Aller à…
RSS Feed

En Irak, ils reprennent « Bella Ciao » façon « Casa de Papel » pour dénoncer le régime



Publié par Gilles Munier sur 18 Novembre 2019, 09:42am

Catégories : #Irak

Le célèbre chant italien révolutionnaire, remis au goût du jour par la série espagnole, n’en finit pas de servir d’étendard.

Par Matthieu Balu (revue de presse – Le HuffPost -17/11/19)*

Tout y est. En combinaisons rouges, masques de Dali couvrant leurs visages, ils entonnent un “Bella Ciao” revisité en arabe et avec les codes de la série espagnole “La Casa de Papel”: des jeunes du nord de l’Irak font la “révolution” en vidéo, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête de cet article.

Ils partagent les mêmes maux et revendications que les manifestants à Bagdad ou dans le sud chiite gagné par la contestation. Mais à Mossoul, un temps “capitale” du groupe Etat islamique (EI) en Irak, les habitants disent craindre de sortir dans les rues pour faire, eux aussi, leur “révolution” à cause de pressions sociales et politiques.

C’est en endossant la tenue des braqueurs de la série culte “La Casa de Papel” et en reprenant l’hymne antifasciste de la Seconde Guerre mondiale qu’un groupe de jeunes affiche son soutien au mouvement de contestation qui embrase le reste du pays depuis le 1er octobre.

“Bella ciao” est devenu “Blaya Chara” ?“pas d’issue” en dialecte irakien?, le “Professeur” de la série Netflix brandit des banderoles “Justice pour les martyrs” et un chanteur blotti sous une couverture entonne: “pas de chauffage, pas un sou en poche”.

Vue des centaines de milliers de fois malgré le blocus des autorités sur les réseaux sociaux, la vidéo de la petite troupe de Mohammed Bakri a rapidement connu le succès en Irak, où le mouvement inédit de contestation réclame la “chute du régime”.

À Mossoul “on ne peut pas manifester”

“On a acheté des vêtements d’occasion, on a peint nous-mêmes nos masques et on a tourné dans la rue ou dans nos maisons”, raconte ce chanteur et acteur amateur de 26 ans.

Acteur à la scène et instituteur bouclant difficilement les fins de mois à la ville, lui, comme les 13 autres membres de sa troupe montée en 2016, ne rêve que d’une chose: défiler avec Bagdad et le sud.

Mais à Mossoul, “on ne peut pas manifester”, confie ce père de deux enfants à la petite barbe taillée de près. Dans le nord et l’ouest du pays, majoritairement sunnites et repris il y a presque deux ans à l’EI, les habitants disent que s’ils descendaient dans les rues, la répression chez eux serait bien pire.

Les protestataires sont en effet souvent accusés par leurs détracteurs d’être des jihadistes ou des partisans du dictateur déchu Saddam Hussein, un sunnite originaire d’une région au nord de Bagdad.

Des allégations que personne ne prend à la légère alors que les autorités ont annoncé que les “saboteurs” qui infiltrent selon elles les manifestations seraient jugés sous le coup de la loi antiterroriste, qui prévoit au pire la mort, au mieux la perpétuité. “Mais avec notre art, on soutient (le mouvement) à notre façon, et je pense que comme ça, on parle aux noms de tous les Irakiens”, poursuit Mohammed.

Il fallait que Mossoul soit présente, renchérit Abderrahmane al-Rubaye, 25 ans, le réalisateur du clip. Tout s’est fait dans l’urgence pour dire aux manifestants ailleurs dans le pays qu’“on est de tout coeur avec eux”. “On a bouclé notre clip en 12 heures”, se félicite-t-il. …(…)…

*Source et suite sur : HuffPost

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.