Aller à…
RSS Feed

Histoire de la libération d’Anis Naccache


Publié par Gilles Munier sur 31 Mars 2021, 11:03am

Par Maurice Buttin*

Anis Naccache, ancien activiste de gauche, personnalité forte et véritable, est décédé le 22 février dernier, à Damas, des suites du coronavirus. Libanais de naissance, il est enterré le lendemain à Beyrouth.

Adolescent, il s’est engagé dans le Fatah, l’un des mouvements de libération de la Palestine. Il a combattu les forces armées israéliennes dans les années 1970. Puis, il a rejoint la résistance iranienne en 1978 et a célébré la révolution iranienne de l’imam Khomeini en 1979.

En juillet 1980, il reçoit mission, de Khomeini lui-même, d’aller assassiner à Paris Chapour Bakhtiar, le dernier Premier ministre du Shah d’Iran, réfugié politique en France depuis avril 1979.

Le 18 juillet, avec trois complices lourdement armés, il se présente au domicile de Chapour Bakhtiar à Neuilly-sur-Seine. L’immeuble est surveillé par des policiers. Se prétendant journaliste, le commando parvient à rentrer dans l’immeuble. Mais, pris de doute, l’un des policiers, Bernard Vigna, tente de le rejoindre. Il est abattu sur le champ ; en fait, grièvement blessé. Gagnant le 4ème étage, le commando tue un autre policier, Jean-Michel Jamme, blesse grièvement un troisième et tue une voisine, Yvonne Stein, qui sortait juste de son appartement… La tentative d’assassinat est manquée. Finalement arrêtés, Anis Naccache et ses acolytes sont condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité le 10 mai 1982, par la Cour d’Assises de Paris.

Anis Naccache

Incarcéré au Centre pénitentiaire de Fresnes, Naccache décide de commencer une grève de la faim en décembre 1989. Au bout de quelques semaines sa santé déclinant, le président Yasser Arafat, sur l’insistance des Iraniens, demande au représentant de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) et délégué général de la Palestine en France, Ibrahim Souss, de me constituer pour obtenir sa libération, compte tenu des engagements pris par la France.

Un permis de visite m’est donné par le Procureur général près la Cour d’Appel. Je rencontre Naccache détenu dans le centre hospitalier de la prison, courant janvier 1990. Il est très faible, mais toujours très lucide. Il me raconte pourquoi il s’est mis en grève, et ajoute qu’il ira jusqu’au bout s’il n’obtient pas sa libération : « J’ai servi de monnaie d’échange pour la libération de vos compatriotes, le journaliste Jean-Paul Kauffmann, deux hauts fonctionnaires des Affaires étrangères, Marcel Fontaine et Marcel Carton, otages détenus au Liban (avec le sociologue Michel Seurat, décédé). Ceux-ci, après de longues démarches et négociations engagées par Jean-Charles Marchiani (NDLA : ancien officier du SDECE, devenu aujourd’hui DGSE, proche du ministre de l’Intérieur, Charles Pasqua), mandaté par le Premier ministre d’alors Jacques Chirac, ont été libérés le 4 mai 1988 et pas moi, ni mes amis ». Et de m’ajouter : « A ce propos vous devez savoir qu’ils auraient dû être libérés deux mois plus tôt. Mais Chirac les a de facto maintenus en détention pour les voir libérés, grâce à lui, entre les deux tours des élections présidentielles de 1988, dans l’espoir par cette démarche de battre le Président sortant, François Mitterrand ! ».

Je reverrai Anis Naccache presque tous les deux jours. Je l’assure que je fais tout ce que je peux pour obtenir le respect des engagements pris par notre pays. Il n’en poursuit pas moins sa grève de la faim, ne buvant que de l’eau.

Mon premier contact est avec le ministre des Affaires étrangères, Roland Dumas, accompagné par mon confrère Me Antoine Comte, le défenseur d’Anis Naccache, lors de son procès. L’ancien ministre de l’Intérieur, Pierre Joxe, est également présent. Les révélations d’Anis Naccache rapportées, j’insiste pour que les engagements, dont il m’a fait état, soient tenus. Roland Dumas me répond devoir en parler au Président.

Lors d’un deuxième rendez-vous, Roland Dumas me précise qu’il me faudrait obtenir de Jacques Chirac, redevenu Maire de Paris, un écrit confirmant ces accords… Je ne suis pas reçu par celui-ci, mais par son directeur de cabinet, Michel Roussin. « Bien évidemment, me dit-il, il n’est pas question de dresser un quelconque document, et, au grand dieu, il n‘y a jamais eu d’engagements de notre pays ». Je proteste devant ces affirmations, et je fais part à Michel Roussin des menaces que m’a confiées le détenu lors de l’une de mes visites : « Si les engagements ne sont pas tenus, si je ne suis pas libéré et si demain je meurs, suite de ma grève, les attentats reprendront dans Paris ». Je demande à Michel Roussin de prévenir le Maire de Paris que je n’hésiterai pas alors à le dénoncer publiquement, comme responsable de ces attentats.

Je rends compte de ma démarche à Roland Dumas et j’insiste pour qu’une décision soit prise, sans tarder, car la santé de Naccache décline. Il m’annonce que le directeur de cabinet de François Mitterrand, Gilles Ménage, veut me recevoir discrètement. De fait, un matin une voiture vient me chercher à mon domicile et me conduit à l’Elysée par une porte non officielle. Gilles Ménage me dit que le Président veut bien envisager de libérer Naccache à l’occasion du 14 juillet 1990. (Y a-t-il eu un contact direct entre Chira cet Mitterrand ?), mais il sollicite une demande de recours en grâce par la mère de Naccache. Je profite de la présence de celle-ci à Paris pour lui faire signer ce recours, que j’ai préparé avec Ibrahim Souss.

Je remets la requête à Roland Dumas, qui me confirme que je peux rassurer Naccache, que François Mitterrand tiendra sa parole, le 14 juillet, lors des traditionnelles grâces présidentielles. J’en informe immédiatement Naccache, qui, décide d’arrêter sa grève de la faim

Le 27 juillet 1990, Anis Naccache, et tous les membres de son commando, sont effectivement libérés, dix ans jour pour jour après la mort du Shah d’Iran en exil.

*Me Maurice Buttin est avocat honoraire à la Cour

Pour lire les articles de Me Maurice Buttin repris par notre blog: cliquer ICI

0 0 voter
Évaluation de l'article

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x