Aller à…
RSS Feed

Formidable prestation de Michel Collon, hier soir à Ce soir ou jamais de Taddeï, contre l’OTAN


disponible sur

http://mecanoblog.wordpress.com/

Formidable prestation de Michel Collon, hier soir à Ce soir ou
jamais de Taddeï.

Le plateau d’invités s’est transformé – comme jamais – grâce à
4 d’entre eux en un véritable tribunal international contre l’OTAN,
l’impérialisme américain et la CIA!


Michel, conforté dans ses dénonciations par trois autres invités
Slobodan  Despot, Thomas Rabino et Aminata Traoré, cela ne
s’était encore jamais produit!

Hier soir , c’était CE SOIR OU du JAMAIS vu ! Les potiches de
l’OTAN sur le plateau en avaient les yeux écarquillés de stupeur.

Taddeï va sûrement se faire tirer les oreilles par la direction de
la chaîne sur les injonctions de l’ambassade américaine.

A  DIFFUSER  SANS  MODERATION


*****************************************************************************************************************************
csoj II. DEUXIEME PARTIE : L’OTAN, « La guerre, c’est nous ou les autres ? »

Michel Collon
Journaliste

Fondateur en 2004 de l’association « Investig’action », qui a pour objectif « de décoder l’information et de diffuser des textes de citoyens qui n’ont pas voix dans les médias traditionnels ». Après notamment « Attention, médias ! Médiamensonges du golfe », « Monopoly, l’Otan à la conquête du monde », « les sept pêchés capitaux d’Hugo Chavez » et « Israël, parlons en ! », il a publié « Libye, Otan et Médiamensonges », résultante de plusieurs voyages en Libye et d’une analyse minutieuse de la couverture médiatique de la guerre qu’on peut résumer par ces mots : « ce n’était pas une guerre juste, ce n’était pas une guerre légale, ce n’était pas une guerre morale. » et « La stratégie du chaos » un livre d’entretien avec Mohamed Hassan, (prédicateur musulman, de nationalité égyptienne) qui analyse les nouveaux rapports Nord – Sud suite à la « stratégie du choc » caractérisé par Bush frappant l’Irak et l’Afghanistan.

Donald Morrison
Journaliste

Il a travaillé à New York, Melbourne, Hong Kong et Londres avant de s’installer à Paris. Il écrit régulièrement pour l’hebdomadaire américain Time ainsi que pour le New York Times et le Financial Times, notamment sur les questions culturelles. C’est d’ailleurs pour le «  Time » qu’il a écrit, en décembre 2007, un article intitulé « La mort de la culture française » dans lequel il soulignait le déclin de la production culturelle française qui depuis des années ne rayonne plus, selon lui, dans le monde. Un an plus tard il publiait « Que reste t-il de la culture française ? » où il revenait sur les réactions démesurées des médias français au moment de la parution de l’article et une preuve, selon lui que la France a véritablement perdu de son rayonnement culturel. Mais il est aussi l’auteur de « Comment Obama a perdu l’Amérique » où en tant qu’ancien ardent soutien à Obama, il s’étonne du regard des Français qui, à trop projeter sur la scène politique d’outre-Atlantique leurs propres attentes, en arrivent à se méprendre totalement sur l’action et le bilan du président sortant.
Anne Nivat
Journaliste

Grand reporter, lauréate du prix Albert Londres en 2000 pour son livre « Chienne de guerre : une femme reporter en Tchétchénie », elle se rend très régulièrement sur les différents terrains de guerre du globe que ce soit en Afghanistan, au Pakistan, en Irak ou en ex-Urss, d’ailleurs  elle était encore la semaine dernière à Islamabad. Après, « Islamistes : comment ils nous voient », « Par les monts et les plaines d’Asie Centrale » ou encore « Bagdad zone rouge », elle a publié en octobre dernier « Les brouillards de la guerre » (Fayard), le récit de sonimmersion entre la population locale et les militaires, dans la zone, très hostile, de Kandahar, en Afghanistan.

Laurent Artur du Plessis
Journaliste et essayiste

Il a travaillé 13 ans au Figaro Magazine avant de publier un roman, Le Fou d’Allah , puis cinq essais de géopolitique : La troisième Guerre Mondiale a commencé, Islam-Occident, la guerre totale , 10 questions sur la Turquie et 10 réponses dérangeantes , L’Iran dans la troisième guerre mondiale et De la crise à la guerre : la faillite des élites . Dans ce dernier ouvrage, il constate que ses conclusions précédentes, notamment l’imminence d’une crise économique mondiale de grande envergure et la montée d’antagonismes irréconciliables entre Orient et Occident, ont été confirmées en dépit de ce qu’en pensaient ses détracteurs. En se basant sur l’exemple antérieur de la crise de 1929 et de ses conséquences sur la politique mondiale, il promet également un «  chaos mondial » pour les mois ou années à venir.

Aminata Traoré
Anciennne ministre de la culture malienne et écrivain

Elle est l’une des figures du mouvement alter-mondialiste, engagée dans le combat contre le libéralisme qu’elle considère comme responsable du maintien de la pauvreté au Mali et en Afrique en général. Le Mali justement, c’est le pays dont elle est originaire et dont elle a été ministre de la culture sous la présidence d’Alpha Oumar Konaré, entre 1997 et 2000. Auteur, notamment de « l’Afrique Humiliée » dans lequel elle critique vivement le discours « raciste et néocolonialiste » de Nicolas Sarkozy à Dakar en juillet 2007. Elle voit aujourd’hui dans l’instabilité ayant gagné le Mali ces derniers mois « Un contrecoup de la guerre de l’Otan en Libye », la conséquence directe de l’intervention militaire occidentale qui a précipité la chute du dictateur Kadhafi comme elle l’explique dans un entretien accordée au journal « l’humanité  » le 22 mars dernier. Enfin, le 24 mai paraîtra « L’Afrique mutilée », qu’elle a écrit avec Nathalie M’Dela Mounier. Ce sera le premier titre des éditions Taama qu’elle a crée Bamako et qui reviendra sur les conflits qui agitent aujourd’hui son pays.
Thomas Rabino
Historien

Spécialiste de la Résistance et de l’Histoire américaine. Il a collaboré au Dictionnaire historique de la Résistance, publié Le Réseau Carte, histoire d’un réseau de la Résistance antiallemand, antigaulliste, anticommuniste et anticollaborationniste et l’année dernière « De la guerre en Amérique » (Perrin), un Essai sur la culture de guerre. Dans ce dernier ouvrage, né de sept années de recherche, il analyse la «  culture de guerre » américaine, omniprésente car nourrie par le système économique et politique, des discours officiels à l’industrie du divertissement. Une culture de guerre remobilisée au moment des attentats du 11 septembre, mais constitutive de l’histoire américaine, peu contrée par des sursauts antimilitaristes ponctuels – ces deux camps inégaux s’adaptant en permanence aux nouveaux médias. Il rappelle ainsi que depuis leur naissance, les Etats-Unis ont lancé une campagne ou opération militaire d’envergure tous les quatre ans, et même une tous les 30 mois depuis 1941.
Catherine Grandperrier
Géopoliticienne

Chercheur spécialiste des questions de stratégie et de défense, membre de l’East West Institute et l’auteur d’essais tels que « concept d’une défense nucléaire et désarmement », « regards croisés sur un Iran nucléaire » mais également l’auteur du « Nouveau concept de l’Otan et la défense de l’Europe » où elle revient notamment sur les divisions entre les alliés à propos, entre autres, du futur du nucléaire ou du rôle de la Russie et récemment de « L’Eurasie : perspectives et enjeux géopolitiques ».

Slobodan Despot
Editeur et écrivain

On peut le qualifier sans peine d’anticonformiste. Il a notamment été édité en Français et en Anglais les œuvres complètes d’Unabomber, ce terroriste américain hostile à la technologie qui envoyait des colis piégés à des sommités scientifiques. Il a écrit de nombreux essais, dont « La Signification du Kosovo dans l’histoire du peuple serbe » et « Valais Mystique, 24 Itinéraires spirituels », et a publié en 2010, aux éditions Xénia qu’il dirige, un recueil fortement autobiographique, « Despotica  » qu’il présente comme un « manifeste en faveur de la liberté de pensée », un cahier d’idées et de réflexions où l’on peut retrouver Notes de voyage, pamphlets, portraits, critique
Littéraire ou des chroniques qui proviennent de son blog, lui aussi intitulé despotica.