Aller à…
RSS Feed

Guerre contre la Syrie : Qui est Abou Mohammad Al Joulani, chef du Front al-Nosra ?


Le 25 octobre – un vendredi, jour de prière pour les Musulmans – la télévision d’Etat syrienne a annoncé la mort près de Lattaquié  de Abou Mohammad Al Joulani, chef de Jabhat Al Nosra . Le pouvoir cherchait sans doute à remonter le moral de ses sectateurs car l’information a été retirée le lendemain du site de l’agence de presse officielle SANA sans explication. De son côté, le Front Al Nosra a démenti la nouvelle, accusant les médias de propagande.

On sait peu de choses sur Abou Mohammad Al Joulani, surnommé « Cheikh Al Fateh » par ses partisans. Les miliciens combattent sous des noms de guerre pour des raisons de sécurité .

Selon des « responsables régionaux du renseignement » (1), le chef du Front Al Nosra aurait choisi de s’appeler Al Jolani parce qu’il est natif du plateau du Golan(Joulan en arabe)…

Abou Mohammad Al Joulani, âgé de 39 ans, professeur d’arabe classique, était Syrien. Il a rejoint Al-Qaïda  dès sa création par le jordanien Abou Moussab al-Zarqaoui et combattu les troupes d’occupation étasuniennes en Irak jusqu’en 2006. Son expérience l’a désigner pour conseiller au Liban Jund al-Sham (Soldats de la Syrie, au sens de Grande Syrie, c’est-à-dire comprenant au moins la Palestine, la Jordanie et le Liban).

Arrêté par l’armée américaine quelques mois plus tard à son retour en Irak, il a été emprisonné au camp Bucca, terrible pénitencier situé en plein désert près d’Oum Qasr, au sud de Bassora (2). Libéré en 2008, il a rejoint « L’Etat Islamique en Irak », dirigé par Abou Bakr al-Baghdadi (nom de guerre) qui l’a nommé chef des opérations pour la province de Ninive (Mossoul).

Se démarquer des pratiques de « L’Etat Islamique en Irak »

Pour se démarquer d’Abou Bakr al-Baghdadi et des pratiques barbares d’Al-Qaïda en Irak (AQI), Abou Mohammad Al Joulani a prêté allégeance à Ayman al-Zawahiri, successeur d’Oussama Ben Laden, et refusé d’adhérer à « L’Etat Islamique en Irak et au Levant», ce qui lui donne plus de marge de manœuvre.

Le Front Al Nosra est inscrit sur la liste des organisations terroristes du Département d’Etat américain et, depuis mai dernier, sur celle du Conseil de sécurité de l’ONU. On estime à 7 000 le nombre des combattants qui s’en réclament.

En septembre dernier un rapport de l’IHS Jane’s (institut et revue britanniques spécialisés dans le renseignement) estimait à 100 000 combattants en Syrie, répartis en un millier de brigades, dont un tiers se réclamant de l’Armée syrienne Libre (ALS). Depuis, les organisations les plus importantes ont quitté l’ALS pour créer une nouvelle coalition comprenant le Front Al Nosra. Pour les groupes islamiques radicaux, les « opposants » qui participeraient à la conférence de Genève-2 seront considérés comme des « traîtres » et, en conséquence, devront répondre de leurs actes devant des tribunaux. Inutile de dire que ces menaces en font réfléchir plus d’un.

Pour le communiste Qadri Jamil (3), vice-Premier ministre syrien, limogé dernièrement par Bachar Al Assad  pour s’être entretenu à Genève avec Robert Ford, responsable très controversé du dossier Syrie au Département d’Etat américain. Reste à savoir si son initiative genevoise n’est pas une manœuvre de Moscou – ou de Damas – pour diviser un peu plus l’opposition syrienne dite modérée.

Sources:
(1) Al Qaeda’s Nusra Front leader stays in Syria’s shadows, par Zeina Karam and Qassim Abdul-Zahra (The National – 4/11/13)
http://www.thenational.ae/world/middle-east/al-qaedas-nusra-front-leader-stays-in-syrias-shadows#ixzz2jkza5HGd
(2) Ce pénitencier qui a compté jusqu’à 28 000 prisonniers politiques, était décrit par le quotidien suisse Le Temps (6/11/09) comme « un authentique camp de concentration au plein sens du terme ». Les prisonniers y étaient enfermés, « sans jugement, sans avocat, sans même un mandat d’arrêt », dans des conteneurs et des tentes par 60° l’été et -10° la nuit, l’hiver.
(Résistants prisonniers : La grande évasion, par Gilles Munier – Afrique Asie – septembre 2010 : http://0z.fr/zFZ7x )
(3) Exclu en 2000 du Parti communiste syrien pour « trotskisme », Qadri Jamil – marié à la fille du Kurde Khalid Bagdache, secrétaire général du parti de 1936 à sa mort en 1995 – a fondé le Comité national pour l’unité des communistes syriens. Il est membre de la présidence du Front Populaire pour le Changement et la Libération qui regroupe des opposants proches du régime de Bachar al-Assad.
(4) Syrian government says war has reached stalemate (The Guardian – 19/9/13)
http://www.theguardian.com/world/2013/sep/19/syrian-government-civil-war-stalemate