Aller à…
RSS Feed

Irak : les fleuves bientôt à sec à cause de l’Iran et la Turquie ?



Publié par Gilles Munier sur 27 Août 2020, 09:16am

Catégories : #Irak, #Turquie, #Iran

Bagdad: L’esplanade des mains de la victoire (photo: Pixabay)

Revue de presse : Capital (26/8/20)*

L’Irak, le « pays entre les deux fleuves », pourrait bientôt être totalement sec, sur fond de construction en amont de barrages par la Turquie et l’Iran.

Les fleuves de l’Irak sont menacés par la Turquie et l’Iran. Chaque année, Ankara et Téhéran construisent de nouveaux barrages en amont du Tigre, de l’Euphrate et de leurs affluents, dont les cours – historiquement abondants – perdent de leur luxuriance… C’est sûrement à Bassora, seule province côtière du pays, que la situation est la plus inquiétante. Là, parce que les flots des deux fleuves qui se rejoignent ne sont plus assez puissants, l’eau salée du Chatt al-Arab remonte du Golfe, inondant les cultures.

« La salinité a augmenté ces dernières années et elle tue les terres agricoles », affirme à l’AFP Abou Chaker, 70 ans, dont presque autant d’années passées à bichonner ses palmiers. Si l’eau salée s’est soudainement mise à remonter de la mer vers les terres, c’est parce que l’Iran a hérissé ces dernières années son fleuve Karoun de barrages, détournant de nombreux affluents du Tigre. Résultat, Abou Chaker et les agriculteurs des environs sont partis, abandonnant leurs terres imbibées de sel où pourrissent des palmiers morts. « Avant, nos dattes se vendaient dans le Golfe et jusqu’aux Etats-Unis, mais aujourd’hui tout est mort », se lamente cet Irakien qui cultive désormais un petit lopin de terre un peu plus au nord, avec de l’eau du robinet, impropre à la consommation humaine tant elle est salée.

Le ministre des Ressources hydrauliques, Mehdi al-Hamdani, estime à 50% la réduction de la quantité d’eau arrivant en Irak depuis la construction des barrages turcs et iraniens. Son ministère assure à l’AFP avoir « un plan stratégique pour garantir la sécurité de l’Irak en eau jusqu’en 2035, avec pour pire scénario de pouvoir garantir uniquement l’eau de boisson en quantité suffisante pour tout le pays ». Il envisage même la construction à Makhoul, au nord de Bagdad, d’un immense barrage, « le plus grand projet depuis 2003 » et la chute de Saddam Hussein durant l’invasion américaine, explique M. Hamdani.

Mais comme pour tous les grands projets en Irak, l’effort de guerre contre les jihadistes en 2014 puis la récente chute des prix du pétrole ont réduit les fonds disponibles pour les infrastructures. Bassora, où durant l’été 2018 un empoisonnement de l’eau par la langue salée remontée du Chatt al-Arab avait envoyé plus de 100.000 personnes à l’hôpital, devra encore attendre. Beaucoup en Irak se demandent si le pays, qui avait trouvé dans les années 1990 une parade à l’embargo avec le programme « pétrole contre nourriture », ne devrait pas se lancer dans un nouveau « pétrole contre eau ».

Les négociations a ce sujet avec Ankara, suspendues deux ans, ont repris avec le gouvernement de Moustafa al-Kazimi nommé en mai. Et même si M. Hamdani assure que cela n’a aucun impact sur les discussions, la Turquie mène actuellement une campagne de bombardements dans le nord de l’Irak. De quoi réduire les chances de Bagdad de faire pression sur son voisin qui doit bientôt remplir son tout dernier barrage hydroélectrique, Ilisu, et pourrait transformer le Tigre irakien en un mince filet d’eau.

Côté iranien, le débit en amont des barrages de Doukan et de Darbandikhan au Kurdistan irakien a été drastiquement réduit « de 45 mètres cubes par seconde à sept mètres cubes et même à deux mètres cubes dans certains endroits », selon le ministère. Face à ces deux puissances régionales influentes, Bagdad est impuissante, accuse Mohammed al-Chlehaoui, patron des coopératives agricoles de Diwaniyah (sud).

« La Turquie peut lancer la guerre de l’eau à tout moment, quand cela l’arrangera et sans prévenir l’Irak », assène-t-il. Le pire se situe à l’horizon 2025-2030, dit-il : « à ce moment-là, le Tigre et l’Euphrate pourraient s’assécher et priver le pays de ses cultures et même de l’eau de boisson ». « L’Irak n’a qu’une seule solution: jouer la pression économique face à la Turquie », premier exportateur en Irak, avec près de 16 milliards de dollars de biens et de services vendus en 2019, préconise-t-il. Car le temps presse. Une fois tous les projets hydrauliques turcs et iraniens terminés en 2035, cette quantité pourrait être réduite à 51 kilomètres cubes par an (51 milliards de mètres cubes). Or, les besoins en eau des 40 millions d’Irakiens s’élèvent déjà à 71 kilomètres cubes. Et en 2035, selon les experts, la population dépassera les 50 millions.

*Source : Capital

Sur le même sujet, lire aussi :

Guerre de l’eau au pays des deux fleuves, par Gilles Munier (2006)

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.