Aller à…
RSS Feed

Iran: importante manifestation à Ispahan après l’assèchement de la rivière Zayandeh Roud


Publié par Gilles Munier sur 20 Novembre 2021, 10:29am

Catégories : #Iran

Manifestation de colère en Iran face à l’assèchement d’une rivière vitale en raison de la sécheresse et du détournement du cours d’eau. Ispahan, le 19 novembre 2021. © Fatmeh Nasr / ISNA / AFP

Par Siavosh Ghazi (revue de presse : RFI – 19/11/21)*

Sur les vidéos publiées sur les réseaux sociaux, on peut voir une foule énorme rassemblée dans le lit de la rivière Zayandeh Roud, qui traverse la ville d’Ispahan.

Les paysans de la région ont installé des tentes dans le lit asséché de la rivière. Les manifestants ont lancé des slogans contre les autorités du pays.

Depuis deux décennies, le fleuve de la capitale de l’ancienne Perse avait des problèmes, mais cette année, la situation s’est aggravée avec une sécheresse sans précédent depuis cinquante ans.

Les protestataires se réunissent sur le lit de la rivière de Zayandeh Roud et y installent des tentes pour afficher leur détermination.

En plus de la sécheresse qui frappe l’Iran, une partie de l’eau de cette rivière est envoyée en amont vers d’autres régions du sud du pays. Ce qui accentue la colère des manifestants et des paysans, qui n’ont pas d’eau pour leur culture cet automne.

Le changement climatique touche de plein fouet l’Iran. Selon les autorités, les réserves des barrages construits en amont sont très limitées et il y a de l’eau seulement pour deux mois.

Des manifestations identiques ont eu lieu en juillet dernier dans la province du Khouzistan et l’intervention des forces de l’ordre a fait plusieurs morts à l’époque.

Le président Raïssi a promis de résoudre le problème d’Ispahan. Cependant, les autorités ont peu de moyens face à une sécheresse sans précédent qui touche toutes les provinces du sud, mais aussi du nord-est du pays. En effet, les précipitations ont baissé de 50% cette année.

Les experts prévoient une aggravation de la situation dans les prochaines années, avec des conflits sociaux, mais aussi des déplacements de la population des régions du sud vers le nord, moins affectée par la sécheresse.

Siavosh Ghazi est correspondant de RFI à Téhéran

*Source : RFI

Sur le même sujet, lire aussi :

Le réchauffement climatique aggrave la situation au Moyen-Orient

La CIA met en garde contre une guerre mondiale climatique d’ici 2040

Dans les marais d’Irak, les poissons meurent en masse

Après la chute drastique du débit d’un fleuve, Bagdad accuse Téhéran
Partager cet

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x