Aller à…
RSS Feed

Irak, Syrie : notre démocratie malade de la désinformation


BOULEVARD VOLTAIRE5ff1b678-c900-4828-96f6-ca48442b9447

Beaucoup de nos concitoyens se réfugient, non sans risques, sur Internet pour échapper à la désinformation qui règne dans les grands médias.
Christian Vanneste

25/10/2016
Ancien député UMP, Président du Rassemblement pour la France, Président de La Droite Libre

Le livre de Christian Chesnot et Georges Malbrunot
Nos très chers émirs met en lumière la vénalité d’un certain nombre de parlementaires et de responsables politiques de notre pays. L’ambassade du Qatar aurait été une distributrice de billets de 500 euros et de montres Rolex. Un verrouillage des questions parlementaires aurait même été imaginé afin de limiter les critiques ou les interrogations embarrassantes des élus contre monnaie sonnante et trébuchante. La justice sera, sans doute, saisie par les personnes visées par ces allégations. Elles paraissent, toutefois, éclairer l’obscurité de notre politique au Proche et Moyen-Orient. Celle-ci n’est pas digne d’un grand État indépendant : elle suit et même précède parfois les souhaits de Washington et de ses alliés du Golfe.

Ce choix des amis et des ennemis n’est ni dans la tradition française, ni dans l’intérêt réel de la France. C’est un autre ouvrage, celui d’Alexandre del Valle, qui en fait la démonstration : Les vrais ennemis de l’Occident, du rejet de la Russie à l’islamisation de nos sociétés ouvertes.

Que telle ou telle déclaration sur l’islam en France ou sur la légitimité des rebelles islamistes syriens ait été achetée n’est donc pas à exclure. Même si les dirigeants politiques qui guident notre diplomatie n’ont pas eux-mêmes cherché un avantage personnel, on peut craindre que les directions prises aient été choisies en fonction d’intérêts à court terme pour la France, comme des ventes d’armes ou des investissements, dans une situation économique et budgétaire du pays qui entraîne le recours aux expédients.

Notre démocratie imparfaite subit actuellement une triple dégradation. D’abord, une fracture s’agrandit de jour en jour entre l’oligarchie et la population. En second lieu, notre système représentatif est à bout de souffle : jamais, sans doute, les partis politiques n’ont fait l’objet d’un rejet aussi puissant. Enfin, beaucoup de nos concitoyens se réfugient, non sans risques, sur Internet pour échapper à la désinformation qui règne dans les grands médias.

Par exemple, en ce moment même, une « information westernienne » est déversée à propos des opérations militaires en Irak et en Syrie. En Irak, la cavalerie attaque les féroces Apaches.
La cavalerie, c’est l’armée irakienne armée et soutenue par les Occidentaux. Elle est majoritairement chiite et agit plus ou moins en cohérence avec les Kurdes. En Syrie, le scénario s’inverse : les bons sont les rebelles assiégés par des soldats indignes qui veulent les massacrer, sans doute des Mexicains soutenant un dictateur sanguinaire. Bref, c’est Alamo. Un peu de sérieux rétablirait l’équilibre. En Irak, Mossoul, la seconde ville du pays, est totalement encore entre les mains de l’État islamique. En Syrie, Alep, la deuxième ville également, est très majoritairement protégée par l’armée nationale et une partie seulement est aux mains des rebelles, surtout des islamistes proches d’Al-Qaïda que nous avons armés contre un régime légal. Plus d’un million de Syriens vivent à l’ouest, relativement au calme malgré des tirs rebelles qui font des victimes civiles. De l’autre côté, 200.000 civils servent de boucliers humains aux djihadistes, nos « amis ». Mais la plupart des informations parlent d’Alep comme si c’était toute la ville qui subissait le martyre du fait d’un régime impitoyable et de ses soutiens russes. Dans les deux cas, les chrétiens se battent avec les gouvernementaux contre les rebelles.

Un peu de perspicacité laisse supposer que les Occidentaux souhaitent qu’Alep ne soit pas entièrement libérée par l’armée syrienne avant que Mossoul ne soit reprise par l’armée irakienne, si possible juste avant les élections américaines. Un peu de bon sens et de réalisme montre, cependant, que l’action des Russes et la stratégie de Vladimir Poutine, quels que soient leurs moyens, ont un objectif : le retour de toute la Syrie utile sous le giron du gouvernement de Bachar el-Assad et, ensuite, soit une réunification, soit une partition. Le soutien des Occidentaux aux rebelles est, en revanche, criminel. Il ne peut que prolonger la guerre, favoriser l’expansion du terrorisme islamiste et conduire aux impasses que cette stratégie a générées en Afghanistan, en Libye et en Irak.

Une telle politique ne peut susciter la confiance !
Cet article vous a plu ?
Cliquez sur J’aime !

inShare3

Recevez gratuitement nos articles !

Je souhaite recevoir :

Abonnements
Les éditos de Boulevard Voltaire (chaque matin)
Ce qu’il faut savoir de l’actualité (chaque jour à midi)

J’accepte d’être contacté par les partenaires exclusivement sélectionnés par Boulevard Voltaire

Oui
Non

AUJOURD’HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE
La grogne des flics, partie visible d’un État en ruine

Christophe Servan
Alain Juppé : « Je n’aime pas les flics, je déteste les juges »

Gabriel Robin
La France multiculturelle & métissée. Tu l’aime ou tu la quitte (sic) !

Georges Michel
Poisson, plus plancton que requin

Thomas Valmenier
Encore un effort, Amine !

Pierre Mylestin
C’est dit : Le Monde ne publiera aucune tribune de Marine le Pen ou du FN !

Christine Célérier
Cette Hongrie qui résiste délicieusement à l’Europe « soviétisée »

Gregory Vanden Bruel
La nouvelle trouvaille d’Hidalgo : offrir au privé la gestion des parcmètres

Marie Delarue
Exposition Chtchoukine : Bernard Arnault, le nouveau bourgeois gentilhomme !

Nicolas Gauthier
Commentaires
ON EN PARLE EN CE MOMENT

Migrants
Fronde des policiers
Islam
Primaire à droite
Crèches interdites
Qatar et corruption des politiques
Guerre civile en Syrie

Jean-Frédéric Poisson
Amine Elbahi
Donald Trump
Bernard Cazeneuve

Top 30 JOURS
Top de TOUJOURS

1
Le cri d’alerte des policiers… avant la guerre civile ?

14 087 partages
2
Farouk Ben Abbes, fiché S, touche le RSA. Pas Margot, qui a perdu sa fille à Nice…

13 135 partages
3
Les menaces de Valls à ceux qui rejetteraient les migrants de leur ville

11 033 partages
4
Panique chez les féministes : de plus en plus de femmes tentées par le FN !

8 541 partages
5
Non, Monsieur Cazeneuve, ce ne sont pas des « sauvageons » mais des assassins !

6 959 partages
LIVRES
Philippe de Villiers
Les cloches sonneront-elles encore demain ?

Laurent Obertone
Guérilla – Le jour où tout s’embrasa

André Bercoff
Donald Trump, les raisons de la colère

Jean-Louis Harouel
Les droits de l’homme contre le peuple

François Mitterrand
Lettres à Anne: (1962-1995)

ACTUALITÉ DES DERNIERES 24 HEURES
Plusieurs rassemblements en France en soutien à l’accueil des migrants

Il y a 7 heures
Grogne des policiers: nouvelles manifestations à Paris, Strasbourg, Toulouse, Nice…

Il y a 7 heures
GRAND ANGLE – Les mystères de l’affaire Traoré

Il y a 7 heures
GRAND ANGLE – Les politiques sont-ils déconnectés ?

Il y a 7 heures
« Au bout de vos rêves »: l’inscription maladroite des cars transportant les migrants

Il y a 13 heures
Nice: une septuagénaire, dirigeante d’un hôtel de luxe à Cannes, enlevée en pleine rue

Il y a 13 heures
Arrivée en Bourgogne du premier bus de migrants de Calais

Il y a 13 heures
Seine-et-Marne: le détenu évadé vendredi s’est rendu

Il y a 13 heures
Valls veut doubler d’ici fin 2017 « les capacités de prise en charge » des personnes radicalisées

Il y a 13 heures
« Je n’aime pas les flics (…) Je déteste les juges »: Alain Juppé dément avoir tenu ces propos

Il y a 13 heures
Cinq blessés lors d’une opération de maintenance à la raffinerie Total du Havre

Il y a 13 heures
Sarkozy: « A la différence de Hollande, je pense que les footballeurs sont intelligents »

Il y a 13 heures
Sarkozy étrille encore Bayrou, qui « n’a jamais passé le premier tour » de la présidentielle
fermer