Aller à…
RSS Feed

Evêques enlevés en Syrie: Moscou œuvre pour la libération.


Evêques enlevés en Syrie: Moscou œuvre pour la libération© AFP/ Louai Beshara
 
MOSCOU, 26 avril – RIA Novosti

Moscou œuvre pour la libération de deux évêques orthodoxes enlevés en Syrie le 24 avril, a annoncé vendredi le ministère russe des Affaires étrangères.

« Le sort de deux évêques chrétiens, Paul Yazigi et Youhanna Ibrahim, qui ont été enlevés par des extrémistes le 24 avril non loin d’Alep et dont le sort demeure inconnu, suscite notre grande inquiétude. La Russie fait tout pour la libération immédiate de ces ecclésiastiques et appelle ceux qui peuvent influer sur les ravisseurs à œuvrer pour le règlement du problème des deux prêtres », a indiqué le ministère sur son site internet.

Les médias turcs ont rapporté vendredi que les deux évêques avaient été libérés vendredi matin. Mais l’Eglise orthodoxe russe et le Patriarcat d’Antioche n’ont pas confirmé cette information.

Des hommes armés ont enlevé Mgr Paul Yazigi, métropolite d’Alep pour les grecs orthodoxes d’Antioche, et Mgr Youhanna Ibrahim, évêque d’Alep pour les syriaques orthodoxes, le 24 avril dernier alors que les deux prélats menaient des opérations humanitaires dans le village de Kafr Dael dans la province d’Alep.

« Nous sommes préoccupés par les tentatives de groupes « d’opposition » armés de conférer un caractère religieux au conflit syrien. Les destructions importantes causées par les membres de l’organisation terroriste Jabhat al-Nusra à la Grande mosquée des Omeyyades d’Alep, un monument culturel classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO, sont un signe alarmant qui témoigne de l’intention d’attiser la haine interconfessionnelle dans le pays », a ajouté le ministère.

« La seule voie menant à l’arrêt des hostilités et mettant fin aux souffrances des civils passe par le lancement d’un dialogue politique national syrien sur la base des ententes de Genève », a conclu le ministère.

Réuni le 30 juin 2012 à Genève, le Groupe d’action sur la Syrie, comprenant les ministres des Affaires étrangères des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’Onu, de la Turquie et de pays de la Ligue arabe, a formulé les principes de règlement de la crise syrienne.