Aller à…
RSS Feed

Gregorios III : « une dictature de la presse sur la crise syrienne »


 Gregorios III : « une dictature de la presse sur la crise syrienne »
Mercredi 9 mai 2012

Gregorios III« Il n’y a plus de Révolution, il n’y a plus de manifestations. Il y a seulement du banditisme et le monde entier refuse de le reconnaître ». Ces paroles ne sont pas celles du président syrien Bachar el-Assad, ni celles d’un de ses ministres, ou celles d’un membre d’un quelconque gouvernement arabe soutien du régime, mais celles du patriarche de l’Église grecque-catholique melkite, dont la résidence est à Damas.

 

Le prélat n’a pas fait usage de termes vagues pour décrire l’actuel état de crise dans lequel se trouve plongé la Syrie : « des éléments étrangers sont entrés dans le pays et ont même commencé à frapper les chrétiens, qui ont dû quitter Homs étant donné la dangerosité de la situation », a expliqué le patriarche qui n’a pas caché une certaine insatisfaction vis-à-vis de la situation jugée trop souple du Vatican à son égard. Grégoire III s’en est pris ensuite à la presse européenne avec laquelle il a eu affaire lors de récentes visites sur le Vieux Continent pour raconter ce qui était justement en train de se passer en Syrie. « Je n’excuse pas le régime comme j’ai pu l’entendre en France, mais je soutiens une réalité. Les journaux sont stéréotypés, ont des sources uniques et ne sont prêts à écouter personne, pas même moi », a avancé le prélat qui n’ pas hésité à parler d’une vraie« dictature de la presse au service des États-Unis ». Le patriarche a même raconté une anecdote arrivée au neveu d’un évêque travaillant à Dubaï (Émirats arabes unis), qui, alors qu’il se rendait un jour à son travail, a entendu derrière lui un homme annoncer au téléphone qu’il se trouvait à Homs, pendant que les troupes gouvernementales faisaient l’assaut de la ville, en tuant femmes et enfants.

 

« On a parlé de complot, mais c’est bien plus grave que cela : il y a une volonté internationale de nuire à la Syrie », a encore affirmé Grégoire III tout en se demandant comment certains États pouvaient changer en peu de mois « le régime qui a tant fait pour sa population », alors que ces mêmes Etats ne réussissent pas à mettre fin au conflit israélo-palestinien.  « Aucune sanction n’a été approuvée contre les colonies israéliennes, a-t-il ajouté, alors qu’elles sont illégales. Tout le monde en est persuadé mais personne ne fait rien ».

 

Enfin, répondant à une question des journalistes relative aux actions de l’armée syrienne vis-à-vis de la population, le patriarche n’a pas hésité à affirmer que l’intervention des forces armées a été « tardive et trop légère »pour espérer mettre fin aux violences des bandes rebelles.

 

Un témoignage important sur la situation réelle de la Syrie qui tranche singulièrement avec ce qu’on peut trouver dans les principaux media, lesquels ne se préoccupent décidément pas d’informations claires et objectives.

 

Capitaine Martin

Une réponse “Gregorios III : « une dictature de la presse sur la crise syrienne »”

  1. Francenaldo Amorim
    mai 10, 2012 à 4:38

    La vérité c´est celle-ci que mr. le Patriarche a écrit: Les sionistes sont en train de faire un complot, pour neo-coloniser le Moyen orient et le nord et Centre d´ Afrique. Ils ont l ´intention d’afrfaiblir les nations, usant les séparatismes tribaux,( Lybie), religeux (Syrie), étniques ( Soudan/Mali/Algérie), causant le chaos, dans le moment que les sionistes de l´ ouest arment les groupes de l´opposition, les terroristes, bandits..etc…afin de provoquer le chaos social. Ça c´ est la nouvelle politique des pays de l ´OTAN, marionnettes du sionisme international
    Quoi faire pour combattre ces démons sionistes ? Dans le cas de la Syrie, il faut pas composer avec eux, il faut les chasser et exterminer dans la Syrie, ils sont ce quíl y a de pire dans le monde, ils vivent de la guerre, du chaos, du vol, ils sont des vrais prédateurs.
    Le peuple de la Syrie, ne peut pas rester à la merci des ces terroristes, mercenaires des sionistes qui même representant une minorité, veulent prendre le pouvoir par la force et par la peur. Alors ils trucident les gens qui s´opposent a leur radicalisme religieux,
    Ils faut les exécuter en place publique. Le peuple de la Syrie doit sentir la force de son gouvernement, Pas de pitié..il faut attaquer les sanctuaires em Turquie, même qui ça deviennent une guerre plus dure et cruelle. Mais une situation d´ attentats comme les terrorristes sont en train de faire, il ne faut pas admettre. La Syrie doit demander aide à la Russie,et à l’ Iran, pour , l´appui dans une mesure militaire plus dure, dans les champs de terorristes (Sanctuaires), en Turquie. L´ ONU doit être averti, que les champs des terroristes vont être attaqués et annihilés, et la Turcque sera responsable de tout le malheur et gémocides qui vont aussi arriver a la Turquie, a la Syrie, à l’ Iran, et a Israel. Parce ce dernier qui cause tout ce malheur autour d´ eux, vont pas rester dehors.