Aller à…
RSS Feed

JAN. FABIO MINI : « L’OTAN DEVRAIT ÊTRE DISSOLVÉE POUR CRÉER UNE NOUVELLE STRUCTURE DE SÉCURITÉ RÉGIONALE »


6 mai 2022
**********************
Entretien avec le général Fabio Mini – général de corps d’armée, ancien chef d’état-major du commandement de l’OTAN pour l’Europe du Sud et depuis janvier 2001 à la tête du commandement des opérations conjointes dans les Balkans. D’octobre 2002 à octobre 2003, commandant des opérations de paix dirigées par l’OTAN, dans le scénario de la guerre au Kosovo dans le cadre de la mission KFOR (Kosovo Force) – créée par Guido Ruotolo et publiée sur la page Facebook Michele Santoro présente .

R. D’un point de vue opérationnel et compte tenu de la nature et de la multiplicité des actions menées contre les adversaires, nous sommes en plein conflit global. Les alignements entre Ouest et Est parlent clairement et que seules les images d’un conflit « militaire » nous soient présentées de ce conflit global ne signifie pas que la guerre s’y cantonne. Les guerres qui se chevauchent et incluent des opérations en Ukraine telles que économiques, financières, cyber, démographiques, d’information et de propagande ne sont pas des métaphores. Ce sont de vraies guerres qui produisent plus de dégâts que les guerres conventionnelles. Et ils sont mondiaux.

A. L’OTAN dans sa configuration actuelle devrait être dissoute pour créer une nouvelle structure de sécurité régionale plus étroitement liée aux Nations Unies plutôt qu’à un seul État membre et plus représentative de l’Europe dans la gestion de la sécurité internationale. En fait, l’OTAN empêche l’Europe d’avoir sa propre capacité de défense et de sécurité ; depuis plus de vingt ans, ce n’est plus une alliance défensive ; il est devenu une menace pour la sécurité en Europe ; aux intérêts de ses alliés, il fait passer ceux des États-Unis et même ceux d’États qui incitent à la guerre aux dépens de la sécurité européenne. Chacune de ces raisons est justifiée par une violation flagrante du Traité de l’Atlantique. Donc, si vous voulez continuer à les ignorer, il serait au moins honnête de revoir complètement les termes du traité.
En effet, l’article 1 engage les parties à respecter la charte des Nations Unies et à régler par des moyens pacifiques tout différend international mettant en péril la paix et la sécurité. L’élargissement a immédiatement été une controverse internationale qui a mis en péril la sécurité et la paix.
Les articles 5 et 6 sur ce que l’on appelle la défense mutuelle font référence aux territoires des différents États membres menacés par une attaque armée. Et l’Ukraine n’est pas comprise mais nous envoyons des armes et ainsi de suite.
L’article 7 stipule que le Traité ne porte pas atteinte et ne doit en aucun cas être considéré comme portant atteinte aux droits et obligations découlant du statut pour les parties qui sont membres de l’Organisation des Nations Unies ou à la responsabilité principale du Conseil de sécurité pour le maintien de la paix et la sécurité internationales.
La Russie, comme la Serbie, fait partie des Nations Unies et la politique de l’OTAN a violé ses droits, compromettant la paix et la sécurité du monde entier. Enfin, je crois que les pays européens de l’OTAN ont renoncé à une dignité égale non pas tant par la faute des États-Unis que par leur propre choix et leur convenance. Les États-Unis ont fait leur travail et sauvegardé leurs intérêts. Et ces intérêts n’ont jamais coïncidé avec les intérêts européens, pas même pendant la guerre froide où se préparait la guerre chaude qui devait avoir lieu en Europe et non aux USA.
Et quand il était clair que les États-Unis n’auraient pas levé le petit doigt pour sauver l’Europe si elle n’avait pas été attaquée directement, sur leur continent. Aucun État européen ne s’est opposé à l’appel aux armes de l’Otan pour des actions qui se sont déroulées en dehors de sa zone de responsabilité et pour les raisons d’autrui.
Il ne s’est pas non plus opposé à l’entrée dans l’OTAN de pays qui ne remplissaient pas les conditions mais portaient une lourde charge d’insécurité. Nous avons été déloyaux envers les États-Unis lorsque nous ne les avons pas tirés par la veste lorsqu’il s’agissait d’entreprises absurdes. La loyauté d’un ami se voit dans sa capacité à le modérer et non dans sa capacité à l’inciter ou à le soutenir passivement.
Je crois qu’en fin de compte une OTAN restructurée et révisée conviendrait aussi aux Américains avec ou sans leur participation.
?? ????? ??? ???????? ??? ??? ???????? ?’??????? ? ???????????? ?????????
R. Les deux ne sont pas liés. Le but de l’invasion de l’Ukraine n’a jamais été l’occupation de tout le territoire. Non pas tant parce que la Russie ne le voulait pas, mais parce que les forces employées et les modes opératoires adoptés n’y parvenaient pas.
La défenestration de Zelensky était un objectif pendant les mois précédant l’invasion et dans les premières quarante-huit heures. Ayant échoué cette tentative qui devait être menée avec l’accord des forces armées ukrainiennes, la défenestration a été écartée et en effet il a été clairement indiqué que Zelensky était considéré comme un interlocuteur plus fiable que de nombreux candidats pro-russes.
L’attitude de Zelensky a changé sous la pression de la partie la plus extrémiste de son entourage et de ceux des Britanniques et des États-Unis avec des promesses de le soutenir dans la lutte jusqu’au dernier Ukrainien.
Poutine est l’agresseur et l’Ukraine est l’agresseur. Poutine ne devrait-il pas être vaincu et puni ?
R. Ce sont aussi deux choses différentes. Vaincre Poutine, c’est vaincre les forces sur le terrain et espérer que son successeur au Kremlin sera moins nationaliste et agressif. Le punir pour l’agression dépend du résultat. S’il perd, il sera puni sans pitié. S’il gagne et parvient à conserver les territoires occupés de quelque manière que ce soit, il n’y aura pas de procès.
Comme il n’y en a jamais eu pour un attaquant victorieux.

R. Mal et de manière très ambiguë. Ils fermaient tous les deux les yeux face à la destruction que Kiev faisait subir au Donbass, qui à l’époque n’était pas séparatiste mais autonomiste en Ukraine. Kiev a interprété l’attitude de l’Europe comme une approbation des répressions et des mesures anticonstitutionnelles qu’elle a menées dans le Donbass.

R. Là aussi, ce sont deux choses différentes. Je crois que la trêve est possible à tout moment et qu’elle ne peut durer que si elle est respectée par les parties. Pour la paix dans le sens où un accord définitif est trouvé sur l’état de la sécurité ukrainienne et russe et que des formes de coopération et de coexistence sont rétablies, je vois cela très difficile. Le principal obstacle est que les États-Unis ne veulent pas du tout d’accord entre les deux pays. Ils veulent l’élimination de la capacité d’attaque de la Russie, ce qui équivaut à l’élimination de sa capacité défensive. Il n’y a pas de forces à attaquer et d’autres pour se défendre.
?
R. Négatif. L’Union européenne n’a pas montré d’intérêt réel pour la situation ukrainienne. Elle est conforme aux intérêts du pur exercice du pouvoir de l’OTAN. Nous sommes au paradoxe que l’identité européenne et un minimum de sauvegarde de la sécurité de notre continent soit confiée aux souverainistes. La soi-disant « vieille Europe » des pays fondateurs est l’otage de la « nouvelle Europe » composée de tous les pays de l’Est et du Nord qui ne veulent pas l’Europe, mais une revanche sur la Russie. Pour cela, ils sont choyés et soutenus financièrement et militairement par les États-Unis et l’OTAN.

R. Certainement et c’est le plus dangereux. Théoriquement, l’OTAN pourrait s’abstenir de le poursuivre car l’unanimité serait requise et celle-ci n’existerait pas si même un seul pays membre s’y opposait. Malheureusement, avec le système actuel et la pression des États-Unis, personne ne s’y opposera. L’affirmation de la souveraineté nationale n’est pas très importante tant que les États-Unis continueront à considérer des alliés qui ne partagent pas leurs choix comme des ennemis, l’OTAN sera toujours unanime à obéir. Le seul salut de la guerre ne peut venir que d’un recul des Etats-Unis ou d’une scission au sein de l’OTAN. Je ne pense pas que l’un ou l’autre des deux soit probable, même s’il est désormais clair que l’axe Washington-Londres inquiète de nombreux pays européens. S’il arrive quelque chose, ce sera après la guerre d’Ukraine. Mais il est peut-être trop tard.

R. L’OTAN, en tant que forum des pays membres de l’alliance, n’a pas d’objectifs propres, encore moins d’autres objectifs que ceux des États-Unis. En tant qu’organisation bureaucratique politico-militaire, elle a pour seul intérêt de conserver rôles, prérogatives, sièges et strapontins. C’est pourquoi, depuis 1991, il prêche la « cohésion interne ». Toutes les opérations militaires conduites depuis ont eu pour but « avoué » de démontrer la cohésion de l’alliance. Gagner ou perdre, stabiliser ou déstabiliser n’avait rien à voir avec cet objectif ultime qui, en fait et de droit, était la participation collective aux opérations américaines.

A. Toutes les guerres sont des expériences et celle qui se développe dans le réseau d’information n’est pas la plus moderne. Les Américains pourront le gagner en Ukraine, mais cela ne les rendra pas imbattables. Imbattable pour la supériorité de la force est une chimère d’ignorants et de brutes. Véritable imbattable est atteint grâce à la coopération.

R. Vrai. Et la vérité est également unifiée.

A. A la lumière des déclarations de soutien de tout l’Occident envers l’Ukraine, un durcissement des positions se profile qui empêchera toute solution de négociation. Sur le terrain, les Russes consolideront les positions atteintes. Ils réagiront aux tentatives de provocation extérieure comme c’est déjà le cas en Transnistrie et élèveront le niveau opérationnel de l’affrontement. Puis gel des positions territoriales et intensification des opérations aériennes et de missiles sur des cibles militaires dans toute l’Ukraine. Cela peut durer longtemps et en tout cas à court terme (moins d’un an) je ne vois pas de retournement de situation sur le terrain qui conduira à l’expulsion des Russes. Cela me dit la boule de v

R. Beaucoup de choses sont dites. Je me fous de ceux qui annoncent la guerre nucléaire. Je considère cela comme une sorte de superstition, penser au pire que si ça n’arrive pas est une grande satisfaction. En revanche, ceux qui le nient m’inquiètent. Lorsque la guerre nucléaire était purement stratégique, l’équilibre de la terreur a fonctionné non pas parce que les deux blocs ont déclaré qu’ils ne voulaient pas tirer le premier coup, mais à l’inverse : ils savaient tous les deux que dans certaines circonstances, ils tireraient en premier.
Maintenant que le seuil nucléaire a été abaissé au niveau tactique et que pour ces appareils de puissance de 0,3 à 50 kilotonnes il n’y a même plus besoin de l’autorisation d’un dieu-éternel, la guerre nucléaire est non seulement possible mais probable. Et que 50 kilotonnes sur Kiev ou Moscou ne puissent déclencher une escalade au niveau stratégique est une pieuse illusion. Ou, oui, c’est un canular.
**********************

Général Mini, ancien commandant de l’OTAN : « L’Alliance atlantique est devenue une menace pour la sécurité en Europe »

Fabio Mini au temps de la guerre en Yougoslavie

« Négociez, arrêtez la pensée unique et la propagande, aidez l’Ukraine à retrouver la raison et la Russie à sortir du tunnel du syndrome de l’encerclement non pas avec des commérages mais avec des actions concrètes. C’est la pensée de Fabio Mini, général du corps d’armée italien, ancien chef d’état-major du commandement de l’OTAN pour l’Europe du Sud et commandant de la mission internationale au Kosovo.  » Et lorsque la crise sera surmontée, en espérant revivre, l’Italie et l’Europe devront s’engager sérieusement à conquérir cette autonomie, cette dignité et cette indépendance stratégique qui garantissent la sécurité européenne indépendamment des intérêts des autres « , déclare-t-il à l’Anti -Diplomatique.

Il a été correctement écrit que les voix les plus sensées dans le paysage de la propagande à sens unique sont celles des généraux, de ceux qui savent bien peser les mots dans des moments comme ceux-ci. Comme l’Anti-Diplomate nous avons eu l’honneur de pouvoir interviewer l’un des plus autoritaires.

L’INTERVIEW

Du golfe du Tonkin aux armes de destruction massive en Irak – et même en remontant loin dans l’histoire – le général dans son livre « Pourquoi sommes-nous si hypocrites face à la guerre ? » Elle réussit brillamment à reconstituer les faux qui ont servi de prétexte au déclenchement de plusieurs guerres. Quelle est l’hypocrisie et le mensonge derrière le conflit en cours en Ukraine ?

Le faux est que la guerre a commencé avec l’invasion russe de l’Ukraine. Il ne s’agit en fait même pas d’un acte final d’une guerre entre la Russie et l’Ukraine qui a commencé en 2014 avec l’insurrection des provinces du Donbass qui se sont ensuite déclarées indépendantes. Depuis lors, les forces ukrainiennes ont battu la population russophone au bord du massacre et personne n’a rien dit. Pour cette population en révolte contre le régime ukrainien, le mot guerre de libération ou d’autodétermination, si cher à certains observateurs internationaux, n’était même pas utilisé. Qu’il suffise de dire que la « Russie de Poutine » voulait retourner dans l’empire tsariste pour régler la question. L’hypocrisie est l’attitude de la propagande occidentale pro-ukrainienne qui, reconnaissant qu’il y a une guerre, fait semblant de ne pas savoir qui et ce qui l’a provoquée et s’étonne que quelqu’un tire, que quelqu’un d’autre meure et que beaucoup soient contraints de fuir. L’hypocrisie encore plus grave que la propagande est le silence conspirateur de ceux qui se taisent sur le fait que depuis 2014 les États-Unis et l’OTAN ont déversé des milliards d’aides presque entièrement destinées à armer l’Ukraine et des milliers de professionnels de la guerre pour former et enrichir des groupes extrémistes et néo-zélandais. -Les nazis.

Dans la presse occidentale, Poutine a tendance à être défini comme « un fou qui a choqué le monde par son initiative ». Pourtant, dans une vidéo de 1997, l’actuel président américain Biden déclarait comment l’élargissement de l’Otan aux pays baltes (pas à l’Ukraine !) pourrait générer une réponse militaire de la Russie. Ne pensez-vous pas que l’Europe a sous-estimé la question ukrainienne depuis 2014 ?

Je ne pense pas qu’il ait été sous-estimé, mais il visait délibérément à transformer progressivement le pays en un avant-poste contre la Russie, indépendamment de son admission à l’OTAN. D’où la pseudo révolution orange » (2004), le sabotage interne et externe de toute tentative de stabilisation, l’alternance de gouvernements corrompus, la pseudo révolte d’Euromaïdan, le coup d’État contre le président Ianoukovitch (2014) jusqu’à l’élection de Zelensky. Cette dernière est passée d’un programme électoral contre les oligarques, contre la corruption politique et la promesse de « servir le peuple » à une politique ouvertement provocatrice envers la Russie. Et c’était exactement ce que voulaient les États-Unis et donc l’OTAN depuis 1997.

Cependant, le thème de l’élargissement de l’OTAN a toujours été tabou pour nous…

L’expansion de l’OTAN vers l’Est qui a commencé cette année-là après une série de tentatives d’impliquer les pays d’Europe de l’Est dans la « coopération militaire » (le programme « Partenariat pour la paix ») a été une provocation continue pendant 24 ans. Pendant plus d’une décennie, la Russie n’a pas pu s’y opposer et l’OTAN, pressée notamment par la Grande-Bretagne, la Pologne et les républiques baltes, a cru pouvoir boucler la boucle en « activant » à la fois la Géorgie et l’Ukraine. La Russie est intervenue militairement en Géorgie et cela a donné un signal fort aux États-Unis et à l’OTAN, qui n’ont pas voulu intervenir. Lors de la crise syrienne de 2011, la Russie s’est rangée du côté du gouvernement de Bachar el-Assad et est ensuite intervenue militairement dans la guerre contre l’Etat islamique, apportant une contribution substantielle à sa neutralisation. Bashar Assad est toujours là. Les opérations russes en Syrie, bien que convenues et coordonnées sur le terrain avec la coalition dirigée par les États-Unis, ont perturbé les plans de ceux qui voulaient profiter de l’EI et des gangs apparentés pour déstabiliser tout le Moyen-Orient. Un autre signe du changement d’humeur russe a été l’annexion de la Crimée immédiatement après le coup d’État contre Ianoukovic soutenu par les États-Unis et en particulier par l’envoyée du département d’État Victoria Nuland et par le vice-président de l’époque Biden. À partir de 2014, l’Ukraine, avec le soutien des États-Unis et de l’OTAN, a adopté une ligne encore plus hostile envers la Russie et a commencé à intégrer des groupes néonazis qui s’étaient « distingués » dans les affrontements de Maïdan dans les forces armées et la police. . Les mêmes qui organisent aujourd’hui la « résistance ukrainienne » et coordonnent les quelque 16 000 mercenaires dispersés à travers le pays. Pour tout cela, je voudrais dire que l’OTAN n’a pas négligé l’Ukraine, au contraire, elle l’a poussée avec force dans une aventure dangereuse pour nous deux et surtout pour nous Européens.

Lors d’une récente apparition à la télévision, vous avez dit que vous avez appris à connaître les généraux russes et que vous avez qualifié la Russie de « guerre limitée à des fins limitées ». Quels sont selon vous les objectifs que les Russes se sont fixés sur le territoire ?

Au Kosovo, j’ai également employé le contingent russe, dont une partie garantissait la sécurité de l’aéroport militaire/civil de Pristina et une autre déployée dans le secteur montagneux à la frontière avec la Serbie. Les relations avec les généraux russes étaient quasi quotidiennes et toujours très correctes surtout envers moi (en tant qu’italien). Nous parlions de la sécurité collective et de l’avenir du Kosovo, une chose à laquelle personne au sein de l’OTAN n’avait pensé avant d’entrer en guerre. Nous avons aussi parlé des opérations militaires et de la doctrine. Il y a vingt ans. La guerre limitée est une catégorie également prévue par Clausewitz et les Russes ont toujours été des Clausewitziens. Au début de l’invasion, j’ai commencé à voir les signes non pas d’une opération spéciale comme l’appelait Poutine, mais d’une série d’opérations aux objectifs limités, unies par le but stratégique d’empêcher l’Ukraine de devenir le centre de la menace militaire. Russie, mais tactiquement indépendant. Les opérations concernaient la sécurisation de territoires dans le Donbass, la bande côtière de la mer d’Azov et de la mer Noire jusqu’à Odessa et, si nécessaire, jusqu’à la frontière avec la Moldavie neutre.

L’avancée sur Kiev devait être avant tout l’opération politique de pression pour des négociations et la mise en place éventuelle d’un gouvernement en faveur de la ligne russe. Cette opération n’est liée ni au temps ni aux objectifs : elle dépend des événements. Si les plans diplomatique, politique et opérationnel évoluent de manière satisfaisante, l’opération peut être interrompue. Sinon, à partir de la marche d’afflux, les forces peuvent passer au déploiement autour de la ville, et si les événements sont toujours négatifs, elles peuvent passer à la « préparation » du feu puis au feu aérien puis si et quand la ville est épuisée elle peut commencer la véritable emprise de la ville. Ce type d’opération d’artichaut a époustouflé tous les analystes du dimanche qui s’attendaient et peut-être cyniquement souhaitaient voir la tempête de feu à laquelle les Américains nous ont habitués dans toutes leurs guerres. Évidemment, cette incrédulité a alimenté les spéculations sur la puissance effective de l’appareil russe et l’héroïque résistance ukrainienne qui aurait stoppé l’invasion. L’appareil que nous voyons à la télévision, cependant, dit autre chose : l’opération est encore intentionnellement dans la première phase, dans l’attente des événements. Dans cette situation, les avantages ne viennent que de l’efficacité et de la crédibilité de la pression. Les inconvénients concernent à la fois les provocations extérieures (par l’OTAN) et le renforcement de la résistance intérieure qui ne changerait pas le résultat de l’opération mais ferait beaucoup plus de dégâts.

Pensez-vous que les armes que l’Italie enverra et les mercenaires qui l’influenceront affecteront le sort du conflit ? Et si dans tous les cas ils peuvent engendrer des risques supplémentaires…

Je ne pense vraiment pas. Ils rendront le niveau opérationnel plus sanglant et encore plus élevé. En cas de déséquilibre des forces tactiques, on a tendance à passer au niveau stratégique, puis des armes de niveau stratégique telles que des bombardiers, des missiles et même des armes nucléaires tactiques peuvent être utilisées : toutes choses qui conduiraient à une confrontation directe entre l’OTAN et la Russie.

Pensez-vous que les djihadistes mercenaires pourraient affluer de Syrie vers l’Ukraine en grand nombre ? Et quelles complications seraient créées dans le conflit ?

Les djihadistes mercenaires seront peu nombreux et pourront influencer le niveau de barbarie en l’élevant. Il y a beaucoup de mercenaires et ils sont aussi bien payés. Ceux pour l’Ukraine avec notre argent et ceux pour la Russie avec de l’argent russe. L’afflux de mercenaires a cependant un côté intéressant : il démonte complètement la thèse des combattants volontaires pour la patrie. De plus, les compagnies de mercenaires ou les entrepreneurs ne se contentent jamais de la simple rémunération des soldats mais exigent toujours de grandes choses des États qui les embauchent. Ils veulent aussi du pouvoir, des atouts nationaux importants tels que des mines, des industries, des infrastructures sensibles. Ils ne sont jamais satisfaits et les royaumes sont tombés amoureux de mercenaires mécontents.

Sur les négociations en Biélorussie. La France et l’Allemagne semblent orientées vers une approche plus médiatrice alors que notre pays, absent du sommet franco-germano-chinois, semble préférer une vision plus extrémiste. Considérez-vous les demandes de la Russie comme un point de départ valable pour l’Europe et quel est le risque de prolonger l’attente d’une véritable confrontation ?

Les demandes russes, comme dans toute négociation, sont la base d’une discussion. S’il n’est pas satisfaisant, chaque partie doit arrêter de dire ce qu’elle veut et commencer à réfléchir à ce qu’elle peut donner. Généralement, le plus fort est celui qui est le plus prêt à donner parce qu’il croit qu’il « concède » et garde donc le prestige intact. La partie la plus faible n’a qu’à réduire le niveau d’ambition. Dans ce cas, la moindre diminution de l’ambition ukrainienne conduirait à une grande concession : le salut du pays. Notre pays a décrété unilatéralement, comme s’il parlait pour tout le monde, la fin des négociations, entre autres avec une attitude d’intimidation. L’attitude des autres est beaucoup moins arrogante. Et cela les met au diapason. Mais même en matière d’intimidation, nous ne sommes pas parmi les meilleurs. La Grande-Bretagne et la Pologne nous ont battus.

Le gouvernement polonais a déclaré son intention de fournir ses MiG aux forces ukrainiennes, mais en les envoyant depuis les bases allemandes. Les États-Unis ont alors freiné l’initiative polonaise. Quelle est la réalité de l’option d’une zone d’exclusion aérienne en Ukraine et quelle est la probabilité d’une future implication militaire de l’OTAN ?

La déclaration d’une zone d’exclusion aérienne du ciel ukrainien serait un moyen d’accélérer la catastrophe. Ceux qui le réclament veulent la catastrophe et démontrent leur incapacité à contrôler leur espace aérien. Il veut un prétexte pour entraîner toute l’Europe dans la guerre. Il ne faut pas céder à cette tentation perverse, surtout dans des moments comme ceux-ci où une attaque aérienne finit par toucher un pavillon d’hôpital et où l’émotion étouffe la rationalité.

La fiction occidentale tente aujourd’hui de minimiser (ou de censurer totalement) la présence de néo-nazis dans les bataillons incorporés aux forces ukrainiennes, alors que des dizaines de reportages (de la BBC au Time to the Guardian) par le passé avaient fait la lumière sur l’affaire. avec des tons justement horrifiés. Pensez-vous que Poutine est crédible lorsqu’il parle de dénazifier l’Ukraine comme l’une des cibles ?

La dénazification à laquelle se réfère Poutine ne concerne pas l’Ukraine, mais son appareil gouvernemental dans lequel ces éléments sont également au sommet. Les rapports sont corrects et en tout cas ne rendent pas compte exactement de la présence et de l’influence de ces groupes. Ce sont précisément les forces de police et de renseignement ukrainiennes qui se sont opposées à l’inclusion de ces éléments dans leurs rangs. Ils ont dû souffrir mais aujourd’hui la chasse aux Russes (ou aux pro-russes) peut se transformer en chasse aux nazis et vu le nombre et la frénésie des intéressés, je ne serais pas surpris si demain l’Ukraine tombe de la casserole la guerre contre la Russie dans les braises d’une guerre civile.

Que doit faire le gouvernement italien dans ce contexte et l’Europe plus généralement ?

Négocier, en finir avec la pensée unique et la propagande, aider l’Ukraine à retrouver la raison et la Russie à sortir du tunnel de l’encerclement non par des commérages mais par des actions concrètes. Et lorsque la crise sera surmontée, en espérant être encore en vie, l’Italie et l’Europe devront s’engager sérieusement à conquérir cette autonomie, cette dignité et cette indépendance stratégique qui garantissent la sécurité européenne indépendamment des intérêts des autres.

SOURCE : https://www.lantidiplomatico.it/dettnews-guerra_in_ucraina_invio_di_armi_e_propaganda_lintervista_del_generale_fabio_mini_a_lantidiplomatico/5496_45535

CANAL TÉLÉGRAMME NOGEOINGEGNERIA https://t.me/NogeoingegneriaNews

VOIR ÉGALEMENT

https://www.youtube.com/watch?v=BL6l5CgNhKw&t=231s

FABIO MINI : LA GUERRE ENVIRONNEMENTALE EST EN COURS

IMPORTANT ! : Le matériel de ce site (où il n’y a pas d’avis particulier) peut être copié et redistribué, à condition que la source soit mentionnée. NoGeoingegneria n’assume aucune responsabilité pour les articles et le matériel republié. Ce blog ne représente pas un journal car il est mis à jour sans aucune périodicité. Il ne peut donc pas être considéré comme un produit éditorial au sens de la loi n. 62 du 7.03.2001.
Prochain articleLE GÉNÉRAL ALLEMAND CRITIQUES LA NOUVELLE STRATÉGIE DES ÉTATS-UNIS DANS LA GUERRE EN UKRAINE : NÉGOCIER AU LIEU DE COMBATTRE

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x