Aller à…
RSS Feed

Israël attaquera-t-il l’Iran ? Washington donne son feu vert à « l’option militaire »


Publié par Gilles Munier sur 4 Novembre 2021, 18:49pm

Catégories : #Iran, #Israel, #Biden

Par Philip Giraldi (revue de presse : Strategic Culture Fondation – 28/11/21)*

Les États-Unis seront perçus comme endossant le crime, ce qui entraînera un autre désastre de politique étrangère au Moyen-Orient, écrit Philip Giraldi.

Certains pourraient se rappeler l’engagement du candidat Joe Biden à travailler pour rejoindre le Plan d’action global commun (JCPOA) qui était un accord multilatéral destiné à limiter la capacité de l’Iran à développer une arme nucléaire. Le JCPOA a été signé par le président Barack Obama en 2015, lorsque Biden était vice-président, et a été considéré comme l’un des seuls succès de politique étrangère de ses huit années au pouvoir. Les autres signataires étaient la Grande-Bretagne, la Chine, l’Allemagne, la France et la Russie et il a été approuvé par les Nations Unies. L’accord prévoyait des inspections inopinées des installations nucléaires iraniennes par l’AIEA et, de l’avis de tous, il fonctionnait et était une réussite en matière de non-prolifération. En échange de sa coopération, l’Iran recevrait ses avoirs considérables gelés dans des banques aux États-Unis et devait également être relevé des sanctions qui lui avaient été imposées par Washington et d’autres gouvernements.

Le JCPOA s’est écrasé et a brûlé en 2018 lorsque le président Donald Trump a ordonné le retrait des États-Unis de l’accord, affirmant que l’Iran trichait et qu’il allait sûrement développer une arme nucléaire dès que la première phase de l’accord serait achevée. Trump, dont l’ignorance sur l’Iran et d’autres questions internationales était profonde, s’était entouré d’une équipe de politique étrangère totalement sioniste, comprenant des membres de sa propre famille, et avait pleinement adhéré aux arguments avancés par Israël ainsi que par le lobby israélien à prédominance juive. groupes pour inclure la Fondation pour la défense des démocraties (FDD) et l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC). Le temps de Trump au pouvoir a été passé à flatter Israël de toutes les manières imaginables, y compris en reconnaissant Jérusalem comme capitale du pays, donner à Israël le feu vert pour créer et étendre des colonies illégales en Cisjordanie et reconnaître les hauteurs du Golan syrien occupé comme faisant partie d’Israël.

Compte tenu du bilan de Trump, en particulier de l’abandon insensé et contre les intérêts américains du JCPOA, cela semblait presque une bouffée d’air frais d’entendre l’anglais fracturé de Biden alors qu’il engageait son administration à faire ce qu’il pouvait pour rejoindre les autres pays qui essayaient toujours pour que l’accord fonctionne. Après que Biden ait été plus ou moins élu, lui et son secrétaire d’État Tony Blinken ont clarifié ce que les États-Unis chercheraient à faire pour «réparer» l’accord en le renforçant dans certains domaines clés qui ne faisaient pas partie du document original.

L’Iran , pour sa part , a insisté sur le fait que l’ accord ne nécessitait aucune mise en garde supplémentaire et devrait être un retour au statu quo ante , en particulier lorsque Blinken et son équipe ont clairement indiqué qu’ils pensaient à une interdiction du développement de missiles balistiques iraniens ainsi qu’à des négociations pour mettre fin à la prétendue « ingérence » de Téhéran dans la politique de la région. L’ingérence faisait vraisemblablement référence au soutien iranien aux Palestiniens ainsi qu’à son rôle en Syrie et au Yémen, qui avaient tous gagné l’hostilité des « amis » américains, Israël et l’Arabie saoudite.

Israël a inévitablement remué le pot en envoyant un flot de hauts responsables, dont le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, le ministre de la Défense Benny Gantz et le Premier ministre Naftali Bennett pour discuter de « la menace iranienne » avec Biden et ses hauts responsables. Lapid a clairement indiqué qu’Israël « se réserve le droit d’agir à tout moment, de quelque manière que ce soit… Nous savons qu’il y a des moments où les nations doivent utiliser la force pour protéger le monde du mal ». Et bien sûr, Biden, comme Trump, a également exprimé ses vrais sentiments en s’entourant de sionistes. Blinken, Wendy Sherman et Victoria Nuland ont occupé les trois premières places du département d’État, toutes sont juives et toutes fortes envers Israël. Nuland est un néocon de premier plan. Et en attendant la nomination de Barbara Leaf, qui a été nommé secrétaire adjoint à la tête de la région Proche-Orient du département d’État. Elle est actuellement Ruth and Sid Lapidus Fellow au Washington Institute for Near East Policy (WINEP), qui est une retombée de l’AIPAC et une composante majeure du lobby israélien. Cela signifie qu’un membre en règle du lobby israélien servirait de fonctionnaire du département d’État supervisant la politique américaine au Moyen-Orient.

Au Pentagone, on trouve un général malléable Mark Milley, toujours heureux de rencontrer ses homologues israéliens, et le secrétaire à la Défense Lloyd Austin, un promoteur de l’action positive qui est également devenu un adepte de la phrase « Israël a le droit de se défendre. » Et faut-il mentionner les ardents sionistes autoproclamés au plus haut niveau du Parti démocrate, y compris Biden lui-même, la présidente de la Chambre Nancy Pelosi, le chef de la majorité à la Chambre Steny Hoyer et, bien sûr, le chef de la majorité au Sénat Chuck Schumer ?

Donc, rejoindre le JCPOA malgré les objections d’Israël n’était pas un début dès le début et n’a probablement été évoqué que pour faire mal paraître Trump. Les pourparlers indirects incluant l’Iran et les États-Unis se sont techniquement poursuivis à Vienne, bien qu’ils soient au point mort depuis fin juin. Trita Parsi a récemment appris que l’Iran cherchait à faire une percée pour un accord en recherchant un engagement de la Maison Blanche à s’en tenir au plan tant que Biden reste au pouvoir. Biden et Blinken ont refusé et Blinken a récemment confirmé qu’un nouvel accord est peu probable, affirmant que « le temps presse ».

Et il y a eu d’autres nouveautés. Les responsables israéliens avertissent depuis plus de vingt ans que l’Iran n’est qu’à un an d’avoir ses propres armes nucléaires et doit être arrêté, une affirmation qui a commencé à ressembler à un mantra religieux répété encore et encore, mais maintenant ils financent en fait le les armements qui seront nécessaires pour faire le travail. Le chef d’état-major des forces de défense israéliennes, Aviv Kohavi, a déclaré à plusieurs reprises que Tsahal « accélère » les plans de frappe de l’Iran , et les politiciens israéliens, dont l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, ont régulièrement menacé de faire tout ce qui doit être fait pour faire face à la menace de l’Islam. République. Les médias israéliens rapportent que 1,5 milliard de dollars ont été allouésdans le budget actuel et à venir pour acheter les bombes anti-bunker américaines qui seront nécessaires pour détruire le réacteur iranien de Bushehr et ses installations de recherche souterraines à Natanz.

À la suite de l’annonce du financement de la guerre, il a également été rapporté que l’armée de l’air israélienne se livre à ce qui est décrit comme des exercices « intenses » pour simuler une attaque contre les installations nucléaires iraniennes . Après qu’Israël aura obtenu les bombes anti-bunker de 5 000 livres, il devra également se procurer des bombardiers pour larguer les munitions, et l’on soupçonne que le Congrès américain proposera d’une manière ou d’une autre l' »aide militaire » nécessaire pour que cela se produise. Tony Blinken a également précisé que l’administration sait ce qu’Israël prévoit et approuve. Il a rencontré le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid le 13 Octobre e et a dit que si la diplomatie avec l’ Iran échoue, les Etats – Unis se tourner vers « d’ autres options. » Et oui, il a suivi cela avec la ligne vénérable que « Israël a le droit de se défendre et nous soutenons fermement cette proposition ».

Lapid a confirmé que l’une des « options » de Blinken était une action militaire. « Je voudrais commencer par répéter ce que vient de dire le secrétaire d’État. Oui, d’autres options seront sur la table si la diplomatie échoue. Et en disant d’autres options, je pense que tout le monde comprend ici… ce que nous voulons dire.  » Il faut noter que dans leur discussion sur le programme nucléaire iranien, Lapid et Blinken ont approuvé une attaque illégale et non provoquée pour empêcher l’Iran d’acquérir une arme nucléaire qu’il ne cherche apparemment pas, mais vers laquelle il se tournera sûrement en conséquence si seulement pour se défendre à l’avenir.

En bref, la politique étrangère américaine est une fois de plus prise en otage par Israël. La position de la Maison Blanche est clairement et absurdement qu’une attaque israélienne contre l’Iran, considérée par la plupart comme un crime de guerre, est un acte de légitime défense. Quoi qu’il en soit, les États-Unis seront perçus comme endossant le crime et seront inévitablement impliqués dans celui-ci, ce qui entraînera sans aucun doute un autre désastre de politique étrangère au Moyen-Orient avec rien d’autre que du chagrin pour le peuple américain. La simple vérité est que l’Iran n’a ni menacé ni attaqué Israël. Compte tenu de cela, il n’y a rien de défensif dans les actions qu’Israël a déjà prises pour saboter les installations iraniennes et assassiner des scientifiques, et il n’y aurait rien de défensif à propos d’attaques militaires directes avec ou sans l’aide des États-Unis sur le sol iranien. Si Israël choisit de faire l’imbécile, c’est sur eux et leurs dirigeants. Les Etats-Unis n’ont pas de cheval dans cette course et devraient écraser, mais on doute qu’une Maison Blanche et un Congrès, fermement contrôlés par les forces sionistes, aient la sagesse ou le courage de couper le lien qui les lie avec l’Etat juif.

Philip Giraldi, expert en lutte anti-terroriste, est un ancien officier de la CIA et des services secrets militaires américains. Il a exercé pendant 20 ans en Europe et au Proche-Orient. Philip Giraldi dirige le Council for the National Interest (Conseil pour l’Intérêt National), une fondation chargée de promouvoir la politique américaine au Proche-Orient en dehors de toutes pressions étrangères, donc y compris – et surtout – israéliennes.

*Source : Strategic Culture Fondation

Par Philip Giraldi, sur France-Irak Actualité, lire aussi : ICI

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x