveillance. Il n’est pas aussi facile pour les responsables politiques capitalistes de contrôler l’Internet des objets, comme cela a été le cas pour la transmission plus centralisée de la télévision et de la radio. Il convient également de noter, pour conclure, que l’idéologie capitaliste en général est devenue plus puissante que jamais auparavant. Par idéologie, j’entends ici la manipulation des idées et de la vérité, la création délibérée d’une fausse représentation de la réalité, au service de certains intérêts politiques et économiques. La technologie a fourni à l’idéologie capitaliste une arme gigantesque pour promouvoir ses intérêts et sa domination. Les travailleurs moyens sont plus désorientés que jamais quant à leurs amis et alliés et à leurs véritables ennemis. Les médias numériques sont un champ de bataille de la confrontation des classes et de la lutte des classes au XXIe siècle.

Face aux guerres impérialistes et à la domination néolibérale, les peuples à travers le monde ne doivent-ils pas s’unir pour lutter ensemble pour un monde meilleur ?

Oui. Mais la question est de savoir quelle est la meilleure façon de le faire ? Comme dans le cas de l’union pour combattre à l’intérieur d’un même pays, la question principale est la même partout dans le monde : quelle est la meilleure forme d’organisation pour cette lutte commune ? La question de l’organisation est aujourd’hui primordiale, tant à l’échelle nationale qu’internationale. Et il faut faire très attention à ce que, quelle qu’en soit la forme, elle soit indépendante des appareils organisationnels des capitalistes et de leurs politiciens. Je ne pourrai jamais assez insister sur l’importance d’une action économique et politique indépendante.

Vous avez une vie passionnante et un parcours très riche, vous êtes professeur, écrivain, journaliste, économiste, dramaturge, animateur de radio, producteur, syndicaliste… Il y a de moins en moins de profils aussi riches que le vôtre, chacun étant enfermé dans sa discipline. Qu’est-ce qui a motivé votre quête ?

C’est peut-être la question la plus difficile de toutes, mais laissez-moi essayer. Je viens d’une famille ouvrière. Aucun de mes deux parents n’a obtenu son diplôme d’études secondaires. Tous deux étaient ouvriers d’usine. J’ai grandi avec une conscience aiguë des préjugés et des préjudices de classe. J’ai eu la chance d’aller à l’université, grâce à une bourse sportive. Sans cela, je n’aurais pas pu y aller. Une fois au collège, j’ai développé un désir insatiable d’apprendre presque tout. Comme c’était dans les années 1960 et que j’étais à l’UC Berkeley, ce désir de savoir, de comprendre, a également pris un caractère politique, même si je n’ai pas participé activement aux manifestations ou aux aventures des étudiants. Les années 60 furent aussi une période de désillusion, alors que j’étais témoin des idéaux et de la promesse d’une l’Amérique pourrie au milieu des assassinats et d’une guerre que la majorité ne voulait pas, tout en voyant les mouvements sociaux se mobiliser pour défendre leurs droits. J’ai travaillé pendant un été à Washington DC en 1967 et j’ai vu la ville et d’autres villes brûler cette année-là, en écoutant les débats au Congrès qui m’ont convaincu que ces politiciens n’avaient aucune idée de la réalité de leur propre pays et s’en souciaient encore moins. Incapable de trouver un emploi à la fin de mes études, j’ai accepté une bourse complète pour étudier l’économie. Mais je ne me suis jamais senti à l’aise parmi les intellectuels de la classe moyenne ou des universités. J’ai travaillé avec des représentants syndicaux des métallos, j’ai appris à organiser et à offrir en échange mes compétences en recherche et en rédaction. J’ai voyagé pendant plus d’un an. À Londres, j’ai été témoin du pouvoir des syndicats qui se sont rassemblés pour manifester et protester contre les manœuvres visant à contrôler leurs salaires et leurs revenus. Je suis retourné aux États-Unis et je suis devenu moi-même organisateur syndical, travaillant pour quatre syndicats différents : sidérurgistes, employés du secteur public, employés d’hôtels, barmen et travailleurs des communications. J’avais l’impression d’être « rentré à la maison » et je croyais que le mouvement syndical était l’endroit où un changement social fondamental pourrait être apporté. J’ai appris toutes les règles. Pas seulement en organisant, où j’ai eu beaucoup de succès. J’ai négocié des conventions collectives. J’ai mené et coordonné des grèves. J’ai enseigné aux stewards. J’ai traité des griefs et des dossiers d’arbitrage. J’ai représenté ma section locale en tant que président élu, que j’ai fait passer personnellement de 3 membres à plus de 2000, et j’ai participé en tant que délégué aux conseils centraux du travail et aux congrès nationaux. C’était dans les années 70 et au début des années 80, quand les travailleurs étaient encore déterminés et prêts à riposter. J’ai aussi appris les limites profondes de l’organisation syndicale dans le contexte, car mon approche à la base, qui reposait sur ce que les membres voulaient faire, se heurtait souvent aux dirigeants syndicaux internationaux de haut niveau qui voulaient plus de coopération avec les employeurs. Et quand je ne voulais pas adhérer à leur idée de ce que devrait être un syndicat, j’ai découvert leur pouvoir et leur colère, à maintes reprises. Lorsque je n’ai pas voulu coopérer la dernière fois comme ils le voulaient, j’ai été expulsé du travail syndical alors que j’étais un dirigeant syndical élu, j’ai été mis au chômage et empêché de travailler pour d’autres syndicats. Mais cette histoire n’est pas arrivée uniquement à moi, mais à beaucoup d’autres à l’époque, et encore aujourd’hui.

J’ai quitté le travail syndical lorsque la récession et la disparition du travail ont commencé dans les années 1980, la « grande déviation » comme je l’appelle. Avec une famille à nourrir et des enfants à élever, et n’étant plus autorisé à travailler pour d’autres syndicats, j’ai utilisé mes compétences en recherche, en économie et en rédaction pour travailler dans l’industrie émergente des nouvelles technologies, où j’ai travaillé pendant 19 ans comme économiste et analyste de marché pour des jeunes entreprises technologiques internationales. J’ai appris comment ces « autres » pensent, planifient et élaborent des stratégies dans ce processus. Ils sont tout à fait prévisibles. Ces connaissances m’ont été très utiles tout au long de ma vie, au moins aussi utiles que tout ce que j’ai appris au cours des quinze années où j’ai travaillé pour le mouvement syndical.

J’ai quitté la technologie et le travail pour des entreprises lors de l’effondrement de la bulle Internet en 2000-01. J’ai vu que de grands changements dans la démocratie américaine allaient se produire après que Bush eut obtenu la présidence en 2000 et que l’économie capitaliste entrait dans une phase d’instabilité croissante. Il était clair que la guerre reprenait, ce qu’elle a fait en Irak en 2003, et elle ne s’est pas encore arrêtée au Moyen-Orient. Et elle est probablement planifiée à long terme pour l’Asie aussi.

J’ai écrit des romans de fiction sur le monde du travail et de la politique jusqu’à mon entrée dans le monde académique en 2006, bien au-delà de l’âge de 50 ans, en tant que professeur auxiliaire d’économie travaillant à temps partiel pour payer ses factures tout en écrivant des livres et des articles sur l’économie, la politique américaine et le mouvement ouvrier. Pendant un certain temps, j’ai également été premier vice-président national de la National Writers Union, une section locale de l’UAW (ndlr : United Auto Workers, l’un des plus importants syndicats de travailleurs d’Amérique du Nord). L’expérience a été semblable à celle de mes années syndicales antérieures, et tout aussi décevante. Néanmoins, plus tard, j’ai quand même aidé à organiser un syndicat pour les professeurs auxiliaires du collège où je travaillais et j’ai siégé brièvement à son comité de négociation. Tout au long de ma vie, j’ai été témoin de la lente décadence et de la détérioration d’un mouvement syndical énergique et militant, même s’il reste encore des poches de ce qu’il était à l’échelle locale.

Après 2007, devenu professeur, j’avais depuis longtemps l’impression que les économistes universitaires et les économistes traditionnels ne savaient pas vraiment ce qu’il se passait. Ils étaient confus dans leurs théories économiques archaïques, dépassées et chargées d’idéologie. Les événements de 2008 et après ont confirmé ce point de vue. Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été critique à l’égard de l’économie traditionnelle, depuis l’époque de Berkeley. Il était temps de commencer à la critiquer, en montrant le fonctionnement réel de l’économie capitaliste au XXIe siècle, comment les élites américaines maintenaient leur empire économique mondial, et en essayant d’expliquer comment et pourquoi le mouvement syndical avait décliné, un travail toujours en cours. Plus important encore, ce qu’il faut faire à propos de tout cela. J’essaie dans tous mes travaux d’offrir des solutions et des propositions aux crises qui surviennent.

En y repensant, j’ai connu plusieurs seuils et tournants dans ma vie quand j’ai eu de la chance et que je suis allé à l’université juste parce que je pouvais jouer au football ; quand j’ai été témoin des événements de la fin des années 1960 aux États-Unis et à Washington à un âge impressionnable ; lorsque j’ai rencontré les militants du syndicat des métallos et que je me suis tourné vers le mouvement syndical pendant plus d’une décennie au cours d’une phase de « passage à l’âge adulte » ; quand je suis parti par obligation et que j’ai vu de mes propres yeux comment « l’autre classe » pense et travaille ; et quand j’ai quitté tout cela pour écrire et parler.

Lutter contre les préjugés de classe pour défendre ce que je considère comme « mon peuple » fait partie de ma « quête », je suppose. Je ne crois pas beaucoup à cette grande diversion appelée « politique identitaire », qui fragmente et désunit les gens, les retourne les uns contre les autres, au lieu de les unir sous une seule bannière de l’opposition. Ma quête est peut-être aussi de révéler la vérité sur la façon dont le système capitaliste fonctionne derrière ses nombreux camouflages qui confondent les gens, et de révéler pourquoi il est par nature sujet à la guerre et à l’instabilité économique. Je suppose que la « quête » est aussi d’apporter une petite contribution au changement fondamental qui profitera à ceux qui en sont les victimes.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

Qui est le Dr. Jack Rasmus ?

Jack Rasmus, docteur en économie politique, enseigne l’économie et la politique au St. Mary’s College en Californie. Il est l’auteur et le producteur des divers ouvrages de non-fiction et de fiction, y compris les livres : « Obama’s Economy: Recovery for the Few », Pluto Press, 2012 ; « Epic Recession: Prelude to Global Depression », Pluto Press, 2010 ; et « The War at Home: The Corporate Offensive from Ronald Reagan to George W. Bush », Kyklosproductions, 2006. Il a écrit et produit plusieurs pièces de théâtre, dont « Fire on Pier 32 » et « 1934 ». Jack est l’animateur de l’émission de radio hebdomadaire, Alternative Visions, sur Progressive Radio Network, et un journaliste écrivant sur des questions économiques, politiques et du travail pour divers magazines, notamment « Z » magazine, « Against the Current », « In These Times » et autres. Avant d’occuper ses fonctions actuelles d’auteur, de journaliste et d’animateur radio, Jack a été économiste et analyste de marché dans plusieurs entreprises internationales pendant 18 ans et, pendant plus d’une décennie, président de syndicat local, vice-président, négociateur de contrat et organisateur pour plusieurs syndicats dont UAW, CWA, SEIU, et HERE.

Le site web de Jack est www.kyklosproductions.com où ses articles publiés, ses interviews radiotélévisées, ses pièces de théâtre et ses critiques de livres peuvent être téléchargés.

Il tient également un blog jackrasmus.com où des commentaires hebdomadaires sur les questions économiques américaines et mondiales sont disponibles.

Jack est le propriétaire et le directeur de Kyklos Productions LLC, qui produit des pièces de théâtre, des vidéos, des CD de musique et des livres. Kyklos Productions fournit également des services de conseil et de production pour la création de CD vidéo et musicaux.

Reçu de Mohsen Abdelmoumen pour publication

Source : Mohsen Abdelmoumen
https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.