Aller à…
RSS Feed

En voulant adhérer à l’OTAN, la Suède et la Finlande se jettent au bord du gouffre


Le Cri

Le Cri des Peuples
En voulant adhérer à l’OTAN, la Suède et la Finlande se jettent au bord du gouffre

lecridespeuples

Mai 23
En décidant de détruire leurs relations avec la Russie, les dirigeants suédois et finlandais entraînent leur peuple sur une voie dangereuse.

La neutralité a été abandonnée sans autre raison objective que la russophobie dictée par les Américains.

Par Robert Bridge

Source : RT,

Traduction : lecridespeuples.fr

Robert Bridge est un écrivain et journaliste américain. Il est l’auteur de Minuit dans l’empire américain : Comment les entreprises et leurs serviteurs politiques détruisent le rêve américain.

Un soldat de la Garde nationale suédoise tire un coup de feu alors qu’il participe à un exercice de terrain près de Visby, sur l’île suédoise de Gotland, le 17 mai 2022.

La Suède et la Finlande ont rompu leur statut de neutralité et demandent leur adhésion à l’OTAN en réponse à l’opération militaire de la Russie en Ukraine. C’est le dernier signe en date que des pays entiers se laissent prendre au piège du laïus anti-russe des médias.

Après des années de relations relativement calmes avec Moscou, Stockholm et Helsinki ont mis leur neutralité de côté en faisant la queue au guichet de l’OTAN pour adhérer au bloc militaire. Désormais, les deux pays vont effectivement perdre leur sécurité et leur souveraineté, sans parler des dépenses supplémentaires, juste pour devenir des serviteurs sous contrat du complexe militaro-industriel américain. Et, comme si cela ne suffisait pas à les « récompenser » de leur adhésion à l’OTAN, ils porteront également une cible beaucoup plus visible sur leur dos si à Dieu ne plaise les choses tournent mal entre la Russie et l’Occident.

Il n’était pas nécessaire qu’il en soit ainsi, bien sûr. La Suède n’a pas engagé la Russie sur le champ de bataille depuis la guerre dite de Finlande (1808-09), qui a vu l’Empire russe annexer la Finlande qui appartenait alors à Stockholm. Par la suite, l’empire scandinave a perdu son statut de grande puissance européenne. Bien que certains passionnés d’histoire puissent s’indigner de ce chapitre humiliant de l’histoire de la Suède et de la Finlande, qui a contribué à mettre la Moscovie sur la voie du statut de superpuissance, cela ne semble pas être une raison pour tirer sur la gâchette des relations avec la Russie aujourd’hui.

Du côté d’Helsinki, la dernière fois que la Finlande et l’Union soviétique se sont affrontées militairement, c’était lorsque la Finlande s’est rangée du côté de l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale, en partie pour reprendre les territoires saisis par les Soviétiques pendant la guerre d’hiver de 1939. À l’époque, les Soviétiques, qui cherchaient à créer une zone tampon autour de Leningrad (l’actuelle Saint-Pétersbourg), avaient exigé que la Finlande se sépare de certaines terres marécageuses à cette fin. Après le refus des Finlandais, les Soviétiques ont attaqué, ce qui a donné lieu à une guerre courte et sanglante. Dans un souci d’exactitude historique, toutefois, la guerre d’hiver a été menée par l’Union soviétique multinationale, alors dirigée par un Géorgien. Et non la Fédération de Russie, l’État moderne né des cendres de l’empire soviétique vaincu en 1991.

Bien qu’un calme relatif règne entre la Russie et ses voisins du nord depuis de nombreuses décennies, des efforts sournois sont déployés depuis longtemps pour présenter la Russie comme tapie dans l’ombre, prête à bondir sur une proie sans méfiance à tout moment. En effet, la nouvelle forme de divertissement occidental pour les jeunes et les moins jeunes est le porno de la peur anti-Russie, dans lequel n’importe qui est autorisé à se livrer à ses tendances xénophobes sans aucune conséquence apparente.

En 2014, par exemple, les médias occidentaux ont plongé le public suédois dans un léger état de panique à la suite de prétendues observations d’un sous-marin russe au large des côtes de Stockholm. À l’instar de la célèbre émission de radio d’Orson Welles en 1938 sur une invasion extraterrestre fictive, que de nombreux auditeurs horrifiés de l’époque ont pris pour réelle, la seule chose que la « Poursuite d’Octobre Rouge » a produite est une population alarmée. Les rapports médiatiques non corroborés d’un insaisissable vaisseau russe rôdant dans les eaux de l’empire IKEA ont contribué à conditionner les Suédois à l’idée fausse que la Russie (par opposition à l’OTAN qui s’étend de plus en plus) était la menace ultime pour la paix mondiale.

C’est le genre de propagande qui fut poussée lorsque les habitants de Crimée ont voté massivement lors d’un référendum en 2014 pour rejoindre la Fédération de Russie. L’intégration pacifique de la péninsule, que l’Occident a refusé de reconnaître, est intervenue après qu’un coup d’État soutenu par les États-Unis à Kiev a renversé le gouvernement démocratiquement élu de Viktor Ianoukovitch. Cette ingérence éhontée dans les affaires d’un État étranger, qui a vu des politiciens américains agiter les foules à Kiev contre le gouvernement légitime, a déclenché une vague de violence dans toute l’Ukraine, dont une grande partie a visé, au cours des huit dernières années, la région russophone d’Ukraine orientale connue sous le nom de Donbass.

Cependant, les médias occidentaux, comme à leur habitude, n’ont jamais replacé l' »invasion de la Crimée » par la Russie, ni l’opération spéciale en cours, dans un contexte approprié, préférant tout ramener à la menace amorphe de l' »agression russe ». C’est cette sorte de russophobie myope induite par les médias qui a permis à la Suède de tenir sur son territoire Aurora 17, un exercice militaire à grande échelle de trois semaines auquel participent de nombreux États de l’OTAN, dont, bien sûr, les États-Unis. La Finlande, à l’époque également un État ostensiblement neutre, a également participé à l’événement de 2017.

Ceux qui pensent que l’OTAN pourrait aujourd’hui envisager de se calmer dans ses jeux de guerre près de la frontière russe, surtout à la lumière des récents événements, doivent se raviser. L’Estonie accueille actuellement l’un des plus grands exercices militaires dans les pays baltes depuis 1991. Sous le nom de code Hedgehog (« Hérisson »), ces manœuvres impliquent 15 000 soldats de 10 pays, dont la Finlande et la Suède, et se déroulent à seulement 64 kilomètres de la base militaire russe la plus proche.

Ironiquement, étant donné que c’est l’OTAN qui empiète sur la Russie et non l’inverse, les jeux sont conçus pour simuler « une attaque de la Russie sur l’Estonie. » Le fait que les exercices aient été planifiés avant le début de l’offensive russe en Ukraine, le 24 février, vient étayer l’argument de Moscou selon lequel l’OTAN constitue une menace existentielle pour la Russie et aurait dû être dissoute immédiatement après l’effondrement de l’Union soviétique en 1991.

À ce stade, nous ne pouvons qu’émettre des hypothèses sur ce qui pousserait Stockholm et Helsinki à tourner le dos à l’ultime abri contre les retombées connues sous le nom de « neutralité » dans ce qui devient un jeu d’intimidation de plus en plus dangereux avec une Russie dotée de l’arme nucléaire. La campagne médiatique anti-russe a-t-elle été si efficace que l’adhésion à l’OTAN semble désormais être la seule solution ? Pour les gens ordinaires, dont la seule source d’information dans ces pays est favorable à l’OTAN (d’autant plus que RT a été commodément réduite au silence dans une grande partie de l’Europe), cela serait logique. Mais les politiciens et les responsables politiques de haut niveau, qui devraient avoir une meilleure compréhension de l’impasse Ukraine-Russie, savent certainement que la situation ne peut pas être simplement réduite au croquemitaine de « l’agression russe ».

Non, quelque chose d’autre doit être en jeu ici. Il est difficile de dire si ce « quelque chose » est la promesse de ristournes provenant des énormes dépenses militaires qui s’ensuivront, ou peut-être des pressions plus primitives exercées en coulisses. Il s’agit probablement d’une combinaison de ces deux facteurs, avec une forte dose de russophobie pour rendre la pilule plus douce à avaler. Quoi qu’il en soit, les peuples suédois et finlandais sont entraînés sur une voie dangereuse par des dirigeants qui n’ont manifestement pas leurs intérêts à cœur.
Commentaire

Tip icon image Vous pouvez également répondre à cet e-mail pour laisser un commentaire.

Désabonnez-vous pour ne plus recevoir d’articles de Le Cri des Peuples.
Modifiez vos réglages d’e-mail à la page de gestion des abonnements.

Le lien ne fonctionne pas ? Copiez et collez cette URL dans votre navigateur :
En voulant adhérer à l’OTAN, la Suède et la Finlande se jettent au bord du gouffre
Propulsé par WordPress.com
Télécharger depuis l’App Store Télécharger depuis Google Play

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x